vendredi 19 août 2022

2470 lecteurs en ligne -

fraren

Plus de 55 000 crimes contre les enfants commis dans les zones de conflit en Afrique en cinq ans (Save the Children)

enfants africains souriant

Plus de 55 882 violations graves ont été commises contre des enfants dans les zones de conflit en Afrique entre 2014 et 2018 selon une nouvelle analyse de Save the Children. Cela comprend les enfants tués, mutilés ou agressés sexuellement - malgré les engagements pris par les dirigeants africains de mettre fin à toutes les guerres sur le continent d’ici 2020.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Les cinq derniers rapports annuels des Nations unies sur les enfants et les conflits armés révèlent que les progrès réalisés en matière de protection des enfants en Afrique ont été limités depuis le lancement de la campagne phare de l'Union africaine "Faire taire les armes en Afrique" en 2013. L'agence est préoccupée par le fait que si certaines mesures ont été prises par les dirigeants africains pour réduire les attaques violentes contre les enfants, les progrès ont été trop lents.

Alors que se déroule la 33ème Assemblée de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba les 9 et 10 février 2020, ces chiffres montrent qu’il y a eu une augmentation des incidents dont quatre parmi les six graves violations de l’ONU contre les enfants en Afrique en temps de guerre depuis 2014.

La plus forte augmentation a été le recrutement et l’utilisation d’enfants comme soldats, qui a plus que doublé en Afrique en cinq ans .

Depuis 2014 en Afrique :

  • Plus de 11 000 enfants ont étés tués ou mutilés dans les conflits
  • Plus de 24 000 enfants ont été recrutés et exploités par des groupes armés
  • Plus de 4 600 enfants, pour la plupart des filles, ont été victimes d'agressions sexuelles lors de conflits
  • Il y a eu plus de 3 500 attaques contre des écoles et des hôpitaux .

Stephen, 16 ans, est originaire du Sud-Soudan. Il a survécu à une attaque contre son village mais a perdu un de ses amis dans le chaos. Il dit à Save the Children :

 Les combats ont commencé immédiatement et tout le monde a couru. Nous avons tous couru dans la brousse. Après cela, nous sommes revenus. J’ai trouvé les parents de ce garçon [mon camarade de classe], et je leur ai demandé, comment allait mon collègue ? Ils m’ont dit, nous ne l’avons pas vu et nous ne savons pas où il est allé… J’ai dit aux parents, c’est tellement douloureux pour moi.

“Notre gouvernement devrait veiller à ce que les enfants restent dans un endroit sûr et ne se joignent pas à des groupes armés. Nos parents devraient conseiller aux enfants de ne pas se joindre à des groupes armés, mais d’aller à l’école… Comme cet ami à moi, nous ne savons pas où il est parti, et il a perdu beaucoup d’opportunités.”

Save the Children appelle les États membres de l'UA et toutes les parties aux conflits sur le continent à trouver d'urgence des moyens consensuels, significatifs et durables de mettre fin aux guerres et de protéger les enfants contre toutes les formes de violence, d'abus et d'exploitation. Tout enfant qui a été déplacé de force doit être protégé contre le recrutement dans des groupes armés, le trafic et la contrebande, l'extrémisme violent et la radicalisation

Les États membres de l’UA doivent également avoir comme priorité un engagement significatif et soutenu des garçons et des filles touchés par les conflits par un processus décisionnel qui mène à des mesures de protection, y compris dans les programmes de prévention, d’intervention et de reconstruction post-conflit.

Mariam, 18 ans, est membre du Conseil consultatif pour les enfants et les jeunes du Mali.

Au Mali, la situation des enfants est vraiment critique. Nous voyons des enfants tués, violés ; certains d’entre eux ont vu des frères et des parents tués devant eux. Que de champs, d’écoles et d’hôpitaux détruits.

Lorsque j'ai rencontré des enfants déplacés de force dans des camps, ils étaient si traumatisés qu'ils ne pouvaient même pas parler de ce qui s'était passé. Certains d'entre eux n'ont rien à manger, là où ils vivent, ils sont exposés à des risques d'infection et de maladie".

Au regard de ces plus de 3 000 attaques contre des écoles sur le continent au cours des cinq dernières années, Save the Children appelle tous les États membres de l'UA à prendre des mesures plus fermes pour protéger l'éducation contre les attaques et pour les pays qui ne l'ont pas encore fait, de signer la Déclaration sur la sécurité dans les écoles. Les signataires actuels de la Déclaration sur la sécurité dans les écoles doivent s'assurer de sa mise en œuvre.

Doris Mpoumou, représentante de Save the Children auprès de l’Union africaine, a déclaré :

En 2013, les dirigeants africains se sont réunis à l'UA à Addis-Abeba avec un plan ambitieux visant à mettre fin à la violence et aux conflits sur le continent d'ici 2020 et à créer les conditions d'un continent plus pacifique et plus prospère pour tous. Malheureusement, si certains progrès limités ont été réalisés, nous constatons aujourd'hui que l'Afrique est toujours en proie aux conflits et à l'insécurité. Comme toujours, les enfants sont en première ligne.

Ce sommet de l’Union africaine doit être l’occasion de revoir cette ambition de 2013 et de réfléchir aux raisons pour lesquelles la situation est restée la même, malgré les engagements pris par les dirigeants. Les États membres de l’UA et toutes les parties au conflit sur le continent doivent trouver des moyens consensuels, significatifs et durables de mettre fin aux guerres et de protéger les enfants contre toutes les formes de violence, d’abus et d’exploitation. Tout en remerciant les dirigeants africains de leur engagement continu à réduire les armes à feu au silence, nous les exhortons maintenant à considérer comme urgent dans leur travail – la prise de mesures concrètes pour mettre fin à la guerre contre les enfants. “ 

Save the Children fait un plaidoyer fort depuis près d’une décennie pour des mécanismes nationaux et régionaux plus solides afin de protéger les enfants touchés par les conflits armés en Afrique. En octobre 2019, Save the Children a co-organisé la première conférence panafricaine sur les enfants et les conflits armés, afin de redynamiser l'action politique dans les pays africains touchés par des conflits et d'élaborer une feuille de route pour la protection des enfants dans les situations de conflit.



Commentaires  

+4 #1 Niger Oye 10-02-2020 14:52
Comment faire du mal à un Enfant? Où est notre sens de l´humanité?
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 frère 11-02-2020 13:16
Qui vous a dit que c'est tout le monde qui mérite ce qualificatif d'être "humain". Les bêtes sont à l’œuvre partout dans le monde ! Des démons sont réveillés des abysses et ils réclament tous du sang de nos semblables ! Leurs serviteurs patentés s'évertuent à les servir ! Dans la vie, il n'y a que deux groupes : les positifs et les négatifs ! Fais attention à choisir ton groupe car pour l’œil averti, les grands signes de la fin sont de plus en plus évidents, comme annoncés par le Très Saint Prophète Mouhammad (SAW) qui a été et sera toujours véridique dans ses propos ! A bon entendeur, salut !
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com