lundi 3 octobre 2022

2656 lecteurs en ligne -

fraren

Promotion de l’éthique et de la déontologie : le RENJED dans la capitale du damagaram !

Renjed atelier Zinder

Le RENJED poursuit le renforcement de capacités des journalistes et autres usagers de l’information.

« Le journalisme est une profession très noble  mais qui renferme beaucoup de risque notamment pour ceux qui ne respectent pas les textes en la matière. » Ce sont les mots du Secrétaire Général du Gouvernorat de Zinder Monsieur Harou Mamane à l’ouverture de la conférence de vulgarisation du fascicule résumant le cadre juridique et institutionnel en matière de l’information et de la communication tenue dans la salle de réunions du gouvernorat le mardi 26 mai 2020. C’était en présence de la représentante du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) de Zinder Mme Binta Amadou Mamadou, du Président du RENJED Monsieur Ousmane Dambadji, du Directeur de la Station régionale de l’ORTN de Zinder, de plusieurs journalistes des médias publics et privés, des étudiants, des acteurs de la société civile, des représentants des associations des jeunes et des femmes.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Cette rencontre, c’est un rappel, a été organisée par le Réseau Nigérien des Journalistes pour l’Education et le Développement (RENJED grâce à l’appui financier de l’Ambassade Royale du Danemark au Niger à travers l’ONG internationale OXFAM.

Dans son intervention le Secrétaire Général de la région de Zinder a précisé que ce document est d’une  importance  capitale car il revêt d’importantes       dispositions juridiques et institutionnelles en matière de l’information et de la communication  très utiles aux journalistes et aux  autres usagers de l’information.« Pour mieux réussir sa mission, le journaliste ou  tout autre citoyen a le devoir de comprendre et de respecter les lois et règlements qui régissent le secteur notamment l’éthique et la déontologie », souligne le Secrétaire Général du Gouvernorat de Zinder. C’est pourquoi, « ce document constitue un support important qui accompagne les medias et tout usager de l’information et de la communication. D’où la nécessité de son appropriation par tous », martèle Monsieur Harou  Mamane.

Pour Ousmane Dambadji, Président du RENJED, la vulgarisation de ce fascicule coïncide avec la situation de la pandémie du  coronavirus qui sévit dans le monde. C’est pourquoi, dans ce contexte de maladie  où chacun se transforme en journaliste libre et diffuseur des informations les journalistes et tout usager de l’information doit faire attention au contenu de leur publication. L’Etat a réussi à élaborer d’importants textes pour encadrer la liberté d’expression mais il est de la responsabilité de tout un chacun de chercher à connaitre ces textes afin d’éviter des dérapages et de faire face à la justice, précise le Président du RENJED. Le plus important est que chaque citoyen, au lieu d’être un diffuseur de fausses informations ou des fausses rumeurs, doit être un véritable ambassadeur pour la promotion des questions de développement, disait---il. Enfin selon Ousmane Dambadji, « Le journaliste, les étudiants, les acteurs de la société civile doivent se respecter et estimer le respect des autres pour une crédibilité de l’information ».

Quant à la représentante et point focal du CSC Mme Binta Amadou, elle a fait le rappel des missions et rôles et la composition du Conseil Supérieur de la Communication particulièrement dans la région de Zinder. Pour rappel, le Conseil Supérieur de la Communication est une institution constitutionnelle. Il tire sa légitimité dans la constitution du 25 novembre 2010 en son article 156. Le CSC est une autorité indépendante de régulation du secteur de l’information et de la communication. Avant de diffuser une information, il faut toujours penser sur les éventuelsdégâts que pourrait régénérer la diffusion de l’information. « Il faut remuer sa langue plusieurs fois avant de parler », disais Mme Binta lors de cette conférence. La représentante du CSC a aussi expliqué aux participants que n’importe qui ne peu pas être journaliste car la fonction du journalisme est une fonction qui s’apprend au risque d’exercer le métier dans l’ignorance  et  le non respect des règles d’éthiques et de la déontologie, insiste-t-elle.

Cette conférence a suscité plusieurs réactions de la part des journalistes, des étudiants et des acteurs de la société civile. Les questions ont tourné autour des points comme la responsabilité du journaliste dans le traitement et la diffusion des informations relatives au COVID 19, l’accessibilité à la couverture médiatique de l’ORTN  au bénéfice de  tout citoyen, le processus d’acquisition d’autorisation de couverture médiatique, les réseaux sociaux etc. Une rencontre riche et pleine d’enseignement pour les participants.

Au terme de cette conférence, une copie du fascicule résumant le cadre juridique et institutionnel en matière de l’information et de la communication produit par le projet a été remis à chaque participant. Rendez-vous est pris inchaalah le mercredi 10 juin 2020 à Niamey pour outiller cette fois-ci les étudiants de l’IFTIC sur la même thématique.

Renjed atelier Zinder

Renjed atelier Zinder BIS1 

Ibrahim Diolombi Mahamadou

Envoyé Spécial à Zinder/RENJED

.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com