dimanche 29 janvier 2023

3848 lecteurs en ligne -

fraren

Hassoumi Massaoudou : « Nous allons nous battre pour que le prochain président élu soit de notre parti !»

Hassoumi souri un peu min

Cela fait un bon bout temps qu’on ne l’avait pas entendu sur les médias. Et quand il décide de le faire, cela crée forcément l’évènement. Lui, c’est Hassoumi Massaoudou, le ministre des Finances mais aussi secrétaire général du PNDS Tarrayya. Au lendemain du 7e congrès ordinaire du parti au pouvoir, les 24 et 25 mars à Niamey, Hassoumi Massaoudou a animé un point de presse à son cabinet en présence des journalistes de la presse nationale et internationale. Et comme à son habitude, il n’a rien perdu de la verve qu’on lui connait et qui fait sa marque de fabrique c'est-à-dire toujours direct, à l’occasion agressif et parfois arrogant. Du Massaoudou donc durant tout le point de presse, « une conversation à bâtons rompus » selon ses propres mots, et au cours duquel il a passé en revu plusieurs sujets brulants de l’actualité nationale, jonglant entre son statut de ministre et sa casquette de dirigeant politique.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

C’est à travers les questions des journalistes que Hassoumi Massaoudou a passé en revue la situation politique et socioéconomique du pays. De la vie de son parti, à l’affaire Asusu (voir Actuniger) en passant par la loi des finances 2018, les prochaines échéances électorales, les défis et les enjeux du mandat ainsi que les derniers faits de l’actualité notamment la manif réprimée du dimanche dernier, il n’a occulté aucun sujet. Droit dans ses habitudes comme à son habitude, le ministre Massaoudou s’est livré à un exercice qui lui aurait visiblement manqué tant il semblait avoir des choses à dire !

Bien que le point de presse n’ait duré qu’une bonne heure, Massaoudou a beaucoup dit ! Dans le compte-rendu que nous vous proposons à travers cet article, assez long il faut l’avouer, nous avons essayé de reproduire fidèlement les grands axes des faits majeurs développés par le ministre et secrétaire général des camarades roses. Nous avons pris la latitude d’ajouter notre propre analyse, laquelle a été agrémentée d’un chouia d’ironie pour en facilité « la digestion » et surtout en fixé le contexte car toutes les déclarations et explications du ministre étaient des réponses aux questions de nos confrères.

Du 7e Congrès du PNDS, du président Bazoum et des alliés

Le 7e Congrès du PNDS Tarrayya s’est achevé sous de bons auspices avec la réelection de Bazoum Mohamed, candidat unique qui a fait donc consensus. Rien donc des tensions annoncées par ce qu’il considère comme «les illusions des cassandres » mais qui pour Hassoumi Massaoudou, n’a pourtant rien d’une surprise mais traduit plutôt le respect des valeurs sur lesquelles le parti a été fondé et qui ont depuis fait sa force. « Chez nous au PNDS, notre culture est basée sur les valeurs de confiance, de loyauté et de consensus » a mis en avant le secrétaire général du parti rose qui a fait savoir que ce sont ces mêmes principes qui prévalu lors du dernier Congrès. « C’est un processus longtemps préparé à l’avance. Le résultat que vous voyez n’est que l’aboutissement d’une démarche » a-t-il poursuivi et estimant par la même occasion que « le président Bazoum mérite toute la confiance des camarades du PNDS ».

« Ceux qui attendent des bouleversements peuvent toujours attendre, ils auront pour leurs frais »  s’était même permis de mettre au défi le ministre Massaoudou qui annonce les couleurs pour les prochaines années et surtout échéances électorales. « Nous allons nous battre pour que nos prochains résultats soient encore meilleurs » a ajouté le SG du PNDS. Avec toutefois une touche de prudence afin certainement de ne pas insulter l’avenir mais aussi et surtout de ménager les alliés. « Nous vaincrons avec nos alliés avec qui nous allons renforcer nos relations et cela a d’ailleurs été une des résolutions de notre dernier congrès » a jugé utile d’ajouter Hassoumi Massaoudou.

Hassoumi point de presse 26 mars 2018 min

Des prochaines élections, de la succession du président Issoufou et des priorités du reste du mandat

En parlant justement des prochaines élections, Hassoumi Massaoudou est largement revenu sur les ambitions de son parti. Autant le dire, c’est plutôt des prétentions même des camarades roses si l’on en juge par le degré d’optimisme avec lequel il a évoqué les prochaines échéances. « Nous travaillons pour réussir l’alternance démocratique et nous nous battrons pour que le prochain président élu soit des nôtres, de notre parti » a résumé Massaoudou. Il en donnera les détails par la suite comme vous allez le voir, mais cette déclaration en est le condensé par excellence. Les mots sont pesés, les groupes de mots réfléchis.

 Il fallait s’y attendre aussi et il ne l’a pas échappé, en parlant des prochaines élections générales, Massaoudou savait qu’il devrait évoquer la question de la succession du président Issoufou et donc forcément de son probable successeur. Sur ce dernier, et tout ce qu’il a dit, c’est « qu’il sortira des rangs du PNDS » puisque le parti va se battre pour la réussite de ce scénario déjà tracé d’avance puisque, chez les roses, et c’est lui qui l’a dit, « tout est préparer à l’avance ! ». On serait tenté d’ajouter que ce qu’on verra ne sera que « l’aboutissement d’une démarche » mais passons puisqu’on ne peut faire le reproche à un parti de vouloir gagner une élection ! Au passage, on aura compris que, comme l’a dit le président Issoufou Mahamadou lui-même et à plusieurs reprises, dans le scénario du PNDS, il y aura un passage de témoin et donc Issoufou ne se représentera pas pour un 3e mandat. C’est bon à rappeler même si cela ne va pas convaincre les sceptiques les plus avérés qui font pourtant preuve sur cet aspect,  d’un réalisme des plus sages car « chat échaudé craint l’eau froide ». Ce n’est de toute façon pas  la tasse de thé des camarades qui, à en croire Massaoudou, se préparent d’autant qu’ils ont un bilan à défendre. Il va falloir donc réussir celui qui est en cours et pour cela, le PNDS en a fixé trois priorités. La première et la plus importante, c’est « la stabilisation de l’Etat à travers la consolidation des institutions dans le respect des libertés publiques ». C’est Hassoumi Massaoudou qui le dit et s’en explique : « c’est pour que pour la première fois dans l’histoire de notre pays, qu’il y’ai une alternance démocratique c’est-à-dire qu’un président élu passe le témoin à un autre président élu ». A en croire Massaoudou, c’est même « le grand challenge du président Issoufou Mahamadou et le PNDS Tarayya se battra pour que cela soit possible». En français facile cela veut dire que : le PNDS va se battre pour réaliser le vœu le plus cher du président, celui de quitter le fauteuil à la fin de son second et dernier mandat !  Il est vrai que cela fait  « LOL » mais ce n’était pas sur Facebook, Massaoudou l’a bien dit!

La seconde priorité selon Massaoudou, c’est la question sécuritaire. Il s’agira selon lui, de poursuivre le combat contre toutes les menaces sécuritaires qui planent sur notre pays en renforçant les capacités opérationnelles des Forces de défense et de sécurité (FDS) conformément à l’engagement des autorités qui a permis à ce jour, d’enregistrer « des succès éclatants » dans la lutte contre les groupes terroristes et les trafiquants de tout acabit. « C’est trop cher et ça nous coûtera beaucoup mais ce prix-là, on le payera quel qu’il soit et au détriment de quoi que ça soit mais on le payera parce que pour vivre il faut survivre »  devrait poursuivre l’ancien ministre de l’Intérieur et de la Défense qui est actuellement à la tête des finances. Autant dire un fin connaisseur du dossier…

La troisième et dernière priorité des priorités c’est « de renforcer la résilience de notre pays face aux chocs climatiques  c'est-à-dire poursuivre les efforts pour assurer la sécurité alimentaire conformément au vœu du président de la République.

Pour ceux qui retrouveraient à dire sur les résultats enregistrés sur les 7 dernières années, Hassoumi Massaoudou a la réponse toute prête : « nous sommes à l’aise avec le bilan du président, pour le défendre et le soutenir encore ».

Loi des finances et contestation de la société civile

Le ministre des Finances l’avait auparavant dit : « il n’est pas question pour le gouvernement de revenir sur les dispositions de la finances 2018 ». Lors de son point de presse du lundi, Hassoumi Massaoudou est allé encore plus loin : il n y a rien à négocier ! « Je ne vois pas quoi négocier ou avec qui » s’est défendu le ministre pour qui « la loi a déjà été  adoptée par le Parlement et en amont des discussions ont eu lieu avec la Chambre de commerce et les centrales syndicales ». D’ailleurs, a fait remarquer Massaoudou, « depuis l’entrée en vigueur des nouvelles dispositions de la loi des finances, il n y a pas eu de pression inflationniste ». « De toute les façons, ce n’est pas la loi des finances qui est en cause dans ces manifestations mais la légitimité mêmes des autorités actuelles dans la logique des adversaires de dégager des détracteurs du régime et ça ce n’est pas négociable » a réitéré le ministre Massaoudou. Il nous parait inutile de préciser ici l’identité des adversaires en question auxquels a fait régulièrement cas le ministre et surtout pour  le compte de qui puisque pour une fois il n’a pas cité de nom !

Hassoumi point de presse 26 mars 2018 BIS min

De la manifestation interdite du 25 mars et de la liberté de presse

La sortie médiatique du ministre des Finances et secrétaire général du PNDS Tarrayya est intervenu le lendemain de la manifestation interdite de la société civile du dimanche 25 mars qui a été fortement réprimée par les forces de l’ordre avec à la clé,  l’interpellation d’une vingtaine de manifestants dont les principaux acteurs du mouvement. Pour Massaoudou, « le gouvernement n’a fait que respecter la loi». Selon le ministre, « que des gens contestent la loi des finances comme toutes les autres lois, c’est leurs droits. Mais de là à ce que les gens  aillent à l’encontre d’une décision des autorités, ce n’est pas acceptable ». Par conséquent, pour Massaoudou, « le gouvernement n’a fait que son devoir de garantir l’ordre public car force doit rester à la loi ».  Donc, « si une manifestation est interdite, il faut respecter cette décision ». Le ministre va jusqu’à faire savoir même qu’aucune mesure exceptionnelle n’a été prise pour la marche du dimanche dernier, « ce ne sont que des mesures naturelles donc normales de maintien de l’ordre public ».

Sur la liberté de presse et malgré la fermeture du groupe de presse Labari, le ministre Massaoudou est catégorique : on ne peut pas faire à leur régime un procès d’intentions en la matière. « Je ne pense pas qu’il y ait dans la sous-région, un pays où la liberté d’expression est aussi consacrée qu’au Niger » a estimé le ministre qui en plus des l’argument sur le foisonnement des organes de presse au pays a surtout insisté sur « le ton outrancier » de certains médias et surtout le « caractère parfois impertinent de la presse écrite ». Les journalistes présents au point de presse auront certainement apprécié ! Pour rappel, même si les médias sont venus en masse pour la couverture de l’évènement, une partie de la presse nationale a décidé de boycotter depuis un certain temps les activités du ministre pour justement ce qu’il en pense du 4e pouvoir. Ce qui n’a pas empêché le secrétaire général du PNDS de rappeler ses appréciations qui sonnent plus comme des convictions pour lui. Du Massaoudou on vous a dit !

A.Y. Barma (Actuniger.com)

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

.

Commentaires  

+15 #1 Ismael Laoualy Chaibou 29-03-2018 01:06
Vous serez battu car vous avez perdu d avance les élections incha ALLAH
Citer | Signaler à l’administrateur
+11 #2 Hassane Omar 29-03-2018 02:07
Vous n'avez rien compris il veut dire qu'ils vont encore volé et être au pouvoir,monsieur le ministre préparez vous a vôtre échec car cette fois-ci nous vous avons à l'œil la jeunesse à beaucoup souffert pour vos politiques
Citer | Signaler à l’administrateur
-10 #3 ppw 29-03-2018 02:16
Il y a un bilan à défendre et si les Nigériens sont honnêtes ils ne pouvaient pas espérer mieux avant et après Tandja. Et s'il faut dire le contraire alors dîtes un seul nom qui aurait fait meiux. Bien sûr on peut toujours mieux faire quoi qu'il arrive, c'est valable pour ce régime... mais on peut difficilement faire mieux que MI.
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #4 Boubacar Abdou Hassane 29-03-2018 02:20
Hassoumi, il faut faire attention hein, il faut savoir parler. Le titre de ministre de finance que vous aviez là c'est grâce au peuple. Et il ne faut même pas penser que Bazoum y sera président ni toi aussi et moins qui que sa soit du PNDS on en a plus besoin de vous, vous nous avez vendu, vendu jusqu'à à ceux qu'on ait plus de valeur qu'eux. Des voleurs que vous êtes.
Citer | Signaler à l’administrateur
+10 #5 Bagague 29-03-2018 07:38
Tu vas arrêter ton rrogance HASSOUMI.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #6 Dan-AÏR 29-03-2018 07:47
:lol: :lol: :lol: !Il a bien dit "Ils vont se battre" c'est claire en politique, Président sortant = président entrant . c'est le Théorème des "Magouilles" pour résoudre ça, il faut utiliser l'intégrale de "Fraudes, intimidations, usurpations, fausses accusations, divisions, corruptions, anesthésie médiatiques,..."
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #7 dogo 29-03-2018 08:01
S'il plait à DIEU MI passera le pouvoir à un militant du PNDS en 2021. tu sais dans le rang des guristes il y a des lionceaux aptes à toujours bien faire.
Citer | Signaler à l’administrateur
+13 #8 Mahamadou Maman Laminou 29-03-2018 08:07
C après avoir volé nos 200milliards que tu vas redressé le 'niger ...kay voleur rembourse le bien du peuple
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #9 Cheikh Haroun Traore 29-03-2018 08:11
Ils ont intérêt à ce que le successeur de Issoufou Mahamadou soit du PNDS pour tous leurs crimes et scandales restent impunis mais ça c'est à Dieu tout puissant de le décider
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #10 Haba 29-03-2018 08:18
J'ai comme l'impression qu'ils ont déjà tourné la page Issoufou. Il ne faut pas qu'ils soient surpris.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 waysas 29-03-2018 09:26
hummmm!!!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #12 dogo 29-03-2018 09:41
QUAND DIEU DIT C'est ton heure,aucun obstacle ne peut te résister
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #13 AJALI BAKA RAMGOME 29-03-2018 10:13
LE PNDS EST MORT ET ENTERRÉ DEPUIS L ELECTION DE LAHAINE DU RACISME ET DE L ARROGANCE .MÊME DANS 50 ANS ON ENTENDRA PARLER DE TA CLIQUE .TU ES TOUJOURS IVRE POUR RAISONNER.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #14 ikon allah 29-03-2018 10:55
que Dieu protège le Niger et son peuple
Citer | Signaler à l’administrateur
-11 #15 Gorzo 29-03-2018 11:31
"Cela fait un bon bout temps qu’on ne l’avait pas entendu sur les médias. Et quand il décide de le faire, cela crée forcément l’évènement. Lui, c’est Hassoumi Massaoudou, le ministre des Finances mais aussi secrétaire général du PNDS Tarrayya." C'est très bien dit. Massaoudou du courage et de la persévérance.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #16 oumar 29-03-2018 12:33
C´est un message adresse aux partis allies du PNDS et non aux nigeriens. Vous restez avec nous on gagne, vous nous quittez on gagne et gare a vous apres. N´eut ete despoliticards minables comme seyni omar ou ibrahim yacouba, ces escrots du PNDS auraient deja rendu le tablier.
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #17 Dandize 29-03-2018 12:35
Quand Mahamadou Issoufou est parti tirer la main de Sanoussi pour le faire sortir de la PJ il n'a violé aucune loi c'est de l'audace de quelqu'un qui aime le Niger.
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #18 ismael 29-03-2018 13:27
Je crois que certains sont ivre et rêveurs au Niger Monsieur parlent de quel bilan ou ils confondent vitesse et précipitation c est juste pour ne pas rester et ne rien dire
Citer | Signaler à l’administrateur
-6 #19 Dan Kassa 29-03-2018 15:14
Courage, Excellence Monsieur le Ministre. Ceux qui s'agitent savent très bien que le Niger de la Renaissance est en marche. ils savent bien que les choses bougent positivement au Niger. Sachez bien d'une chose, le nigérien est celui -là qui n'initie rien mais vite se met à saper les efforts de construction des uns et des autres ; c'est dans leur sang. ils n'aiment jamais celui qui travaille pour l'intérêt général, ils ne te remercient que quand tu n'es plus parmi eux. c'est comme ça qu'ils ont fait à Kountché.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #20 SIDWAYA 29-03-2018 15:31
Just wait and see... ;-)
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #21 Soumana garba 29-03-2018 17:19
vtff k Dieu maudit votr foutu gouvernement
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #22 vrai 29-03-2018 18:11
Issoufou va installer son fils pour lui succeder avec l'appui de Macron .. continuez a rever
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #23 mama pas digne 29-03-2018 21:43
L'homme propose et Dieu dispose
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #24 Conscience Prudente & Subconscient 29-03-2018 23:24
Le PNDS Tarayya et ses alliés font confiance à Allah (swt) pour le meilleur choix d'homme qui assurera la continuité du pouvoir. Remercions l’Éternel qui n'a jamais détourné dans l'espoir de ne jamais détourner son Sublime Regard sur notre pays et son peuple. Les faibles d'esprit sont tels qu'ils sont, souvent sourds-muets-aveugles quand ils ont besoin de satisfaire leur égo. Ceux qui pensent que ce pouvoir de la 7ème Rép, accule le peuple par le simple fait de la LF 2018, ils ont exactement le comportement de l'idiote femme aimée par son époux; elle finit par croire que son mari n'est créé et venu au monde que pour elle seule; et qu'en dehors d'elle, personne n'a droit d'assistance, les beaux parents soient-ils. Que ceux qui pensent la LF 2018 est asphyxiante, méditent la situation des voyageurs dans les camions traversant le Sahara. Avant le démarrage, quand chacun Cherchant la bonne position, l'on entend: "T'ES POSÉ SUR MON PIED, ME COINCES, ME POUSSES...etc. Une fois démarré, chacun ne souhaite qu'arriver à destination. Du courage mon frère Massaoudou Dan Hassoumi. Loin d'un pouvoir qui organisa et perdit sa majorité; qu'Allah (swt) protège le PNDS et l'assure de la Victoire.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #25 Kadero 30-03-2018 10:46
Hassoumi a bien un bilan à défendre mais on dirai qu'il oublie au près de qui il doit le défendre
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #26 jump 02-04-2018 07:35
Les nigériens t'attends au tournant. A bon entendeur salut!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #27 kimi 02-04-2018 18:09
petit tu rêve trop :D
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #28 Mahi 17-02-2019 18:33
Allah ya teymaka
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Paroles d'enfants : Roumaissa

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com