lundi 15 août 2022

2494 lecteurs en ligne -

fraren

Médiation de la CEDEAO au Mali : le rapport de Goodluck Jonathan aux chefs d’Etat

GoodLuck rapport cedeao

Le médiateur de la CEDEAO pour le Mali, Goodluck Jonathan, va soumettre à l’appréciation des chefs d’Etat, les conclusions de  la mission de haut-niveau de l’organisation régionale qu’il a conduite à Bamako du 22 au 24 août dernier. Dans le document, le médiateur de la CEDEAO sur le Mali rapporte la teneur des différents rounds de négociations entre la délégation et le CNSP, les propositions de la junte militaire sur la transition ainsi que les volontés exprimées par l’ancien président IBK. Des propositions et conclusions qui seront discutées par les chefs d’Etat lors de leur second sommet sur le Mali qui se tiendra ce vendredi 28 août par visioconférence. Le rapport en intégralité.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Mandatée par la CEDEAO, une mission de haut niveau a séjourné à Bamako au Mali du 22 au 24 août dernier pour négocier avec la junte militaire qui a pris le pouvoir depuis le 18 août 2020, une sortie de la crise politique conformément aux résolutions adoptées par les chefs d’Etat lors de leur sommet d’urgence du 20 août dernier. Conduite par l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, la mission a échangé plusieurs fois avec les membres du Conseil National pour le Salut du Peuple (CNSP), les acteurs politiques et de la société civile ainsi que les diplomates représentant les principaux partenaires internationaux du pays. La délégation qui était également composée du chef de la diplomatie nigérienne Kalla Ankourao, a également rencontré le président déchu Ibrahim Boubacar Keita.

A l’issue de sa mission, le médiateur de la CEDEAO pour le Mali a élaboré son rapport qui sera soumis à l’appréciation des chefs d’Etat à l’occasion d’un nouveau sommet qui se tiendra par visioconférence ce vendredi 28 août. Le document passe en revue les échanges avec les membres de la junte militaire notamment le président du CNSP, le colonel Assimi Goita, les volontés exprimées par l’ex-président IBK, la situation des personnalités détenues depuis le coup de force, les propositions de la junte pour la transition qui se dessine ainsi que les souhaits du CNSP notamment la levée des sanctions imposées par la CEDEAO.

Des propositions que le médiateur va soumettre à l’appréciation des chefs d’Etat et dont nous livrons le contenu en intégralité en attendant les conclusions du Sommet de ce vendredi qui sera présidé par Mahamadou Issoufou, président du Niger et président en exercice de la CEDEAO.

A.Y.B (actuniger.com)



Commentaires  

+1 #1 cedeao-zero 28-08-2020 08:47
La cedeao chercher les moyens de se sauver la face. Elle sait qu'elle s'est discréditée, qu'elle est désavouée et lâchée par les occidentaux que certains rats parmi ses membres cherchent a impressionner. Elle va devoir se contenter de ce que les remplaçants de IBK vont devoir lui jeter en pâture. A présent, tout est question de communication.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 Rethe 28-08-2020 09:14
N'eut été Good Luck l'anglophone à l'approche pragmatique, la durée de la mission de la CEDEAO pourrait être écourtée. Tant les velléités de son président en exercice ne sont pas en faveur d'un climat apaisé pour engager des discussions.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 Gandabo 28-08-2020 09:41
La CEDEAO ne peut pas ne pas être discréditée. La CEDEAO est en mal de leadership. Issoufou a un tempérament impulsif. Il a tendance a exporter ses pulsions totalitaires qu'il imprime dans son pays vers le peuple malien pour la seule cause de son camarade socialiste. La sagesse ne figure pas dans le dictionnaire du machiavélisme. D'où il ne peut pas en faire usage pour résoudre des conflits. Son vocabulaire est riche en propos virulents, belliqueux. Au temps du tazarce de Tandja, il incitait l'armée à prendre ses responsabilités, avec BH, il fait feu de tout bois que le Niger sera le tombeau de BH, il dit qu'il ne permettra dans "son Niger" que des gens posent des actes pour vilipender la France, il pousse à des décisions impopulaires pour étouffer le peuple malien soit-disant contre la junte... Comment la CEDEAO ne va pas se discréditer avec un bouillonnement d'humeur négative.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #4 Houggou 28-08-2020 10:14
Issoufou c'est le summum du paradoxe et "le Tout pouvoir". En 2011, il est propulsé au pouvoir par des putschistes et il revient aujourd'hui pour dire que "le temps de prise de pouvoir par la force est révolu". Il autorise l'installation de bases étrangères pour la lutte contre des bandits et il laisse détourner les fonds destinés à équiper ses propres soldats. Il met en place la Halcia et il laisse détourner insouciemment les deniers publics et proliférer des fraudes et trafics de toute sorte. Il envoie des soldats combattre au Mali et il ferme la frontière au peuple malien. Il fait un point d'honneur pour organiser des élections crédibles en 2016, et il fait des élections tropicalisées en hold-up. Il dit qu'il va s'inspirer du Calife Omar (qu'Allah l'agrée) et il pose des actes, à des années lumières aux antipodes de ceux posés par le Calife. Il dit en 2011 que le "Dambou" sera bien huilé et 5ans après il revient dire que le "Dambou" n'a pas pris suffisamment d'huile et cahin caha le Niger égrène année après année le rang de dernier en développement. Il claironne tambour battant les 3N et le Niger se retrouve sous perfusion de l'assistance humanitaire. Quel désastre !
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 Mallam 28-08-2020 10:18
Citation en provenance du commentaire précédent de Gandabo :
La CEDEAO ne peut pas ne pas être discréditée. La CEDEAO est en mal de leadership. Issoufou a un tempérament impulsif. Il a tendance a exporter ses pulsions totalitaires qu'il imprime dans son pays vers le peuple malien pour la seule cause de son camarade socialiste. La sagesse ne figure pas dans le dictionnaire du machiavélisme. D'où il ne peut pas en faire usage pour résoudre des conflits. Son vocabulaire est riche en propos virulents, belliqueux. Au temps du tazarce de Tandja, il incitait l'armée à prendre ses responsabilités, avec BH, il fait feu de tout bois que le Niger sera le tombeau de BH, ...........


Ce bouillonnement d'humeur négative qui lui a bien réussi au Niger jusque là semble creuser sa tombe au Mali. Au Niger aussi, rien ne sera plus comme avant apres le depart force de IBK. Issoufou qui a bâti sa carriere politique dans le déni de la democratie et dans la violence est a present dos au mur. Il lui sera impossible de faire un nouveau hold-up électoral pour caser son candidat qui va couvrir ses arrières. L'heure de rendre des comptes va bientot sonner.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #6 Midou 28-08-2020 10:56
Si la CEDEAO pourrait fustiger en visioconference la tuerie des noirs aux États-Unis ce serait plus pertinent. Les noirs sont tués comme des gibiers et son étouffés comme des proies. Ne fermons pas les yeux là-dessus. Il faut que ça bouge en Afrique. Nous sommes au 21e siècle. La barberie raciste doit cesser à jamais.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #7 Dadey 28-08-2020 11:11
Frontières fermées de la honte. Honte à Issoufou pour avoir fermé les frontières du Niger à un pays frère au peuple meurtri par tant d'années d'insécurité et avec lequel le Niger partagent de nombreux défis. Honte bue!
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com