lundi 15 août 2022

2645 lecteurs en ligne -

fraren

Sabre national de lutte traditionnelle : c’est parti pour 10 jours de « Kokowa », sport roi au Niger

Kassoum et Seyni entree arene

Le coup d’envoi de la 40e édition du Sabre national de lutte traditionnelle a été donnée, dans la soirée du mardi 25 décembre 2018, à l’Arène des jeux traditionnelle Naroua Sanou de Tillabéry. Une cérémonie très riche en couleurs qui s’est déroulée en présence du ministre des sports, Moctar Kassoum, du Haut représentant du président de la république, Seini Oumarou, de plusieurs membres du gouvernement, députés nationaux, responsables administratifs et autorités locales. La cérémonie officielle d’ouverture a également été marquée par la présence de nombreux invités de marques ainsi qu’un public venu massivement assister à l’évènement.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Comme par le passé, la cérémonie a été marquée par le traditionnel défilé des différentes délégations des 8 régions du pays, une entrée en scène rythmée par les chants et danses des lutteurs mais aussi par la prestation des célèbres Tchali-Tchali. L’occasion aussi pour le champion en titre, Tassiou Sani de Zinder, de sacrifier à la traditionnelle remise de son trophée, qui est désormais remis en jeu et sera décerné, à l’issue de la compétition, au nouveau roi des arènes qui sera connu le 3 janvier prochain.

Plusieurs allocutions ont également marqué l’ouverture de cette édition de « Kokowa » notamment celle de bienvenue du maire de la capitale du fleuve, qui a été suivie par celle du gouverneur de la région. Ibrahim Tidjani Katchiella n’a pas manqué de rappeler le contexte dans lequel se tient cette édition à savoir l’insécurité ambiante, tout en rassurant les participants que toutes les dispositions ont été prises, en dépit de l’état d’urgence, pour assurer la sécurité dans la région et aussi pour que la fête soit belle. Dans son discours d’ouverture, le ministre des Sports a rappelé les enjeux de la lutte traditionnelle au Niger, un cadre de « brassage et d'échanges sportifs et culturels, qui permet aux filles et fils du pays, venus des quatre coins du Niger de fraterniser, pour consolider l'unité nationale, la solidarité, la culture de la paix et la concorde nationale ». C’est d’ailleurs pour cette raison, dira Kassoum Moctar, que le thème choisit pour cette édition : « Jeunesse-Paix et Sécurité », prend tout sens puisqu’il répond parfaitement aux attentes des autorités de la 7e république, concernant ce grand rendez-vous annuel attendu par toute la population nigérienne et au-delà. Le Sabre national, véritable patrimoine de la culture nigérienne, est en effet en train de conforter sa renommée à l’international, comme en atteste le soutien à l’évènement de la CONFEJES, relevant de l’OIF. Le secrétaire général de l’organisation, notre compatriote Ali Harouna Bouramah, était d’ailleurs à Tillabéry, où il a pris la parole lors de la cérémonie d’ouverture pour magnifier toutes les vertus de ce sport, qui fait la fierté du Niger et dont beaucoup de pays veulent s’en inspirer.

Du spectacle et des émotions

Durant 10 jours, 80 lutteurs vont livrer quelques 140 combats à l’issue duquel sera connu le nouveau champion.  Facteur de cohésion sociale et d'unité nationale, la lutte traditionnelle est le sport roi au Niger et durant toute cette période, l’actualité nationale sera orientée vers les combats qui sont retransmis en direct sur les ondes des chaînes publiques. Malgré quelques défaillances constatées lors des dernières éditions, les responsables du ministère des Sports ont pris les devants pour parfaire cette édition qui est organisée, pour la seconde fois, par le Comité national de gestion de la lutte traditionnelle. On se rappelle que l’année dernière, suite aux dissensions qui persistaient au sein de la Fédération, la tutelle a décidé de retirer la délégation des pouvoirs à la FENILUTTE, et un comité adh’hoc de gestion a été mis en place sous l’autorité du ministre afin de mettre de l’ordre, sur une période de trois ans, dans la discipline. En prélude à la 40e édition, le ministre Kassoum Moctar ainsi que les responsables du ministère et du comité de gestion, ont d’ailleurs tenu plusieurs réunions d’informations, d’échanges et de sensibilisation avec l’ensemble des acteurs impliqués dans l’organisation du Sabre national. Les arbitres, pièces maîtresses des compétitions, ont également suivi des stages techniques et pratiques, afin de s’imprégner des nouvelles dispositions du Code de la lutte. Par ailleurs, afin de s’assurer du bon séjour des délégations, la délégation ministérielle s’est rendue sur les différents sites d’hébergement des lutteurs et de leurs encadreurs, afin que rien ne soit laissé au hasard.

Selon les organisateurs, toutes les conditions sont réunies pour que le rendez-vous de Tillabéry soit une véritable réussite et que la lutte traditionnelle retrouve ses lettres de noblesse. Les compétions ont d’ailleurs débuté ce mercredi 26 décembre et vont se poursuivre jusqu’au soir du 3 janvier. D’intenses moments d’émotions, de spectacles et de débats pendant dix journées. Et déjà dès la première journée, les spectateurs ont assisté à des chocs, des déceptions et de joies : des ingrédients qui font la beauté de ce sport roi au Niger. Que le plus vaillant des lutteurs gagne ! Et à l’heure où débutent les compétitions, il n’est pas inutile de rappeler la devise de Kokowa : « CHAMPION, QUI QUE TU SOIS, NOUS T’APPLAUDIRONS » !

Kassoum marche

Kassoum Seyni dans les tribunes

Kassoum et lutteurs

Tribune sabre national

Tribune sabre national BIS

A.K.M (Actuniger.com)



Commentaires  

0 #1 primo 27-12-2018 09:50
Le haut representant de Issoufou alias le petit Seyni garcon de course de issoufou.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com