Sidebar

Airtel Kassoua Garbal

NITA Fond Site Web 675 x 240

carte geographique

Les neuf (9) humanitaires enlevés le 24 juin dernier à Bossey Bongou, près de Bolsi,  dans le département de la Torodi, ont été libérés par leurs ravisseurs. L’information a été confirmée par plusieurs sources officielles même si aucune information sur les conditions de cette libération n’a encore filtrée de source officielle.

Zeyna commission0

C’est dans la journée du mercredi 1er juillet que l' information sur la libération des neuf (9) humanitaires enlevés le 24 juin dernier à Bossey Bangou, dans le département de Torodi, à la frontière avec le Burkina, a commencé à filtrer. D’abord au conditionnel puis par la suite confirmée dans la soirée par le gouverneur de la Région de Tillabéri et un responsable du PAM, cités par le correspondant de RFI à Niamey. D’après les mêmes sources, c’est au Burkina, pas très loin du lieu du rapt,  que les humanitaires ont été aperçus pour la première fois en liberté. Pour le moment, c’est tout ce que l’on sait sur cette libération des 9 humanitaires dont le rapt n’a jamais été revendiqué.

Ils étaient au départ plus d’une dizaine d’agents de l’ONG Action et programme d’impact au Sahel (APIS) qui ont été surpris par des individus venus à bords de plusieurs motos, le mercredi 24 juin à Bossey Bangou, près de Bolsi, à la frontière avec le Burkina. Les humanitaires étaient en mission de ciblage pour une assistance alimentaire pour le compte du Programme alimentaire mondiale (PAM) pour le compte de qui agit l’ONG APS. Les assaillants leur ont intimé l’ordre de les suivre emportant par la même occasion, deux (2) véhicules de l’ONG. Quelques uns ont pu s’échapper, et selon des informations non vérifiées, certains qui parlaient une langue bien comprise par les assaillants, ont été libérés. C’est donc 9 agents humanitaires qui étaient restés aux mains des preneurs d’otages pendant quelques jours, avant d’être libérés ce mercredi 1er juillet.

Depuis le rapt, le gouvernement n’a fait aucune communication officielle même si l’une des responsables de l’ONG ainsi que des autorités locales ont confirmé les faits. Il faut dire que la zone est placée depuis des mois en état d’urgence et suite aux menaces visant les organisations humanitaires, tout comme les populations civiles et les forces de sécurité, le gouvernement a imposé des escortes militaires pour des missions dans la région.

Ikali (actuniger.com)



Commentaires

3
Hum
3 années ya
Donc c
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
4
TOTO A DIT
3 années ya
Comme dirait TOTO A DIT, c'est bon ou bien pour ces humanitaires enlev
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
3
Idrissa Abdou Tambari Mohamed
3 années ya
Et les filles de N'Galewa apr
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Djibo Arzake Arzake
3 années ya
Donc ils ont fini avec leur mission ? T
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
974 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
484 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
266 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
417 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
304 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
314 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2258 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages