lundi 8 août 2022

2777 lecteurs en ligne -

fraren

Diffa : une dizaine de véhicules et leurs cargaisons de poissons saisis et brûlés par les services nigérians à Damatru (Nigéria)

damatru1

Des véhicules en provenance de la région de Diffa, chargés de poissons, ont été saisis par les services de sécurité du Nigéria, qui les ont par la suite brulés. Selon des sources locales, c’est au total neuf (9) véhicules chargés de poissons fumés  qui ont été saisis, près de la ville nigériane de Damatru, dans l’Etat de Yobé, et ils ont été brulés sur place ainsi que leur cargaison par des soldats nigérians. Selon les mêmes sources, plusieurs personnes ont également été interpellées au cours de cette opération des services de sécurité nigérians,  qui a occasionnée des pertes estimées à plusieurs millions de nairas pour les propriétaires de la cargaison ainsi que des véhicules.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Bien qu’aucune source officielle ne s’est pas encore prononcée sur cette saisie, qui n’est pas la première du genre,  des sources locales rapportent qu’elle entre dans le cadre de l’opération de lutte contre la contrebande, décidée par le gouvernement fédéral. Depuis le 20 Août dernier, le Nigeria a en effet décidé de fermer unilatéralement et partiellement, ses frontières avec certains pays voisins notamment le Niger, le Bénin et le Cameroun. Il s’agit, selon Abuja, de lutter contre l’importation frauduleuse de certains produits, notamment le riz, qui inondent le marché nigérian et par conséquent, remettent en cause la stratégie d’autosuffisance alimentaire du président Muhammadu Buhari.  Parallèlement, le gouvernement nigérian a expliqué vouloir, à travers cette fermeture, renforcer le contrôle de ses frontières et mettre fin au trafic de carburants, d’armes et de drogues.

Des frontières toujours fermées

Les commerçants nigériens ont de toute évidence fait les frais de ces mesures restrictives décidés par Abuja et qui font couler beaucoup d’encre. Au Niger, cette fermeture a provoqué une inflation de certains produits et malgré la décision des autorités d’interdire la réexportation du riz vers le Nigeria, les frontières restent toujours fermées.  Et à en croire les autorités nigérianes, l’ouverture des frontières n’est pas pour demain. Lundi dernier,  le  colonel Hameed Ali, le contrôleur général des services des douanes nigérianes a affirmé aux médias, que cette mesure restera en vigueur, tant que le Nigéria n’obtiendra pas  « les résultats escomptés ».

 « Pour l'instant, toutes les marchandises illégales ou légales restent interdites d'importation au Nigeria par les frontières terrestres. Nous n’avons aucune limite de temps pour l'instant, et cette interdiction de  poursuivra jusqu’à l’obtention des résultats escomptés ». Colonel Hameed Ali, contrôleur général des services des douanes nigérianes.

Du coté du Niger ou du Bénin, aucune position officielle n’a encore été annoncée par les autorités par rapport à la décision unilatérale du Nigeria. Selon le président béninois Patrice Talon, qui était récemment en visite chez son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou, la commission de la CEDEAO a été saisie e la question pour conduire les négociations afin de mettre fin à cette situation.

Le Nigéria est un des principaux partenaires commerciaux du Niger. Pour la région de Diffa, qui est affectée depuis 2015 par une amplification des menaces sécuritaires du fait des attaques de la secte Boko Haram, le marché nigérian constitue le premier débouché pour le poisson fumé et le poivron,  les deux principaux produits cultivés par la population et destinés à l’export.

damatru

damatru3

A.Y.B (actuniger.com)



Commentaires  

+1 #1 Dan Asali 18-10-2019 08:15
regarder moi ces cons la, au lieu de distribue le poisson au refugies et autres vulnérables qui meurent de faim et utiliser les vehicules pour le service public de l'Etat, vous prenez tout ca piur bruler.
VOUS ETE BETES
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 NO ALMOUST 18-10-2019 11:01
c'est inhumain
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #3 Pablo Escobar 18-10-2019 13:12
Le trafic de ces poissons est la source principale de financement de Boko Haram, ne l'oubliez pas. Si cette saisie avait eu lieu au Niger, le Ministre de l'interieur, le gouverneur de la region et autres allaient se faire photographier devant les sacs et apres personne ne saura rien de ce qu'ils en seront advenus. Felicitation aux nigerians. Tout est question de leadership au sommet de l'etat.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #4 ramsess 18-10-2019 17:36
Vous pensez que le commerce de poisson aussi juteux soit il puisse permettre à Boko haram de financer les armes en sa possession ?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Goga 20-10-2019 09:26
Boko Haram n pas financé par la vente du poisson.ils n ont pas le temps pour ça.la malette ramassée récemment est une illustration.Bruler ce poisson au détriment des personnes vulnérables est tout simplement de la sauvagerie.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com