lundi, 25 janvier 2021
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Filles enleve par Boko haram 

C'était voilà deux ans, à Chibok, au Nigeria : dans la nuit du 14 au 15 avril 2014, 276 lycéennes étaient  arrachées à leurs familles et à leurs études par des combattants fanatiques de Boko Haram. Avant elles, après elles, d'autres adolescentes auront été enlevées. Comme Assiatou, 14 ans, raflée en novembre 2014, séquestrée et violée pendant trois mois. Un calvaire qu'elle a raconté à la journaliste Mina Kaci.

Zeyna transfert argent bis

La journaliste Mina Kaci se souviendra « toute sa vie du regard d’Assiatou », lors de leur première rencontre, en avril 2015, à Niamey (Niger) : « elle regardait fixement le mur ». Trois mois plus tôt, l’écolière franchissait à pied les 6 kms qui séparaient le Nigeria du Niger, échappant miraculeusement aux mains de son tortionnaire et violeur, un chef de Boko Haram.


Il lui aura fallu beaucoup de patience pour gagner la confiance de l’adolescente. Pendant un mois, en juillet 2015, Mina Kaci revient au Niger pour recueillir son témoignage. Elle la visite matin et soir. Peu à peu, Assiatou accepte de se livrer.

Les musulmans et les écolières premières cibles de Boko Haram

Dans ce livre, "Enlevée par Boko Haram", à travers les yeux et les mots d'Assiatou, Mina Kaci raconte comment les terroristes ont mis la ville de Damasak (Nord Est du Nigeria) à feu et à sang, tuant les hommes et enlevant les écolières.

Les 24 et 25 novembre 2014, lorsque les soldats de l’organisation Boko Haram, reconnue comme terroriste par l'ONU dès mai 2014, font irruption dans la ville, la jeune fille est à l’école. Le père d’Assiatou a juste le temps de se sauver pour ne pas être tué.
De son côté, Assiatou fuit avec sa maman, ses frères et sœurs et une centaine d’autres mères et enfants chez leur imam, croyant y être protégés. Mais le groupe terroriste, rallié depuis à l’Etat islamique (mars 2015), et appelé « Etat islamique d’Afrique de l’Ouest » ne reconnaît pas les autorités musulmanes locales.
Descendant d’une branche salafiste de l’islam, ils attaquent toutes les religions et en particulier les musulmans, comme Assiatou le décrit dans le livre : « une cinquantaine d'hommes nous encercle. L'un dit ‘vieux marabout, on te respecte, nous sommes désolés, mais nous allons partir avec les femmes. Nous allons les marier… Sortez les filles des cachettes ! Si elles ne rappliquent pas dare-dare, nous les tuerons’. Des paroles suivies de tirs de mitraillettes ».

Mina Kaci rappelle que « toute la région du nord Est du Nigeria, massacrée par Boko Haram, est une région musulmane », et que « la famille d’Assiatou est une famille musulmane pieuse, suivant les prières du Coran », ce qui ne l’empêche pas d’être la cible du groupe islamiste.

Pour Boko Haram, les filles ne doivent avoir d’autre vocation que de se marier

Boko Haram (littéralement « livre interdit » et par extrapolation, « école occidentale interdite ») s'en prend à des jeunes filles scolarisées, parce que selon les chefs de file de ce groupe, l’enseignement qu’elles reçoivent les éloigne de la religion.
« Le but premier de Boko Haram, explique la journaliste, est de créer une société régie par la religion, fondée sur un système patriarcal dans lequel ils soumettent totalement les femmes. Pour Boko Haram, les filles ne doivent avoir d’autre vocation que de se marier. L’école, c’est la mixité, là où on apprend le darwinisme, l’apprentissage d’une liberté qu’ils rejettent. »

Assiatou est faite prisonnière avec les autres écolières de la ville, tout comme, le 14 avril 2014, les 276 lycéennes de Chibok. L’enlèvement de Chibok avait largement mobilisé la communauté internationale, à travers la campagne #bringbackourgirls(« rendez-nous nos filles »). Assiatou a vu la vidéo des lycéennes prisonnières, mais n’a pas imaginé qu’elle subirait le même sort.

Boko Haram fait son marché parmi les filles

Passées en revue par les soldats, les écolières de Damasak sont, une par une, enlevées à leur famille : « Boko Haram fait son marché parmi les filles, jaugées comme du bétail. La ville est méconnaissable, transformée par un déluge de violence : cadavres brûlés, bâtiments saccagés, commerces pillés », raconte Assiatou. Après avoir été mariées de force aux soldats de Boko Haram par un simulacre d’union, les jeunes filles sont transformées en esclaves sexuelles et en ménagères.

En décrivant les exactions de Boko Haram, la journaliste ne cherche pas le sensationnalisme. Son but est de dénoncer les viols comme arme de guerre, dont les femmes sont victimes : « En temps de guerre, les hommes font des femmes leur butin. Si on veut vraiment faire comprendre que le viol est quelque chose de dramatique sur la personne qui le subit, il faut montrer ce que cela fait sur l’individu. ». Avec des mots pesés, pudiques, la journaliste décrit les viols sans pourtant choquer le lecteur. 

"Dieu sait que c’est Boko Haram qui t’a fait cela"

Assiatou a eu la chance de ne pas être rejetée par sa famille. Comme le relate la journaliste, « sa mère lui a dit "Dieu sait que c’est Boko Haram qui t’a fait cela" ». Mais les parents de la jeune fille sont incapables d’entendre les détails du viol. « Sa mère lui a simplement demandé si son bourreau l’avait touchée. Elle l’a ensuite amenée chez un médecin pour s’assurer qu’elle n’était pas enceinte ».

Assiatou a reçu l'aide de l’association nigérienne ‘SOS femmes et enfants victimes de violences’ qui lui a offert un suivi psychologique. La journaliste est convaincue de l’importance de ce suivi, pour la reconstruction des filles.
Comme le dit Assiatou à la fin du livre : « Je crie ma colère, mon indignation, ma fureur. J’écris et mon esprit torturé se libère, ma résistance se déploie. J’écris et j’ai la certitude que tout ira pour le mieux demain ».

Depuis le début des attaques de Boko Haram au Nigeria, il y 7 ans (2009), 20 000 victimes ont été comptabilisées. En plus de massacres, viols de fillettes, troubles physiques et psychologiques chez les survivants, ce conflit transfrontalier est la cause du déplacement de la population nigériane du Nord-Est du pays vers le Niger, l'un des pays les plus pauvres du monde.
Mina Kaci remarque sobrement : "Avant, Assiatou et ses parents avaient de quoi vivre, à Damasak. Maintenant au Niger, ils sont pauvres parmi les pauvres."

TV5

Zeyna transfert argent bis

Commentaires  

+4 #1 gaskia né malam 13-04-2016 20:07
Boko est la conséquence directe de l'ignorance.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 hassane 14-04-2016 13:04
Boko-haram! Foutaise! Que des assassins, des criminels, des gens sans foi, maudits et bannis par ALLAH. Que la misère vous suit partout où vous serez même après votre mort qui d'ailleurs vous ignorez. Barbares!!!!!! Ina lilahi wa ina ilahi raji'un!
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Booster ACTUNIGER 800-800 pixels Plan de travail1

Top de la semaine

Publier le 24/01/2021, 16:46
election-presidentielle-deuxieme-tour-aucune-alliance-n-a-ete-conclue-a-ce-jour-bureau-politique-national-mnsd-nassara COMMUNIQUE DE PRESSE Depuis la proclamation par la CENI des résultats provisoires du premier tour des...Lire plus...
Publier le 23/01/2021, 23:55
zinder-les-jeunes-de-la-cap-20-21-et-allies-demandent-la-demission-ou-la-revocation-du-president-de-la-ceni-regionale Dans une déclaration rendue publique  ce samedi 23 janvier, les jeunes de la Coalition CAP 20-21...Lire plus...
Publier le 22/01/2021, 22:19
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-22-janvier-2021   Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 22 janvier 2021, dans la salle...Lire plus...
Publier le 22/01/2021, 15:20
tahoua-saisie-de-155-briques-de-chanvre-indien-au-poste-de-douane-de-tsernaoua   La Brigade d'intervention et de recherche de la douane de Tahoua a saisi, le 19 janvier 2021 à...Lire plus...
Publier le 21/01/2021, 14:17
sante-inauguration-officielle-du-siege-de-la-mutuelle-des-agents-de-la-police-et-de-la-garde-nationale La mutuelle de Santé de la Garde Nationale du Niger-Police  Nationale vient d'être dotée d'un...Lire plus...
Publier le 20/01/2021, 18:49
usa-joe-biden-officiellement-investi-46e-president-des-etats-unis Joe Biden, 78 ans, a été investi 46e président des États-Unis, quelques minutes après Kamala Harris...
Publier le 21/01/2021, 12:18
locales-a-dosso-la-justice-annule-les-resultats-de-l-election-regionale-ainsi-que-ceux-de-plusieurs-communes Sur requête de plusieurs partis, le Tribunal de grande instance a annulé les résultats des élections...
Publier le 24/01/2021, 16:46
election-presidentielle-deuxieme-tour-aucune-alliance-n-a-ete-conclue-a-ce-jour-bureau-politique-national-mnsd-nassara COMMUNIQUE DE PRESSE Depuis la proclamation par la CENI des résultats provisoires du premier tour des...
Publier le 20/01/2021, 07:19
le-gouvernement-de-la-turquie-profondement-attriste-par-la-mort-de-quatre-quatre-soldats-nigeriens-dans-la-region-de-diffa  Le Ministère des Affaires Étrangères de la République de Turquie, dans un communiqué publié ce...
Publier le 23/01/2021, 23:55
zinder-les-jeunes-de-la-cap-20-21-et-allies-demandent-la-demission-ou-la-revocation-du-president-de-la-ceni-regionale Dans une déclaration rendue publique  ce samedi 23 janvier, les jeunes de la Coalition CAP 20-21...
Publier le 21/01/2021, 12:18
locales-a-dosso-la-justice-annule-les-resultats-de-l-election-regionale-ainsi-que-ceux-de-plusieurs-communes Sur requête de plusieurs partis, le Tribunal de grande instance a annulé les résultats des élections...
Publier le 22/01/2021, 22:19
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-22-janvier-2021   Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 22 janvier 2021, dans la salle...
Publier le 23/01/2021, 23:55
zinder-les-jeunes-de-la-cap-20-21-et-allies-demandent-la-demission-ou-la-revocation-du-president-de-la-ceni-regionale Dans une déclaration rendue publique  ce samedi 23 janvier, les jeunes de la Coalition CAP 20-21...
Publier le 22/01/2021, 15:20
tahoua-saisie-de-155-briques-de-chanvre-indien-au-poste-de-douane-de-tsernaoua   La Brigade d'intervention et de recherche de la douane de Tahoua a saisi, le 19 janvier 2021 à...
Publier le 24/01/2021, 16:46
election-presidentielle-deuxieme-tour-aucune-alliance-n-a-ete-conclue-a-ce-jour-bureau-politique-national-mnsd-nassara COMMUNIQUE DE PRESSE Depuis la proclamation par la CENI des résultats provisoires du premier tour des...

Dans la même Rubrique

Tahoua : saisie de 155 briques de chanvre indien au poste de douane de Tsernaoua

22 janvier 2021
Tahoua : saisie de 155 briques de chanvre indien au poste de douane de Tsernaoua

  La Brigade d'intervention et de recherche de la douane de Tahoua a saisi, le 19 janvier 2021 à 18h30 (heure locale), 155 briques de chanvre indien dissimulées dans une...

Le Gouvernement de la Turquie « profondément attristé » par la mort de quatre quatre soldats nigériens dans la région de Diffa

20 janvier 2021
Le Gouvernement de la Turquie « profondément attristé » par la mort de quatre quatre soldats nigériens dans la région de Diffa

  Le Ministère des Affaires Étrangères de la République de Turquie, dans un communiqué publié ce 19 janvier s'est dit "profondément attristé" par la mort de quatre soldats nigériens et...

Diffa : quatre (04) soldats tués et huit (08) blessés graves dans l'explosion d'un engin explosif improvisé

18 janvier 2021
Diffa : quatre (04) soldats tués et huit (08) blessés graves dans l'explosion d'un engin explosif improvisé

Quatre soldats nigériens ont été tués et huit autres gravement blessés ce lundi dans l’explosion d'un engin explosif improvisé dans la région de Diffa (sud-est du pays) cible régulière des...

Maradi : recrudescence des cas d’incursions de bandits armés le long de la frontière avec Sokoto et Zanfara !

18 janvier 2021
Maradi : recrudescence des cas d’incursions de bandits armés le long de la frontière avec Sokoto et Zanfara !

Cinq (5) attaques sur les villages frontaliers des départements de Madarounfa et Guidan Roumdji en une semaine, par des bandits armés en provenance du Nigéria voisin, c’est là une preuve...

Trafic de drogue : 124,125 Kg de cannabis saisis, 07 personnes dont un militaire et deux fonctionnaires de la Justice interpellées (Communiqué de presse du Procureur Général près la Cour d’Appel de Niamey)

15 janvier 2021
Trafic de drogue : 124,125 Kg de cannabis saisis, 07 personnes dont un militaire et deux fonctionnaires de la Justice interpellées (Communiqué de presse du Procureur Général près la Cour d’Appel de Niamey)

Le vendredi 08 janvier 2021, un véhicule sans immatriculation venant de Dosso et faisant route en direction de Niamey, a brisé les barrières de la police de Dosso et de...

Fonds commun du secteur éducation (FCSE) : offrir des opportunités aux jeunes et aux filles (Communiqué de presse)

9 janvier 2021
Fonds commun du secteur éducation (FCSE) : offrir des opportunités aux jeunes et aux filles (Communiqué de presse)

  L’insertion des jeunes est au cœur des préoccupations gouvernementales, notamment en raison de l’extrême jeunesse de la population nigérienne. En effet, des milliers de diplômés et autres jeunes déscolarisés...