mercredi 10 août 2022

4197 lecteurs en ligne -

fraren

Sommet extraordinaire de la CEDEAO : les chefs d’Etats haussent le ton sur la situation en Guinée et au Mali (Communiqué final du Sommet d’Accra)

Sommet CEDEAO 16 09 2021 BIS 

A l’issue de leur Sommet extraordinaire tenu le jeudi 16 septembre  2021 à Accra au Ghana, les dirigeants de la CEDEAO ont pris des mesures sévères contre la junte militaire qui a renversée, le 05 septembre dernier,  le régime d’Alpha Condé. Les putschistes du CNRD dirigés  par le colonel Mamady Doumbouya à qui les chefs d’Etat et de gouvernement de l’organisation communautaire régionale ont déjà infligé des sanctions n’ont désormais que six (6) mois pour organiser de nouvelles élections. Pour le Mali, la CEDEAO qui s’est inquiétée de l’évolution de la transition dirigée par le colonel Assimi Goita, la date des élections présidentielles et législatives qui a été fixée au 22 février 2020 est non négociable  et des sanctions ciblées ont été annoncées à l’endroit de tous ceux qui retardent le processus du retour à l’ordre constitutionnel au Mali tout comme en Guinée. 

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

SESSION EXTRAORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES CHEFS D’ETAT ET DE GOUVERNEMENT DE LA CEDEAO 

Accra, République du Ghana 16 septembre 2021

COMMUNIQUE

 

  1. La Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est réunie, en Session Extraordinaire, le 16 septembre 2021 à Accra, République du Ghana, sous la présidence de E.M. Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana, Président en exercice de la Conférence, afin de faire le point de l’évolution de la situation politique en République de Guinée. Les Chefs d’Etat ont également examiné les derniers développements de la Transition en République du Mali.
  1. Etaient présents à cette session, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ci-après, ou leurs représentants dûment mandatés :
  1. E. M. Roch Marc Christian KABORE, Président du Burkina Faso ;
  2. E. M. Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire ;

 

  1. E. M. Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana ;
  2. E. M. Umaro Sissoco EMBALO, Président de la République de Guinée Bissau ;

S.E.M. Georges Manneh WEAH, Président de la République du Libéria ;

S.E.M. Mohamed BAZOUM, Président de la République du Niger ;

  1. E. M. Macky SALL, Président de la République du Sénégal ;
  2. E. M. Julius Maada BIO, Président de la République de Sierra Leone ;
  3. E. M. Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise ;

S.E.M. Yemi OSINBAJO, Vice Président de la République Fédérale du Nigéria ;

  1. E. M. Aurélien AGBENONCI, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération de la République du Bénin ;
  2. E. M. Filomena MENDES GONÇALVES, Ministre à la Présidence du Conseil des Ministres de la République du Cabo Verde ;

S.E.M. Mamadou TANGARA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale et des Gambiens de l’Extérieur de la République de Gambie.

  1. Était également présent, E.M. Jean-Claude Kassi BROU, Président de la Commission de la CEDEAO. Ont également participé à cette session, S.E.M. Goodluck JONATHAN, Ancien Président de la République Fédérale du Nigéria et Médiateur de la CEDEAO en République du Mali ; et S.E.M. Mahamat Saleh ANNADIF, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest.
  1. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont pris note du Rapport de la Mission de haut niveau dépêchée en République de Guinée le 10 septembre 2021, à la suite de la Session extraordinaire de la Conférence tenue le 8 septembre 2021 par visioconférence. Ils ont également pris note du rapport de suivi de la transition politique en République du Mali présenté par le Médiateur,

S.E.M. Goodluck Ebele JONATHAN.

2

 

  1. Ils ont salué la qualité des rapports soumis ainsi que la pertinence des recommandations qui y sont
  1. A l’issue de ses délibérations, la Conférence a entériné les principales recommandations contenues dans le rapport de la

Sur la Situation politique en République de Guinée

  1. La Conférence réitère sa ferme condamnation du coup du 5 septembre 2021 et réaffirme son exigence pour la libération immédiate et sans condition du Président Alpha Condé. Elle rappelle encore qu’elle tient les membres du Comité National de Rassemblement et de Développement (CNRD) pour responsables individuellement et collectivement de l’intégrité physique du Président Alpha Condé.
  2. La Conférence a été informée de la situation socio-politique présente en République de Guinée et de l’apparent engagement du Comité National de Rassemblement et de Développement (CNRD) à œuvrer pour un retour rapide de l’ordre Elle a également noté la décision du CNRD d’engager des consultations avec l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux sur la situation socio-politique en République de Guinée. La Conférence s’est fortement préoccupée de la résurgence des coups d’Etat après ceux du Mali en 2020 et 2021.
  3. Après examen du Rapport et délibérations, la Conférence décide de ce qui suit :
    1. le maintien de la suspension de la Guinée de toutes les instances de la CEDEAO jusqu’à la restauration de l’ordre constitutionnel ;
    2. la tenue, dans un délai de six (6) mois, des élections présidentielle et législatives pour la restauration de l’ordre constitutionnel en République de Guinée ;
    3. la mise en œuvre des sanctions ciblées conformément aux protocoles de la CEDEAO, impliquant l’interdiction de voyage des membres du CNRD ainsi que des membres de leur famille et le gel de leurs avoirs financiers ;

 

  1. l’appui de l’Union Africaine, de l’Union européenne, des Nations Unies, et des partenaires multilatéraux et bilatéraux pour la mise en œuvre desdites sanctions;
  2. l’interdiction aux membres du CNRD d’être candidats à l’élection présidentielle ;
  3. l’accompagnement de la CEDEAO dans la résolution rapide de la crise et la préparation des élections ;
  1. La Conférence appelle l’Union Africaine, les Nations Unies ainsi que les partenaires au développement à endosser les décisions prises et à accompagner la restauration de l’ordre constitutionnel en République de Guinée.
  1. Les membres de la conférence ont demandé au Président en exercice de visiter les Républiques de Guinée et du Mali dès que possible afin de notifier en personne les décisions de la Conférence.
  1. La Conférence décide de rester saisie de cette

Sur l’évolution de la transition politique en République du Mali.

 

  1. La Conférence demeure très préoccupée par la lenteur dans la préparation des élections prévues en République du Mali pour fin février
  1. La Conférence réitère sa demande pour un respect strict du calendrier de la transition devant conduire à la tenue effective des élections dans le délai non négociable de février A cet effet, la Conférence demande aux autorités de la transition de soumettre au plus tard à la fin du mois d’octobre 2021, le chronogramme devant conduire aux étapes essentielles pour les élections de février 2022. Elle insiste que seules les réformes nécessaires pour la tenue des élections à la date indiquée devraient être mises en œuvre.
  1. La Conférence décide de sanctions ciblées contre tous ceux dont les actions impactent négativement sur le calendrier de la transition tel qu’arrêté

 

par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO. Ces sanctions incluraient notamment l’interdiction de voyage pour ces personnes et leur famille et le gel de leurs avoirs financiers. A cet effet, la Conférence demande au Président de la Commission de la CEDEAO de compiler et soumettre la liste des individus et groupes d’individus concernés.

  1. La Conférence condamne fermement les arrestations continues ainsi que l’incarcération de leaders politiques et anciens dignitaires par les autorités de la Elle demande leur traitement judiciaire conformément à l’état de droit et au respect des droits de l’homme.
  1. Au plan sécuritaire, la Conférence dénonce fermement la volonté des autorités de la transition d’engager des compagnies de sécurité privées au Mali et est très préoccupée par les conséquences certaines sur la détérioration de la situation sécuritaire au Mali et dans l’ensemble de la région.

Au titre du renforcement de la démocratie

 

  1. Tenant compte des développements récents dans la région, la Conférence réaffirme que la consolidation de la démocratie et de la bonne gouvernance est essentielle pour le développement, la paix et la stabilité de la région. En conséquence, la Conférence instruit le Président de la Commission à initier le processus de réexamen du Protocole additionnel sur la démocratie et la bonne gouvernance de 2001 afin de renforcer la démocratie, la paix, et la stabilité dans notre région.
  1. Les Chefs d’État et de Gouvernement expriment leur profonde gratitude à E.M. Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana, Président en exercice de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la CEDEAO, pour son leadership dans la direction des affaires de la Communauté.

Fait à Accra, le 16 septembre 2021

LA CONFERENCE

 



Commentaires  

0 #1 Momo 17-09-2021 09:52
Ce sont des plaisantins vraiment. 6 mois pour organisé des élections !!!
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #2 Alassane Ider 17-09-2021 09:54
Taron Cedeao = Taron [mot censuré] = Taron chan shanyi
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #3 Mohamed 17-09-2021 10:16
Aikin [mot censuré]. Ou étiez-vous pour soulager la soffrance des guinéens contre le régime oppressif de condé. Le régime de condé était-ce une démocratie ? Vraiment une organisation inutile voire dangereuse cette mafia de chefs d'état uniquement là pour préserver leur cas.
Citer | Signaler à l’administrateur
-6 #4 ird bernard lortic 17-09-2021 10:37
Ird mali , recrute des foreur sur le tracer rails routes herbes arbres bisons petrole chameaux , de segou a saint petersbourg via nabi saleh ,NIAMEY , pekin.
parler arabe et bambaro soninke est un plus .
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #5 Toudjani 17-09-2021 10:47
C'est pathétique. Donc pour la CEDEAO, la démocratie, qu'elle prône, se résume à organiser des élections quelque soit leur issue bonne ou mauvaise. Le gouvernement, qui en est issu, peut mal gérer, violer les libertés des citoyens, ce n'est pas leur problème.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #6 Salé Soulé 17-09-2021 11:50
Syndicat des présidents à vie, syndicat des malfaiteurs, où étiez vous lorsque ces gens là maltraitent leur peuple ? La République appartient au peuple. Les chefs d'état africains prennent le peuple en otage dès qu'ils se font élire, non seulement par fraude car ils se disent ne pas préparer les élections et les perdre. C'est quand le pire arrive qu'ils cherchent leur droit alors qu'ils sont entraient de piétiner le notre.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 Salé Soulé 17-09-2021 11:51
Syndicat des présidents à vie, syndicat des malfaiteurs, où étiez vous lorsque ces gens là maltraitent leur peuple ? La République appartient au peuple. Les chefs d'état africains prennent le peuple en otage dès qu'ils se font élire, non seulement par fraude car ils se disent ne pas préparer les élections et les perdre. C'est quand le pire arrive qu'ils cherchent leur droit alors qu'ils sont entraient de piétiner le notre. :
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #8 sala hamouri 17-09-2021 12:20
Sabra and Shatila massacre will keep haunting Zionist criminals, says Hamas
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #9 sala hamouri 17-09-2021 12:23
Uranium rdc , le congo creera sa cour de justice africaine contre les spoliations de sarkozy le criminel d'etats ain harrouda delhomme delprat dgse ourches 26120 .
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #10 jean paul mbelek 17-09-2021 12:26
La societer miniere maliennes rails routes herbes arbres uranium or bauxite diamant petrole recrute un cartographe de gigors et lozeron sur le trajet segou saint petersbourg , via nabi saleh et teheran .
a actuniger pour servir faire et valoir ce que de droit .
copies a groupe wagner .
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #11 afriquemedia 17-09-2021 12:28
Iran, Russia, China, Pakistan urge formation of inclusive Afghan govt.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #12 afriquemedia etoundi 17-09-2021 13:02
Le 21e sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai s'est ouvert vendredi à Douchanbé, capitale tadjike, avec la participation des chefs de 12 États membres et observateurs, dont le président iranien Ebrahim Raïssi.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #13 afriquemedia etoundi 17-09-2021 13:02
OCS: l'adhésion de l'Iran votée
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #14 afriquemedia etoundi yamb kani 17-09-2021 13:04
Russian, Pakistani leaders discuss situation in Afghanistan, to ‘coordinate’ positions there
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #15 afriquemedia etoundi yamb kani 17-09-2021 13:06
« Sachant que l'Iran est situé dans l'un des corridors du projet d’Une ceinture, une route, donc ce pays peut relier l’est et l’ouest de l’Asie », a-t-il noté. Et d’ajouter : « La politique étrangère de la République islamique a toujours été basée sur une coopération active avec des organisations internationales dans un esprit du respect mutuel ».

Aujourd’hui, a-t-il estimé, il n'est pas possible de résoudre les défis du système international avec l'unilatéralisme.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #16 Fiers-à-bras 17-09-2021 14:31
Les voleurs qui menacent les voleurs.

Les militaires ne vont rien retourner.

Vous avez volé le pouvoir contre la volonté des peuples africains et d'autres vous l'ont arraché, c'est comme ça la vie.

Ceux qui se maintiennent au pouvoir le font grâce à des généraux véreux et des magistrats vauriens

N'est-ce pas Abou Azim ?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #17 West military free peuple 17-09-2021 18:54
Alpha à tuer beaucoup de guinéens, alpha a fait un coup d’état constitutionnel,
L’armée a pris s’est responsabilité, le rôle d’une armée est aussi de défendre la patrie donc au voyous de politiciens.
La vague a commencé s’était prévisible aucun pays de la cedeao n’est épargné.
La France a interdit à une armée républicaine de mettre pieds à Kidal alors qui est mercenaire?
Massaoudou nous savons tous comment Bazoum est élu donc un président peut être détrôner par le peuple ou l’armée si les conditions ne sont pas rempli.
L’article 47 est toujours valable pour ce qui pense que la vie continue.
Vous êtes assis sur une mine qui peut sauter le siège présidentiel.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com