mercredi, 20 février 2019
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Orange 4GO

Etudiants nigeriens fevrier

9  févier 1990,  la situation économique du Niger  était préoccupante : chute du cours de l’uranium, vent de l’est de la démocratie.

Le gouvernement du Général Ali Seibou, le héraut de la décrispation, à son corps défendant ne pouvait que suivre et appliquer les mesures édictées  par le Fonds Monétaire International (FMI)  et la Banque Mondiale à travers son Programme d’Ajustement Structurel (PAS) pour sortir le pays de ce chaos économique.

Les mesures plus impopulaires – conditions d’octroi des bourses, délaissement des secteurs sociaux, gel de recrutements publics, privatisation,  doubles flux  - sont contestées par les Syndicats notamment l’Union des Syndicats des Travailleurs du Niger (USTN) et l’ Union des Scolaires Nigériens (USN), les seules forces organisées dans un contexte de monolithisme politique.
En cette matinée du vendredi 9 février 1990,  partis  de « Haro banda » , la rive droite du fleuve où est implantée l’unique Université du Niger, les étudiants et élèves des collèges  tentent de traverser le pont Kennedy, l’unique ouvrage qui relie les deux cotés de Niamey.
La foule des scolaires se heurte à un important dispositif des forces de l’ordre  qui a ordre d’empêcher le déferlement des manifestants à la rive gauche où se trouvent les sièges des principales institutions.
S’en suivent  des  escarmouches, des tirs de gaz lacrymogènes, tirs de fusils et à balles réelles.
Trois étudiants sont fauchés, touchés mortellement, arrachés à l’affection de leurs familles et camarades et plusieurs blessés dont certains portent les séquelles des blessures à vie. Les martyrs du 9 février 1990, morts sur le champ d’honneur.
Ces événements tragiques ouvrent la voie à l’annonce du multipartisme et à des revendications politique  notamment la tenue de la conférence nationale en juillet 1991.
Voilà 29 ans que les étudiants réclament la  justice et la lumière sur la tuerie dont le chef de l’Etat de l’époque a assumé la responsabilité politique et morale en tant que chef de l’Administration.
Cette année encore, les scolaires nigériens entament à compter de  ce samedi 9 février la semaine commémorative de la tuerie de  9 février 1990 pour réclamer notamment  la justice, 29 ans après ces événements.

 

ANP 

Commentaires   

+3 #1 Pauvre Niger 08-02-2019 14:56
Il nous faut penser à nos morts tout en construisant un meilleur avenir sinon ces morts sont morts pour rien.La seule manière d'honorer honorablement nos morts c'est de créer toutes les conditions de paix, de cohésion et de stabilité pour faire du Niger un pays prospère.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 Djibrilla Adamou Oumarou 08-02-2019 16:45
Jamais avec les traîtres car l actuel ministre de la justice ex SG il nous a honi le discours qu il a prononcé le jour où il était SG de USN Aujourd'hui l histoire là attraper vive USN que nos martyrs reposent en paix ameen
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #3 dogo 08-02-2019 17:06
Au lieu de faire du bruit sur nos défunts ; il vaut mieux prier pour eux. votre lutte ne va rien arranger.
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #4 Oumarou Sanda 08-02-2019 18:40
Il est grand temps de passer à autre chose. Les mêmes discours depuis une trentaine d'années sont restés inaudibles tant pour les autorités que pour les populations nigériennes qui ont d'autres préoccupations.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 midou 09-02-2019 10:19
objectivement il serai difficile de rendre justice car bon nombre de protagonistes sont morts. telle est la vérité
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #6 bagague 11-02-2019 10:06
Il est grand temps d'abandonner cette revendication.Tous les acteurs sont soit morts soit devenus des vieillards.Ceux qui sont actuellement au pouvoir sont les amis de ceux qui étaient tués en 1990.Si ces derniers ne leur rendent pas justice,qui d'autres voulez-vous qu'ils leur rendent justice?La vie doit continuer du fait qu'ils ne sont pas les seuls martyrs.Les petits fils du Prophète Mohamed(SAW) ont été exterminés par des musulmans assoiffés de pouvoir.Cette justice n'est toujours pas rendue
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #7 attarougou 11-02-2019 11:58
Reste à savoir si l'USN est convaincue que sa lutte portera fruit ou bien c'est juste pour faire peur au pouvoir. Puis, que de remonter aux années 90, mieux vaut vous focaliser sur les victimes d'avant hier, peut être que vous aurez plus de chance de vous faire écouter, là où les responsables sont devant vous.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 Blackmarket 11-02-2019 12:26
Événement qui a propulsé la classe politique actuelle avec tout son armada de désordre que nous connaissons aujourd'hui...
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 KOKADJI 11-02-2019 13:52
On doit juger tous ceux qui ont amené cette médiocratie, cette pagaille dans notre pays.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

WhatsApp Image 2019-01-30 at 11.45.05.jpeg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Agadez - Dirkou : le commandant Lamine Mohamedine et son chauffeur tués dans une embuscade

20 février 2019
Agadez - Dirkou : le commandant Lamine Mohamedine et son  chauffeur tués dans une embuscade

Lamine Mohamedine, commandant de la plus grande base militaire dans le désert du Ténéré, à Dirkou, est mort. L'information a été confirmée par l'état-major nigérien. Il a été victime d'une...

Pas de restriction de circulation de personnes dans la région de Tillaberi (ministère de l’intérieur)

19 février 2019
Pas de restriction de circulation de personnes dans la région de Tillaberi (ministère de l’intérieur)

Le Ministère de l’intérieur  affirme que les autorités administratives de Tillabéri  (Ouest, frontalière du mali et du Burkina)  ont pris des mesures qui ‘’ne cadrent ni avec l’esprit ni avec...

Dirkou : deux militaires tués dans une embuscade dans l'extrême nord-est (sécurité)

19 février 2019
Dirkou : deux militaires tués dans une embuscade dans l'extrême nord-est (sécurité)

Deux militaires, parmi lesquels le commandant du bataillon des Forces armées nigériennes (FAN) de Dirkou dans la région d'Agadez (extrême nord-est), proche des frontières avec la Libye et le Tchad,...

Grève des enseignants dans les universités publiques au Niger

18 février 2019
Grève des enseignants dans les universités publiques au Niger

Les cours étaient perturbés lundi dans les universités publiques du Niger par une grève des enseignants qui réclament une amélioration de leurs conditions de vie et de travail, a-t-on appris...

Bosso : une femme kamikaze se fait exploser faisant une victime

18 février 2019
Bosso : une femme kamikaze se fait exploser faisant une victime

  Un homme a perdu la vie, victime de l’explosion d’une bombe dans la soirée du dimanche 17 février à Bosso, dans la région de Diffa. Selon des sources locales,...

Attaque de Chétimari : 7 soldats tués, 6 blessés et plusieurs assaillants de Boko Haram neutralisés (Officiel)

16 février 2019
Attaque de Chétimari : 7 soldats tués, 6 blessés et plusieurs assaillants de Boko Haram neutralisés (Officiel)

Sept (7) soldats ont été tués par balle et six (6) autres blessés lors de l’attaque ayant visé, le vendredi 15 février aux environs de 18H00, le poste avancé de...