jeudi 18 août 2022

2827 lecteurs en ligne -

fraren

CEDEAO : le président Buhari appelle ses homologues à ne pas céder à la tentation du pouvoir

Buhari Nigeria President

Le président nigérian a appelé ses pairs de la région à résister à la tentation de prolonger leurs mandats au-delà des limites constitutionnelles et à garantir l’organisation d’élections crédibles. Selon Buhari qui intervenait lundi lors de la 557e session ordinaire du Sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO, cela génère des crises politiques dans la région qui n’en n’a pas besoin actuellement au regard des autres défis énormes dont elle fait face.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Au Niger, un proverbe haoussa que Buhari connait très bien dit en substances que « tout celui qui profère des indirects en public, sait très bien à qui il s’adresse». Lundi à Niamey, lors de son intervention au Sommet ordinaire des chefs d’Etat, le président nigérian a appelé ses pairs de la région à résister à la tentation du pouvoir en respectant les dispositions constitutionnelles de leurs pays notamment pour ce qui est de la limitation des mandats. Le président ivoirien Alassane Dramane Ouatarra (ADO), et son homologue togolais Faure Gnassimgbé, qui étaient présents dans la salle, auront certainement appréciés à sa juste valeur « cet indirect » à peine voilé de Buhari qui vaut aussi pour le guinéen Alpha Condé, qui lui n’a pas fait le déplacement dans la capitale nigérienne.

Selon Buhari, il est «important qu'en tant que dirigeants, nous respectons les dispositions constitutionnelles de nos pays, en particulier sur la limitation des mandats. C'est une situation qui génère des crises et des tensions politiques dans notre sous-région ».

«Dans l'état actuel des choses, les défis auxquels la sous-région est confrontée sont énormes; des questions socio-économiques aux questions de sécurité, la sous-région de la CEDEAO ne peut donc pas se permettre une nouvelle crise politique. Je nous exhorte tous à résister à la tentation de chercher à nous perpétuer au pouvoir au-delà des dispositions constitutionnelles. Je félicite ceux parmi nous qui ont résisté à de telles tentations, car ils seront considérés comme des modèles exceptionnels dans leurs pays respectifs et dans la sous-région dans son ensemble ». Muhammadu Buhari

Dans sa déclaration, Muhammadu Buhari, a indiqué que  « cet appel à la retenue est lié à la nécessité de garantir des élections libres, justes et crédibles. Cela doit être le fondement de la démocratie dans notre sous-région, tout comme la nécessité d’adhérer à l’État de droit ».

La problématique de la prolongation des mandats a été l’un des sujets sur lequel les chefs d’Etat de la CEDEAO ont été particulièrement attendus au cours de leur sommet au regard surtout de la situation en Côte d’Ivoire et en Guinée. Dans ce dernier pays, l’opposition réunie au sein du FNDC a même lancé un appel à l’organisation « pour qu’elle prenne ses responsabilités afin d’éviter au pays un scénario à la malienne ». Un appel qui fait suite à la décision du président Condé de briguer un nouveau mandat après avoir effectué les deux prévus légalement par la Constitution qu’il a changé en cours de route. En Côte d’ivoire c’est également le même scénario et la volonté du président ADO de briguer un 3e mandat a déjà provoqué une dizaine de morts suite aux manifestations de l’opposition et désormais, le spectre d’une nouvelle crise électorale avec toutes ses conséquences plane sur le pays.

Dans le discours d’ouverture qu’il a prononcé, le président sortant de la CEDEAO, le nigérien Mahamadou Issoufou, a soigneusement occulté le sujet qui est pourtant d’un intérêt majeur pour la sous-région. Une manière certainement de ne pas indisposer ses hôtes puisqu’il a publiquement et à plusieurs reprises affiché sa position contre  la prolongation des mandats. En surfant sur le sujet, la CEDEAO sera encore certainement appelée à jouer les sapeurs-pompiers dans les prochains mois au regard des cycles électoraux en cours dans au moins cinq (5) pays et qui sont porteurs de gros risques de tensions électorales au regard des enjeux, ce sur quoi a alerté Buhari.

A.Y.B (actuniger.com)



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com