mercredi 10 août 2022

3938 lecteurs en ligne -

fraren

Lutte contre le Covid-19 : les frontières terrestres restent fermées, l’état d’urgence sanitaire prorogé

frontieres fermee

En Conseil des ministres le vendredi 2 octobre, le gouvernement a prorogé de trois (3) mois l’état d’urgence sanitaire dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Covid-19. Malgré le maintien de la tendance favorable de l’évolution de la maladie, le gouvernement a également décidé de maintenir la fermeture des frontières terrestres, en vigueur depuis mars dernier. L’organisation du Mouloud prochain a été certes autorisée mais uniquement sur le plan national et dans le respect des mesures sanitaires et sécuritaires.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Ceux qui attendent désespérément la réouverture des frontières terrestres vont encore prendre leur mal en patience ! Le gouvernement a en effet décidé, à la suite du Conseil des ministres du vendredi 2 octobre, de maintenir cette fermeture qui est en vigueur depuis mars 2019, dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Covid-19. La décision a été prise suite aux conclusions du Comité interministériel de lutte Covid-19 qui s’est réuni la veille sous la présidence du Premier ministre Brigi Raffini.

La mesure de la fermeture des frontières terrestres étant toujours en vigueur, le gouvernement a pris des mesures sur l’organisation du Mouloud prochain qui est certes autorisée, mais uniquement sur le plan national et dans le respect des mesures sanitaires et sécuritaires nécessaires.

L’Etat d’urgence sanitaire prorogé de 3 mois

Le Conseil des ministres a aussi décidé de prorogé de trois (3) mois, l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis le 27 mars dernier. « En raison de la persistance et du caractère éminemment pathogène et contagieux de la Covid-19, le gouvernement a décidé de la prorogation de l’état d’urgence sanitaire pour une nouvelle période de trois (03) mois à compter 10 octobre 2020 », a expliqué le gouvernement qui a adopté à cet effet, un projet de décret qui sera par la suite soumis à l’Assemblée nationale pour adoption.

Parmi les autres mesures annoncées par le gouvernement, le rappel du caractère obligatoire du port de bavette par les agents et les usagers des services publics et privés et aussi les dispositions à prendre pour la prochaine rentrée scolaire. Il s’agit notamment de l’obligation du port de la bavette pour les élèves, les enseignants et le personnel de l’administration des établissements scolaires ; de la désinfection de tous les établissements scolaires ayant abrité les victimes des inondations ; de l’organisation d’une vaste campagne de sensibilisation des parents d’élèves, des maitres et du personnel administratif des établissements scolaires et du renforcement du dispositif de lavage des mains ainsi que de la surveillance du Covid-19 dans les établissements scolaires.

Des bavettes gratuites et obligatoires pour les élèves

Selon le gouvernement, le principal défi est actuellement la prévention de la COVID-19 liée à la rentrée scolaire prévue pour le 15 octobre 2020. « Cette rentrée intervient dans un contexte de notifications sporadiques des cas asymptomatiques de relâchement des mesures barrières et de regroupements de plusieurs milliers de scolaires venus de divers horizons et ménages », lit-on dans le communiqué publié à l’issue du Conseil des ministres. Afin de faire face à la situation, le gouvernement annonce que les mesures barrières et la PCI doivent, en conséquence, être respectées au maximum et à cet effet, plusieurs actions sont entreprises. Il s’agit de la tenue d’une réunion de concertation du Comité technique national de gestion de la pandémie et des Secrétaires Généraux des Ministères en charge de l’Education ; de l’estimation des besoins pour le renforcement de la prévention de la COVID-19 dans les établissements scolaires qui a été faite ainsi que des instructions qui ont été données pour « rendre accessibles gratuitement aux scolaires et au corps enseignant les bavettes lavables ».

Situation épidémiologique favorable

Lors du Conseil des ministres, le gouvernement a, en plus de la situation de la mise en œuvre des mesures prises dans le cadre de la riposte à la pandémie de la COVID-19, pris connaissance de l’évolution de la pandémie. C’est ainsi qu’il ressort des données à la date du 1er octobre 2020, que « l’évolution de la situation épidémiologique de la pandémie liée à la COVID-19 au Niger est favorable avec un Ro de 0,185 ». Selon les statistiques du ministère de la Santé publique, à cette même date du 1er octobre, 25.447 tests ont été réalisés à l’issue desquels 197 cas ont été confirmés positifs ; 69 décès enregistrés ; 114 patients sont sortis guéris et 14 patients sont actuellement  sous traitement. Pour ce qui est du confinement, un total de 15.374 cas ont été enregistrés dont 15.347 personnes déjà sortis et 27 toujours en cours de confinement.

Ikali (actuniger.com)



Commentaires  

+3 #1 Habsatou Diarra 03-10-2020 19:06
Hum eux ils voyagent de façon qu'ils veulent mais nous on ne peut pas. Que Dieu nous protège de cette maladie mais nous on est pressé qu'ils ouvrent wlh.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 Toukourno 03-10-2020 20:15
Même si le gvt décidait de réouvrir les frontières et que les autres pays n'ont pas lever la fermeture des leurs ce serait sans objet. On attend toujours pour suivre le pas des autres. Que peut-on faire d'ailleurs quand on est en queue de peleton.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #3 VERITE 05-10-2020 09:25
Des médicaments contre le paludisme gratuits pour tous les nigériens sont mieux que toutes ces mesures
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #4 hamidou rabe 07-10-2020 14:45
Citation en provenance du commentaire précédent de VERITE :
Des médicaments contre le paludisme gratuits pour tous les nigériens sont mieux que toutes ces mesures

Hum! Quand je pense aux milliers de mères de nos campagnes qui chaque jour pleurent la mort de leurs enfants emportés par le paludisme très souvent par ce qu'elles n'ont même pas les 1000 F pour payer les soins! Dieu est grand! Walay, quand on sera devant Dieu.......
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com