jeudi, 25 février 2021
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


kaka touda1

Il est un truisme de rappeler qu’au Niger rien ne va bien entre les organisations de la société civile nigérienne réunie au sein du cadre de concertation et d’actions citoyennes engagée dans la lutte contre certaines mesures impopulaires et antisociales contenues dans la loi de finances 2018 et le gouvernement de la République qui refuse non seulement d’ouvrir toute négociation mais aussi empêche systématiquement toutes manifestations publiques en utilisant la force publique. A cette date 26 acteurs personnes sont arrêtées parmi lesquelles plusieurs figures emblématiques de la société civile nigérienne et défenseurs des droits humains.

Zeyna transfert argent bis

De la société civile et du gouvernement, qui est du côté de la loi ?

Selon l’article 6 de la loi n° 2004-45 du 8 Juin 2004 régissant les manifestations sur la voie publique, il est dit clairement que : « L’autorité qui reçoit la déclaration, la transmet dans les soixante-douze (72) heures au préfet ou gouverneur de la localité selon le cas. Elle y joint, le cas échéant, la copie de son arrêté d’interdiction qui peut être annulé par le préfet. En cas de nécessité cette autorité est habilitée à prendre un arrêté d’interdiction. »

La déclaration de manifestation de la marche du dimanche 25 mars 2018 qui a occasionné l’arrestation de 23 personnes dont les leaders de la société civile nigérienne a été déposée le jeudi 15 mars 2018 au niveau de la ville de Niamey. Par contre l’arrêté d’interdiction (arrêté n° 00000020/PDS/VN/SG) de cette marche est signé le vendredi 23 mars 2018 soit après 8 jours francs après le dépôt de la déclaration de la manifestation après 15h.

En ce qui concerne la déclaration de la manifestation du dimanche 15 avril 2018 qui a aussi engendré l’interpellation de trois autres acteurs de la société civile membre du cadre de concertation, elle a été déposée le lundi 09 avril 2018. Par contre, l’arrêté (n° 00000039/PSD/VN/SG) d’interdiction de la manifestation date du 12 avril 2018 et a été notifié au cadre le vendredi 13 avril 2018 aux environs de 15h47 à travers un coup de file, soit quatre jours après le dépôt.

A la lecture de l’article 6 de la loi 2004-45 du 08 juin 2004, il est du devoir de l’autorité qui reçoit la déclaration de prendre l’arrêté d’interdiction 72h après le dépôt de la déclaration de la manifestation. La copie de cet arrêté d’interdiction est immédiatement notifiée au préfet ou gouverneur de la localité qui dispose du pouvoir d’annulation dudit arrêté s’il juge nécessaire.

Or, à y voir de près les dates de signatures des arrêtés d’interdiction de la ville de Niamey, le délai légal de 72h exigé par la loi n’a pas été respecté. Tout laisse à croire que le président de la Délégation Spéciale de la Ville se cache seul dans son bureau pour signer les arrêtés d’interdiction en violation flagrante des dispositions de l’article 6 de la loi 2004-45 du 08 juin 2004.

A la lecture combinée de l’article 32 de la constitution du 25 novembre 2010 qui dispose que : « L’État reconnaît et garantit la liberté de manifestation dans les conditions définies par la loi. La présente loi détermine le régime des manifestations sur la voie publique. » ; de la loi 2004-45 du 08 juin 2004 régissant les manifestations sur la voie publique et des 2 arrêtés d’interdiction de la ville de Niamey cités plus haut, il ressort clairement que les arrestations de toutes les personnes n’ont aucune base légale car il est connu de tous qu’en matière pénale, la loi est d’interprétation stricte et qu’il revient au juge indépendant de faire application de la loi.

Du reste, si la loi 2004-45 du 08 juin 2004 dispose en son article 3 que : « La déclaration sera faite à la mairie de la commune sur le territoire de laquelle la manifestation doit avoir lieu, cinq (5) jours francs au moins et quinze (15) jours francs au plus, avant la date de la manifestation… », il revient aussi à l’autorité de donner un temps raisonnable de recours aux manifestants.

Pour finir, ce post est une petite contribution de notre part pour éclairer l’opinion publique d’une part, mais aussi et surtout invité tous les acteurs de la science juridique de faire une large contribution en faisant des commentaires en termes de contributions afin d’éclairer le public.

KAKA TOUDA MAMANE

Commentaires  

+3 #1 Nigerien 19-04-2018 00:30
Il faut aussi rappeler aux fds que '' nul n'est tenu d'exécuter un ordre manifestement illégal.''
Dans un pays où la justice n'est libre, tout est permis.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #2 Nigérien, Fier! 19-04-2018 07:17
Nous n'avons qu'un seul Niger qui souffre de plusieurs maux liés aux multiples situations géopolitiques défavorables (sécurité, économie...). Faisons en sorte de nous entendre et relever les défis ensemble.
Aux autorités: faire preuve de sagesse et de flexibilité pour comprendre le peuple (tous bords confondus);
Aux associations de société civil et opposition: marquer votre disponibilité pour des discussions participatives et constructives;
Avant tout nous sommes tous des enfants de ce même Niger et en faisant cela c'est le Niger qui gagne.
Cordialement.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #3 Roufaye 19-04-2018 18:36
De notre part nous souhaitons à ce que la justice fasse bien son devoir tout en étant impartial.que la solution soit trouvée dans un climat ambiant et harmonieux
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #4 Alhéri 19-04-2018 21:26
Les membres des OSCs ont été car ils ont violé l'interdiction de marcher et pire ils ont commis des casses. Peut on se donner le droit de casser et de bruler des pneux sur la voie publique parce que tout simplement on vous a empêcher de manifester. Monsieur Kaka, il faut être honnête pour faire une analyse global et non se focaliser sur un seul aspect. L'interdiction peut être un abus de pouvoir, mais l'acte de détruire les biens publique est un déli.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #5 ibbo 20-04-2018 05:22
Mais Kaka Touda, c'est facile comme analyse de droit. Juste vous rappeler que le droit et le devoir sont une paire.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Hassane 20-04-2018 13:17
La justice doit partielle il faut également arrêté le président de la délégation spéciale pour non respect de la loi
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Booster ACTUNIGER 800-800 pixels Plan de travail1

Top de la semaine

Publier le 24/02/2021, 21:48
elections-la-secretaire-generale-de-la-francophonie-oif-condamne-les-violences-post-electorales-au-niger-communique Dans un communiqué publié ce mercredi 24 février 2021, la Secrétaire générale de l’Organisation...Lire plus...
Publier le 24/02/2021, 20:48
2e-tour-des-presidentielles-la-mission-d-observation-de-la-cedeao-exhorte-les-acteurs-a-recourir-aux-voies-legales-pour-regler-tout-contentieux-electoral-declaration Déclaration préliminaire de la Mission d’observation électorale de la CEDEAO au 2ème Tour de...Lire plus...
Publier le 24/02/2021, 19:10
tensions-postelectorales-interpellation-du-general-tchanga-ancien-chef-d-etat-major-de-l-armee Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ont procédé ce mercredi dans l’après-midi à...Lire plus...
Publier le 24/02/2021, 13:08
niger-internet-bloque-suite-a-de-violentes-manifestations-postelectorales Les nigériens se sont réveillés ce mercredi sans accès à internet. Un black out qui concerne tous les...Lire plus...
Publier le 24/02/2021, 12:56
presidentielle-le-candidat-de-l-opposition-mahamane-ousmane-revendique-sa-victoire-avec-50-3-des-voix C’est depuis Zinder où il avait installé son QG après la fin de sa camapgne électorale, que le...Lire plus...
Publier le 22/02/2021, 10:29
presidentielles-2e-tour-legere-avance-de-bazoum-sur-ousmane-selon-les-premiers-resultats-proclames-par-la-ceni La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a commencé depuis quelques heures, la...
Publier le 24/02/2021, 12:56
presidentielle-le-candidat-de-l-opposition-mahamane-ousmane-revendique-sa-victoire-avec-50-3-des-voix C’est depuis Zinder où il avait installé son QG après la fin de sa camapgne électorale, que le...
Publier le 23/02/2021, 20:28
presidentielle-apres-sa-victoire-bazoum-felicite-ousmane-et-lui-tend-la-main-pour-faire-face-ensemble-aux-defis-majeurs-du-pays-declaration Après la proclamation des résultats provisoires du second tour de la présidentielle qui le donne...
Publier le 20/02/2021, 11:58
presidentielle-2e-tour-a-zinder-ousmane-cloture-sa-campagne-par-un-gigantesque-meeting C’est par une véritable démonstration de force de mobilisation populaire que le candidat de...
Publier le 23/02/2021, 17:13
presidentielle-bazoum-declare-vainqueur-du-second-tour-avec-55-75-des-voix-ceni La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a proclamé ce mardi après-midi, les résultats...
Publier le 22/02/2021, 10:29
presidentielles-2e-tour-legere-avance-de-bazoum-sur-ousmane-selon-les-premiers-resultats-proclames-par-la-ceni La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a commencé depuis quelques heures, la...
Publier le 19/02/2021, 22:57
2e-tour-de-la-presidentielle-l-opposition-accuse-le-pouvoir-de-preparer-une-fraude-a-grande-echelle-faux-retorque-la-coalition-bazoum-2021-qui-crie-a-la-manipulation C’est ce vendredi 19 février 2021 à minuit que prend officiellement fin la campagne électorale pour le...
Publier le 23/02/2021, 15:35
elections-l-opposition-denonce-un-hold-up-electoral-et-exige-la-suspension-de-la-publication-des-resultats-par-la-ceni   Dans un communiqué publié ce mardi 23 février 2021, la direction nationale de campagne du...
Publier le 21/02/2021, 21:57
bazoum-mohamed-j-ai-des-raisons-de-croire-que-la-chance-sera-de-mon-cote Le candidat du PNDS Tarraya au second tour de l’élection présidentielle, Mohamed Bazoum, a accompli...
Publier le 23/02/2021, 16:57
elections-situation-tendue-a-niamey-en-marge-de-la-proclamation-des-resultats-du-second-tour-de-la-presidentielle De violents heurts ont éclaté ce mardi après-midi dans plusieurs quartiers de Niamey à quelques heures...

Dans la même Rubrique

NATION : Quel bilan pour issoufou ? (Par Kaougé Mahamane Lawaly)

3 février 2021
NATION : Quel bilan pour issoufou ? (Par Kaougé Mahamane Lawaly)

Arrivé au pouvoir en 2011, Issoufou Mahamadou, après deux mandats successifs, s’apprête à passer le flambeau à un « successeur démocratiquement élu ». Nul doute qu’il tiendra parole ! A quelques mois de...

Lettre interpellative à Mohamed Bazoum, candidat à l’élection présidentielle 2020-2021 relative à son intervention sur Africa 24 (Par Djibrilla Mainassara Baré)

29 janvier 2021
Lettre interpellative à Mohamed  Bazoum, candidat à l’élection présidentielle 2020-2021 relative à son intervention sur Africa 24 (Par Djibrilla Mainassara Baré)

  M.Mohamed Bazoum, J’ai suivi avec intérêt votre passage dans l’émission « L’Invité du jour», de la chaîne internationale Africa 24, notamment vos propos relatifs aux dispositions de la constitution relatives à...

LA POLITIQUE EN PHASE CRITIQUE AU NIGER (Par Moustapha Liman Tinguiri)

15 janvier 2021
LA POLITIQUE EN PHASE CRITIQUE AU NIGER (Par Moustapha Liman Tinguiri)

Une fois n’est pas coutume, je veux partager quelques réflexions dans un domaine où je ne suis point spécialiste mais où chaque citoyen peut dire son mot. Il s’agit bien...

Il était une fois, Alpha Condé prédisait la mort de l’opposition politique (Par Moussa Diabate)

6 janvier 2021
Il était une fois, Alpha Condé prédisait la mort de l’opposition politique (Par Moussa Diabate)

Élu en 2010 avec des conditions criardes, une crise née du fait de l’inexpérience des commis de l’État remodelés en politiciens du jour. Alpha Condé a souffert de l’environnement politique...

20 Novembre 2020 - Journée Mondiale de l’Enfance : Réinventons l’avenir pour chaque enfant (Par Ilaria Carnevali, Représentante a.i. de l’UNICEF au Niger)

20 novembre 2020
20 Novembre 2020 - Journée Mondiale de l’Enfance : Réinventons l’avenir pour chaque enfant (Par Ilaria Carnevali, Représentante a.i. de l’UNICEF au Niger)

Le 20 novembre de chaque année marque la journée mondiale de l’enfance. Cette journée vise à rappeler l’importance de garantir et faire respecter les droits de chaque enfant, aujourd’hui plus...

Lettre ouverte à l’ex pensionnaire du Lycée National Issoufou Mahamadou sur les souvenirs  provoqués par l’inauguration de l’Hôtel du Ministère des Finances (Par Djibril Baré)

22 octobre 2020
Lettre ouverte à l’ex pensionnaire du Lycée National Issoufou Mahamadou sur les souvenirs  provoqués par l’inauguration de l’Hôtel du Ministère des Finances (Par Djibril Baré)

Cher grand-frère, L’inauguration, le jeudi 15 octobre 2020 à travers une cérémonie officielle de l’Hôtel des Finances devant abriter tous les services relevant du Ministère des Finances érigé en plein...