lundi 8 août 2022

4057 lecteurs en ligne -

fraren

Reformes communautaires: la Commission de l'UEMOA satisfaite des performances du Niger

revue Niger Uemoa

L'hôtel Bravia de Niamey a abrité, hier lundi 31 janvier 2022, la 7e Revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires de UEMOA au Niger. La rencontre qui a réuni les membres du gouvernement et ceux de la Commission de l'UEMOA  vise à évaluer les avancées enregistrés par le Niger et fait suite à la revue technique qui s'est déroulée du 08 au 10 novembre dernier dans la capitale nigérienne. Dans l'ensemble, il ressort que le Niger est en bonne voie en matière de transposition et d'application des réformes communautaires même s'il reste quelques insuffisances que les autorités se sont engagées à corriger.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Au terme de la journée de travail et après restitution au Premier ministre, SEM. Ouhoumoudou Mahamadou et un entretien avec le Président de la République SEM. Bazoum Mohamed, le Président de la Commission de la l'UEMOA, M. Abdoulaye Diop, et le ministre des Finances, Dr Ahmed Jidoud, ont conjointement animé un point de presse à la Primature afin de présenter les résultats de la revue politique. L'occasion pour le Président de la Commission de mettre en exergue "les performances de l'économie nigérienne par rapport à la mise en œuvre des réformes communautaires". Selon les explications de M. Diop, à la suite de cet exercice d'évaluation, "le Niger est en effet considéré par la Commission de l'UEMOA comme étant un pays performant en matière de mise en œuvre des réformes communautaire ainsi que celle des projets et programmes". Les chiffres font ressortir que cette année, le Niger est à un taux de 81,6% par rapport aux 78,6% enregistrés pour la précédente revue soit un taux de progression de plus de 3 points de pourcentage. Il s'agit d'un taux au-dessus du  taux moyen de progression communautaire qui sert de référence pour mesurer la performance d'un pays.

Résultats satisfaisants

Selon le Président de la Commission, un autre aspect important de la performance du Niger, c'est que l'analyse des progrès enregistrés par rapport aux différentes composantes de l'exercice de revue, font ressortir une certaine homogénéité dans l'effort dans tous les domaines et particulièrement dans ceux de la gouvernance économique de la convergence. "Qui dit gouvernance économique et convergence parle évidemment des marchés publics, de la lutte contre le blanchiment, du système de finances publiques et de finances multilatérales qui sont des domaines importants de la vie communautaire et qui constituent des domaines importants dans la mise en œuvre des politiques d'intégration", a souligné M. Abdoulaye Diop. Sur la question des réformes sectorielles et du marché commun, le Président de la Commission a relevé que des avancées ont certes été enregistrés, mais, a-t-il ajouté, "nous attendons davantage d'efforts du gouvernement". A ce niveau, il souligné que "le gouvernement a pris des engagements pour mettre en œuvre les actions qui permettront d'avancer plus rapidement dans les secteurs comme celui de La Libre circulation des personnes, le droit d'établissement notamment dans le domaine des transports qui constitue un axe important de ce que nous sommes en train de faire pour accompagner notre dynamique d'intégration".

Un plan d'actions pour corriger les insuffisances et accélérer les réformes

Le ministre des Finances s'est également de ces progrès enregistrés par l'économie nigérienne et qui ont salués au cours de cette 7e revue Politique des réformes des politiques des projets et programmes de l'Union Economique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). "Comme vous le savez, c'est un exercice qui est institué par la Conférence des Chefs d'État, auxquels sont assujettis tous les pays membres de l'Union", a rappelé Dr Ahmat Jidoud qui a aussi estimé qu'elle a permis de démontrer les capacités de mise en œuvre des réformes de l'administration nigérienne.

 "Cette revue a démontré les capacités de notre administration à mettre en œuvre des réformes, en particulier les reformes communautaires qui couvrent un certain nombre de composantes, notamment la gouvernance économique et la convergence, des réformes relatives au commerce extérieur ainsi qu'aux différents secteurs comme le transport, la santé ou les autres infrastructures". Il en va de même  pour la mise en œuvre de projets et programmes qui sont financés par l'organisation sous régionale d'intégration économique". Dr Ahmat Jidoud, ministre des Finances.

 

Globalement, a ajouté le ministre,  "les résultats sont satisfaisants" a ajouté le ministre des Finances qui a aussi abordé le diagnostic sur les insuffisances constatées qui fait aussi partie de la revue. "Ces insuffisances que nous nous sommes nous-mêmes appropriées, nous avons convenus d’un plan d'action pour pouvoir les corriger et pouvoir accélérer la mise en œuvre de ces réformes", a assuré le ministre Jidoud avant de poursuivre qu'au-delà de la transposition des réformes, c'est leur applicabilité sur le terrain qui va aussi constitué une priorité pour le gouvernement et particulièrement l'administration des Finances. "Nous nous attelons au niveau de l'administration, particulièrement au niveau des finances à faire en sorte qu'au-delà de la transposition, que les réformes soient appliquées intégralement et je pense qu'aujourd'hui, la participation massive de l'ensemble des membres du gouvernement concerné par cette revue témoigne de l'engagement du gouvernement, de sa volonté à s'impliquer davantage et quotidiennement au processus de l'intégration régionale et à la création d'un environnement favorable à l'intégration ouest africaine", a assuré le ministre des Finances.

revue Niger Uemoa BIS2

Les travaux de cette journée de revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires de l’UEMOA au Niger ont été officiellement ouvert le matin au cours d'une cérémonie solennelle à l'hotel Bravia, en présence du ministre des Finances, du Président est des Commissaires de l’UEMOA, des membres du gouvernement, du Représentant Résident de la Commission au Niger, ainsi que du Secrétaire général du ministère des Finances et son de adjoint, des Directeurs généraux du Ministère, des cadres de l’UEMOA, des points focaux et de plusieurs invités.

La revue des réformes pour évaluer la mise en œuvre des objectifs du traité de l'UEMOA

Dans l'allocution introductive qu'il a prononcée à cette occasion, le Président de la Commission de l’UEMAO, s’est réjoui de partager les conclusions de la revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au titre de l’édition 2021. M. Abdoulaye Diop a tenu, tout d’abord, à réitérer sa profonde gratitude à l’endroit des Hautes autorités nigériennes pour la parfaite organisation de cette rencontre. Le Président a ensuite rappelé que la revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au sein de l’UEMOA a été instituée par Acte additionnel de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement (CCEG) du 24 octobre 2013, est placée sous la présidence des Premiers Ministres ou Chefs de Gouvernement et sous la tutelle des Ministres en charge des Finances.

revue Niger Uemoa BIS3

Selon le président Diop, cette revue qui est aujourd'hui à sa septième édition, constitue un vecteur essentiel pour l’approfondissement du processus d’intégration économique. "Elle permet aux instances exécutives de l’Union, d’évaluer le niveau d’atteinte des objectifs poursuivis par le Traité de l’UEMOA", a souligné le Président de la Commission. Dans son intervention, le Président de la Commission a rappelé que conformément à la Décision n°13/2013/CM/UEMOA du 19 décembre 2013, cette revue politique a été précédée d’une revue technique qui s’est déroulée du 03 au 05 novembre 2021. "Les équipes du Niger et de la Commission ont travaillé avec professionnalisme et objectivité, ce qui a permis d’obtenir des résultats de très bonne qualité, en témoigne la pertinence des recommandations formulées dans le mémorandum adopté par consensus pour l’approfondissement du processus d’intégration", a t-il ajouté. C'est ainsi qu'à l’issue de l’évaluation, il ressort qu’en 2021, le Niger affiche un taux très satisfaisant de mise en œuvre des réformes de 81,6% contre 78,6% en 2020, soit une progression de 3 points de pourcentage. "Un résultat d’autant plus appréciable, quand on sait la pandémie du Covid-19 a un impact négatif sur la marche de nos activités", a mis en avant M. Abdoulaye Diop qui n'a pas manqué de réaffirmer "sa ferme conviction dans la réussite du processus de l’intégration, dont la marche entamée depuis 28 ans maintenant, est portée avec engagement par les plus Hautes Autorités de l’Union".

Engagement ferme du Niger en faveur de l'intégration

Dans son discours d’ouverture, le ministre des Finances a, après avoir souhaité la bienvenue à la délégation de l'UEMOA, rappeler les objectifs de cette qui est but de partager les conclusions de la revue technique des réformes, politiques, programmes et projets communautaires dans le cadre de l’UEMOA au titre de l’année 2021. "Elle constitue, sans nul doute, la preuve de la pleine et entière adhésion de nos Etats au processus d’intégration au sein de l’UEMOA", a souligné Dr Ahmat Jidoud pour qui, cette revue témoigne également de "tout l’intérêt que le Niger accorde à l’intégration régionale en tant que cadre approprié d’une croissance économique forte et durable et d’un développement économique en vue d’une amélioration des conditions de vie des populations de l’Union" a déclaré le ministre des Finances".

Le ministre des Finances qui a saisi l'occasion pour réitérer la grande importance qu'accordent les plus Hautes autorités du Niger à l’intégration sous régionale en général et en particulier, au respect des engagements pris dans le cadre de l’UEMOA. Il a en sens indiqué que c’est en application des dispositions de l’Acte additionnel n°08/2013 de la conférence des Chefs d’Etats du 24 octobre 2013 et de la Décision du Conseil des Ministres du 19 décembre 2013, les Etats membres de l’Union sont assujettis depuis 2014, à une revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires conduite par la Commission de l’UEMOA. Pour satisfaire à cette exigence des plus Hautes Autorités de l’Union, le Niger a accueilli, du 08 au10 novembre 2021,a expliqué le ministre, une délégation de la Commission de l’UEMOA dans le cadre de l’organisation de la revue technique. "Les présentes assisses rentrent dans la dynamique du parachèvement du processus à travers la phase politique de l’édition 2021 de ladite revue, pour consacrer cette tradition et d’impulser davantage la mise en œuvre des réformes au Niger", a poursuivi le ministre Jidoud.

Le ministre a ensuite détaillé les avancées enregistrés par le Niger, en dépit du contexte sanitaire lié à la pandémie de la Covid-19, et a estimé que "les résultats de la revue technique 2021, nous confortent à plus d’un titre avec des scores supérieurs à ceux de 2020 à tous les niveaux". Le ministre des Finances a saisi d'ailleurs cette occasion pour féliciter les excellentes dispositions prises par les cadres techniques de l’administration et ceux de la Commission de l’UEMOA durant tout le processus de cette revue technique.

En terminant son discours d'ouverture,  le Ministre des Finances a déclaré qu’il reste persuadé et convaincu que "les objectifs escomptés au cours de cette rencontre seront pleinement atteints, au regard des implications et engagements sans faille dans la mise en œuvre des réformes, programmes et projets communautaires au niveau des départements ministériels". Il a, enfin, tenu à remercier la Commission de l’UEMOA pour les actions qu’elle mène en vue de "l’édification d’un espace économique harmonisé et intégré, et réaffirmé l’attachement du Niger aux valeurs et aux principes de l’intégration régionale".

Après la cérémonie d'ouverture, la phase politique de la revue a consisté dans un premier temps, à la validation des résultats des travaux de la revue technique, et ensuite les conclusions ont été soumis soumises à l’approbation de du Premier ministre et Chef du gouvernement.

revue Niger Uemoa BIS5

revue Niger Uemoa BIS1

revue Niger Uemoa BIS

 

Moumouni Abdoul Karim (actuniger.com)

 



Commentaires  

0 #1 Papou 01-02-2022 18:52
Des rats
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #2 Sarkozy 01-02-2022 20:49
Takuba se redéploiera à Ouallam.
L’aérodrome de Ouallam sera aménagé, la guerre des resources est lancée
La Russie doit être coopérative avec l’UE
Il faut que les accords d’Alger soient sur la table la France a besoin de l’Azawad et nous avons conquis se territoire.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Mounkaila 02-02-2022 00:00
Avec votre monnaie de colons, c’est la France seulement qui gagne. Vous n’allez jamais vous développer sans votre propre monnaie
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 TOTO A DIT 02-02-2022 00:19
Quand le Français Stéphane Lhomme, le Directeur de l'Observatoire du Nucléaire affirme l'arrêt subit de l'uranium du Niger alimentant les centrales nucléaires de la France créera des gros gros problèmes car fournissant de l'électricité aux ménages français , pendant ce temps , les Nigeriens se contentent de GOROU [mot censuré]....et aller à la ligne reste un choix..

La présence militaire française au Sahel vise directement à sécuriser l'approvisionnement des centrales françaises en uranium : ce dernier est extrait dans les mines du nord du Niger, une zone désertique seulement séparée du Mali par un trait sur les cartes géographiques. La France a absolument besoin d'être là pour protéger cette zone. C'est crucial pour l'industrie nucléaire française et donc pour le pouvoir politique français, parce qu'il y a déjà eu des menaces et des attaques dans cette région.

L'exploitation de ces mines a toutefois beaucoup baissé, parce qu'il y a eu une diversification avec le Kazakhstan, le Canada et l'Australie, mais à une époque, c'était très important. Aujourd'hui on doit être encore à 15% d'uranium provenant du Niger utilisé par les centrales nucléaires françaises donc c'est quand même assez important. Si ça devait s'arrêter subitement, ça poserait de réels problèmes..

Quand TOTO A DIT, la France utilise l'uranium nigérien pour ses foyers, pendant ce temps au Niger les élèves étudient et meurent dans des classes en paillote
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #5 TOTO A DIT 02-02-2022 07:46
8) :o lire mot censuré comme
GOROU B A N Z A :sigh: :zzz
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com