dimanche 4 décembre 2022

2681 lecteurs en ligne -

fraren

Union Africaine : le Niger s’active pour la réussite du Sommet sur l’industrialisation et la diversification économique ainsi que la session sur la ZLECAF

recontre ministere industrie anec BIS1

En prélude au sommet Extraordinaire des Chefs d’Etats et de Gouvernement de l'Union africaine sur l'industrialisation et la diversification économique en Afrique, et de la session extraordinaire sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) prévu pour le 25 novembre prochain, la ministre de l'Industrie et de l'Entrepreneuriat des Jeunes, Mme Salamatou Gourouza Magagi, a animé une conférence de presse ce lundi 10 Octobre 2022. L’objectif de cette rencontre est de faire le point sur les préparatifs de ces prochains sommets, que la ville de Niamey aura l’honneur d’accueillir le 25 novembre 2022.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Engagé dans une dynamique d’industrialisation, le Niger va abriter les travaux du prochain sommet Extraordinaire des Chefs d’Etats et de Gouvernement de l'Union africaine sur l'industrialisation et la diversification économique en Afrique et la session extraordinaire sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) qui réunira plus de 2000 participants.

La conférence de presse qui s’est déroulée dans la salle de presse du Centre International de Conférences Mahatma Gandhi de Niamey, s’est tenue en présence de la Ministre de l'Industrie et de l'Entrepreneuriat des Jeunes, Mme Salamatou Gourouza Magagi, accompagnée du Ministre, conseiller du Président de la République, le Directeur Général de l’Agence Nationale de l’Économie des Conférences (ANEC), M. Mohamed Saidil Moctar, du président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Niger, M. Moussa Sidi Mohamed, des députés nationaux, ainsi que des différents partenaires de l’organisation de ce grand événement.

recontre ministere industrie anec BIS1Dans son intervention, Mme Salamatou Gourouza Magagi a souligné que « toutes les conditions sont réunies pour le succès du Sommet de l’UA sur l’industrialisation et la diversification économique ainsi que la session sur la ZLECAF ».  Mme Salamatou Gourouza Magagi a aussi apporté des clarifications requises aux fins d'éclairer la lanterne des uns et des autres, sur la multitude de rencontres et événements parallèles qui se tiendront avant et pendant le sommet, toujours dans la perspective de trouver les voies et moyens de faire de l’Afrique une puissance industrielle à l’échelle mondiale et dans une synergies des efforts entre les différents États de l’Union Africaine et des autres États que compte le continent.

Mme Salamatou Gourouza Magagi, a adressé, au nom de l’ensemble des acteurs impliqués dans les préparatifs de l’événement, ses vifs remerciements à l’ensemble des participants et a, dans un exposé assez exhaustif, présenté à l’assistance, les objectifs et les résultats attendus du sommet, les activités programmées, les participants au sommet ainsi que l’état d’avancement des préparatifs.

Il en ressort ainsi que l’objectif global assigné à cette rencontre au sommet est de contribuer à faciliter l’industrialisation du continent africain qui est une aspiration de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine, en mettant l’accent sur les leviers qui peuvent booster cette industrialisation afin de proposer des solutions en droite ligne avec le Plan de Développement Industriel du continent.

Les objectifs principaux et résultats attendus

Plus spécifiquement, a expliqué la Ministre Salamatou Gourouza, l’Union Africaine a retenu quatre objectifs principaux : la mise en évidence de la détermination et de l’engagement renouvelés de l’Afrique en faveur de l’industrialisation; la mobilisation de l’élan politique, des ressources, des partenaires et des alliances souhaitées en faveur de l’industrialisation de l’Afrique; permettre l’évolution d’une base d’entreprises et de capitaux panafricains dynamiques qui ouvrira la voie à une industrialisation inclusive et durale et qui va entrainer la participation de tous les agents économiques, y compris les petites et moyennes entreprises, les jeunes et les femmes; par rapport à la ZLECAF, c’est de permettre au champion d’une part, de faire le rapport sur le processus pendant ce sommet, et d’autre part, présenter l’état d’avancement des négociations en matière d’investissement, de propriété intellectuelle et de la politique de la concurrence dans notre continent.

En termes de résultats, selon la Ministre de l'Industrie et de l'Entrepreneuriat des Jeunes, il est attendu de ce sommet : le renouvellement d’une part, de la détermination et de l’engagement politique au niveau des décideurs, en vue d’accélérer l’industrialisation du continent et parallèlement de faire avancer le dispositif de la ZLECAF et de la prise de décisions politiques en faveur d’une consultation intersectorielle élargie, qui sera dirigée par l’Union Africaine afin d’établir un cadre stratégique de l’industrialisation du continent et actualiser ce cadre stratégique, le rendre réalisable et axé sur le résultat.

Toujours en termes de résultats, il est également attendu la mise en œuvre d’un accord sur un pacte entre les gouvernements et les secteurs privés africains, plus le monde universitaire et la société civile pour permettre d’obtenir des décisions politiques souhaitées, permettre aussi de capter les investissements et permettre surtout ou parallèlement, d’avoir un capital institutionnel et humain qui va être dédier à l’industrialisation du continent et stimuler les perspectives de mise en œuvre de la ZLECAF. L’adoption de protocoles sur l’investissement, sur le droit de la propriété intellectuelle et sur la politique de concurrence, fait aussi partie intégrante des résultats attendus.

Booster le domaine de l’industrie

Concernant le Niger, "nous allons saisir cette opportunité que nous offre l’Union Africaine à travers l’organisation de cet évènement très important, pour relancer aussi notre secteur industriel" a déclaré Mme Gourouza.

Tout en deplorant le rang peu enviable du Niger classé comme etant " l’un des pays les moins industrialisés du continent africain ", la ministre a rassuré que le Niger mettra à profit cette semaine pour faire " le diagnostic, détecter les points forts que nous avons actuellement, mais que nous ne mettons pas en valeur et repérer les faiblesses de notre système globalement, afin de booster le domaine de l’industrie".

« Nous allons accueillir durant cette semaine, pas moins de 2000 personnes et nous comptons nous enrichir de ces débats pour voir quelles sont les solutions que nous allons prendre pour nous permettre de "décoller", a martélé la ministre Salamatou Gourouza. Pour la ministre de l’Industrie, le Niger espère sortir des ces sessions avec des propositions concrètes des « uns et des autres », tout en reconnaissant que l’ « une des faiblesses » que nous avons, c’est le manque de cadre, notamment la logistique.

« La zone industrielle de Niamey par exemple, est vétuste, ne répond plus aux critères d’une zone industrielle comme on en connait partout dans la sous-région et nous avons fait le choix de créer une nouvelle zone industrielle. Dans le cadre du programme de la renaissance acte 3, le Président de la République, SEM Bazoum Mohamed a aussi pris l’engagement de créer une zone industrielle dans chaque région et nous pensons que d’ici le début de l’année prochaine, nous allons avoir un plan pour chaque région », Mme  Salamatou Gourouza Magagi.

Une kyrielle d’activités programmées

S’agissant des activités programmées il ressort de l’exposé de la Ministre, que du 3 au 4 novembre, il se tiendra la réunion conjointe des experts de haut niveau de l’Union Africaine et des autres pays africains qui sont en charge de l’industrie et du développement économique. Après la réunion des experts, le 07 novembre, il y aura la réunion conjointe des ministres en charge de l’industrie et du développement économique de l’Union Africaine.

S’en suivra la 22e session extraordinaire du comité des représentants permanents à Addis-Abeba, en Éthiopie. Le 23 novembre, 2 jours avant le grand événement, le sommet, il y aura la 22e session extraordinaire de la réunion du conseil exécutif qui sera animée par les ministres des affaires étrangères des pays membres de l’Union Africaine.

Le 25 novembre, ça sera le sommet des chefs d’États et de Gouvernements de l’Union Africaine. La journée va se déroulée en 2 étapes : il y aura une première réunion qui va se faire sur le volet industrialisation de l’Afrique, ensuite, il y aura la session extraordinaire sur la ZLECAF.

Parallèlement à cette réunion, il y aura le sommet de premières dames qui va se tenir le même jour à Niamey.

En marge de ce Sommet qui se tiendra au cours de la semaine de l'industrialisation prévue du 20 au 25 novembre, le ministère de l'Industrie et de l'Entrepreneuriat des jeunes organisera plusieurs activités parallèles. Il s'agit entre autres de panels, de conférences, de tables rondes, de foires, d'expositions et de rencontres B to B qui porteront essentiellement sur : les défis du secteur industriel nigérien face à la mise en œuvre de l'Accord de la Zone de Libre Echange Continental Africaine (ZLECA); la diversification économique, industrielle et le développement durable du Niger; les pôles de compétitivité agroindustriels; les forces et les limites du code des investissements du Niger en matière d'industrialisation; le contenu local, les partenariats et les alliances pour l'industrialisation du Niger; l'entrepreneuriat des jeunes et des femmes comme levier de l'industrialisation du Niger.

Pas moins de 2000 participants attendus

Des  chefs d’États et de Gouvernements, les premières dames, les responsables et les cadres de la commission de l’Union Africaine et ses organes, les ministres africains en charge de l’industrie, le commerce, l’économie et des affaires étrangères, les chefs des institutions internationales de développement, dont agences des Nations Unies, les chefs des secrétariats des communautés économiques régionales,  les  institutions régionales et internationales de financement de développement, les représentants du secteur privé, de la société civile, de la jeunesse et des femmes, au total, pas moins de 2000 participants sont attendus à ce sommet de Niamey.

Et en ce qui concerne les préparatifs, selon Mme Salamatou Gourouza, les différentes parties prenantes ont véritablement mis la main à la patte. « Nous avons créé une synergie entre les ministères en charge de l’industrie, du commerce, l’ANEC, l’Union Africaine et les autres partenaires dans le cadre de l’organisation de l’événement. Nous avons identifié et préparé les événements parallèles qui vont avoir lieu, des événements importants pour l’Afrique et pour le Niger, qui vont permettre aux décideurs de prendre les décisions nécessaires. » a déclaré la Ministre, avant d'ajouté qu'une forte délégation de l’Union Africaine, venue constater l’état d’avancement des préparatifs est répartie très satisfaite des résultats en termes d’organisation de cet événement. Selon la ministre, « toutes les conditions sont réunies pour que les différents événements soient un autre succès, à l’image de la conférence des chefs d’États de 2019 ».

Salamatou Gourouza point presse

« Les grands décideurs, à savoir les chefs d’États, comptent sur nous tous pour que l’industrialisation de l’Afrique ne soit plus un vain mot, il faut que nous prenions notre destin en main, c’est ce qu’ils attendant de nous, que nous enrichissions les débats, pour leur permettre de prendre les décisions adéquates... Aucun pays au monde, ne s’est développé sans l’industrialisation. Nous avons eu la chance d’avoir la ZLECAF qui a été mise en place par les chefs d’États, mais il faut que nous puissions donner un contenu à cette Zone de Libre échanges et ce contenu c’est l’industrialisation, la transformation de nos matières premières pour permettre cet échange entre les pays africains et même l’exportation sur d’autres continents. Il est grand temps et c’est maintenant qu’il faut saisir cette opportunité avec toutes les crises qu’il y’a. Nous avons d’abord connu le problème de COVID qui a eu beaucoup d’impact sur notre continent, il y’a actuellement la guerre entre la Russie et l’Ukraine qui est entrain d’avoir des impacts sur notre continent. Nous sommes un des continents, si non le plus riche en matières premières de toute sortes. Il est grand temps, que nous mettions en place cette force commune pour passer à l’étape d’industrialisation. On s’enrichit plus mutuellement, et c’est ce que nos dirigeants attendent de nous, qu’il y ait une synergie entre tous les pays d’Afrique, pour que nous ne nous fassions pas toujours la concurrence, mais que nous travaillons la main dans la main pour le développement de notre continent », Mme  Salamatou Gourouza Magagi, Ministre de l'Industrie et de l'Entreprenariat de Jeunes.

En prenant la parole pour sa part, le Ministre, conseiller du Président de la République, le Directeur Général de l’Agence Nationale de l’Économie des Conférences (ANEC), M. Mohamed Saidil Moctar, a d'abord, rappelé le contexte de la création de l'institution qu'il dirige qui a pour mission, d’assurer la coordination de tous les événements internationaux qui se tiendront au Niger, mais surtout, de faire la promotion internationale du Niger pour attirer le maximum possible d’événements.

C'est donc une ANEC, qui a déjà fait ses preuves et avec à l'esprit, tous les défis liés à l'organisation des grands événements qui organise l'accueil de ce grand événement par le Niger.

Saidil Moctar point de presse Gourouza

« Les émissaires de l’Union Africaine qui étaient là, nous ont prévenu, tout le monde veut venir à Niamey parce que les expériences précédentes ont été une réussite en termes d’organisation », a indiqué le Directeur Général de l'ANEC. Pour Saidil Moctar, il s'agit donc d'un gros défi : assurer les lieux de travaux pour la soixantaine d’événements parallèles et les quatre événements statutaires, assurer l’hébergement, assurer la restauration, assurer le transport et assurer surtout la sécurité.

« Nous avons reçu deux missions de l’Union Africaine, ces deux missions ont évalué la capacité des dispositifs que nous avons mis en place et ils ont été satisfaits des dispositions prises, ça veut dire qu’aujourd’hui, nous avons toutes les commodités nécessaires pour que ce sommet soit une réussite », s'est-réjoui, le ministre, conseiller du Président de la République, Directeur Général de l’Agence Nationale de l’Économie des Conférences (ANEC).

La séance a été close sur un pressant appel de la Ministre de l'Industrie et de l'Entreprenariat des Jeunes, à une implication de tous pour un éclatant succès de cette série d'événements qui constitue pour le Niger particulièrement, une véritable occasion de se placer dans l'orbite d'une véritable industrialisation, mais aussi, de gagner une nouvelle fois le pari d'un nouvel événement d'envergure réussi.

Aboul Wahab Issaka (actuniger.com)

.

Commentaires  

+5 #1 Mallam 11-10-2022 20:30
En 12 ans de règne sans partage, vous avez créé quelle industrie au Niger? aucune malgre les ressources colossales dont ce pays a pu disposer. Les quelques rares qui existaient vous les avez liquide pour favoriser des intérêts étrangers. Honte a vous.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 TOTO A DIT 15-10-2022 18:52
TOH! la soeur NATHALIE YAMB ,Africaine Suisse, déclarée PERSONA NON GRATA en France, pour ses prises de position panafricaines et prêchant l'émancipation totale de l'Afrique francoCONNE des mailles et griffe de cette merdique France..
TOTO A DIT dit , c'est un non événement pour la soeur vu que le monde ne se circonscrit à cette France ....
Qui s'intéresse à la France , a plus forte raison la visiter ....
Quand cette terre dite des libertés se mue en liberticide sous la junte française du con mac rond....

L'arrêté qui avait été pris le 12 janvier 2022 a été communiqué à Nathalie Yamb vendredi 14 octobre par lettre recommandée. Il est reproché notamment à Nathalie Yamb, très active sur les réseaux sociaux, d'encourager le recours à la violence à l'encontre des symboles de la présence française en Afrique

L'arrêté du ministre français de l'Intérieur qui vient d'être communiqué à Nathalie Yamb date du 12 janvier dernier. La mesure n'est donc pas neuve, mais elle était restée confidentielle. Vendredi 14 octobre, les autorités françaises ont souhaité informer formellement cette militante très présente sur les réseaux sociaux de l'interdiction d'entrée et de séjour sur le territoire français qui la vise. " Nous voulons nous assurer qu'elle est bien informée qu'elle est sous le coup de cette mesure pour incitation à la haine et à la violence ", Afrique.explique une source proche du dossier.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 TOTO A DIT 15-10-2022 18:55
Suite 1
L'arrêté du ministre français de l'Intérieur qui vient d'être communiqué à Nathalie Yamb date du 12 janvier dernier. La mesure n'est donc pas neuve, mais elle était restée confidentielle. Vendredi 14 octobre, les autorités françaises ont souhaité informer formellement cette militante très présente sur les réseaux sociaux de l'interdiction d'entrée et de séjour sur le territoire français qui la vise. " Nous voulons nous assurer qu'elle est bien informée qu'elle est sous le coup de cette mesure pour incitation à la haine et à la violence ", explique une source proche du dossier.

Le texte de l'arrêté détaille ce que Paris reproche à Nathalie Yamb. Il évoque les " diatribes récurrentes qu'elle profère contre la France et ses autorités et dans lesquelles elle cautionne, voire encourage, le recours à la violence à l'encontre des symboles de la présence française en Afrique ". Il indique également que, selon Paris, Nathalie Yamb tient " des propos virulents à l'égard des positions françaises sur le continent africain susceptibles de favoriser l'entrisme des puissances étrangères hostiles à la France sur le continent africain et d'alimenter le développement d'un ressentiment populaire anti-français en Afrique, mais également parmi les diasporas africaines en France ".
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 TOTO A DIT 15-10-2022 18:57
Suite 2 et fin
Le document rappelle aussi le parcours politique de Nathalie Yamb. Il rappelle sa proximité avec le régime de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, et notamment avec l'ancien président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire, Mamadou Koulibaly. Il rappelle aussi ses prises de position publiques anti-françaises manifestées lors du sommet Russie-Afrique de Sotchi en octobre 2019. Ses connexions avec Maurice Wilfried Sebiro, conseiller en communication de la présidence centrafricaine et " principal artisan de la propagande anti-française à Bangui ".
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com