lundi, 19 octobre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Declaration des Etudiants nigeriens bourisers

La semaine qui vient de s’écouler a été particulièrement agitée dans certaines de nos chancelleries qui ont enregistré une série de manifestations de protestations des étudiants boursiers à l’étranger.

Après les étudiants d’Algérie puis leurs homologues du Maroc, c’est au tour des étudiants et stagiaires nigériens au Sénégal de tenir, le samedi dernier, un sit-in de protestation au sein de notre représentation diplomatique à Dakar.

Loin d’être un simple effet de mode, cette succession de manifestations qui n’est pas sans nuire à l’image de notre pays, n’est que la conséquence logique du ras-le-bol qui s’est généralisé ces derniers temps au sein de la communauté des étudiants boursiers à l’étranger.

L’une des principales revendications exprimées et qui constituent d’ailleurs le dénominateur commun de la situation de ces étudiants dans les différents pays, c’est l’amélioration de leurs conditions de vie, ce qui résume pour l’essentiel au paiement de la bourse, des frais d’étude et de l’aide sociale. En plus d’être d’un montant « dérisoire », un mot qui revient sans cesse dans les doléances des étudiants, les envois financiers accusent un sérieux retard avant de parvenir dans les différentes ambassades chargées du payement.

Actuellement, les étudiants boursiers attendent depuis plusieurs mois le payement de leurs derniers pécules alors même que l’échéance qu’ils sont sensés couvrir est largement dépassée.

Le cas le plus illustratif parce que justement inédit dans notre pays, c’est la situation des 277 étudiants en 3e cycle envoyés cette année en formation et pour la première fois rappelons-le, dans un établissement privé marocain à Fès. Depuis leur arrivée en octobre après une sélection des dossiers par l’ANAB, aucune bourse ne leur a été encore versée en dépit des mouvements de grève qu’ils ont entamés à plusieurs reprises.

C’est la même situation qui prévaut, à moindre échelle, auprès des étudiants boursiers dans d’autres contrées. En plus des lacunes récurrentes dans les payements des bourses, les étudiants réclament l’amélioration de leurs conditions de séjour et d’étude dans leurs pays respectifs d’accueil.

« Nous avons des problèmes de non payement et dans les délais de nos bourses, des frais d’études, médicaux et de transports » confirme Boubacar Abdoul Kader, le SG des étudiants nigériens au Sénégal qui cite des cas d’étudiants chassés de leurs appartements pour manque de payement de loyer ou des étudiants qui attendent de soutenir leur mémoire de fin d’études depuis plus d’un an pour absence de payement des frais d’études.

Ce n’est pas la première fois que les étudiants nigériens à l’étranger haussent le ton pour se faire entendre. La situation perdurait depuis des années pour ne pas dire depuis des décennies.

En dépit des engagements pris par les différents gouvernements qui se sont succédés, la situation ne s’est guère améliorer et va même de pire en pire si l’on croit les propos que tiennent régulièrement les responsables des associations des étudiants de la diaspora, lesquels en dépit des causes, n’ont que les médias pour relayer leurs cris d’alarme.

 Il y a quelques mois, à l’occasion d’un déplacement officiel en Algérie, le Président de la République Issoufou Mahamadou a promis de revaloriser la bourse des étudiants à l’extérieur en la portant au double de son montant actuel. Toutefois, les étudiants sont jusque-là dans l’expectative en attendant la concrétisation de cette promesse.

Par la suite, le Conseil des ministres s’est également penché sur la question et sur proposition du ministre de l’enseignement supérieur, a adopté la formule de bancarisation des boursiers afin de pallier aux retards de payement. Comme dans le premier cas, le projet reste encore au stade de profession de bonne foi.

Pour rappel, au temps de la 5e République, le Président Tandja Mamadou s’est également engagé à améliorer les conditions de vie et d’étude des étudiants boursiers à l’extérieur à l’occasion d’une visite d’Etat en Chine. Là, aussi, les engagements sont restés lettre morte au grand dam des étudiants boursiers qui avaient fondé beaucoup espoir sur cette promesse.

C’est donc pour faire face à cette situation qui dure depuis des années, que les étudiants ont décidé de passer à la vitesse supérieure surtout qu’en réponse à leurs doléances, ils ont toujours fait face à un silence des autorités. Les différents ambassadeurs sollicités n’essaient, à chaque fois, que de jouer aux médiateurs dans l’incapacité de répondre favorablement aux doléances des étudiants. La solution se trouve en effet à Niamey et entre autres au niveau de l’ANAB qui n’arrive pas encore à trouver le mécanisme adapté pour une gestion plus efficiente des payements des bourses et avantages y afférents aux étudiants de l’étranger.

Il convient de rappeler que le calvaire des étudiants boursiers à l’étranger à commencer depuis les années 90 avec dans un premier temps les retards de bourses au temps de la transition qui a suivi la conférence nationale puis sous la 3e République. La situation s’est empirée sous le régime sous la 4e République du Président Baré Mainassara. Durant cette époque, les bourses accusaient des retards mais la situation finissait par se régulariser par intermittence avec le payement des arriérés.

Cependant, à l’époque de Tandja Mamadou, le premier ministre de l’époque Hama Amadou n’a trouvé mieux comme solution que de signer un arrêté interdisant le cumul de bourses afin de contenir les revendications accompagnées de manifestations assez récurrentes des étudiants à l’étranger. Il a fallut l’arrivée de Seyni Oumarou à la primature, au crépuscule de la 5e république pour qu’un semblant d’amélioration soit apportée à la situation avec le bénéfice accordée aux étudiants bénéficiaires d’une bourse de coopération, d’accéder à « une aide sociale ».

Parallèlement, l’ouverture des procédures de transfert de bourse ou d’octroi de bourses de 3e cycle a un peu amplifié la situation avec l’accroissement des étudiants bénéficiaires de la bourse toutes catégories confondues.

Actuellement, les étudiants boursiers, qu’il s’agisse d ceux qui bénéficie du transfert de bourse, de la bourse ou de l’aide sociale, sont dans la même situation.

 Comme chaque année, les responsables des associations estudiantines affirment avoir saisi qui de droit notamment les autorités, les députés et même le Comité directeur de l’USN, pour qu’une solution durable soit trouvée à leur cas. « C’est après de vaines discussions avec les autorités relativement aux multiples problèmes auxquels sont confrontés les étudiants nigériens que nous avons décidé de rompre le dialogue et de procéder à une manifestation générale », soutient par exemple le secrétaire général de l’Association des étudiants nigériens au Maroc (ANEM) Ali Adamou Ousseini, pour légitimer leur sit-in.

Après plusieurs tentatives jusque-là infructueuses par les générations d’étudiants qui se sont succédées ces dernières années en se refilant «la lutte», cette fois sera-t-elle la bonne ?

Il est très tôt pour le dire en l’absence de réaction officielle mais devant la généralisation des mouvements de protestation dans les différents pays accueillant le plus gros lot des contingents d’étudiants boursiers, le gouvernement n’a d’autre choix que de faire un geste afin de bouger un peu les choses. Du reste, avec les prochaines élections qui s’approchent et qui verront pour la première fois les nigériens de l’extérieur votés, il y a fort à parier que l’enjeu prenne des proportions politiques pour le grand bénéfice des étudiants boursiers à l’étranger.

C’est déjà ça si au moins et pour une fois encore, la solution va au delà des promesses sans cesses réitérées. En attendant, ces étudiants ne réclament qu’une seule chose : leurs bourses et aides sociales ! Conscients de la situation du pays, les étudiants ne font même pas dans la surenchère en réclamant comme avant les autres avantages qui leur sont normalement dû comme pour les étudiants de certains pays voisins. Cela viendra certainement après c'est-à-dire quand nos gouvernants prendront enfin conscience du potentiel que représentent ces ambassadeurs du Niger, dans le développement socioéconomique de nos pays.

Etudiants nigeriens devant ambassade 

Preavis de manif

Preavis de manif1

 

A.Y. Barma

Actuniger.com

{jathumbnail off}

Commentaires  

+19 #1 panafricanisme 28-06-2015 17:55
Bien rédigé cet article
Citer | Signaler à l’administrateur
+13 #2 Anonyme 28-06-2015 19:00
#Netouchezpasaleurbourse
Rendez leur leur dû
Citer | Signaler à l’administrateur
+10 #3 kolb 29-06-2015 00:31
Vive l'USN on vous soutient camarades!
Citer | Signaler à l’administrateur
+11 #4 dan dawra 29-06-2015 06:37
Mai tchinga,les 35 milliards de salif diallo et les detournements a la caima et a la sonidep suffiraient amplementa vous payer mais hélas ainsi va guri,
Si on calcule le montant des deplacements aussi du President en trois seulement sa pourrait payer bcp de bourses,lol
Citer | Signaler à l’administrateur
-25 #5 Niameyzé 29-06-2015 06:45
A Mr Barma toujours vous quand il s'agit de poster des informations qui nuisent au Niger. Pour les étudiants pourquoi attendre seulement cette période où les chancelleries sont sollicitées pour le recensement pour lancer ces manifestations, De toute les façon aucune surprise pour nous connaissant déjà la position de certains politiciens sur le vote des étrangers. Aussi la situation des étudiants nigériens à l'étranger ne date pas d'aujourd'hui rappel (année 90). Pour finir eux ils ont au moins eu la chance d'être orientés à l’étranger en certaines périodes même les plus méritants se sont vu refuser des bourses (temps de HAMA+) on se sait au Niger.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #6 Tambey 29-06-2015 07:27
Cela me rappelle les mauvais souvenirs des années 1990 où nous faisions 6 mois sans avoir un mois de bourse. Qu'Allah préserve notre pays de cet épisode noir de son histoire. Amen.
Citer | Signaler à l’administrateur
+13 #7 mes frères 29-06-2015 08:50
certains commentaires c'est comme si les auteurs n'ont jamais franchi les frontières du pays pour voir ou savoir comment les gens vivent si on est démuni.
Citer | Signaler à l’administrateur
+13 #8 discernement 29-06-2015 12:25
A l’intention du profil Niameyzé: cher Monsieur,si vous avez d'autres solutions faites nous part des suggestions.vous pensez que c'est pas le moment idéal pour des revendication? bien au contraire,c'est en ces moment que les autorités sont enclin a prendre les revendications en considération.vous parlez aussi de l'image du pays,qui sont plus aptes a donner une belle image du pays que ces étudiants qui en sont la vitrine.pour finir,vous avez parlez d'une situation qui perdure depuis les années 90.eh bien il est temps que tout cela appartienne au passé.avec tout mes respects .
Citer | Signaler à l’administrateur
+11 #9 Alla Galib 29-06-2015 12:40
Du courage chers étudiants Wallay vos combats sont nobles. Mais je ne pense que ça va changer. Au Niger on se compare dans la négativité. De toute façon leurs enfants sont dans les meilleurs universités. Alors ils s'en foutent des enfants des fils de pauvre.
Citer | Signaler à l’administrateur
+9 #10 dadin bachi 29-06-2015 13:13
On voit que Niameyzé a oublié le temps des vaches maigres, il circule les poches pleines comme tout bon guriste et surtout les difficultés des années 90 ne doivent pas perdurer, les sacrifices consentis à l'époque par les régimes devraient permettre aux étudiants à l'extérieur de montrer une vitrine propre à l'image d'un pays producteur de pétrole, on se glorifie tous les jours des réalisations du Président Issoufou à mon avis il a oublié l'essentiel: nos précieux ambassadeurs
Citer | Signaler à l’administrateur
+10 #11 Mougoua 29-06-2015 13:17
Moi je propose au Président de rester deux mois sans voyager on pourra régler tous ces arriérés de bourse
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #12 La vox populi 29-06-2015 21:24
Si votre MI reste une seule semaine sans entrer dans un avin, il meurt!
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #13 Nigeri 30-06-2015 19:30
Camarades étudiants la situation dans laquelle le guri a placé le pays est dangereuse nous allons prier pour le pays.MI le président. ne pense qu'au voyage. et son équipe est en train de pillé les maigres ressources du pays
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 EXIMBANK CHINE 02-07-2015 20:46
prêt EXIM BANK CHINA a été signé le 30 Septembre 2013 pour financer la construction par CSCEC (China State Construction Engineering Corporation) avec le contrat EPC signé le 1er Janvier 2013 pour la réalisation de la centrale de Salkadamna comme en témoigne par le FMI (Fonds monétaire international) en 2013 - 2014 à 2015
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

campagne nouvelles chaines ACTU NIGER 800 800 pixels

Top de la semaine

Publier le 19/10/2020, 19:16
guinee-l-opposant-cellou-dalein-diallo-proclame-sa-victoire-des-le-premier-tour-a-la-presidentielle-du-18-octobre Au lendemain de l’élection présidentielle du dimanche 18 octobre, l’opposant guinéen Cellou Dalein...Lire plus...
Publier le 18/10/2020, 05:56
appel-de-save-the-children-une-rentree-scolaire-securisee-pour-tous-les-enfants-au-niger Au cours de cette année 2020, Save the Children a lancé à travers le monde une campagne globale...Lire plus...
Publier le 17/10/2020, 12:38
haroun-printing-les-raisons-de-la-plainte-contre-l-activiste-bana-ibrahim-pour-chantage-et-tentative-d-extorsion-de-fonds Le Directeur général par intérim de la société Haroun Printing, Mahamadou Siradji Issa, a animé la...Lire plus...
Publier le 16/10/2020, 20:13
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-16-octobre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 16 octobre 2020, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 16/10/2020, 19:44
inauguration-officielle-de-l-hotel-des-finances-une-infrastructure-ultramoderne-et-multifonctionnelle-au-coeur-de-la-capitale Le Président de la République a inauguré jeudi 15 octobre 2020, l’Hôtel des Finances,  le nouvel...Lire plus...
Publier le 16/10/2020, 19:44
inauguration-officielle-de-l-hotel-des-finances-une-infrastructure-ultramoderne-et-multifonctionnelle-au-coeur-de-la-capitale Le Président de la République a inauguré jeudi 15 octobre 2020, l’Hôtel des Finances,  le nouvel...
Publier le 14/10/2020, 13:50
defense-et-securite-lancement-officiel-de-la-construction-d-un-memorial-en-hommage-aux-soldats-tombes-sur-le-front Le Président de la République, Chef Suprême des Armées, SEM Issoufou Mahamadou, a présidé mercredi, 14...
Publier le 13/10/2020, 08:29
le-parlement-approuve-la-2eme-rectification-a-la-loi-de-finances-2020 Les parlementaires nigériens ont approuvé, ce lundi 12 octobre, la deuxième rectification de la...
Publier le 14/10/2020, 10:44
appui-a-la-societe-civile-2-milliards-fcfa-de-subventions-de-l-ue-pour-10-organisations-nigeriennes-a-travers-le-pasoc3 L’Union Européenne (UE) poursuit son appui au  renforcement des capacités des Organisations de la...
Publier le 13/10/2020, 08:40
paludisme-le-niger-enregistre-2449-deces-a-la-date-du-07-octobre-2020-gouvernement Le Niger a enregistré, du 1er Janvier au 07 octobre 2020, au total 2.449.858 cas de paludisme...
Publier le 16/10/2020, 20:13
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-16-octobre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 16 octobre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 16/10/2020, 19:44
inauguration-officielle-de-l-hotel-des-finances-une-infrastructure-ultramoderne-et-multifonctionnelle-au-coeur-de-la-capitale Le Président de la République a inauguré jeudi 15 octobre 2020, l’Hôtel des Finances,  le nouvel...
Publier le 13/10/2020, 08:40
paludisme-le-niger-enregistre-2449-deces-a-la-date-du-07-octobre-2020-gouvernement Le Niger a enregistré, du 1er Janvier au 07 octobre 2020, au total 2.449.858 cas de paludisme...
Publier le 14/10/2020, 10:44
appui-a-la-societe-civile-2-milliards-fcfa-de-subventions-de-l-ue-pour-10-organisations-nigeriennes-a-travers-le-pasoc3 L’Union Européenne (UE) poursuit son appui au  renforcement des capacités des Organisations de la...
Publier le 13/10/2020, 08:29
le-parlement-approuve-la-2eme-rectification-a-la-loi-de-finances-2020 Les parlementaires nigériens ont approuvé, ce lundi 12 octobre, la deuxième rectification de la...

Dans la même Rubrique

Haroun Printing : les raisons de la plainte contre l’activiste Bana Ibrahim pour «chantage et tentative d’extorsion de fonds »

17 octobre 2020
Haroun Printing : les raisons de la plainte contre l’activiste Bana Ibrahim pour «chantage et tentative d’extorsion de fonds »

Le Directeur général par intérim de la société Haroun Printing, Mahamadou Siradji Issa, a animé la semaine dernière une conférence de presse relative à la plainte que l’entreprise en charge...

Inauguration officielle de l’hôtel des Finances : une infrastructure ultramoderne et multifonctionnelle au cœur de la capitale

16 octobre 2020
Inauguration officielle de l’hôtel des Finances : une infrastructure ultramoderne et multifonctionnelle au cœur de la capitale

Le Président de la République a inauguré jeudi 15 octobre 2020, l’Hôtel des Finances,  le nouvel immeuble qui va abriter  tous les services relevant du Ministère des Finances. D’un coût...

Journée Mondiale du lavage des mains Edition 2020 : des progrès enregistrés en matière de changement de comportement

16 octobre 2020
Journée Mondiale du lavage des mains Edition 2020 : des progrès enregistrés en matière de changement de comportement

  Le Directeur General de l’Assainissement du Ministère de l’hydraulique et de l’assainissement (DGA/MHA) M. Moussa Dandobi a présidé ce Jeudi 15 octobre 2020 la cérémonie d’ouverture de la conférence...

Célébration de la Journée Internationale de la Fille (JIF 2020) : un plaidoyer pour agir en faveur des filles, ces véritables actrices de changement

14 octobre 2020
Célébration de la Journée Internationale de la Fille (JIF 2020) : un plaidoyer pour agir en faveur des filles, ces véritables actrices de changement

A l’instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le 11 octobre dernier, la Journée Internationale de la Fille (JIF). Pour l’édition 2020, la célébration de la JIF  a...

Projet « Voix des jeunes du Sahel » : les jeunes s’engagent pour un dialogue permanent avec les institutions

14 octobre 2020
Projet « Voix des jeunes du Sahel » : les jeunes s’engagent pour un dialogue permanent avec les institutions

A quelques mois de la fin du projet « La voix des jeunes du Sahel », les représentants de la jeunesse nigérienne se sont engagés à poursuivre et maintenir la dynamique pour...

Défense et sécurité: lancement officiel de la construction d'un Mémorial en hommage aux soldats tombés sur le front

14 octobre 2020
Défense et sécurité: lancement officiel de la construction d'un Mémorial en hommage aux soldats tombés sur le front

Le Président de la République, Chef Suprême des Armées, SEM Issoufou Mahamadou, a présidé mercredi, 14 octobre 2020, la cérémonie officielle de lancement des travaux de construction du Mémorial des...