samedi, 27 novembre 2021
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Abdoul Malik Issoufa Etudiant BF bis

La date des élections présidentielles au Niger, fatidique, approche. Le peuple s'interroge : « Pour qui  voter ? ». Il y a aussi ceux qui sont découragés, déçus. À ceux-là, il faudrait dire que tout est susceptible d’amélioration, surtout en démocratie. Il suffit de changer, de révolutionne même, les choses (I) par des moyens très simples et possibles (II).

  1. La nécessité du changement

Elle impose d'abord un constat (A), puis une énumération non exhaustive de raisons d'évoluer (B).

  1. Le constat

Dans le monde entier, et sous nos latitudes en particulier, la politique est décriée, ses hommes vilipendés, accusés de former un « bal d'opportunistes », « une coterie, peu soucieuse du pays ». L'idée est enracinée, l'opinion est répandue : « les hommes politiques ne tiennent point leur promesses », « ils n'ont pas d'idées » ou encore «  ils sont soumis à des puissances extérieures, au détriment du peuple ». L'adage dit qu' « il n y a pas de fumée, sans feu ». Si la politique fait l'objet de défiance et ses acteurs de méfiance, c'est qu'il existe des raisons, à tout le moins, objectives, à cela.

La pratique politique au Niger révèle, à tout observateur attentif, que nombre de candidats, (plus largement, de partis politiques) ne compétissent pas avec des programmes, à l'appui de leur candidature. Ainsi, dès la base, l'engagement est effectif, mais pas clair, le contenu n'ayant pas été proposé, encore moins précisé. Cette situation se solde à une improvisation dans la gouvernance. Alors même que « gouverner, c'est prévoir », comme on le dit. En d’autres cas, les candidats trouvent le mérite de concevoir des programmes politiques, mais sans pour autant y inclure des points sensibles, qu'ils font découvrir au peuple, seulement après les élections. Dans les deux cas, il y a vice. Le second nous est illustré par la loi de finances 2018. Si l'actuel Président de le République a été élu sur la base d'un projet, faut-il rappeler que la loi de finances 2018 ne figurait pas clairement dans son programme ? Autrement, elle n'aurait pas donné lieu à toutes les polémiques, toutes les manifestations, les arrestations, les condamnations judiciaires dont l'opinion nationale et internationale furent tristement témoins. Jamais texte ne fut aussi controversé et clivant ! L'on garde en mémoire, que, lors d'une visite à son homologue Français, le Chef de l'État fut incommodé, excédé même, par une question de journaliste relative à l'arrestation des acteurs de la société civile qui dénonçaient « le caractère anti social et impopulaire de la loi de finances 2018 », pour reprendre leur formule. Tout ceci aurait pu être évité, si le Chef de l'Etat, alors candidat à sa propre succession, avait eu la diligence d'annoncer la couleur, d'informer clairement son électorat qu'une fois élu, une telle loi serait adoptée. On est tenté de dire qu'en politique, on ne peut tout prévoir. Mais, les lois de finances, par définition, obéissent au principe de prévision.

Le but de la présente réflexion n'est pas de dénigrer, de dresser un réquisitoire contre qui que ce fût. Il y a seulement que l'auteur cite çà et là des exemples pour corroborer ses dires. Le but n'est pas non plus de ressasser, mais d'autopsier le passé, afin d'y découvrir les manquements et y remédier.

Eu égard à tout ce qui vient d'être dit, le lecteur (se) demandera sûrement « que faire alors ? Comment y remédier ? ». Avant de lui répondre, il faudrait lui dire les raisons d'y remédier, de nature à ce qu'il jugeât de l'utilité et de la pertinence des moyens.

  1. Les raisons d'y remédier

Les années à venir seront décisives pour notre pays. La montée du populisme et de l'extrême droite, en Europe, aux États-Unis et presque partout dans le monde, sonneront bientôt le glas de la diplomatie bienveillante, mielleuse et généreuse, observée jusque- là, par ces nations, à l'égard des nôtres, constamment en quête d'aide financière pour faire face à ceux-ci, ou à cela. Dans un avenir très proche, les États, économiquement puissants, adopteront une politique internationale fondée sur l'exigence de compte et de résultats, à l'endroit de nos États. Se peut-il aussi que, tout simplement, les pays du Nord cessassent de nous venir financièrement en aide, pour mieux faire face aux défis qui sont les leurs. C'est prévisible ! Vraiment prévisible ! Le défi démographique et sécuritaire, dans le contexte mondial actuel, marqué par les violences terroristes, le chômage des jeunes, l'émigration de nos concitoyens, sont autant de défis que notre Nation devra relever, conformément à un agenda proposé au peuple, et validé par celui-ci. « La gouvernance ne s'improvise pas ! ». Nous, peuples d'Afrique, Nous peuple nigérien, en particulier, gagnerons beaucoup à élire des gouvernants, sur la base de ceux qu'ils auront clairement et préalablement promis,  et que nous aurons accepté, dans notre majorité. Dans le cas contraire, tout droit de contestation nous serait dénié, à juste titre.

Ainsi, après le constat et la mise en évidence de ses éventuelles conséquences, il impose d'anticiper celles-ci. Quel est le modus operandi ?

  1. Les moyens du changement

Dans l'indispensable changement qu'il faudra, le rôle des médias (A)  et celui du parlement (B) vont de pair.

  1. L'indispensable recours aux médias

De tout temps, et en tout lieu, le rôle des médias, dans l'ancrage et la consolidation de la démocratie, a été nécessaire, salutaire même ; indispensable, on peut le dire. Certains journalistes, convaincus du bien fondé de leurs actions, n'ont point hésité à se mettre dans des conditions périlleuses afin que la démocratie, la Justice et l'État de Droit triomphent toujours. Beaucoup y ont laissé leurs vies, malheureusement.   Alors, une fois de plus, les journalistes, parce qu'ils n'exercent aucun pouvoir régalien, politique ou constitutionnel, parce qu’ils sont présumés n’appartenir à aucune formation politique, seront sollicités. Il appartiendra à ceux-ci, dans le cadre du Conseil Supérieur de la Communication, de mener une réflexion afin de mettre en place un système de débat(s) télévisé(s), diffusé(s) en direct, par tous les organes de presse audio-visuels de notre pays. Le débat aura pour objectif de permettre aux candidats à l’élection présidentielle d'une part, de dérouler, d'expliquer de manière claire et pédagogique le contenu de leurs propositions. Dans le même temps, chaque candidat aura, en fonction d'un temps qui lui sera imparti, la possibilité de formuler des critiques, des observations expliquées, à propos du programme de ses concurrents.

La discussion doit être idéelle : les candidats doivent se frotter, se confronter, à travers le nécessaire choc des idées. L'on ne doit pas se contenter d'élever la voix sur l'autre. Et, les candidats doivent être dignes, s'imposer la rigueur, en usant de la force de l'argument, sans jamais recourir à des expressions brumeuses, jamais utiles, toujours dangereuses et dommageables. Il faudrait que, les candidats puissent mutuellement, s'interroger sur le fonds de leurs programmes politiques, sans verser dans l'injure et l'anathème, en évitant les attaques ad hominem.

 D'autre part, les journalistes, chargés d'encadrer le(s) débat(s), se chargeront de poser à chacun des candidats, sans discrimination aucune, et sur un temps égal de parole, des questions relativement à ce qu'ils auront proposé, en tel ou tel domaine. Les journalistes devront veiller à leur propre impartialité, à la pertinence et à l’actualité de leurs questions. La participation de groupes de presse étrangers, notamment continentaux, ne devrait pas être refusée. Il pourrait même être sollicitée De telles contributions permettront de relayer à grande échelle nos rendez-vous démocratiques.

Mais, le plus important serait de conférer une valeur juridique à la mesure.

  1. La constitutionnalisation de la proposition

Dans certains pays, où les idées politiques, élevées, l'ont permis aux acteurs politiques, ceux-ci s'étaient souvent permis des « débats présidentiels ». Puis, avec le temps, les choses ont changé ! Certains ont refusé de débattre, car n'étant, juridiquement, pas tenus de le faire, au grand dam du peuple, des électeurs, privées d'occasions démocratiques de comprendre et de confronter les offres politiques en présence. Il faudrait que nous songions à prévenir cela, chez nous.

Pour ce faire, le débat que nous proposons doit être une condition impérieuse et préalable à l’élection présidentielle proprement dite. Pour mieux dire, le débat devrait avoir lieu avant l’élection présidentielle, sans quoi, celle-ci devra être déclarée irrégulière. Et, tous les candidats doivent être tenus d’y participer, ou d’y envoyer un représentant de leur choix.  À ce stade, le législateur constitutionnel aura son rôle à jouer. Il lui appartiendra de constitutionnaliser le débat présidentiel de nature à lui donner une valeur obligatoire, importante et durable.

Cela fait, la politique aura un nouveau souffle. Les prétendants à la magistrature suprême s’évertueront à un exercice, un effort de construction de programme politique.

Ceci fera le bien du peuple. On peut le croire....!

L’actuelle législature est urgemment interpellée.

Abdoul Malik Issoufa

    Homme de Lettres, Etudiant en Droit

Commentaires  

+8 #1 COMMANDANT 19-07-2019 14:20
jeune et percutant dans ses idées. Bravo jeune homme!!!! vous avez un avenir prometteur in sha Allah...commentaire à prendre en compte. Merci
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #2 Nouhou garba Abdouramane 19-07-2019 14:51
Merci beaucoup Malik.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #3 murtala korgom Hausa bakoye 19-07-2019 17:04
Vous avez fait une analyse scientifique et objective... Vous n'avez insulte personne, vous ne vous etes cache derriere aucun parti ou groupe d'interets...... C'est tres rare chez les nigeriens.... dont tous les commentaires sont des insultes partisanes ou tout simplement des insultes gratuites sans fondement......... Chez la plupart des jeunes Nigeriens qui sont sur les reseaux sociaux ils insultent les uns et les autres selon qu'ils ne sont pas du meme groupe ethnique ou de la meme region........ Toi, tes anlyses ont ete au-dessus ces bassesses humaines qui nous retardent..... Garde le cap ... Que guide tes pas.... Jeune homme........
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #4 chaoulani 19-07-2019 21:38
frère Malick ton constat et tes propositions sont partinents on sent vraiment le sens du sérieux dans tes mots, des suggestions dignes d'intérêt à prendre en compte. tu a fais preuve de professionnalisme et d'un intellect hors norme. courage
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #5 Franck DIAO 19-07-2019 21:44
De telles propositions, l'Afrique toute entière en a besoin. Félicitations pour cette analyse cher ami !
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #6 Bechibo Idriss bechibo bederio 19-07-2019 22:38
Pertinente analyse cher ami.
la grandeur et le ton sont.
Que cet article prise en compte par les États Africains sans distinction!
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #7 Adama 19-07-2019 23:01
Vraiment c est tres riche en idee on t incite a continuer dans cette lancé et bon courage
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #8 Clovis SANON 20-07-2019 05:09
Bravo cher ami pour ta contribution au rayonnement de la démocratie au Niger.
Cependant par rapport à la loi de finances, à mon avis cette loi ne peut figurer dans le programme parce qu'elle est discutée à l'assemblée. Bien entendu que cette loi sera élaborée en fonction des orientations stratégiques et politiques de l'exécutif.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #9 boureima souley 20-07-2019 07:49
Pertinent vraiment, la confrontation des programmes des candidats est même indispensable ,et le candidat ne doit pas être représenté,il est seul habileté à défendre son programme le bon sens l'exige.
Courage Abdoul Malik et bon vent.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #10 Hamza 20-07-2019 09:05
Très belle analyse , ce la nous interpelle tous.
Partageons ses idées en partageant le poste afin cette analyse ait une grande portée.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #11 Boubacar souley 20-07-2019 09:10
Bon courage Malik et Bon vent à toi
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #12 Bravo 20-07-2019 12:49
8)
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #13 Morou Alou Mahamadou 20-07-2019 14:03
Merci beaucoup Abdoul Malick pour le partager d'idées il est grand temps que la jeunesse africaine et particulièrement nigérienne de s'engager pour un développement durable de notre chers pays car a l'heure actuelle personne ne va le faire a notre place
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #14 Ala100e 20-07-2019 16:40
Bon courage Malik
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #15 Abdoulo 20-07-2019 20:25
Du courage jeune homme. La jeunesse Nigérienne est consciente et nous devons adopter
un changement de mentalité. L'Afrique à besoin des jeunes comme toi.merci
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #16 Abdellatif 21-07-2019 02:08
on a un peu l'impression que tu ré invente l'eau chaude...
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #17 Abdoul-Aziz 21-07-2019 12:55
Merci.. Courage Malik
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #18 Halilou 21-07-2019 13:45
C'est très important comme proposition. Le jugement doit débuter avant les élections. J'ai foi que beaucoup des candidats vont se retirer d'eux-mêmes. Ça serait une étape décisive.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #19 oser 21-07-2019 18:03
jeune homme tu viens de réussir là où les autres ont échoué du courage
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #20 ??? 23-07-2019 07:51
c'est pertinent tout ça et ça s'applique déjà dans des pays qui sont reelement démocratiques....le problème avec ça chez nous, combien sont vraiment éduqués et instruits capables de faire la part de chose et élire la personne qu'il leur faut à base d'un programme ou un débat télévisé?pas beaucoup, nous avons 80% de la population qui est analphabète, pauvre, ignorant et qui ne pense qu'à manger et n'ayant mème pas accès à l'électricité (télé), eau potable etc. et c'est cette même population qui vote en partie motivée par l'argent (miettes) que certains politiciens leur donne alors que le 20% de la population qui est alphabète et qui pense qu'elle n'a pas besoin d'aller voter car tout est connu d'avance et que les résultats seront truqués....
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #21 Severinho 26-07-2019 06:20
C'est très cool, l'analyse est bonne même si l'inquiétude demeure toujours ; celle de savoir pour qui voter. Espérons qu'en suivant tes solutions, l'on pourrait faire un meilleur choix pour la prospérité de notre pays.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #22 SADOU 28-07-2019 10:17
Bon courage. Faites vous corriger les fautes, ça vous aidera beaucoup pour la suite
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #23 SAIDOU 08-08-2019 16:17
une excellente analyse malik. mais les hommes utilise rarement.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #24 Dema 15-08-2019 14:32
C'est très cool taylor
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #25 Capochichi Rosine 03-11-2019 17:47
Courage mon fils!!!
l'Afrique a besoin de vous pour un changement positif
Que le tout puissant vous protège et guide vos pas
Amine!!!
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

NOEL 2021 BOOSTER ACTU NIGER 800 800 pixels Plan de travail 1 1

Top de la semaine

Publier le 27/11/2021, 12:12
tera-situation-tendue-suite-a-la-tentative-du-blocage-du-convoi-militaire-de-barkhane-en-route-pour-gao-au-mali La situation est tendue depuis hier nuit à Téra, dans la région de Tillabéri, suite aux heurts qui...Lire plus...
Publier le 27/11/2021, 08:15
securite-alimentaire-et-nutritionnelle-et-developpement-agricole-durable-sanad-la-cloture-du-contrat-de-reforme-sectorielle-crs-au-centre-d-un-atelier-de-capitalisation-des-acquis Dans le cadre de l’atelier technique de partage du Plan d’actions 2021-2025 de l’Initiative 3N et de...Lire plus...
Publier le 26/11/2021, 13:55
medias-l-anepi-repond-au-conseil-superieur-de-la-communication-communique-de-presse Le Bureau Exécutif de l’Association Nigérienne de la presse Indépendante (ANEPI) a suivi avec intérêt...Lire plus...
Publier le 26/11/2021, 11:47
medias-communique-de-presse-du-bureau-du-conseil-superieur-de-la-communication-csc Les membres du Bureau du Conseil Supérieur de la Communication ont constaté ces derniers temps une...Lire plus...
Publier le 25/11/2021, 19:40
master-chef-niger-laureate-de-la-premiere-edition-la-jeune-cheffe-ramatou-yacouba-va-representer-le-niger-a-master-chef-africa C’est en beauté que s’est terminée, mardi 23 novembre dernier à Niamey, la première édition de ...Lire plus...
Publier le 21/11/2021, 18:45
dosso-la-coalition-pour-la-defense-de-la-republique-cdr-s-insurge-contre-la-presence-des-soldats-francais-dans-la-region          La Coalition pour la Défense de la République (CDR) a rendu public...
Publier le 22/11/2021, 22:14
lutte-contre-la-covid-19-le-vaccin-desormais-obligatoire-pour-les-agents-de-sante-et-les-etudiants-en-medecine-ministere-de-la-sante Dans une note publiée ce lundi 22 novembre 2022, le ministère de la Santé publique a annoncé que dans...
Publier le 24/11/2021, 18:48
ville-de-niamey-les-agents-licencies-accusent-le-maire-central-dogari-de-vengeance-politique Dans un mémorandum rendu public en fin de semaine dernière, le Collectif des 65 agents suspendus par...
Publier le 26/11/2021, 13:55
medias-l-anepi-repond-au-conseil-superieur-de-la-communication-communique-de-presse Le Bureau Exécutif de l’Association Nigérienne de la presse Indépendante (ANEPI) a suivi avec intérêt...
Publier le 21/11/2021, 18:45
dosso-la-coalition-pour-la-defense-de-la-republique-cdr-s-insurge-contre-la-presence-des-soldats-francais-dans-la-region          La Coalition pour la Défense de la République (CDR) a rendu public...
Publier le 24/11/2021, 18:48
ville-de-niamey-les-agents-licencies-accusent-le-maire-central-dogari-de-vengeance-politique Dans un mémorandum rendu public en fin de semaine dernière, le Collectif des 65 agents suspendus par...
Publier le 23/11/2021, 21:46
conseil-national-de-la-jeunesse-le-ministre-la-jeunesse-sekou-doro-promet-la-fin-du-tazartche-en-2022 Interpellé à l’Assemblée nationale sur le non renouvellement des différentes instances du Conseil...
Publier le 24/11/2021, 19:06
declaration-de-presse-du-mouvement-pour-la-promotion-de-la-citoyennete-responsable-mpcr A l’occasion du premier anniversaire de la disparition de l’ancien Président de République SEM Mamadou...

Dans la même Rubrique

MESSAGE DE S.E.M. L’AMBASSADEUR MUSTAFA TÜRKER ARI A L’OCCASION DE LA FETE NATIONALE DU 29 OCTOBRE DE LA REPUBLIQUE DE TURQUIE

29 octobre 2021
MESSAGE DE S.E.M. L’AMBASSADEUR MUSTAFA TÜRKER ARI A L’OCCASION DE LA FETE NATIONALE DU 29 OCTOBRE DE LA REPUBLIQUE DE TURQUIE

NIAMEY, LE 29 OCTOBRE 2021  Nous célébrons, en ce jour vendredi le 29 octobre 2021, le 98ième anniversaire de la proclamation de la République de Turquie. A l’instar de notre...

Vers la prospérité du Niger : Eau, agriculture et développement rural ! (Par Ambassadeur Eric P. Whitaker)

29 septembre 2021
Vers la prospérité du Niger : Eau, agriculture et développement rural ! (Par Ambassadeur Eric P. Whitaker)

 Je suis originaire de l’Illinois, dans le Midwest des États-Unis. Bon nombre d’entre vous connaissent la ville de Chicago, en Illinois, qui, avec ses 2,7 millions d’habitants, est la troisième...

Journée internationale du droit d’accès à l’information : rôle du fact-checking en Afrique ! (Par Omar sylla)

27 septembre 2021
Journée internationale du droit d’accès à l’information : rôle du fact-checking en Afrique ! (Par Omar sylla)

Ce mardi 28 septembre, le monde célèbre la Journée internationale du droit d’accès à l’information. En plus de connaître un défaut en termes d’accès à l’information, le continent africain doit...

Hommage aux humanitaires (par Nouhou Garba Abdourahamane)

25 août 2021
Hommage aux humanitaires (par Nouhou Garba Abdourahamane)

L’Etat n’est pas une personne morale de droit public comme une autre. Il est tout à la fois le « Dépositaire de la souveraineté, l’instrument du pouvoir politique et le porte-parole...

Contribution à la lutte contre la corruption : « La cola » est-elle de la corruption ? (une analyse du Pr Bachir TALFI IDRISSA)

25 août 2021
Contribution à la lutte contre la corruption : « La cola » est-elle de la corruption ? (une analyse du Pr Bachir TALFI IDRISSA)

Lors que je promenais mon oreille sur certains média, dans des rêveries d’un auditeur solitaire, il m’a été donné d’entendre que le « code pénal du Niger datait de 1963...

IN MEMORIAM : Merci Docteure Aissata Kané Moumouni ! Merci !

2 août 2021
IN MEMORIAM : Merci Docteure Aissata Kané Moumouni ! Merci !

« La femme est le rayon de la lumière divine…Elle est Créatrice, faudrait-il dire. Ce n’est pas une Créature. » (Djalal al-Din al-Rumi 1207- 1273) 40 jours déjà que tu nous as...