lundi 8 août 2022

2413 lecteurs en ligne -

fraren

L’AJ-SEM Niger pose les jalons d’un cadre de dialogue et de collaboration entre FDS et acteurs des médias

AJ SEM rencontre

A l’issue d’une riche journée d’échanges acteurs des médias et forces de défense et de sécurité ont formulé la nécessité de créer un mécanisme formel de collaboration entre eux pour mieux informer les populations sur les questions de défense et de sécurité. Abdouramane Ousmane, un des experts qui a facilité lesdits échanges a invité les deux acteurs a ‘’définir les modalités transactionnelles de la gestion de l’information en période de crise à travers un cadre’’. M. Ousmane expert en communication-médias intervenait sur la deuxième thématique (quel type de collaboration FDS et acteurs des médias dans un contexte de crise multiforme ?) développé au cours de cette rencontre organise par l’Association des Journalistes pour la Sécurité et les Migrations (AJ-SEM Niger) a l’occasion de la journée internationale de la Paix célébrée chaque 21 Septembre.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Les enjeux et les défis sécuritaires du Niger (porosité des frontières terrorisme, extrémisme violent, criminalité, banditisme, COVID-19…), ont été évoqué par le directeur général adjoint du centre d’études stratégiques et de sécurité (CNESS) Dr Abdoulazizou GARBA, l’autre expert sollicite par l’AJ-SEM Niger pour animer les discussions au cours de cette journée qui a connu une importante mobilisation des deux groupes d’acteurs.

La cérémonie protocolaire d’ouverture a été marquée par deux interventions. Le mot de bienvenu du président de l’AJ-SEM Niger, monsieur Abdoul-Razak IDRISSA et l’allocution d’ouverture prononcée par le président du conseil d’administration de la Maison de la presse Ibrahim HAROUNA. Ce dernier a salué ‘’l’opportunité que nous offre l’AJ-SEM pour échanger sur la question des rapports FDS / Journalistes dans ce contexte particulier. J’ose espérer qu’à l’issue de nos échanges des pistes solides puissent être dégagées’’.

Monsieur IDRISSA a lui rappelé que l’objectif de la rencontre est ‘’d’échanger entre FDS et acteurs des médias afin de trouver les meilleurs voies et moyens d’une collaboration dans un contexte de crise sécuritaire multiforme. Un contexte marqué par des obstacles et des attitudes négatives qui empêchent à cette collaboration, combien importante, de se concrétiser’’. Les journalistes ont souvent des appréhensions et des réticences à contacter les FDS quand ils traitent des questions de défense et de sécurité. ‘’S’ils n’ont pas peur, ils craignent généralement les longues procédures administratives voire les refus catégoriques à disposer des informations de la part des institutions en charge de ces questions. Toute chose qui nuit au droit du public a l’information’’ a indiqué le président de l’AJ-SEM Niger.

Les FDS pour leur part, sont très méfiantes vis-à-vis des journalistes et des médias, qui sont pour elles très pressés pour avoir l’information, jouent beaucoup au sensationnel, parfois au scandale, juste pour le scoop. ‘’Des attitudes qui sont préjudiciables aux efforts des acteurs de défense et de sécurité et ne cadrent surtout pas toujours avec les principes et règles de fonctionnement de la ‘’grande muette’’ devait-il poursuivre.

D’autres facteurs qui rendent difficile cette collaboration ont été énumérés par monsieur IDRISSA. ‘’La méconnaissance réciproque des rôles et des responsabilités des acteurs et le faible degré de compréhension des facteurs d’insécurité devenus très complexes et variés’’. Pourtant, les deux acteurs ont aujourd’hui plus qu’hier des problématiques communes qu’il faut régler : les fakes-news et les informations sur les réseaux sociaux.

Cette persistance des attitudes de méfiance entre les FDS et les acteurs de media recommande de repenser leur collaboration de manière à tirer profit de leur interaction et de leur complémentarité, afin que les populations soient informées avec professionnalisme et responsabilité sur les questions de sécurité et de défense a conclu le président de l’association.

AJ SEM rencontre BIS1

AJ SEM rencontre BIS



Commentaires  

0 #1 salamou alaikoum 30-09-2020 17:34
"un militaire sans formation politique est un criminel en puissance " disait feu Thomas Sankara, le patriote absolu. Au contraire d'autres militaires tous confondus se cachent derrière la réserve du métier et se font utiliser comme des torchons. Enfin N'est pas Soldat qui le veut ET ENCORE moins patriote.
Le plus brulant est que les forces de l'ordre obéissent aux ordres manifestement illégaux pour arrêter et malmener les journalistes et mêmes les autres citoyens. ils sont au service de qui donc? sont-ils des robots? sont -ils des lâches pour ne pas protester ? un coin du voile sur cette question doit avoir été soulevé au cours de ce dialogue. Sinon c'est peine perdue pour notre peuple.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com