jeudi 9 février 2023

3572 lecteurs en ligne -

fraren

Vie de la nation : les grandes annonces du Président Bazoum pour 2023

Bazoum Message nation 2023

Le Président de la République l'occasion que lui offre la cérémonie de présentation des vœux des institutions de la République, vendredi 13 janvier au Palais de la Présidence, pour brosser l'état de la situation nationale et surtout les perspectives pour l'année 2023. Dans son message de vœux, le Chef de l'Etat a abordé plusieurs sujets de la vie nationale sans manquer d'évoquer les dossiers sensibles et prioritaires où il se sait très attendu. L'année 2023 va, en effet, coïncider avec ses deux ans à la tête de l'Etat et se terminer sur l'entame de son dernier mi-mandat. Situation sécuritaire, gouvernance et lutte contre la corruption, croissance économique, démographie et éducation, Bazoum Mohamed est allé dans les détails pour assurer et rassurer ses concitoyens sur son engagement à traduire en acte les ambitieuses promesses qu'il a faite à son accession à la magistrature suprême. Avec quelques grosses annonces qui vont visiblement au delà de simples vœux pour  le Chef de l'Etat.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Sécurité et lutte contre le terrorisme : maintenir le cap avec plus de moyens et de ressources pour les FDS

A l'entame de ses propos, le chef de l'Etat est revenu sur l'année 2022 qui vient de s'achever est qui a été pour le Président de la République et pour le gouvernement, "la première année pleine de la mise en œuvre des engagements que j'avais pris devant mes compatriotes pour m'assurer leurs suffrages grâce auxquels ils m'ont placé à la tête du pays".  Selon le Président de la République, dans le prolongement de ce qui avait été entrepris au cours de l'année 2021, les efforts ont été concentrés dans le maintien du cap en vue d'assurer plus de sécurité aux populations, où qu'ils soient et en particulier dans les zones affectées par la violence terroriste.

"Du fait du rapport de force militaire que nous avons imposé à l'ennemi, les groupes terroristes ont fini par se criminaliser et se convertir au banditisme qui consiste à prélever des taxes sur les paysans, à se livrer à des vols systématiques de bétail, des actes d'extorsion, des assassinats ciblés, des rapts assortis de demandes de paiement de rançons partout où ils évoluent. Cette situation crée de grandes souffrances au sein des populations des zones frontalières affectées par ce fléau dans les régions de Tillabéry, Diffa et Maradi".

Selon le Chef de l'Etat, les forces de défense et de sécurité (FDS), auxquelles il a tenu à hommage appuyé pour le travail remarquable accompli, sont en train d'adapter leur action aux nouvelles méthodes d'agissement de ces groupes criminels. "L'année 2023 sera l'année du déploiement de nos équipements aériens commandés en 2021. Je fais le pari que leur contribution sera décisive dans l'évolution du rapport de force", a annoncé le Chef de l'Etat qui a déclaré, par ailleurs, que dans la région d'Agadez, "une opération vigoureuse et bien structurée est en train d'être montée pour lutter contre toutes les formes de banditisme qui empoisonnent la vie des populations sur les axes routiers et dans le sillage des sites d'orpaillage".

Croissance économique : des perspectives favorables et de grands chantiers d'infrastructures grâce au pétrole

Abordant la situation économique, le Président Bazoum a déclaré que les grands chantiers d'infrastructures évoluent de façon normale, "l'Etat assurant ses obligations financières de façon constante et assidue". Ainsi, a-t-il indiqué,  est-il du barrage de Kandadji dont la construction a connu une accélération singulière au cours de l'année 2022. "Le cap sera maintenu avec la même détermination pour l'année 2023 tant dans la construction de l'ouvrage de génie civil que dans les autres aspects du projet", a poursuivi le Chef de l'Etat qui a souligné que plus de 10 chantiers de routes bitumées se sont poursuivis au cours de l'année 2022. "L'année 2023 verra le démarrage d'autres chantiers encore. Je suis très heureux de savoir que d'ici quelques mois démarrera le chantier de la reprise de la route tant attendue Agadez-Arlit", a aussi déclaré le Président qui a également souligné qu'un certain nombre de centrales électriques photovoltaïques sont en chantier et que l'année 2023 sera témoin du lancement d'autres projets encore plus ambitieux en la matière.

En matière d'énergie, le Président de la République a indiqué que le grand chantier du pipeline appelé à transporter le pétrole brut nigérien au port de Cotonou au Bénin se poursuit normalement et que la fin des travaux est prévue pour le dernier semestre de l'année 2023."L'ensemble des programmes d'investissement cités ci haut plus les investissements prévus dans les autres secteurs, notamment de l'agriculture, de l’hydraulique et de la santé vont conforter les bases de l'économie du pays, revigorer sa croissance et améliorer les opportunités d'emplois pour les jeunes", a estimé le Président Bazoum qui n'a pas manqué e se réjouir du fait qu'avec l'exportation du pétrole brut et les revenus qui en seront tirés à partir de l'année 2024 ainsi que leurs effets induits, "notre pays connaîtra un taux de croissance économique à 2 chiffres".

"Notre pays, comme nous pouvons le voir, ne manque pas d'atouts pour aborder l'avenir. Bien au contraire. Il n'a jamais été aussi attractif ni aussi bien connu. La preuve en a été administrée notamment à travers la réussite exceptionnelle de la table ronde relative au financement du programme économique et social (PDES 2022-2026) tenue à Paris en décembre 2022. Au cours de l'année 2022 plusieurs chefs de gouvernement et ministres des affaires étrangères de pays développés ont rendu visite à notre pays. Cela est totalement inédit. Nous devons cette belle image à notre option résolue dans le sens du renforcement de la démocratie dont l'alternance pacifique à la tête de l'Etat intervenue en 2021 ne fut pas la moindre des manifestations. Nous le devons aussi à la qualité de la gouvernance que nous sommes en train de promouvoir qui aura assuré à notre pays la paix et la stabilité en dépit d'un environnement sous régional particulièrement défavorable".

Gouvernance, lutte contre la corruption et l’impunité : tolérance zéro

Dans son message, le Président de la République a toutefois reconnu que ces atouts sont à ne pas s'y méprendre très relatifs puisqu'ils sont tributaires de la qualité de la gouvernance. Or à cet égard, a si bien reconnu le chef de l'Etat, "les choses sont loin de ce que j'aurais souhaité". Il a déploré en ce sens le climat des affaires qui malgré les progrès enregistrés, reste insatisfaisant. "Les services de la douane et des impôts sont très souvent pointés du doigt par les investisseurs. La récurrence des plaintes à leur encontre est telle que je suis fondé à croire qu'elles ne sauraient relever que de l'arbitraire", a clairement annoncé le Président Bazoum qui a engagé par la même occasion, le Premier ministre et le ministre des finances "à faire bouger les choses".

"J'ai toujours fait part de mon engagement à lutter contre la corruption et l'impunité. Je voudrais faire observer à ceux qui semblent douter de la sincérité de mon engagement en la matière que jamais les prisons du Niger, sous aucun régime depuis notre indépendance en 1960, n'ont compté autant de cadres de l'Etat privés de leur liberté pour fait de corruption ou de détournement de deniers publics; en effet de l'affaire dite Ibou Karadjé impliquant des cadres du ministère des finances en passant par celles de la Sopamin, de Taanadi, de la CNTPS, jusqu'à celle récente de la BAGRI, notamment, ce sont plusieurs personnes qui croupissent en prison. La HALCIA vient de boucler de nombreux dossiers d'enquête qu'elle a transmis au procureur de la République. J'ai ordonné à ce dernier de leur faire suite avec diligence. Ceux qui sont sourds à mes appels demandant de proscrire certaines pratiques dans notre administration en seront pour leur frais. Je profite de cette occasion pour dire mon appréciation du travail entrepris par la HALCIA et l'encourager à continuer dans cette voie".

Le Président Bazoum a saisi l'occasion pour réitérer son appel aux magistrats pour qu'ils fassent leur travail convenablement car, a-t-il insisté, leur rôle est déterminant dans le combat contre l'impunité et, à juste titre, a poursuivi le Chef de l'Etat, "ils doivent surtout se garder de protéger ceux des leurs lorsque le comportement de ceux-ci n'honore pas leur noble fonction de juge".

Education et Démographie : des handicaps à surmonter à travers de profondes réformes

Pour le Président Bazoum Mohamed, le combat pour l'amélioration de la gouvernance doit être mené ensemble sur tous les fronts à la fois. "C'est la condition de notre crédibilité collective et de la paix sociale", a-t-il indiqué avant de revenir que "le pays, s'il a des atouts certains n'en souffre pas moins de grands handicaps". Trois d'entre eux retenus l'attention du chef de l'Etat dont le premier, qui relève de la position géographique qui rend le pays particulièrement vulnérable aux effets du changement climatique. "Cela commande impérativement que nous modernisions notre agriculture en investissant dans l'irrigation", a prôné le Président de la République selon qui, l'année 2023 va à cet égard marquer un vrai tournant.

Le deuxième problème, a indiqué le Chef de l'Etat, "c'est celui de notre système éducatif malade s'il en est et pour lequel malheureusement la thérapie sera compliquée et prendra du temps". Selon Mohamed Bazoum, l'année 2023 sera l’occasion de mettre en place le dispositif des réformes indispensables qui doivent être mener avec vigueur et intelligence sur le temps long nécessaire aux entreprises ambitieuses. Dans son discours, le Chef de l'Etat a d'ailleurs tenu à rappeler les efforts déjà consentis et ceux en train de voir le jour dans le cadre de ces réformes notamment sans le domaine des infrastructures scolaires. Selon le Président, des discussions sont engagées avec la Banque mondiale en vue de l'obtention d'un grand financement pour la construction de classes en matériaux définitifs visant à réduire considérablement le recours aux matériaux précaires. En 2023, a-t-il ajouté, la construction de nombreux internats des filles dans les collèges ruraux va se poursuivre conformément aux conclusions de la table ronde tenue à cet effet à New York en septembre 2022. Elle verra également et selon toujours le Chef de l'Etat, le démarrage d'un grand programme de construction de nombreuses infrastructures universitaires à Niamey, Zinder, Maradi et Tahoua.

"Le dernier problème de notre pays sur lequel j'ai depuis toujours délibérément décidé de ne pas faire l'impasse malgré les risques politiques d'incompréhension est celui de la démographie. Il n'y a aucun pays au monde dont les rues des villes et des villages sont encombrées par autant d'enfants oisifs, hors du moindre contrôle de leurs parents que le Niger. Aussi longtemps que nous ferons des enfants sans avoir l'intention de vraiment bien les nourrir et de les éduquer nous serons exposés à l'extrême pauvreté et notre orgueil national sera toujours affecté par notre rang de dernier pays du monde en matière d'indice de développement humain, à chaque fois que le PNUD publiera ses statistiques. Les pays les plus riches sont non pas ceux qui possèdent le plus de richesses naturelles mais ceux qui ont les meilleurs systèmes éducatifs. Or pour avoir un bon système éducatif il faut ne pas être condamné à multiplier par deux tous les 10 ans le nombre d'enseignants, des classes ainsi que la quantité des fournitures et des manuels scolaires dont on a besoin à cet effet. L'éducation coûte très cher et sa qualité n'est pas compatible avec des dépenses insupportables que commande une croissance exponentielle de la population".

Le Président de la République a terminé son message à la nation sur ce sujet qui l'objet de tant de polémiques au sein de l'opinion en soulignant qu'au cours de l'année 2023, l'office national de la population (ONP) va démarrer ses activités, "avec l'espoir qu'il suscitera les réflexions qu'il faut pour contribuer à sensibiliser nos compatriotes sur cette question, je le sais, extrêmement difficile", dit le Président Bazoum.

A.Y.Barma (actuniger.com)

.

Commentaires  

+2 #1 Bonzougou 15-01-2023 08:39
Dégage, tu n'es plus crédible. Bazoum n'est qu'un instrument au service du pnds et de ses voleurs ainsi que de la France. Tout ce qu'il a fait ou n'a pas fait a ce jour le prouve. Sa présidence sans âme sera la plus lamentable et la plus inutile que le pays aura connu. Allons seulement, seul le pouvoir de Allah est eternel.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #2 Is 15-01-2023 11:31
Citation en provenance du commentaire précédent de Bonzougou :
Dégage, tu n'es plus crédible. Bazoum n'est qu'un instrument au service du pnds et de ses voleurs ainsi que de la France. Tout ce qu'il a fait ou n'a pas fait a ce jour le prouve. Sa présidence sans âme sera la plus lamentable et la plus inutile que le pays aura connu. Allons seulement, seul le pouvoir de Allah est eternel.


:P :P :P :P :P ta rancune va te manger
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Yapi 15-01-2023 12:53
@#2 IS
Tu te démasques adepte des voleurs de la secte rose des voleurs, adepte de la dépravation des mœurs et des valeurs. Tu ne défends qu'un "étranger qui se dit nigérien". Quelle rancune à avoir vis à vis de voleurs. Des gangs prédateurs de deniers publics, des faussaires invétérés qui hier de prenaient pour des intellos. A l'épreuve de la gouvernance, ils se sont convertis en bandits d'Etat, voraces de biens communs, corrompus et corrupteurs, fossoyeurs de la démocratie. De quelle rancune parles-tu et envers qui? Pas envers des pseudo-intellos voleurs.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 TOTO A DIT 15-01-2023 16:29
Sous certains cieux, les dirigeants du PNDS ne circuleraient que dans des voitures blindées et sous escorte. Ce n'est pas un appel au meurtre ! Mais bon, au point où nous en sommes...
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Machiavel 15-01-2023 21:47
Le Niger est devenant en l'espace de 12 ans un etat voyou aux mains de voyous, trafiquants de drogue, voleurs, assassins, mecreants, bref des anges de satan. Mais tout se paie ici bas car l'homme propose, Dieu dispose.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Is 16-01-2023 07:01
Citation en provenance du commentaire précédent de Yapi :
@#2 IS
Tu te démasques adepte des voleurs de la secte rose des voleurs, adepte de la dépravation des mœurs et des valeurs. Tu ne défends qu'un "étranger qui se dit nigérien". Quelle rancune à avoir vis à vis de voleurs. Des gangs prédateurs de deniers publics, des faussaires invétérés qui hier de prenaient pour des intellos. A l'épreuve de la gouvernance, ils se sont convertis en bandits d'Etat, voraces de biens communs, corrompus et corrupteurs, fossoyeurs de la démocratie. De quelle rancune parles-tu et envers qui? Pas envers des pseudo-intellos voleurs.


Parle nous un peu de ta gestion messieur :P :P :P :P :P nous connaissons les hommes et leur histoire dans ce pays ! Bande de pervers tu penses que tu peux donner une leçon à quelqu'un ?
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #7 ibrahim 16-01-2023 08:55
ET LES VOLEURS DE BEBE?
VOLEURS DE MILLIARDS DU TRESOR
LE PETIT HAMA + EST A SA PLACE DE VOYOU ET LES GRANDS GERENT LE PAYS.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #8 Machiavel 16-01-2023 09:12
"J'ai toujours fait part de mon engagement à lutter contre la corruption et l'impunité. Je voudrais faire observer à ceux qui semblent douter de la sincérité de mon engagement en la matière que jamais les prisons du Niger, sous aucun régime depuis notre indépendance en 1960, n'ont compté autant de cadres de l'Etat privés de leur liberté pour fait de corruption ou de détournement de deniers publics;..."
Ridicule. Sous quel régime le Niger a été saigné de milliers de milliards par des escrocs souvent de père en fils? Sous quel régime des trafiquants de drogue deviennent ministre, députés, conseillers speciaux, généraux, etc.? Sous quel regime autant de citoyens ont été jetés en prison sans procès juste pour avoir exerce leurs droits constitutionnels? Quel regime a reveille et instrumentalise la haine ethnique et regionale comme argument politique pour masquer ses echecs a tout point de vue? Quel regime a use et abuse de la violence, de la corruption et des achats de conscience comme strategie politique pour se maintenir coute que coute? Quel regime a brade les ressources nationales et la souverainete nationale au colon francais juste par mepris pour les nigeriens?Bazoum, tu te couvres de honte en comparant votre pouvoir satanique a tous ceux qui ont précédé. Ton discours est la preuve de plus qu'il n'y a rien à attendre de toi comme président. Contente toi de jouir du pouvoir illégitime qui t'est offert par le maudit et garde toi d'insulter l'intelligence des nigériens.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 TOTO A DIT 20-01-2023 00:15
Citation en provenance du commentaire précédent de TOTO A DIT :
Sous certains cieux, les dirigeants du PNDS ne circuleraient que dans des voitures blindées et sous escorte. Ce n'est pas un appel au meurtre ! Mais bon, au point où nous en sommes...

Citation en provenance du commentaire précédent de TOTO A DIT :
Sous certains cieux, les dirigeants du PNDS ne circuleraient que dans des voitures blindées et sous escorte. Ce n'est pas un appel au meurtre ! Mais bon, au point où nous en sommes...

:o :o FAMIWOOOO!!!! :roll: :sigh:
:o :o FAMIWOOOO!!!! :roll: :sigh:

POUR LE RECORD, le post # 4 n'est aucunement de TOTO A DIT .....

Ce que TOTO A DIT ne comprend pas ,il y a des énergumènes même sous le couvert de l'anonymat, n'ont pas le courage de s'assumer dans leur conviction et leur semblant d'existence sociale ( et pourquoi pas d'animal :P ) , faudrait il qu'ils usurpent de l'identité d'un autre, pour éprouver un réconfort moral et social . en exemple de cet internaute qui vole l'identité de TOTO A DIT pour paraître ce qu'il ne soit pas..

WHAT A PITY!!!!

Ils ne rebelottent que c'est qu'ils ont vu faire dans leur cadre famial ....: LA PROMOTION DU FAUX .....

La satisfaction de TOTO A DIT c'est de savoir que des macaques amorphes et atones dont TOTO A DIT ignorent jusqu'à l'existence , vouent une proximité pour TOTO A DIT ..
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Paroles d'enfants : Roumaissa

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com