vendredi, 27 novembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Junte militaire malienne

A la veille du second sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO sur le Mali qui se tient ce vendredi 28 août, la junte militaire au pouvoir à Bamako a envoyé discrètement des émissaires à Ouagadougou et à Niamey. Conduite par le vice-président de la junte, le colonel Malick Diaw, la délégation s’est entretenue avec les présidents Roch Kaboré et Issoufou Mahamadou. Objectif, plaider leur cause pour une levée des sanctions imposées par l’organisation régionale au Mali et négocier les termes d’une transition dirigée idéalement par le CNSP.

Zeyna transfert argent bis

C’est dans la plus grande discrétion que les émissaires du Conseil national pour le salut du peuple (CNSP) ont effectué une double mission ce jeudi 27 août à Ouagadougou et à Niamey, à la veille d’un sommet décisif des chefs d’Etat de la CEDEAO sur la situation au Mali. Une discrétion qui se justifie par le contexte car officiellement, l’organisation régionale dénie encore toute légitimité aux « militaires putschistes » qui ont franchi « la ligne rouge », en renversant le 18 août dernier, le président démocratiquement élu Ibrahim Boubacar Keita (IBK). Cependant, après la mission de haut niveau conduite par le médiateur Goodluck Jonathan, qui a séjourné à Bamako du 22 au 24 août à Bamako, beaucoup de choses ont évolué et la junte militaire ne manque pas de solides arguments pour plaider sa cause en prélude à ce sommet qui va délibérer sur plusieurs aspects de la situation notamment la durée et la nature de la transition qui se dessine mais également de la levée ou au moins de l’allègement des sanctions.

Pas question pour autant pour les deux chefs d’Etat visités de déployer le tapis rouge pour la délégation de la junte conduite par son numéro 2, le colonel Malick Diaw,  accompagné selon plusieurs sources du porte-parole du CNSP, le colonel-major Ismaël Wagué, ainsi que de plusieurs autres officiers membres. On comprend pourquoi aucun aspect officiel de la visite ainsi que des entretiens n’a filtré aussi bien au Palais de Kosyam  à Ouaga qu’au Palais présidentiel de Niamey. Les émissaires de la junte militaire, qui ont voyagé à bord du Boeing présidentiel malien , ont bel et bien été reçu pendant des heures, d’abord dans la matinée par le président burkinabé Roch Marc Chritian Kaboré, et ensuite dans la soirée par son homologue nigérien Issoufou Mahamadou, avant de regagner Bamako en début de soirée.

Les président Roch et Issoufou : les raisons d’un choix

Le choix des deux chefs d’Etat par la junte n’est assurément pas fortuit bien que d’office,  Issoufou et Roch condamnent par principe le coup de force et plaident également pour le retour à l’ordre constitutionnel au même titre que leurs autres homologues de la région.  Pour la junte, on peut croire que les enjeux sont pourtant ailleurs et c’est ce qui a certainement orienté, à défaut de justifier, le choix de Ouaga et Niamey comme destination prioritaire pour les émissaires du CNSP. D’une part, il s’agit des présidents de deux pays voisins du Mali, membres également du G5 Sahel et donc partenaires dans la lutte contre le terrorisme (par conséquent pressés. d’avoir des interlocuteurs à Bamako, le Mali étant l’épicentre de la crise sécuritaire au Sahel), et d’autre part, les deux chefs d’Etat peuvent servir de porte-voix du CNSP. Le président Issoufou Mahamadou en tant que président en exercice de la CEDEAO a une voix prépondérante au sein de la Conférence puisque c’est lui qui plante d’abord le décor et ensuite c’est à lui de suivre l’évolution de la situation et d’en faire le rapport à ses pairs sur la base de ses appréciations. Quant à Roch Kaboré, il a fait ce qui, pour la junte, est faire preuve de bon sens lors du premier sommet du jeudi 20 août dernier. Contrairement à l’ivoirien Ouattara, au nigérian Buhari ou au guinéen Condé, il n’a pas été du clan des partisans de la manière forte. Le président du Faso s’est plutôt rangé du coté du béninois Talon et du sénégalais Sall pour demander un assouplissement de certaines sanctions en tenant compte de certains impératifs, notamment humanitaire,  et une évaluation progressive de la situation en fonction de son évolution. Tout au plus, le président Roch Kaboré a estimé que la mesure urgente, c’est la libération de l’ancien président IBK ainsi que des d’autres détenus. Les militaires au pouvoir au Mali ont donc bien choisi leurs premiers interlocuteurs au sein des 14 présidents qui vont décider de leur sort en ciblant le chef de file à qui revient le dernier mot (Issoufou Mahamadou) ainsi qu’une oreille attentive qui plus est, fait preuve de compréhension (Roch Kaboré).

Des arguments solides pour que la CEDEAO lâche un peu du lest

Les émissaires de la CEDEAO ont été reçus et écoutés et c’est un bon point pour la junte qui va suivre le sommet de ce vendredi avec plus d’appréhensions positives que celui du jeudi 20 août passé. Cette fois, elle peut compter sur des arguments assez solides qui jouent en sa faveur. La première exigence des chefs d’Etat, la libération de l’ancien président IBK et de ses compagnons d’infortune est presque satisfaite ou en voie de l’être puisque l’ancien chef d’Etat a déjà regagné sa résidence de Sebenikoro à Bamako, depuis hier, comme promis à la mission de médiation de la CEDEAO. Pour les autres, c’est « en  raison de leur propre sécurité », se défend la junte. Ce qui pour certains, notamment les hauts gradés de l’armée, cela peut bien s’expliquer.  La deuxième exigence, le rétablissement du président IBK, n’est plus à l’ordre du jour puisque selon ce que le chef de l’Etat déchu a lui-même confié à la mission de la CEDEAO, il n’envisage pas un retour aux affaires.

Le retour à l’ordre constitutionnel que plaide la CEDEAO,  soutenue en cela par la communauté internationale, passe donc inévitablement par une transition qu’il ne reste qu’à définir la nature et les contours. C’est ce que les chefs d’Etat vont décider ce vendredi en s’appuyant sur le rapport que leur soumettra le médiateur mandaté, le président Goodluck Jonathan, qui s’est déjà montré assez optimiste sur « une solution qui va satisfaire tout le monde ». Dans ses propositions, la junte a mis sur la table une transition de 3 ans qui couvre donc le reste du mandat du président renversé et qui sera dirigé par un militaire, le président du CNSP le colonel Assimi Goita, ainsi qu’un gouvernement dirigé par un premier ministre de consensus et composé de technocrates et de civils. La médiation de la CEDEAO planche plutôt sur une transition dirigée par un civil ou un militaire à la retraite et pour une durée de 7 à 12 mois selon les explications du ministre nigérien des Affaires étrangères et membre de la mission, Kalla Ankourao. La présidence nigériane a d’ailleurs fait savoir, hier jeudi, qu’elle est disposée à accepter un délai d’une année pour la transition, ce qui confirme que depuis le « Sommet des sanctions » de la semaine passée, les lignes ont vraiment bougé en faveur de la junte.

Bien évidement, le CNSP sait qu’il doit encore faire des concessions sans égratigner le capital de sympathie qu’il a acquis auprès d’une large partie de l’opinion malienne et même de la sous-région. En envoyant ses émissaires chez les présidents Issoufou et Roch, elle ne fait qu’avancer ses pions après avoir fait preuve de bonne foi. De quoi pousser la CEDEAO, qui a d’autres dossiers à gérer, à lâcher du lest en allégeant, pour commencer, les sanctions qui commencent à peser sur le pays. Et surtout pou la junte qui est désormais installée au pouvoir avec tout ce qui va avec, c’est à dire la lourde charge d’assurer les charges de l’Etat dans un contexte des plus particulier : des défis multidimensionnels et des attentes socioéconomiques sans l’appui des bailleurs de fonds et autres partenaires internationaux. Pour le CNSP, l’enjeu est de solliciter la bienveillance de la CEDEAO pour la réussite de la transition. Des conclusions qui seront issues du sommet de ce vendredi, on saura si l’opération de séduction chez Roch et Issoufou a vraiment pris et porté ses fruits !

A.Y.Barma (actuniger.com)

 

Commentaires  

-1 #1 Dabouguy 28-08-2020 09:35
Bon vent! Continuer vers le Sénégal aussi. puis n'oublier pas le Ghana et le Grand Nigeria, il y a de bons conseils à prendre. Ne faites pas comme Salou en 2010 qui anete trompé par le gurisme un courant laudateur et maléfique.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 Kharo 28-08-2020 09:44
Passer voir le frère d'arme, le Maréchal Debby. Il vous sera un bon soutien sécuritaire.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #3 Hum 28-08-2020 10:03
Issoufou ne peut plus tenir tête , il paraît que les maliens ont demandé à leur sœur de lui faire aussi un embargo sentimental.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #4 Takoubta 28-08-2020 10:27
La "démarche Salou" en marche au Mali. La Junte a jaugé et fait le tour de certains pays pour susciter leur compréhension. Bonne chance!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Sadissou Issoufou 28-08-2020 11:20
Cela nous montre clairement leurs ambitions (juntes militaires) et leurs amours pour la stabilité de leur pays
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Baban Bilal 28-08-2020 11:22
Ce qui m'étonne pourquoi Cedeao n'a pas condamné à ce point le coup d'État contre Tandja au contraire ils ont même invité le CSRD à leur maudite conférence.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 Bilbi 28-08-2020 11:39
La CEDEAO est devenue un machin. Les réactions de principe on connaît la chanson depuis des lustres. Le retour des civils au pouvoir on connaît également la chanson. Tant pis! La transition suit son cours. N'en déplaise aux jaloux saboteurs " aux yeux de crocodile". IBK a été trompé par certains de ses pairs et voilà les conséquences du jusqu'au-boutisme des adeptes du machiavélisme. En tant que civils, ne faites pas l'erreur d'apparaître mordicus comme anti-militaire quand en soi-même on n'est pas clean. Est-ce à dire qu'au nom d'une démocratie de façade seul le civil peut se permettre de tout quitte à bafouer les intérêts du peuple? La manière dont certains présidents civils se comportent vis-à-vis vis de leur peuple, certains militaires au casquette de président ne l'ont pas fait. C'est claire et net. On ne peut venir au pouvoir sous couvert de la démocratie et se permettre du n'importe quoi. Autoriser des bases étrangères sans passer par l'Assemblée nationales. Engager son pays sur une dette de 1000 milliards de dollars à l'insu de l'Assemblée, fermer les yeux sur des scandales les uns plus grands que les autres, développer le clanisme, le népotisme, la gabegie...
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 Bilbi 28-08-2020 11:45
Lire 1 milliard de dollars
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #9 orou22@yaoo.fr 28-08-2020 12:17
Mais qu'est ce qu'ils cherchent encore chez les autres ?Les Maliens avaient dit qu'ils n'ont besoin de personne non ?
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #10 solo 28-08-2020 12:51
Citation en provenance du commentaire précédent de Baban Bilal :
Ce qui m'étonne pourquoi Cedeao n'a pas condamné à ce point le coup d'État contre Tandja au contraire ils ont même invité le CSRD à leur maudite conférence.

Parceque Tandja lui etait putchiste lorsqu il a etait debarqué.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 tyes 28-08-2020 14:10
Citation en provenance du commentaire précédent de Sadissou Issoufou :
Cela nous montre clairement leurs ambitions (juntes militaires) et leurs amours pour la stabilité de leur pays

c'est pas évident:
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 Bagouba 28-08-2020 14:31
L'absence de dialogue entre opposition et pouvoir au Niger est une situation qui doit attirer l'attention. C'est une source de tension dormante. Le pouvoir doit éviter d'aller au jusqu'ouboutisme, une attitude de mauvais alois. Ce régime est dans un déni total de son impopularité. Un hold-up en 2020 risque de réveiller une tension incontrôlable. Dialoguer avec l'opposition est plus qu'un impératif.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 Ibrahim Jean 29-08-2020 09:38
De toute façon Issoufou Mahamadou n'a aucune leçon à donner au monde en matière de démocratie et bonne gouvernance. N'a-t-il pas amnistié des putschistes au Niger ?? Vouloir remettre coûte que coûte le pouvoir à quelqu'un d'illégitime n'est-il pas aussi un coup d'État ?? Mais qu'il sache que nous au Niger le coup d'État fait désormais partie de notre culture démocratique. Nous n'accepterons jamais qu'on nous impose quelqu'un.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 Ibrahim Jean 29-08-2020 09:57
Les nigériens ne vont pas voter avec la carte biométrique pourtant retenue par le code électoral. Les testes de la CEDEAO n'admettent pas qu'on touche au code ce, six(6) mois avant la date des échéances électorales. Donc on va aux élections en tordant le cou de la loi électorale. N'est-ce pas aussi un coup d'État?? C'est pour cette raison que je dis le coup d'État fait désormais partie de notre culture démocratique.!!!
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

banniere spotlight BIS

Canal Horizon Nov Dec

Top de la semaine

Publier le 27/11/2020, 08:56
47e-conference-des-ministres-de-l-oci-a-niamey-le-niger-accueille-le-monde-musulman Le Niger accueille du 27 au 28 novembre 2020, la 47ème  session du conseil des ministres des...Lire plus...
Publier le 26/11/2020, 17:28
tandja-mamadou-baba-repose-pour-l-eternite-a-maine-soroa-sous-sa-terre-natale L’ancien président Tandja Mamadou a été inhumé ce jeudi en début d’après-midi à Mainé-Soroa, sa ville...Lire plus...
Publier le 26/11/2020, 14:14
burkina-le-president-roch-marc-christian-kabore-reelu-des-le-premier-tour-avec-57-87-des-voix-ceniLe président sortant Roch Kaboré, candidat du MPP, a été réélu dès le premier tour de l’élection...Lire plus...
Publier le 26/11/2020, 13:29
solidarite-nationale-orano-niger-et-ses-filiales-font-un-don-d-equipements-d-une-valeur-de-125-millions-fcfa-aux-victimes-des-inondations Dans le cadre de son engagement sociétal et en réponse à l’appel des autorités à la solidarité...Lire plus...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...
Publier le 26/11/2020, 11:27
obseques-officielles-de-tandja-mamadou-hommage-national-a-l-ancien-president-au-palais-de-la-presidence Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a assisté, jeudi matin, 26...
Publier le 21/11/2020, 15:17
elections-presidentielles-15-partis-politiques-s-engagent-a-soutenir-albade-abouba-des-le-premier-tour Quinze (15) partis politiques ont signé un protocole accord, hier vendredi au sortir d’une réunion,...
Publier le 23/11/2020, 07:46
elections-malgre-des-defis-importants-le-niger-a-l-opportunite-d-assurer-un-transfert-paisible-du-pouvoir-selon-mohamed-ibn-chambas-envoye-special-du-sg-de-l-onu Le Représentant spécial du SG des nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel  de l’ONU,...
Publier le 21/11/2020, 15:17
elections-presidentielles-15-partis-politiques-s-engagent-a-soutenir-albade-abouba-des-le-premier-tour Quinze (15) partis politiques ont signé un protocole accord, hier vendredi au sortir d’une réunion,...
Publier le 24/11/2020, 20:59
disparition-de-tandja-mamadou-le-president-issoufou-reporte-sa-visite-dans-la-region-de-maradi Suite à la disparition de l’ancien chef de l’Etat Tandja Mamadou ce mardi à Niamey, le président...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...
Publier le 25/11/2020, 22:44
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-25-novembre-2020 En application de l’article 73 de la Constitution, le Premier Ministre a reçu du Président de la...

Dans la même Rubrique

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 25 NOVEMBRE 2020

25 novembre 2020
COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 25 NOVEMBRE 2020

En application de l’article 73 de la Constitution, le Premier Ministre a reçu du Président de la République, une délégation de pouvoirs pour la présidence d’un Conseil des Ministres. C’est...

Coalition Bazoum2021 : 45 partis soutiennent Bazoum Mohamed pour l’élection présidentielle

23 novembre 2020
Coalition Bazoum2021 : 45 partis soutiennent Bazoum Mohamed pour l’élection présidentielle

Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont officialisé, le samedi 21 novembre 2020 au Palais des congrès de Niamey, leur soutien à...

Elections : « malgré des défis importants, le Niger a l’opportunité d’assurer un transfert paisible du pouvoir » selon Mohamed Ibn Chambas, envoyé spécial du SG de l’ONU

23 novembre 2020
Elections : « malgré des défis importants, le Niger a l’opportunité d’assurer un transfert paisible du pouvoir » selon Mohamed Ibn Chambas, envoyé spécial du SG de l’ONU

Le Représentant spécial du SG des nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel  de l’ONU, Mohamed Ibn Chambas, a estimé que l’ensemble des acteurs au processus électoral doivent...

Elections Présidentielles : 15 partis politiques s’engagent à soutenir Albadé Abouba dès le premier tour

21 novembre 2020
Elections Présidentielles : 15 partis politiques s’engagent à soutenir Albadé Abouba dès le premier tour

Quinze (15) partis politiques ont signé un protocole accord, hier vendredi au sortir d’une réunion, pour soutenir la candidature d’Albadé Abouba du MPR Jamhuriya dès le premier tour de l’élection...

Présidentielles : la requête des 4 candidats à la Cour constitutionnelle sur la candidature de Bazoum déclarée «irrecevable » (arrêt)

20 novembre 2020
Présidentielles : la requête des 4 candidats à la Cour constitutionnelle sur la candidature de Bazoum déclarée «irrecevable » (arrêt)

La Cour Constitutionnelle vient de juger « irrecevable », la requête déposée la semaine dernière par quatre  (4) candidats à la présidentielle, lui demandant de surseoir à statuer sur la...

Elections générales 2020-2021 : un forum des scrutins apaisés, l’opposition dit ne pas être invité

20 novembre 2020
Elections générales 2020-2021 : un forum des scrutins apaisés, l’opposition dit ne pas être invité

A quelques jours de la tenue des élections générales de 2020 et 2021 au Niger, les appels à des élections paisibles, apaisées et inclusives ses multiplient. Le pays qui s’apprête...