jeudi 18 août 2022

1743 lecteurs en ligne -

fraren

Haut Représentant du Président de la République : démission de Seyni Omar, candidat du MNSD Nassara à la présidentielle et aux législatives

Elhadj Seini Omar BHN BIS3 BIS

Le Haut Représentant du Président de la république, Seyni Oumarou, a rendu sa démission le lundi 9 novembre 2020, en raison de sa candidature aux élections présidentielles et législatives au titre du MNSD Nassara dont il est le président. Nommé à ce poste en 2016, le président de l’Alliance pour la République (APR) et ancien premier ministre, a tenu à rendre un hommage au chef de l’Etat Issoufou Mahamadou qu’il a affronté dans les urnes à deux reprises, en 2011 et 2016, avant d’en devenir l’allié. Avec le pari de briguer pour la troisième fois, le fauteuil présidentiel.

Dans sa lettre de démission adressée au Chef de l’Etat, le président et candidat du MNSD Nassara aux prochaines élections présidentielles a demandé à « être déchargé de ses fonctions » pour « se consacrer aux préparatifs de la campagne électorale ». Le Haut Représentant du président de la République n’a pas manqué de «remercier sincèrement » le chef de l’Etat, pour « la confiance et la franche collaboration dont vous m’avez fait montre depuis l’arrivée depuis l’arrivée de notre parti et de ses alliés dans la mouvance présidentielle ». Il a saisi également l’occasion pour « renouveler » au président Issoufou, ses vœux de « bonne fin de mandat ».

Nommé en 2016 à ce poste, le premier dans l’histoire politique du pays et qui n’est pas prévu par la Constitution, Seyni Omar a rejoint la majorité au pouvoir après avoir été opposant au pouvoir. Ancien ministre, ex premier ministre et ancien président de l’Assemblée sous le régime de Tandja Mamadou (5e république), il a affronté Mahamadou Issoufou dans les urnes à deux reprises. En 2011, un an après la perte du pouvoir par le MNSD Nassara suite au coup d’Etat du CSRD de Salou Djibo, il est arrivé au second tour de la présidentielle face au candidat du PNDS Tarrayya. En 2016, son parti est arrivé à la 3e place de la présidentielle, une situation qui s’explique en grande partie par la crise interne qui a secoué quelques mois le parti dont il a hérité, avec le départ du SG de l’époque, l’ancien ministre Albadé Abouba et de plusieurs cadres du MNSD, qui sont partis rejoindre le MPR Jamhuriya, lequel a rejoint « la mangeoire » du parti au pouvoir à la fin  du premier mandat. Seyni Omar, ancien bras droit de l’opposant Hama Amadou, qui a été obligé de laisser le MNSD dont il fut un temps le président, a dû aussi se résoudre à rejoindre la majorité présidentielle, au début du second mandat du président Issoufou. Il a mis en avant, l’appel lancé par le chef de l’Etat pour « une union nationale sacrée » au regard des menaces auxquelles font face le pays notamment le terrorisme. Avec quelques partis affidés, il a créé l’Alliance Pour la république (APR), membre de la majorité au pouvoir mais non affiliée à la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) dirigée par le PNDS Tarrayya. Cette décision de Seyni Omar n’a pas été appréciée par tout le directoire de l’ancien parti-Etat et depuis, le « grand Baobab » est secoué par des vagues de crise interne avec actuellement des procès en série dont certains en cours  comme celui intenté contre le bureau politique national par l’ex SG du parti, l’actuel ministre de la Formation Professionnelle et Technique Tidjani Abdoul kadri.

Malgré ces nouvelles vagues de dissensions, le désormais ex Haut représentant du PR  a pu se maintenir à la tête du MND Nassara et, le 23 mars dernier, il a été investi à Tahoua comme candidat à la présidentielle pour la 3e fois consécutive. En dépit des multiples soubresauts qu’il a connu, le « grand baobab» est l’un des partis les plus significatifs de l’échiquier politique national et fort de ce qui reste de la machine électorale qu’il fut naguère, il a encore une carte à jouer pour les prochaines élections. Il va falloir désormais à Seyni Omar de savoir manœuvrer  habile, une tâche pas du tout facile puisqu’il va devoir assumer une partie du bilan du régime de la Renaissance de Mahamadou Issoufou, au sein duquel il a, à vrai dire,  fait que de la figuration, tout en se présentant comme une alternative qui s’appuie sur l’héritage de l’ancien président Tandja Mamadou (1999-2010), encore très populaire,  et du « grand Nassara ». Un pari osé mais pas impossible au regard de l’incertitude actuelle qui prévaut sur la scène politique avec ces élections de tous les enjeux qui vont se traduire par la première alternance démocratique du pays…

A.Y.B (actuniger.com)



Commentaires  

+1 #1 Lecteur-Actuniger 10-11-2020 15:59
Bonne chance M. Seyni Omar
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Hum 10-11-2020 16:24
Un peu trop tard à mon avis.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #3 nassara 10-11-2020 18:42
Le mal est deja fait Monsieur le President du defunt MNSD Nassara. La majorite des nigeriens avaient cru en issoufou mahamadou en 2011 a votre depens et ils ont ete amerement decus. Par votre suicide politique, vous venez de nous avez epargnez une seconde deception. Un vrai gachis. Bonne continuation dans votre vie.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Gahranga 10-11-2020 20:38
Seini est pris en étau par de dits MNSDistes mercenaires à la solde du PNDS pour lui clouer bec au risque de voir son parti éclaté en lambeau.
Espérons que cette démission soit pour lui et son parti un ouf de soulagement, une véritable délivrance des.griffes du lion.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Dosso 11-11-2020 08:10
Tout droit à la présidence Incha Allah.

MNSD reste toujours le baobab, il faut surveiller le vote de vos militants.
Les dernieres elections, MNSD a été serieusement volé par Lumana. Faites attention.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Dosso 11-11-2020 08:10
Tout droit à la présidence Incha Allah.

MNSD reste toujours le baobab, il faut surveiller le vote de vos militants.
Les dernieres elections, MNSD a été serieusement volé par Lumana. Faites attention.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #7 Nafiou 11-11-2020 10:07
Seyni a brade le MNSD et son immense heritage contre quelques sous voles au populations qui vegetent dans la misere absolue. Un tel individu ne merite aucune empathie et encore moins la confiance des militants. Il attend juste la fin des elections pour aller faire des courbettes et obtenir un machin pour manger. Quand quelqu'un choisit la petitesse au lieu de la grandeur, quand quelque choisit de courber l'echine au lieu de se redresser, quand quelqu'un fuit le combat pour preferer la reddition sans condition, alors laissons le dans la poubelle et allons de l'avant.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 Joe Biden Albade 11-11-2020 14:42
" ALBADE ABOUBA: Es-ce le Joe Biden du Niger"
Après avoir frôler de justesse le PNDS TARAYA sur toute l'entendue de la région de Maradi en nombre de candidature, le MPR JAMWURIA vient une fois de plus poser son tampon dans la région de Diffa en étant parmi les 2 meilleurs partis sur les 5 retenus dans le cadre des élections régionales.
Vu l'allure des choses, je crains une surprise pour le parti rose qui voit loin sur les autres en sous estimant le MPR qui est juste en face de lui. Ce qui est sûr, il y'a aura surprise le 27 Décembre prochain car le MPR aura son mot à dire sur tous les coins où le PNDS pensent même se réfugier en matière de candidature.
Il est certain que Monsieur ALBADE ABOUBA arrive rapidement et sûrement en concurrençant le PNDS. Allons vivre une victoire comme celle de Joe Biden?
Le temps nous dira.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 Kamala 11-11-2020 17:30
Joe, c’est possible.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #10 Nigériens 11-11-2020 18:09
Au moment où Hama defis le Niger et les nigériens.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #11 Baraka 11-11-2020 19:31
Citation en provenance du commentaire précédent de Nigériens :
Au moment où Hama defis le Niger et les nigériens.


Exercer ses droits constitutionnels n'a jamais ete percu autrement qu'un defi a la dictature en place a Niamey. Les mobilisations de foule lors des tournees de Hama a fait changer lapanique de camp et les voila qui crient aux defis et a la provocation. Stop, ce pays nous appartient a tous, pas seulement a une bande de degeneres corrompus incompetents qui a compris qu'il est temps de rendre compte au Niger et aux nigeriens.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 Sayed 11-11-2020 23:05
Ca a du etre difficile pour Seyni Omar de renoncer a sa petite enveloppe gracieusement offerte par son maitre zaki.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com