Sidebar

Airtel Kassoua Garbal

NITA Fond Site Web 675 x 240

Ouhoumoudou Mahamadou CM

De passage à Paris où il s'est adressé ce mardi 18 avril 2023 aux entrepreneurs français à l'occasion de l'édition 2023 du Forum du Conseil des investisseurs français en Afrique (CIAN), pour les inciter à venir investir dans son pays, le Premier ministre du Niger a accordé un entretien à RFI dont il était l'invité Afrique de l'édition matinale de la journée. Quels sont ses arguments ? Comment le pays pousse-t-il ses pions dans le secteur pétrolier, qui a été l'un des moteurs de sa croissance l'année dernière ? Et comment le gouvernement entend-il faire face aux fragilités sociales qui persistent ? Entretien avec le Premier ministre du Niger, Ouhoumoudou Mahamadou, au micro de Laurent Correau.

Zeyna commission0

RFI : Mahamadou Ouhoumoudou, ce 18 avril 2023, vous allez vous exprimer devant le Conseil français des investisseurs en Afrique (Cian). Quel est votre message aux chefs d’entreprise français ?

Mahamadou Ouhoumoudou : C’est de leur dire que le Niger est le futur Eldorado de l’Afrique et que c’est un pays où il faut investir. Il ne faut pas qu’ils soient les derniers à venir investir au Niger, il faut qu’ils soient parmi les premiers. Il ne faut pas que ce soit uniquement dans un seul secteur, notamment le secteur minier. Nous appelons les investisseurs à venir investir dans d’autres secteurs où il y a beaucoup de potentiels.

Pourquoi dites-vous que les investisseurs français ne doivent pas être les derniers à venir investir ? Est-ce qu’il y a un retard des investisseurs français sur le territoire nigérien ?

Il y a une ruée d’investisseurs d’autres pays et, effectivement, pour le moment, les investisseurs français ne sont pas parmi les premiers venus.

Le 31 mars 2023, votre gouvernement annonçait les chiffres de la croissance 2022 pour le Niger : +11,5%. Ce taux de croissance est remarquable. Mais selon la coordination humanitaire de l’ONU, en 2023, 4,3 millions de personnes, c’est-à-dire environ 17% de la population nigérienne, auront tout de même besoin d’une assistance humanitaire. Pourquoi ce décalage et comment entendez-vous y faire face ?

Malgré cette forte croissance, effectivement notre pays est victime d’attaques de terroristes en provenance des pays voisins, notamment du Mali et du Burkina Faso. Et surtout aussi d’un afflux de réfugiés en provenance des pays voisins, notamment le Nigeria et le Mali.

Les réfugiés, les déplacés… En même temps, le niveau d’extrême pauvreté s’élevait quasiment à 42% en 2021. Il n’y a donc pas que les déplacés. Il y a quelque chose d’ancien à résoudre ?

Oui. Il y a quelque chose d’ancien à résoudre, parce que, quoi qu’on en dise, notre pays est un pays où la pauvreté était, au départ, estimée à plus de 60%. Donc, lorsqu’on revient à 40%, c’est quand même déjà un progrès remarquable qui a été accompli ces dix dernières années.

L’un des gros chantiers économiques de 2023, c’est le projet d’augmentation de la production pétrolière du gisement d’Agadem. On parle d’une production qui passerait de 20 000 barils par jour à 110 000 barils par jour. Où en sont les discussions avec la compagnie chinoise China National Petroleum Corporation (CNPC) sur ce dossier ?

Tout a été conclu avec la CNPC, notamment notre participation dans la construction du pipeline qui doit relier le Niger au Bénin. Nous avons aussi donné notre accord, en ce qui concerne la CNPC, pour l’exploitation dans le gisement d’Agadem. Donc il n’y a pas d’autres discussions particulières sur cet aspect. Par contre, nous avons un autre gisement sur lequel nous sommes en discussion avec les Chinois. Il s’agit du gisement de Bilma. Nous espérons également une production assez importante.

Et on peut espérer une mise en exploitation d’Agadem et de Bilma à quelle date, à quelle échéance ?

Pour ce qui concerne Agadem, l’exportation du brut va démarrer dès le mois de novembre 2023 et en ce qui concerne Bilma, tout dépendra des efforts de développement qui vont être faits, mais cela ne dépassera pas trois ans.

Les autorités régionales d’Agadez ont annoncé que plus de 5 000 migrants sub-sahariens refoulés d’Algérie sont arrivés à Assamaka, à 15 kilomètres de la frontière. Le Niger est-il d’accord avec le fait de devoir accueillir des milliers de migrants expulsés par l’Algérie, même s’ils ne sont pas Nigériens ? Est-ce qu’il existe un accord formel avec l’Algérie sur le sujet ?

Il n’y a pas d’accord formel avec l’Algérie en ce qui concerne le refoulement d’étrangers. Le gouvernement algérien considère que, à partir du moment où ce sont des ressortissants de la Cédéao [Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest, Ndlr] et que le Niger fait partie de la Cédéao, la frontière entre l’Algérie et la Cédéao, c’est le Niger. C’est la raison pour laquelle l’Algérie les amène à la frontière du Niger, d’autant plus qu’elle considère qu’ils sont rentrés en Algérie en passant par la frontière du Niger. Ce n’est pas totalement juste, parce que la plupart d’entre eux rentrent en Algérie en passant par le Mali. Pour ce qui nous concerne, il s’agit d’une question humanitaire qui touche des ressortissants de pays amis. Nous devons donc nous en occuper et nous nous en occupons.

Les autorités locales justement craignent une « catastrophe humanitaire », c’est le mot qui a été employé par certaines d’entre elles. Que prévoyez-vous pour éviter cette catastrophe ?

Évidemment, lorsque vous faites débarquer 4 000 à 5 000 personnes dans un village qui comporte juste 4 000 habitants, vous vous rendez compte que la situation devient critique. Nous la gérons avec l’OIM [Organisation internationale pour les migrations, Ndlr, mais aussi nous envisageons de porter le problème au niveau de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest. Ce que nous attendons de la Cédéao, c’est d’abord la possibilité d’accompagnement pour le retour de ces réfugiés dans leur pays d’origine.



Commentaires

9
Gamatie
10 mois ya
Si c'est pour acheter ecouler et exporter de la drogue avec garantie d'impunite voir protection rapprochee, alors c'est sur le niger de oumoudour est un eldorado. Il a toujous ete un eldorado pour les trafiquants de tous poils. Merci oumoudour, mun gani mun gode
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
10
Emile
10 mois ya
Le r
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
5
TOTO A DIT
10 mois ya
:D :lol: Certainement que le Niger sera un Eldorado en corruption et autres turpides impunies...

Il fume quoi m
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
4
TOTO A DIT
10 mois ya
Quand le Moro Naba, autorit
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
3
TOTO A DIT
10 mois ya
Suite et fin
au titre de leur participation aux efforts consentis par les autorit
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
5
Keynes
10 mois ya
Ce rat n'aurait il pas connaissance de ce classement du FMI?
Selon les chiffres du Fonds Mon
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
A. Moumouni
10 mois ya
S.E travaille m
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
3
Sani Saley
10 mois ya
Il croit que css investisseurs sont betes ? Ils connaisent le Niger plus que lui. Ils savent qu'il raconte des conneries. Ils ne sont pas betes pour venir investir dans un pays corrompu et g
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
Mani
9 mois ya
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Mani
9 mois ya
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
Lilwayne
9 mois ya
Ce con fini
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
944 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
482 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
263 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
416 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
300 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
314 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2258 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages