jeudi 18 août 2022

2552 lecteurs en ligne -

fraren

10 tonnes des produits considérés comme d'anti-hémorroïdes et aphrodisiaques saisies : 9 nigériens interpellés

individus interpelles saisie octris

10 tonnes d’anti-hémorroïde et d’aphrodisiaques ont été saisis par l’office  central  de répression du trafic illicite des stupéfiants de la police nationale (ortis)  dans  la nuit du 27 février 2019, apprend-on de source policière.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Les agents (OCRTIS) ont mis la main sur un réseau clandestin de fabrication de produits pharmaceutiques, opérant entre Niamey, Maradi et le Nigeria.
Lors de la présentation de la saisie, au bureau de l'Office Central de Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants, le chef du service information et relations publiques de la police nationale,  Adili Toro a déclaré que les 9 individus interpellés sont tous de nationalité nigérienne. Suite à l'opération, il a été saisi 650 cartons, contenant chacun 40 à 50 bouteilles, soit environ la masse de 10 tonnes.
Les produits sont repartis, principalement, en quatre types, à savoir: le « Koko » qui est un médicament destiné au traitement de l'hémorroïde; le «Dinawel» qui permet de prendre du poids ; le «Super Bazooka», un aphrodisiaque pour homme et enfin le «Bobaraba » un médicament supposé développer la poitrine et le postérieur de la femme selon les explications de la Police, précisant que  ces produits sont fabriqués localement, à base des plantes. Puis l'emballage (bouteilles, étiquettes) et d'autres composants, tels que : le colorant et le conservateur sont importés.
D'après  Adili Toro, une partie est consommée au Niger, plus précisément à Niamey et à Maradi. Et, une autre est exportée vers le Nigéria.
Ces produits qui sont fabriqués clandestinement présentent un danger pour la population, cela, au regard du non respect du dosage ainsi que des normes d'hygiène. De plus ajoute-t-il, les notices à l'étiquette sont fausses et illusoires. Généralement, la consommation de tels produits peut être à l'origine des problèmes cardiovasculaires ou rénaux ou encore du cancer.
Le Chef de service information et relations publiques de la Police Nationale a pour ce faire invité la population nigérienne à collaborer davantage avec les forces de défense et de sécurité, afin de mettre fin aux trafics illicites des stupéfiants.

saisie octris faux medicaments Octris BIS

saisie octris faux medicaments Octris

ANP



Commentaires  

+1 #1 Hum 05-03-2019 23:44
Hahaha vous ne nous avez pas dit où est-ce que se trouve le super bazouka ou bien les roses veulent allez se bazouker avec.
Je blague c est juste une curiosité.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 musulima 06-03-2019 08:55
allah sarki
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 lodaibrahim 06-03-2019 09:26
Chapeau à l'OCRTIS,continuez à traquer les trafiquants,qui sont sources de toute forme d'insécurité.
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #4 Ali 06-03-2019 10:11
Ces nigériens sont avant tout des entrepreneurs. Au lieu de les traiter comme de vulgaires brigands, je pense qu'il est plus souhaitable de les aider à être une industrie légale avec des laboratoires d'analyse et autres renforcements de capacité pour qu'ils maîtrisent le métier de la pharmacopée traditionnelle et les implications sur la santé avec des moyens modernes. Maintenant comment vous allez faire avec tous les emplois des jeunes créés? Allez-vous leur trouver du travail ou bien vous allez en faire des sans emplois dans la rue? Donc de potentiels malfrats !
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #5 Gorzo 06-03-2019 12:12
Les produits qu'ils livrent sur les marchés sont corrosifs, je n'en disconviens pas.Malgré cela,la Police ne devait pas les humilier de la sorte.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #6 Hassoumi 06-03-2019 13:34
ces concitoyens ne doivent pas être traité ainsi,s'il s'avère que leurs produits sont efficaces après analyse panalyse par les laboratoires compétents, ils devraient devraient être aidé et encouragé.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #7 kallal 06-03-2019 23:30
Dans un pays où la pharmacopée traditionnelle a droit de cité, un pays où des expatriés vendent librement des produits de leur fabrication, que reproche-t-on à ces compatriotes?
Un laboratoire a-t-il démontré la dangerosité de leurs produits?
Si on ne peut pas les aider, il faut au moins les libérer. Si non, il faut interdire la vente de tout produit non pharmaceutique.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #8 Habibou 07-03-2019 01:25
:-? MERCI POUR L'INFORMATION
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 TARANA 07-03-2019 08:43
Dans tous les cas même les produits importés que nous pensons être fabriqués dans de bonnes conditions ne le sont pas tous. La preuve il n'y a pas longtemps un produit a été retiré du marché. Pourquoi ? Certainement qu'il ne répondait pas aux normes. Donc il faut analyser ces produits dans un laboratoire s'il s'avère qu'ils ne sont pas nocifs et que le dosage est respecté il faut laisser ces pauvres gens continuer leur boulôt. C'est mieux que de vendre la drogue.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 AMZA 08-03-2019 10:02
QUEL EST LE MOBILE DE CETTE ARRESTATION ?
Et les contrefaçons qui inondent le contient depuis, l'INDE, la CHINE ...
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com