samedi, 05 décembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Adamou Louché Ibrahim 

"La  croissance est un processus de destruction créatrice, qui révolutionne incessamment de l'intérieur la structure économique, en détruisant continuellement les éléments vieillis, et en créant continuellement des éléments neufs." (Joseph A. Schumpeter, Théorie de l'évolution économique, 1911).

Croissance du PIB

Conformément aux attentes des analystes, l’Afrique de Ouest a connu une forte embellie en 2014 : son PIB a progressé de 6,1%. Deux pays se sont distingués durant cette année-là, à savoir le Niger et la Côte d'Ivoire, qui ont enregistré respectivement 7,1% et 8,3% de croissance de leur produit intérieur brut (PIB) (Cf. Graphique).

Pour le Niger, cette "performance, après une progression de 4,1 % en 2013, est essentiellement portée par la production agricole, qui a notamment bénéficié de bonnes conditions climatiques, ainsi que par le dynamisme des sous-secteurs de la construction et des transports et communications". Quant à  la croissance du PIB ivoirien, elle est "soutenue à la fois par la demande intérieure et extérieure. Les investissements publics et privés dans le domaine des infrastructures et la consommation des ménages soutiennent la demande intérieure. La demande extérieure stimule de son côté les exportations des produits de base, grâce à des cours mondiaux orientés à la hausse". (Perspectives Economiques Africaines (PEA), 2015). Au Niger, tout comme dans les autres de la sous-région, cette embellie a suscité une grande euphorie, notamment au sein du gouvernement.

Les principaux moteurs de notre croissance sont la consommation finale, surtout celle des ménages (6,2 % en 2014, contre 4,5 % en 2013), et la formation brute de capital fixe (17,1 % en 2014, contre seulement 2.6 % en 2009). Cependant, il n'y a pas de quoi pavoiser pour longtemps. La dégradation du commerce extérieur devrait préoccuper le gouvernement. Selon l'Institut National de la Statistique (INS) (2015), les exportations et les importations auraient respectivement plombé "le PIB de 1,3 points et 2,7 points". En cause, "la hausse de 6,2% des importations en volume [qui] est liée à la poursuite des achats de certains biens d’équipement et des biens intermédiaires qui restent encore élevés", et qui traduit la difficulté du système productif nigérien (6,4% du PIB en 2013, hors mines) à répondre à une hausse de la demande interne et externe. La chute des exportations s’expliquerait, à la fois, par le "recul de la vente de l’uranium et au rythme de progression des exportations des produits pétroliers, moins important que celui de l’année précédente", selon cette institution.

Des perspectives favorables pour les années à venir....

Les perspectives de croissance de l’économie nigérienne restent favorables pour les deux années à venir. Selon Facinet SYLLA et Mansour NDIAYE(2015), notre économie " devrait enregistrer un taux de croissance réel du PIB de 6,0% en 2015 et de 6,5 % en 2016". Et pour ce faire, ces auteurs « s'appuient sur un certains nombre d'hypothèses : i) passer la production de pétrole brut du pays de 6,4 millions de barils en 2014 à 7,2 millions en 2015, avec une augmentation des quantités raffinées pour compenser, dans la mesure du possible, la chute du cours du baril de brut ; ii) stabiliser les prix de l’uranium et normaliser sa production ; iii) poursuivre les investissements dans les infrastructures et les secteurs sociaux ; et iv) maîtriser l’eau et développer l’irrigation en vue de réduire la dépendance de la production agricole aux aléas climatiques, à travers notamment la poursuite de la mise en œuvre de l’Initiative 3N. Les prévisions de 2016, outre i) la poursuite de la politique de relance du secteur agricole, reposent essentiellement sur ii) le début des exportations de pétrole brut et de produits raffinés ; mais surtout sur iii) le maintien des efforts dans la réalisation des infrastructures de soutien à la croissance, notamment la ligne ferroviaire Niamey- Parakou-Cotonou, la dorsale transsaharienne en fibre optique et les infrastructures routières de désenclavement ».

....mais qui risquent d'être compromises.

Trois risques majeurs (non exhaustifs bien évidemment) pourraient remettre en cause ces perspectives : 

  1. Les aléas climatiques : Les conditions climatiques défavorables pourraient menacer le secteur primaire qui représente plus de 40 % du PIB. D'où l'intérêt pour notre gouvernement d’accélérer la mise en œuvre de l’Initiative 3N, un programme qui pour ambition la maîtrise l’eau et le développement de l’irrigation pour rendre la production agricole plus autonome.
  2. L'insécurité de biens et de personnes : Il s'agit du risque lié au regain de l'activité terroriste dans la sous-région qui compromettrait la réalisation d’importants investissements directs étrangers (IDE) dans le pays et ses voisins;
  3. L'insécurité énergétique : Le développement d'un pays se nourrit essentiellement de l’abondance d'énergies : électricité, produits pétroliers, bon marché et de qualité. Au Niger, c'est la situation inverse qu'on observe puisque le taux d’électrification tourne autour de 10% en 2013, soit 405 localités électrifiées; et ce malgré les sources d'énergie que regorge le pays : pétrole, uranium, fleuve, et un ensoleillement permanent, qui restent pour l'essentiel sous-exploitées ou pas. L'explication de notre retard résiderait de la rareté de l'énergie, qui accroît  son coût et la vétusté  des réseaux de distribution qui entamerait la qualité. 

11356314 10207198256413734 527584046 n

Le coût de l'énergie : Bien que le Niger soit exportateur net de produits pétroliers depuis 2011, leur prix élevé (Super Sans Plomb : 540 FCFA /L, Gasoil : 538FCFA/L, soit plus de la moitié du salaire journalier d’un salarié payé au SMIG : 30047FCFA mensuel) : ce qui les rend quasi-inaccessible pour la majorité des nigériens. Or, contrairement à ce qu'affirment certains hommes politiques du pays, une baisse le prix de l'énergie aurait un impact [positif] très significatif sur la croissance (voir notre schéma). L'accroissement de la ressource disponible, qui résulterait de la baisse du coût de l’énergie, pourrait booster la demande intérieure... et notre économie rentrerait dans un cercle vertueux.  Le gouvernement aurait donc tout à gagner en renégociant le contrat qui le lie avec la CNPC. 

La qualité de l'énergie : Avec l'émergence de la classe moyenne (44,9% de la population du Niger en 2015 selon l’INS(2015)), qui a un pouvoir d’achat relativement élevé et arrive à se procurer facilement les produits électroménagers, la demande en énergie s'est considérablement accrue.  Conséquence,  l'offre énergétique de la Nigelec : (totale, Non Synchrone et hors miniers du nord) Puissance Interconnexion: 210MW installés / 96MW disponibles, Centrales thermiques : 125MW installés / 61MW disponibles, Pointe 2013: 150MW ; constituée de 60% d'électricité importée du Nigeria ainsi que la production locale, n'arrive plus à couvrir les besoins énergétiques annuels du pays(difficile à estimer faute de données officielles). La raison ? Un manque d'anticipation de la part de la société Nigérienne d’électricité (Nigelec) dont l’offre est "restée stationnaire pendant plus de 10 ans"(Réunion du Comité Scientifique de l’ASEA NIAMEY, octobre 2013). Et faute d’investissements lourds pour adapter les infrastructures/capacités existantes et  satisfaire  cette demande en énergie électrique de plus en plus croissante, les coupures de courant se multiplient.  

Ces délestages, devenus récurrents dans le pays au fil des années, et surtout pendant les périodes de chaleur, occasionneraient des "perturbations  non négligeables pour les usagers" (Réseau de Transport d'Electricité (Français), 2011) :

Pour les ménages : L’absence d’éclairage et de moyens de communication (internet, téléphone) sont les gênes les plus couramment constatées. Le temps perdu du fait de la perte de données informatiques ou de la reprogrammation d’appareils électroniques est également souvent cité. En revanche, d’un point de vue économique, le contenu du congélateur ou du réfrigérateur qu’il a fallu jeter ou encore la réparation d’un ordinateur endommagé pèsent nettement plus.

Pour les entreprises industrielles : une perturbation de l’alimentation électrique est rarement anodine en termes économiques.

Il s’agit des coûts liés aux pertes de production, au remplacement ou à la réparation des matériels endommagés, aux pertes de matières premières, au non respect de contrats avec des clients, aux coûts de la main d’œuvre pendant les interruptions de travail. Difficile dans ces conditions d'attirer de nouvelles petites et moyennes industries et promouvoir le "made in Niger". 

Dans le secteur tertiaire, la perte de vente est la principale conséquence économique d’une interruption de l’alimentation électrique. De façon plus indirecte, le temps perdu par les personnes extérieures qui se trouvent dans l’établissement au moment de la coupure - clients, élèves.... - représente un coût pour la société. Dans certains cas, les coupures peuvent mettre en danger la sécurité des personnes (malades, hôpitaux, sites sensibles, signalisation routière, etc.).

Au cotés de ces perturbations,  il faudrait aussi tenir compte des pertes importantes associées à ces coupures intempestives pour notre économie. Faute d'enquête et études sérieuses sur ce sujet, il serait difficile de les chiffrer au Niger. Selon le RTE (2011), "l’analyse des conséquences des coupures d’électricité permet de distinguer deux types de coûts : les coûts économiques, qui sont associés aux dommages subis directement par les consommateurs et aisément monétisés (temps perdu, perte de production), et les coûts sociétaux, qui concernent les dommages causés à des tiers du fait de la coupure de courant, ainsi que les préjudices non monétisés subis par les consommateurs d’électricité (perte de confort, temps perdu par le public, impact sous-traitants, client)".

Or,  "la qualité du courant est un atout important pour la compétitivité car les coupures (moins de 3 minutes), et même les microcoupures (inférieures à 3 secondes), sont handicapantes pour l’activité des entreprises [et le bien-être des ménages]. Elle est [également] un atout important pour la compétitivité des industriels, c’est un argument pour leur implantation et, par là, un plus pour l’attractivité des territoires."(Chambre de Commerce et d’Industrie Française).

Améliorer la qualité de l'énergie consisterait  à axer les efforts sur les objectifs suivants : 

Associer les compagnies minières

Compte tenu de la prépondérance de l'industrie minière au Niger (10,2% du PIB en 2013), ce dernier devrait avoir un taux d'électrification élevé. Or, ce taux reste très faible : moins de 10 % de la population couverte, alors que le taux de couverture dépasse 80 % en Afrique du Sud et au Gabon. Ce qui nous laisse penser que nos industries minières (Somaïr qui alimente les villes d’Agadez, Tchirozérine, Arlit et Akokan ainsi que les Sociétés minières basées dans les environs et la Soraz) ne jouent pas assez le jeu. Et pourtant, si ces industries collaboraient avec la NIGELEC, elles pourraient apporter une réponse [quasi] satisfaisante  aux besoins énergétiques croissants de la population. Puisque selon la Banque Mondiale " l’absence d’accès à l’électricité qui touche la majorité des Africains (y compris les Nigériens),  peut être surmontée grâce aux sociétés minières qui ont un rôle essentiel à jouer dans l’exploitation des sources d’énergie propre dont recèle l'Afrique (y compris notre pays)". 

Comme le souligne Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour la Région Afrique « l’intégration des secteurs de l’électricité et de l’industrie minière peut non seulement permettre aux mines de réaliser d’importantes économies, mais elle facilitera également l’électrification des communautés locales et offrira des possibilités d’investissement au secteur privé. Toutefois, pour y parvenir, les gouvernements, les compagnies d’électricité et les sociétés minières doivent collaborer ». Ces propos devraient inspirer notre gouvernement à engager des négociations avec la Somaïr et la Soraz.  Et lorsqu'elles aboutissent, elles pourraient atténuer le problème de coupures d'électricité intempestives dans les régions où elles sont implantées voire davantage. 

Construire des centrales thermiques :

Les constructions de centrales thermiques en cours ou à venir : Centrale électrique diesel 100MW de Gorou Banda (Niamey rive droite) et dont la mise en service prévue pour Juin  2015 et Centrale électrique à charbon de Salkadamna (Tahoua) pour 200MW extensible à 400MW pour l'horizon 2017, sont nécessaires pour pallier les délestages à court terme mais pas suffisantes pour remporter la bataille pour l’indépendance énergétique de notre pays. 

Cependant, les deux objectifs étudiés précédemment ont une limite : les compagnies minières et la centrale thermique utilisent des énergies fossiles. Or, les sources d’énergie comme le pétrole, le charbon et même l’uranium se raréfient. Et à terme, en s’amenuisant, ces sources d’énergie coûteraient plus cher. Sans oublier leurs charges d'exploitations : qui peuvent s’avérer exorbitantes. A terme, cela risque de se répercuter sur le prix du kwh vendu actuellement à 59,45 FCFA pour une tranche de consommation de 0 à 50 kWh pour les abonnés domestiques dont la puissance souscrite est de 3 kWh. D'où l'intérêt de se tourner vers une source d'énergie intarissable que le soleil. Puis, "lorsqu'on a des ambitions, des visions d’avenir pour son pays, je pense qu’il faut aller vers la ressource qui va nous assurer la pérennité de notre approvisionnement en énergie électrique ; Et je crois que chez nous, cette ressource est disponible, c’est-à-dire le soleil." (Albert Wright, 2013).

Construire une Centrale solaire 

Dans la plupart pays développés (Etats-Unis, France, Allemagne...) et certains pays en développement (Maroc, Ethiopie...), la tendance actuelle se tourne vers des énergies moins polluantes, plus respectueuses de l’environnement. Bien qu'il bénéficie d'un ensoleillement permanent, notre pays Niger reste à la traîne dans cette révolution énergétique et environnementale. 

Malgré son coût élevé, la centrale solaire semble le choix pertinent compte tenu des atouts du pays. Certes l’investissement initial peut très élevé, mais le gouvernement peut compter sur les bailleurs de fonds tels que la Banque Mondiale qui appuierait un projet de centrale solaire au Maroc.  En outre,  une fois l’investissement réalisé, la centrale se rentabilise rapidement. Puis ses charges d’exploitation seraient nettement inférieures à celles d'une centrale thermique de taille équivalente : soleil (gratuit) contre produits pétroliers (payants) comme source d'énergie.

Les projets de construction des Centrales électriques solaires photovoltaïques de 5MW sur financement Eximbank Inde (à Niamey) et de 20MW de Guesselbody (20km de Niamey) en BOT s'inscrivent dans le cadre de la stratégie nationale que notre pays va mettre en place pour installer suffisamment d'unités de production d'énergie propre différentes pour satisfaire une grande partie de ses besoins d'électricité.

En attendant que ces projets voient le jour, le gouvernement devrait contribuer à démocratiser l'utilisation des panneaux solaires en réduisant les taxes qui pèsent sur leur importation. 

Pour lever la crainte de voir la NIGELEC perdre son monopôle, celle-ci pourrait s'inspirer du modèle mis en place par l'Electricité de France (EDF), en France. Cela consisterait pour notre société d'électricité d'avoir l’obligation d’acheter, pendant une durée déterminée, l’électricité produite par des particuliers/entreprises à partir d’une énergie renouvelable, notamment le solaire. Les tarifs du photovoltaïque seraient fixés par l’Etat. Ainsi, les particuliers/entreprises auraient donc la garantie d’amortir leur investissement et de bénéficier d’un revenu régulier. 

Dans un pays où l'accès à l’électricité reste encore un "luxe", comme nous l'avons mentionné plus haut,  cette pratique ferait le bonheur des Nigériens puisqu'elle leur permettrait de s’y approvisionner qualitativement et surtout à moindre coût.

La réalisation des objectifs susmentionnés pourrait garantir un approvisionnement énergétique suffisant pour créer la croissance économique [robuste] nécessaire à la réduction de la pauvreté et à la promotion de la prospérité pour tous les Nigériens.

Adamou Louché Ibrahim

Analyste et consultant en économie de développement

{jathumbnail off}

Commentaires  

+7 #1 A.Rahamane sani ali 02-06-2015 19:47
Très belle analyse mon cher analyse et j'espère que le gouvernement jeter à un oeil sur cette proposition.
Ce qui m'inquiète seulement ce que l'État n'accorde aucune importance au développement du capital humain et l'enpreunariat qui sont pour tant les moteurs essentiels de la croissance économique.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 degrace 02-06-2015 20:14
Presque bonne analyses une conclusion nule et dépourvu de supports. Les questions sont posées a qui. Ni l assemblée ni le gouvernement n a la capacité réelle de consacrer le temps nécessaire menant d abord a un choix de la forme d énergie et deuxièmement se battre pour une implantation efficiente de choix. Un pays incapable d éradiquer une épidémie de méningite ne saurait en aucun cas rêver d énergie renouvelables biens que toutes les ressources gissent dans son sol.faisons de prières convenables. Le niger mal grès sa croissance reste très sous développé. En économie une croissance peut s estomper a tout moment contrairement au développement qui est permanent. Votre analyse demande a un bébé de 6 mois de porter des grands boubous 3 pièces d un aldult.
Vos analyses sont vraies et valables pour le Ghana le Sénégal et la cote d ivoire. Qui niger for the moment le président chante et les ministres dansent.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 Habibou HADI 03-06-2015 00:47
Cet article mérite d'etre salué tant pour sa cohérence que les propositions des solutions alternatives qu'il offre à la croissance au Niger. Loin d'étre utopique, la reflexion développée dans cet article, en terme de contribution, devrait intégrer la vision politique nigérienne pour une croissance plus vigoureuse".
Félicitation!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #4 degrace 03-06-2015 06:17
Ditesi l uranium appartient il toujours au niger ? Avons de souveraineté ? C est honteux pour pays de disposer de l uranium depuis 60ans et se plaindre d énergie. Il est pluséconomiquedetransformer notre uranium que toute autre alternative. Pourquoi le vendons nous a la France ? N est ce pour servir d énergie a la France et l Europe.Eh bien parce que l énergie nucleaire coûte vraiment moins chere ils veulent pas s en separersi le niger pourrait se permettre une centrale solaire il serait a même capable d avoir sa propre centrale nucléaire. Nos dirigeants actuels devaent poser les premièrs acts de notre autosuffisance énergétique au contraire ils ont préférer attendre leur tour d être au pouvoir.. Si ailleurs le citoyens se demandent leur obligations et devoirs envers leur pays au niger nous ne demandons que notre part du gâteau .nos enfants seront doublement endettés de réflexion et de travail .
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 malam issa 03-06-2015 08:14
J'espère que les techniciens vont tenir compte de cette analyse pertinente.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #6 ISSIA 2 03-06-2015 17:39
Bravo analyses et évaluation valables que les décideurs t'entendent Merci
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 @ yahoo 06-06-2015 12:43
gjjfdhj
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #8 analyst 06-06-2015 17:50
Le Nigérien ! Ce bel investissement intellectuel n'a motivé qu'une poignée de commentaires.

Le Nigérien serait-il inculte ou carrément contre la culture ?

En tous cas, bravo à l'auteur et vivement votre prochaine analyse.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #9 hhhhh 08-06-2015 20:13
Excellent et Chapeau nous soutenons tes propositions déterminante
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #10 EXIMBANK CHINE 18-06-2015 16:38
prêt EXIM BANK CHINA a été signé le 30 Septembre 2013 pour financer la construction par CSCEC (China State Construction Engineering Corporation) avec le contrat CPP signé le 1er Janvier 2013 pour la réalisation de la centrale de Salkadamna comme en témoigne par le FMI (Fonds monétaire international) en 2013 - 2014 à 2015
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #11 EBONY 28-06-2015 00:33
MR CE QUE TU RACONTE EST FAUX, vs qui vivez avec une monnaie coloniale comment pouvez vous avancé
tant que le cfa ne sera pas changé l afrik francophone ne peux pas evoluer
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

CORIS BANK 1 AN

CORIS BANK 1 AN

Canal Horizon Nov Dec

Top de la semaine

Publier le 05/12/2020, 15:35
sommet-de-l-ua-sur-la-zlecaf-le-president-issoufou-presente-un-nouveau-rapport-sur-l-etat-d-avancement-de-la-zone-de-libre-echange-africaine Le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, leader chargé de promouvoir le processus de la...Lire plus...
Publier le 05/12/2020, 09:52
pnds-tarrayya-le-candidat-bazoum-devoile-les-grands-axes-de-son-programme-de-renaissance-iii-consolider-et-avancer Le parti au pouvoir a procédé dans la soirée du vendredi 4 novembre à son siège de Zabarkan, au...Lire plus...
Publier le 04/12/2020, 20:04
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-04-decembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 04 décembre 2020, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 04/12/2020, 08:59
legislatives-la-cour-constitutionnelle-valide-359-dossiers-de-candidature-sur-505-deposes-pour-le-scrutin-du-27-decembre A quelques heures de l’ouverture de la campagne électorale pour les législatives du 27 décembre, la...Lire plus...
Publier le 04/12/2020, 01:07
communique-du-conseil-des-ministres-du-jeudi-3-decembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour,  jeudi 03 décembre 2020, dans la salle habituelle...Lire plus...
Publier le 03/12/2020, 12:20
justice-a-diffa-les-plaignants-deboutes-sur-l-affaire-de-la-nationalite-du-candidat-bazoum-une-autre-plainte-deposee-a-la-cour-constitutionnelle Le tribunal de grande instance de Diffa,  statuant publiquement et contradictoirement à l'égard...
Publier le 30/11/2020, 09:28
presidentielles-des-professeurs-de-philosophie-apportent-leur-soutien-a-leur-collegue-bazoum-mohamed-candidat-du-pnds-tarraya-declaration DÉCLARATION DE SOUTIEN DES PROFESSEURS DE PHILOSOPHIE DU NIGER À LA CANDIDATURE DE LEUR COLLÈGUE...
Publier le 30/11/2020, 10:45
defense-l-effectif-des-militaires-sera-porte-a-50-000-hommes-dans-les-5-prochaines-annees Afin d’améliorer et renforcer les capacités des Forces armées nigériennes (FAN), le gouvernement a...
Publier le 04/12/2020, 01:07
communique-du-conseil-des-ministres-du-jeudi-3-decembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour,  jeudi 03 décembre 2020, dans la salle habituelle...
Publier le 05/12/2020, 09:52
pnds-tarrayya-le-candidat-bazoum-devoile-les-grands-axes-de-son-programme-de-renaissance-iii-consolider-et-avancer Le parti au pouvoir a procédé dans la soirée du vendredi 4 novembre à son siège de Zabarkan, au...
Publier le 03/12/2020, 12:20
justice-a-diffa-les-plaignants-deboutes-sur-l-affaire-de-la-nationalite-du-candidat-bazoum-une-autre-plainte-deposee-a-la-cour-constitutionnelle Le tribunal de grande instance de Diffa,  statuant publiquement et contradictoirement à l'égard...
Publier le 30/11/2020, 22:54
communique-de-presse-du-mouvement-patriotique-pour-la-republique-mpr-jamhuriya Le bureau politique national, Les militantes , militants  sympathisantes  et sympathisants...
Publier le 30/11/2020, 10:45
defense-l-effectif-des-militaires-sera-porte-a-50-000-hommes-dans-les-5-prochaines-annees Afin d’améliorer et renforcer les capacités des Forces armées nigériennes (FAN), le gouvernement a...
Publier le 02/12/2020, 08:58
communique-du-conseil-des-ministres-du-mardi-1er-decembre-2020  Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mardi 1er décembre 2020, dans la salle habituelle...
Publier le 04/12/2020, 01:07
communique-du-conseil-des-ministres-du-jeudi-3-decembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour,  jeudi 03 décembre 2020, dans la salle habituelle...

Dans la même Rubrique

20 Novembre 2020 - Journée Mondiale de l’Enfance : Réinventons l’avenir pour chaque enfant (Par Ilaria Carnevali, Représentante a.i. de l’UNICEF au Niger)

20 novembre 2020
20 Novembre 2020 - Journée Mondiale de l’Enfance : Réinventons l’avenir pour chaque enfant (Par Ilaria Carnevali, Représentante a.i. de l’UNICEF au Niger)

Le 20 novembre de chaque année marque la journée mondiale de l’enfance. Cette journée vise à rappeler l’importance de garantir et faire respecter les droits de chaque enfant, aujourd’hui plus...

Lettre ouverte à l’ex pensionnaire du Lycée National Issoufou Mahamadou sur les souvenirs  provoqués par l’inauguration de l’Hôtel du Ministère des Finances (Par Djibril Baré)

22 octobre 2020
Lettre ouverte à l’ex pensionnaire du Lycée National Issoufou Mahamadou sur les souvenirs  provoqués par l’inauguration de l’Hôtel du Ministère des Finances (Par Djibril Baré)

Cher grand-frère, L’inauguration, le jeudi 15 octobre 2020 à travers une cérémonie officielle de l’Hôtel des Finances devant abriter tous les services relevant du Ministère des Finances érigé en plein...

Élections présidentielles : pour une confrontation loyale et équitable, gage d'une certaine intelligence politique au service du pays

22 septembre 2020
Élections présidentielles : pour une confrontation loyale et équitable, gage d'une certaine intelligence politique au service du pays

L’investiture, comme candidats aux prochaines élections présidentielles, de deux autres poids lourds de la politique nigérienne, constitue à n’en point douter un évènement qui constitue un tournant majeur dans la...

L’éligibilité à l’épreuve de la condamnation pénale au Niger (Par Adamou Issoufou)

6 septembre 2020
L’éligibilité à l’épreuve de la condamnation pénale au Niger (Par Adamou Issoufou)

De la vision positive et égalitariste de l’homme, il se dégage une présomption d’aptitude à l’exercice du pouvoir par tous les hommes. Le style impersonnel introduit, illustré par l’emploi de...

Lettre ouverte citoyenne de félicitations au président Tchadien Idriss Déby pour son élévation à la Dignité de Maréchal par la Représentation nationale (Par Djibrilla Mainassara Baré)

28 août 2020
Lettre ouverte citoyenne de félicitations au président Tchadien Idriss Déby pour son élévation à la Dignité de Maréchal par la Représentation nationale (Par Djibrilla Mainassara Baré)

M. le président de la République, L’actualité brûlante dans notre sous-région, m’autorise à revenir sur votre élévation, le 11 Août 2020 à N’Djaména, à la dignité de Maréchal du Tchad,...

Il ne faut pas être naïf, la Russie ne viendra pas sauver le Mali (Par Gado Alzouma)

26 août 2020
Il ne faut pas être naïf, la Russie ne viendra pas sauver le Mali (Par Gado Alzouma)

En voici les raisons: Tout d’abord, certains Africains ont parfois pour habitude d’adopter des comportements et des attitudes que nous croyons acceptables, comme allant de soi, mais que les autres...