mercredi, 14 novembre 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Marou Amadou Human right

Il fallait s’y attendre ! La réponse du ministre de la Justice, Marou Amadou, à la déclaration du Syndicat autonome des magistrats du Niger (SAMAN), n’a pas tardé. Au lendemain de la sortie du syndicat des magistrats, dans laquelle il a interpellé le gouvernement sur « la banalisation du pouvoir judiciaire » avec le refus en série de certaines autorités d’obtempérer à des décisions de justice, le garde des sceaux a publié un communiqué de presse dans lequel, Marou Amadou répond du tic au tac au SAMAN.

 

« Face à ces affirmations extrêmes graves et gratuites, le Ministre de la justice entend apporter des éléments de réponse, à ces différentes allégations », explique le communiqué, qui rappelle également les accusations du SAMAN sur le manque des moyens mis à la disposition des juridictions ainsi que des irrégularités flagrantes constatées dans le dernier processus de recrutement des magistrats.

Dans son communiqué, le ministre a catégoriquement réfuté les « allusions du SAMAN » sur le refus d’exécution des décisions de justice par les autorités. Il a mis le SAMAN de prouver un seul cas de figure, et sur les récentes affaires que le SAMAN a citées, le ministre Marou Amadou a donné sa version des faits. Sur le manque des moyens de fonctionnement, là aussi, le ministre de la justice a indiqué que le gouvernement n’a pas attendu que le SAMAN en fasse la demande pour accroître les ressources financières allouées au budget du département de la justice. Selon le ministre, le gouvernement a aussi consentir d’énormes efforts, en dépit des contraintes budgétaires, pour améliorer les conditions de travail des magistrats qui ont bénéficié du rehaussement de leurs avantages depuis le début du régime de la Renaissance. Enfin, sur le dernier point relatif aux irrégularités constatées dans le concours d’entrée à l’Ecole de formation pour les carrières judiciaires, le ministre de la justice a également récuser les allégations du SAMAN, rappelant que les services compétents ont toujours diligenté des enquêtes même dans le cas où ce ne sont que de simples rumeurs de fraudes aux examens organisés par son département.

« En conclusion, et au regard de tout ce qui précède, la banalisation et le discrédit de la justice invoqués par le SAMAN est à l’évidence le fait de ce dernier qui n’hésite pas à la discréditer par des déclarations aussi politiciennes que mensongères à chaque fois qu’il en a l’occasion ».

Avec cette réponse, assez dure, il va sans dire qu’un nouveau bras de fer entre le SAMAN et le ministre de la Justice, risquerait fort d’éclater dans les prochains jours. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois depuis que l’ancien acteur de la société civile préside aux destinées de ce département, que des divergences apparaissent avec le principal syndicat des magistrats du Niger.

marou amadou reponse saman

marou amadou reponse saman BIS

marou amadou reponse saman BIS1

Ikali (Actuniger.com)

 

 

Commentaires   

+10 #1 Hum 07-09-2018 18:19
S il ya un être humain au Niger qui fait la honte de la justice et qui a vraiment trahi la la justice c est bien cet énergumène de Morou .
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #2 Abel 07-09-2018 19:47
Morou, tu devrais avoir honte de toi et demissioner pour preserver le peu qui te reste de dignite. Ils sont nombreux dans ton cas aujourd´hui qui seraient prets a tout donner pour revenir en arriere et finir autrement. A moins que tu te reproches des crimes comme tes parrains guristes, alors sauve toi pendant qu´il est temps car demain ce sera trop tard.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #3 Maïgani 08-09-2018 10:34
On est où là Mr le ministre de la justice?
1-le SAMAN parle de manque de moyen pour faire leur travail (enquête et investigation) , et toi tu parles de salaire...comme si c'est de leur poche que les magistrats doivent payer le fonctionnement de l'appareil judiciaire.
2- si tu envoies des inspecteurs qui dépendent de toi pour vérifier une accusation qui te concerne, tu penses qu'ils vont trouver des preuves t'incriminant?
*ON PEUT TROMPER CERTAINS TOUT LE TEMPS, MAIS ON NE PEUT PAS TROMPER TOUT LE MONDE TOUT LE TEMPS!*
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #4 gaskia 08-09-2018 12:30
Du courage Mr le ministre mais il faut rendre des visites dans les tribunaux pour voir la triste vérité
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #5 Lecteur Actuniger 08-09-2018 14:29
Les magistrats reçoivent des moyens de travail dont ils ne devront pas évoquer comme problème dans leur déclaration. Les cas de fraudes au concours relèvent de la faute des magistrats aussi qui imagent ce état de fait, car là il y'a eu des communications qui ne doivent pas se faire entre les candidats et les maîtres. Soit les candidats préparés au concours par certains juges notamment de SAMAN ne sont pas admis et alors au secours fraude, soit c'est l'esprit de sabotage des actions du gouvernement qui continue avec tous les efforts que le président Issoufou fait pour le renforcement des institutions judiciaires que les magistrats ne veulent pas reconnaître pour mauvaise foi
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #6 bagague 08-09-2018 19:33
Ils sont tous des faux types,aussi bien le ministre MAROU que les magistrats dans leur écrasante majorité.Nous connaissons des anciens camarades qui étaient nuls sur les bancs toute leur scolarité,et aujourd'hui comme par miracle ils sont des magistrats.
Quel paradoxe!!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 Alfari 09-09-2018 00:39
Les magistrats ont et le ministre morou a raison sur eux.on connait tous la position de ces magistrats.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 Issaka garba 09-09-2018 00:42
Honte à ces magistrats! Même un étudiant en prepremiere année de droit ne parlerait pas ainsi a leur place.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 Alpha 09-09-2018 06:06
Citation en provenance du commentaire précédent de Maïgani :
On est où là Mr le ministre de la justice?
1-le SAMAN parle de manque de moyen pour faire leur travail (enquête et investigation) , et toi tu parles de salaire...comme si c'est de leur poche que les magistrats doivent payer le fonctionnement de l'appareil judiciaire.
2- si tu envoies des inspecteurs qui dépendent de toi pour vérifier une accusation qui te concerne, tu penses qu'ils vont trouver des preuves t'incriminant?
*ON PEUT TROMPER CERTAINS TOUT LE TEMPS, MAIS ON NE PEUT PAS TROMPER TOUT LE MONDE TOUT LE TEMPS!*

Deux points Mr. Maigani:
1) Vous vous adressez au ministre, vous le vouvoyer
2) Vous citez les dires de quelqu'un, vous devrez aussi citer l'auteur (Bob Marley)

Sinon, vous fetes du "plagiarism"...pas digne d'un intellectuel.

Thanks
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 Sans rancune 12-09-2018 13:42
Citation en provenance du commentaire précédent de Alpha :
Citation en provenance du commentaire précédent de Maïgani :
On est où là Mr le ministre de la justice?
1-le SAMAN parle de manque de moyen pour faire leur travail (enquête et investigation) , et toi tu parles de salaire...comme si c'est de leur poche que les magistrats doivent payer le fonctionnement de l'appareil judiciaire.
2- si tu envoies des inspecteurs qui dépendent de toi pour vérifier une accusation qui te concerne, tu penses qu'ils vont trouver des preuves t'incriminant?
*ON PEUT TROMPER CERTAINS TOUT LE TEMPS, MAIS ON NE PEUT PAS TROMPER TOUT LE MONDE TOUT LE TEMPS!*

Deux points Mr. Maigani:
1) Vous vous adressez au ministre, vous le vouvoyer
2) Vous citez les dires de quelqu'un, vous devrez aussi citer l'auteur (Bob Marley)

Sinon, vous fetes du "plagiarism"...pas digne d'un intellectuel.

Thanks

Au chapitre de la dignité, je ne pense pas que votre "fetes" soit meilleur.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 Assumez-vous! 12-09-2018 13:49
En principe, les responsables d'un ministère au profit duquel un concours est organisé sont impliqués dans son organisation. C'est dire donc que des commis du ministère de la justice ont dû être partie prenante dans le processus de ce recrutement pour lequel le SAMAN épingle allégrement le gouvernement. Les syndicalistes n'ont qu'à s'en prendre à leurs militants, plutôt que de rejeter la faute sur d'autres. Assumez-vous, les gars!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 Qui est fou? 12-09-2018 14:04
Si les magistrats demandent plus de moyens de fonctionnement, c'est certainement pour s'en mettre plein les poches. Car on sait tous comment ils "gèrent" les crédits délégués qui sont alloués à leurs juridictions. Ils les détournent, rek! Bon, c'est vrai qu'ils ne sont pas les seuls à s'adonner à ce genre d'indélicatesse qui représente un dénominateur commun à tous les responsables administratifs de notre pays. Mais ce qui est choquant lorsque des magistrats se livrent à ces pillages en règles des ressources publiques, c'est quand on se rend compte qu'ils sont le corps de métier le mieux rémunéré de la fonction publique nigérienne. C'est normalement censé les mettre à l'abri de la tentation, mais hélas! Cela ne sert à rien puisque la justice (ultime sanctuaire de probité) est le secteur le plus corrompu dans notre pays. Renseignez-vous sur les biens (immeubles surtout) de jeunes magistrats ayant à peine 5 ans de fonction, et vous en serez édifiés.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 Qui est fou? 12-09-2018 14:07
Comment peuvent-ils justifier un tel enrichissement en si peu de temps? Mais comme la corruption est érigée en système de gestion, et qu'elle est la chose la mieux partagée dans ce pays, je comprends presque que ces "justiciers", ces "redresseurs de torts", ne soient pas en reste. Qui est fou? Qui c'est qui va laisser le wagon de l'enrichissement effréné partir en le laissant à quai? Assurément pas nos braves juges! Car les mêmes pratiques ont lieu en haut de en haut de en haut, comme dirait l'autre.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 Qui est fou? 12-09-2018 14:12
Citation en provenance du commentaire précédent de Assumez-vous! :
En principe, les responsables d'un ministère au profit duquel un concours est organisé sont impliqués dans son organisation. C'est dire donc que des commis du ministère de la justice ont dû être partie prenante dans le processus de ce recrutement pour lequel le SAMAN épingle allégrement le gouvernement. Les syndicalistes n'ont qu'à s'en prendre à leurs militants, plutôt que de rejeter la faute sur d'autres. Assumez-vous, les gars!

Autant pour moi: il s'agissait plutôt d'un concours d'entrée à l'ENAM. Cela dit, même dans ce cas-là, ils sont pleinement associés. Donc la remarque reste valable.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

EXE-promo-decodeur-internet-265x285 (2).jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

SCANDALE DE LA RÉHABILITATION DE LA RTA : sur la piste des entreprises SIGMA 2, MBC et… AREVA !

12 novembre 2018
SCANDALE DE LA RÉHABILITATION DE LA RTA : sur la piste des entreprises SIGMA 2, MBC et… AREVA !

Depuis le fameux tweet d’Omar Ladan Tchana, ex ministre d’état nigérien des mines puis des transports, une polémique fait rage au Niger, bien plus intensément sur les réseaux sociaux, à...

CANAL + : la série les « Capitales africaines : A Niamey » sur la chaine TV A+ dès le 20 novembre prochain

11 novembre 2018
CANAL + : la série les « Capitales africaines : A Niamey » sur la chaine TV A+ dès le 20 novembre prochain

  Le vendredi 9 Novembre 2018, le Directeur Général Canal + Niger, M. Cheikh Sarr, le Directeur de la Chaine A +, filiale du Groupe Canal+, M. Damiano Malchiodi, Mme...

RÉSERVE NATURELLE NATIONALE DE TERMIT ET DE TIN-TOUMM: la gestion désormais déléguée à l’ONG française Noé pour une période de 20 ans

9 novembre 2018
RÉSERVE NATURELLE NATIONALE DE TERMIT ET DE TIN-TOUMM: la gestion désormais déléguée à l’ONG française Noé pour une période de 20 ans

Le 5 novembre dernier, l’ONG française « Noé » était présent à Niamey au Niger, où elle a signé un accord de partenariat avec le gouvernement pour la délégation de la gestion...

FONDS D’AIDE A LA PRESSE : les médias enfin servis par le CSC pour les exercices 2016 et 2017

9 novembre 2018
FONDS D’AIDE A LA PRESSE : les médias enfin servis par le CSC pour les exercices 2016 et 2017

  Le président du Conseil supérieur de la Communication (CSC), Dr Sani Kabir, a animé un point de presse, ce jeudi 8 novembre 2018 à son cabinet. Ce point de...

FIN DE MISSION DE LA COORDONNATRICE DE PROGRAMMES ONU-FEMMES NIGER : le Président du REJEA lui rend un hommage mérité

9 novembre 2018
FIN DE MISSION DE LA COORDONNATRICE DE PROGRAMMES ONU-FEMMES NIGER : le Président du REJEA lui rend un hommage mérité

Le Réseau des Journalistes pour l’Eau, l’Hygiène et l’Assainissement (REJEA) a organisé, ce vendredi 9 Novembre 2018, une cérémonie solennelle de remise de témoignage de satisfaction à la représentante Pays...

ZINDER : Le délibéré du procès en appel de l’activiste Yahaya Badamassi fixé au 5 décembre

7 novembre 2018
ZINDER : Le délibéré du procès en appel de l’activiste Yahaya Badamassi fixé au 5 décembre

C’est aujourd’hui, mercredi 7 novembre, que s’est tenu à Zinder, le procès en appel de l'acteur de la société civile,  Yahaya Badamassi. Après examen de l’affaire par la cour, le...