mercredi, 30 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Issoufou Mahamadou message nation 02 08 2020 

Nigériennes, Nigériens,

Mes Chers Concitoyens,

C’est la dixième fois que je m’adresse à vous à l’occasion des cérémonies commémorant l’anniversaire de l’accession de notre pays à l’indépendance. L’année prochaine, à la même date et à la même heure, le Président que vous aurez élu, le 27 décembre ou le 20 Février prochains selon le cas, vous présentera ses vœux à l’occasion du 61eme anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale. En effet, point d’orgue dans la mise en œuvre du programme de renaissance, étape décisive dans le processus de consolidation des institutions démocratiques et républicaines, les élections locales, législatives et l’élection présidentielle 1er tour ainsi que le deuxième tour de l’élection présidentielle seront organisés respectivement le 13 décembre 2020, le 27 Décembre 2020 et le 20 Février 2021. Oui ça sera le point d’orgue. Oui ça sera une étape décisive ; ça sera ma plus grande réalisation, celle de la promesse la plus emblématique du programme de renaissance.

Zeyna transfert argent bis

C’est pourquoi j’accorde une attention particulière à la préparation et au déroulement de ces élections qui du reste revêtent un caractère historique car pour la première fois en 60 ans d’indépendance, un Président démocratiquement élu passera le témoin à un autre président démocratiquement élu.
Pour assurer la transparence et la crédibilité du processus électoral nous avons veillé à la mise en place d’une Commission électorale nationale indépendante (CENI), à l’élaboration d’un fichier électoral biométrique, et à l’arbitrage du contentieux électoral par une cour constitutionnelle ayant une composition de nature à assurer son indépendance.

Je me réjouis de constater l’engouement suscité par l’opération d’enrôlement biométrique des électeurs dans toutes les régions de notre pays, ce qui a permis d’obtenir un nombre d’enrôlés de 7,4 millions d’individus, quasiment équivalent à celui des élections de 2016. Ce résultat est le fruit du travail abattu par le comité du fichier biométrique et l’opérateur technique malgré des conditions de sécurité et de travail parfois très délicates.
Pour garantir et renforcer la transparence et la crédibilité des différents scrutins, j’ai demandé à l’OIF, la CEDEAO et l’Union Africaine l’audit du fichier biométrique en cours d’élaboration. Cet audit renforcera la confiance des acteurs politiques et renforcera notre processus électoral.

Je me réjouis aussi de l’établissement par la CENI d’un chronogramme des élections consensuel parce que conforme aux souhaits de tous les partis politiques. Cela confortera davantage la position de notre pays comme modèle de démocratie. Surtout, avec la légitimité et la stabilité des institutions qu’elles assurent, les élections transparentes constituent une des conditions de la poursuite de la transformation économique et sociale du pays. Aussi le Gouvernement est–il instruit pour que la CENI dispose des ressources dont elle a besoin pour l’organisation de l’ensemble des scrutins dans les délais convenus et dans les meilleures conditions de transparence.

Je lance un appel aux partis politiques, ceux de la majorité comme ceux de l’opposition ainsi que les non affiliés, à privilégier les débats d’idées, les débats programme contre programme. Ça sera leur contribution à la modernisation de la vie politique dans notre pays. Ça sera leur contribution à la promotion des valeurs et à une expression noble des suffrages. Les partis politiques doivent tirer, de nos trente années d’histoire démocratique, cette leçon évidente : le peuple nigérien rejette les archaïsmes politiques notamment les replis identitaires, il reste attaché à son unité et préfère voter pour des idées. Un débat sain et programme contre programme sera la meilleure façon de lui témoigner le respect qu’il mérite.

C’est le lieu de saluer l’accompagnement technique et financier de nos partenaires, pays amis et organisations internationales, dans la mise en œuvre de ce processus électoral historique pour notre pays.
Mes Chers Concitoyens,
Nous avons besoin d’institutions démocratiques fortes pour transformer à long terme notre pays. Nous en avons besoin dans l’immédiat pour relever le défi sécuritaire. En effet nous continuons à faire face à plusieurs foyers de menaces : Boko Haram, actif dans le lit du lac Tchad, les organisations terroristes et criminelles à nos frontières avec le Mali et le Burkina Faso, les bandits armés à la frontière entre la région de Maradi et le Nigéria et les trafiquants de tous bords dans le désert du Sahara notamment à la frontière Libyenne.

Le combat qui nous oppose aux organisations terroristes et criminelles prendra du temps. Nous devons continuer à nous y préparer en conséquence. Aussi continuerons-nous à accroitre les effectifs de nos forces de défense et de sécurité. Pour assurer la sécurité d’un territoire aussi vaste que notre pays nous devons, au cours des prochaines années doubler au minimum ces effectifs. Nous devons continuer à mettre l’accent sur la formation et l’équipement des forces spéciales et à renforcer la troisième dimension. Nous devons aussi continuer à renforcer nos alliances. Promouvoir l’intégration sécuritaire, dans le bassin du lac Tchad à travers la Force Mixte Multinationale - FMM, dans le Sahel à travers la FC G5 Sahel, doit rester une priorité incontournable. Notre pays continuera à apporter sa contribution à la mise en place et à l’opérationnalisation de la coalition Sahel de lutte contre le terrorisme. La mise en place de l’opération Takuba, la contribution des forces africaines en coordination avec Barkhane, les armées nationales et la FC G5 Sahel constituent d’autant plus une source d’espoir que la mise en œuvre de la feuille de route du sommet de Pau du 13 Janvier 2020, récemment actualisée par le sommet de Nouakchott du 30 juin dernier, nous ont permis d’enregistrer de grands succès contre l’ennemi. En particulier, la mise en place d’un commandement conjoint a fait preuve de son efficacité. Dans ce combat commun, nos forces de défense et de sécurité prennent leur part avec honneur et dignité, confirmant ainsi qu’elles méritent leur classement parmi les meilleures armées de notre continent. Elles ont toutes mes félicitations et tous mes encouragements. Ceux de leurs éléments tombés sur le champ d’honneur vivront toujours dans nos mémoires. Les travaux de construction du mémorial qui leur est dédié vont démarrer très prochainement. Le gouvernement est instruit pour que le Waqf, mis en place pour que leurs familles vivent dans la dignité soit rapidement opérationnel.
En sa qualité de membre non permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, notre pays poursuit le plaidoyer dans le sens d’une plus grande attention de la communauté internationale sur la situation sécuritaire au Sahel, l’élargissement et le renforcement du mandat de la MINUSMA, la recherche d’un financement pérenne de la Force Conjointe du G5 Sahel, le financement du programme d’investissement prioritaire du G5 Sahel, le règlement de la crise Libyenne.

La lutte contre le terrorisme est globale : politique, militaire, économique et idéologique. Ce caractère global est reflété par les quatre piliers définis au sommet de Pau et confirmés par celui de Nouakchott : l’intensification de la lutte contre le terrorisme, le renforcement des capacités militaires des Etats du G5 Sahel, l’appui au retour de l'État et des administrations dans les zones menacées par les groupes armés terroristes, l’aide au développement. La mise en œuvre de ces quatre piliers nous permettra non seulement de vaincre militairement le terrorisme mais aussi d’assurer le développement économique et social des pays du G5 Sahel.
Mes Chers Concitoyens,

La présente commémoration de notre indépendance intervient dans un contexte sanitaire et économique particulier. En effet, depuis le mois de décembre 2019, le monde entier est confronté à la pandémie de la COVID-19 dont les conséquences sanitaires, économiques et sociales sont désastreuses.
Notre pays n’en est pas épargné avec 1138 cas enregistrés au 1er août 2020 dont 69 décès. Cependant, du fait des mesures prises par le gouvernement, le coefficient de contamination est très faible : il faut plus de quatre malades pour contaminer une personne saine. Le taux de guérison est appréciable au point où notre pays est cité en exemple. La preuve est désormais faite que nous pouvons réussir là où les pays les plus développés échouent.

La pandémie est donc sous contrôle grâce à l’anticipation du gouvernement et à la mise en œuvre courageuse des mesures barrières. Néanmoins nous devons rester vigilants. Nous ne devons pas crier trop vite victoire, surtout que l'OMS prévoit que la pandémie peut durer longtemps. Pour convaincre les plus sceptiques sur sa gravité, il suffit de rappeler que l’un des cinq piliers de l’islam, le pèlerinage à la Mecque, n’a pu être observé cette année. Dans l’histoire, il y a eu quarante annulations du Hadj depuis la première en 929. La dernière annulation a eu lieu il y a environ deux siècles. Cela prouve bien la gravité de la situation. Soyons en conscients et continuons à respecter les mesures barrières définies par le gouvernement qui s’attèle par ailleurs à minimiser les conséquences socio-économiques de cette grave pandémie.
Les prévisions de croissance économique de notre pays sont revues à la baisse avec un taux de croissance qui chute de 5,9% à 1% en 2020. Plusieurs entreprises du secteur formel et de l’informel sont affectées avec pour conséquences des pertes d’emplois et de revenus pour plusieurs travailleurs et leurs familles.
Je félicite le gouvernement pour le succès dans la prévention et la prise en charge de la COVID 19 et ses conséquences. En particulier il faut se réjouir des dispositions prises pour sauver l’année scolaire et académique 2019-2020.

Pour mieux atténuer les impacts économique et financier, le gouvernement a conçu un plan de riposte évalué à plus de 1400 milliards de FCFA. Il a notamment adopté des mesures fiscales dérogatoires et mis en place auprès des banques de la place, un fonds de garantie pour faciliter le financement des entreprises affectées à hauteur de 150 milliards de francs CFA à un taux concessionnel. Au niveau de l'UEMOA, nous avons dû suspendre le Pacte de Convergence. En effet, il n'est pas judicieux de figer les critères budgétaires face à une crise aussi grave.

L’impact de la COVID 19 sur le secteur rural est également au centre des préoccupations du gouvernement, résolument engagé dans la mise en œuvre de l’initiative 3 N. Pour atténuer cet impact, comme il est de tradition à l’approche de la saison hivernale, le gouvernement a mis en œuvre un plan de soutien renforcé, d’un montant de plus de 300 milliards de FCFA, en faveur des populations vulnérables pour leur permettre de mieux aborder la campagne agricole. Les ressources financières mises à disposition ont permis de financer les opérations de vente à prix modéré de céréales, de cash for work, de transfert inconditionnel d’argent en faveur des plus démunis, de distribution gratuite de vivres et la vente d’aliment pour bétail à prix modéré. Ce plan de soutien a également pris en compte les besoins de la campagne agricole 2020-2021 des cultures pluviales et irriguées notamment l’approvisionnement des producteurs en semences, en engrais et en produits phytosanitaires.

Des missions ministérielles sont dépêchées dans les différentes régions pour faire le point de l’installation de la campagne hivernale. Il en ressort que malgré l’arrivée tardive des pluies, la plupart des villages agricoles ont semé. Les perspectives de la campagne agricole sont bonnes. Du reste les experts météorologues annoncent une saison pluviale au-dessus de la normale.

Face à la pandémie et à la crise socioéconomique qu’elle provoque permettez-moi de saluer et de remercier les partenaires pour le soutien inestimable qu’ils nous apportent. Notre pays a besoin de leur soutien pour relancer plus rapidement son économie. Ils savent que l’humanité a un destin commun qui nécessite plus de solidarité, cette valeur cardinale de notre société, plus d’égalité, plus de justice et plus de liberté. Ces valeurs doivent être à la base de nos actions pour une meilleure gouvernance politique et économique de notre pays.
Mes Chers Concitoyens,

A l’instar de la fête du 18 décembre, celle du 03 août est aussi tournante dans les chefs-lieux de régions. Cette année, l’honneur revient à Agadez d’abriter les cérémonies commémoratives de la fête de l’indépendance. Agadez est l’un des poumons économiques de notre pays. Agadez a bénéficié d’importantes réalisations du programme de renaissance dans tous les domaines. En particulier le Programme Agadez Sokni a permis de renforcer les équipements de la ville d’Agadez et de lui donner un nouveau visage. Un vaste programme de réalisation et de réhabilitation des infrastructures routières pour désenclaver la région est en cours. Ainsi les travaux de construction de la route Arlit-Assamaka-Frontière Algérienne et de réhabilitation du tronçon Agadez-Embranchement Ingall de la RTA seront bientôt achevés. Les tronçons restants de la RTA, dont les études sont terminées et le financement acquis, sont au stade d’appel d’offres et les travaux seront incessamment lancés. Le tronçon Zinder-Tanout est en cours de réalisation tandis que les études d’impact environnemental du tronçon Tanout-Tiguidit viennent d’être terminées.
La réalisation de toutes ces infrastructures sera un pas important dans la concrétisation de la route Transsaharienne qui traversera notre pays du nord au sud avec une branche en direction du Nigeria via Zinder et une branche en direction du Bénin via Tahoua.
Mes Chers Concitoyens,
On a coutume de dire que « nous n’héritons pas la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants ». C’est conscient de cela que le Gouvernement attache une grande importance à la fête de l’arbre qui coïncide avec la fête de l’indépendance et dont le thème retenu pour cette année est : « Investir dans la restauration du patrimoine forestier, c’est investir dans l’avenir ». Ce thème est un aspect central de l’initiative 3N, cette révolution verte que nous mettons en œuvre depuis bientôt 10 ans, afin de protéger notre capital naturel. Ce thème est aussi au centre de notre contribution déterminée au niveau national (CDN) qui est notre contribution à l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris sur le climat. Le Gouvernement attache une grande attention à la préservation et à la restauration du patrimoine forestier. C’est dans cette perspective qu’il cherche à promouvoir des énergies alternatives au bois, qu’il intensifie la plantation des arbres, qu’il mène des travaux de restauration des terres dégradées notamment à travers la Régénération Naturelle Assistée (RNA) qui a fait récemment l’objet d’un décret qui en réglemente la pratique. La préservation et le développement du patrimoine forestier exige des actions hardies en matière de lutte contre le changement climatique, et de gestion durable des terres. Cette incitation à planter les arbres et à les entretenir est conforme aux recommandations du Prophète (paix et salue sur lui) rapportées dans un hadith qui en substance dit que tout homme qui plante un arbre aura une rétribution ici-bas et dans l’au-delà.
Continuons donc à planter des arbres et à les entretenir. Continuons à développer des initiatives individuelles et collectives de reboisement notamment promouvons la régénération naturelle assistée sur l’ensemble du pays pour faire échec aux effets négatifs du changement climatique sur notre présent et notre avenir.
Permettez-moi de vous présenter mes meilleurs vœux à l’occasion de la fête de l’Aid El Kebir et de vous souhaiter joyeuse fête de l’indépendance.

Que Dieu bénisse le Niger et nous gratifie d’un hivernage fécond.

Je vous remercie.MESSAGE A LA NATION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DE L’ETAT
SEM. ISSOUFOU MAHAMADOU A L’OCCASION DU 60è ANNIVERSAIRE DE L’INDEPENDANCE DU NIGER:

Nigériennes, Nigériens,

Mes Chers Concitoyens,

C’est la dixième fois que je m’adresse à vous à l’occasion des cérémonies commémorant l’anniversaire de l’accession de notre pays à l’indépendance. L’année prochaine, à la même date et à la même heure, le Président que vous aurez élu, le 27 décembre ou le 20 Février prochains selon le cas, vous présentera ses vœux à l’occasion du 61eme anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale. En effet, point d’orgue dans la mise en œuvre du programme de renaissance, étape décisive dans le processus de consolidation des institutions démocratiques et républicaines, les élections locales, législatives et l’élection présidentielle 1er tour ainsi que le deuxième tour de l’élection présidentielle seront organisés respectivement le 13 décembre 2020, le 27 Décembre 2020 et le 20 Février 2021. Oui ça sera le point d’orgue. Oui ça sera une étape décisive ; ça sera ma plus grande réalisation, celle de la promesse la plus emblématique du programme de renaissance.

C’est pourquoi j’accorde une attention particulière à la préparation et au déroulement de ces élections qui du reste revêtent un caractère historique car pour la première fois en 60 ans d’indépendance, un Président démocratiquement élu passera le témoin à un autre président démocratiquement élu.
Pour assurer la transparence et la crédibilité du processus électoral nous avons veillé à la mise en place d’une Commission électorale nationale indépendante (CENI), à l’élaboration d’un fichier électoral biométrique, et à l’arbitrage du contentieux électoral par une cour constitutionnelle ayant une composition de nature à assurer son indépendance.

Je me réjouis de constater l’engouement suscité par l’opération d’enrôlement biométrique des électeurs dans toutes les régions de notre pays, ce qui a permis d’obtenir un nombre d’enrôlés de 7,4 millions d’individus, quasiment équivalent à celui des élections de 2016. Ce résultat est le fruit du travail abattu par le comité du fichier biométrique et l’opérateur technique malgré des conditions de sécurité et de travail parfois très délicates.
Pour garantir et renforcer la transparence et la crédibilité des différents scrutins, j’ai demandé à l’OIF, la CEDEAO et l’Union Africaine l’audit du fichier biométrique en cours d’élaboration. Cet audit renforcera la confiance des acteurs politiques et renforcera notre processus électoral.

Je me réjouis aussi de l’établissement par la CENI d’un chronogramme des élections consensuel parce que conforme aux souhaits de tous les partis politiques. Cela confortera davantage la position de notre pays comme modèle de démocratie. Surtout, avec la légitimité et la stabilité des institutions qu’elles assurent, les élections transparentes constituent une des conditions de la poursuite de la transformation économique et sociale du pays. Aussi le Gouvernement est–il instruit pour que la CENI dispose des ressources dont elle a besoin pour l’organisation de l’ensemble des scrutins dans les délais convenus et dans les meilleures conditions de transparence.

Je lance un appel aux partis politiques, ceux de la majorité comme ceux de l’opposition ainsi que les non affiliés, à privilégier les débats d’idées, les débats programme contre programme. Ça sera leur contribution à la modernisation de la vie politique dans notre pays. Ça sera leur contribution à la promotion des valeurs et à une expression noble des suffrages. Les partis politiques doivent tirer, de nos trente années d’histoire démocratique, cette leçon évidente : le peuple nigérien rejette les archaïsmes politiques notamment les replis identitaires, il reste attaché à son unité et préfère voter pour des idées. Un débat sain et programme contre programme sera la meilleure façon de lui témoigner le respect qu’il mérite.

C’est le lieu de saluer l’accompagnement technique et financier de nos partenaires, pays amis et organisations internationales, dans la mise en œuvre de ce processus électoral historique pour notre pays.
Mes Chers Concitoyens,
Nous avons besoin d’institutions démocratiques fortes pour transformer à long terme notre pays. Nous en avons besoin dans l’immédiat pour relever le défi sécuritaire. En effet nous continuons à faire face à plusieurs foyers de menaces : Boko Haram, actif dans le lit du lac Tchad, les organisations terroristes et criminelles à nos frontières avec le Mali et le Burkina Faso, les bandits armés à la frontière entre la région de Maradi et le Nigéria et les trafiquants de tous bords dans le désert du Sahara notamment à la frontière Libyenne.

Le combat qui nous oppose aux organisations terroristes et criminelles prendra du temps. Nous devons continuer à nous y préparer en conséquence. Aussi continuerons-nous à accroitre les effectifs de nos forces de défense et de sécurité. Pour assurer la sécurité d’un territoire aussi vaste que notre pays nous devons, au cours des prochaines années doubler au minimum ces effectifs. Nous devons continuer à mettre l’accent sur la formation et l’équipement des forces spéciales et à renforcer la troisième dimension. Nous devons aussi continuer à renforcer nos alliances. Promouvoir l’intégration sécuritaire, dans le bassin du lac Tchad à travers la Force Mixte Multinationale - FMM, dans le Sahel à travers la FC G5 Sahel, doit rester une priorité incontournable. Notre pays continuera à apporter sa contribution à la mise en place et à l’opérationnalisation de la coalition Sahel de lutte contre le terrorisme. La mise en place de l’opération Takuba, la contribution des forces africaines en coordination avec Barkhane, les armées nationales et la FC G5 Sahel constituent d’autant plus une source d’espoir que la mise en œuvre de la feuille de route du sommet de Pau du 13 Janvier 2020, récemment actualisée par le sommet de Nouakchott du 30 juin dernier, nous ont permis d’enregistrer de grands succès contre l’ennemi. En particulier, la mise en place d’un commandement conjoint a fait preuve de son efficacité. Dans ce combat commun, nos forces de défense et de sécurité prennent leur part avec honneur et dignité, confirmant ainsi qu’elles méritent leur classement parmi les meilleures armées de notre continent. Elles ont toutes mes félicitations et tous mes encouragements. Ceux de leurs éléments tombés sur le champ d’honneur vivront toujours dans nos mémoires. Les travaux de construction du mémorial qui leur est dédié vont démarrer très prochainement. Le gouvernement est instruit pour que le Waqf, mis en place pour que leurs familles vivent dans la dignité soit rapidement opérationnel.
En sa qualité de membre non permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, notre pays poursuit le plaidoyer dans le sens d’une plus grande attention de la communauté internationale sur la situation sécuritaire au Sahel, l’élargissement et le renforcement du mandat de la MINUSMA, la recherche d’un financement pérenne de la Force Conjointe du G5 Sahel, le financement du programme d’investissement prioritaire du G5 Sahel, le règlement de la crise Libyenne.

La lutte contre le terrorisme est globale : politique, militaire, économique et idéologique. Ce caractère global est reflété par les quatre piliers définis au sommet de Pau et confirmés par celui de Nouakchott : l’intensification de la lutte contre le terrorisme, le renforcement des capacités militaires des Etats du G5 Sahel, l’appui au retour de l'État et des administrations dans les zones menacées par les groupes armés terroristes, l’aide au développement. La mise en œuvre de ces quatre piliers nous permettra non seulement de vaincre militairement le terrorisme mais aussi d’assurer le développement économique et social des pays du G5 Sahel.
Mes Chers Concitoyens,

La présente commémoration de notre indépendance intervient dans un contexte sanitaire et économique particulier. En effet, depuis le mois de décembre 2019, le monde entier est confronté à la pandémie de la COVID-19 dont les conséquences sanitaires, économiques et sociales sont désastreuses.
Notre pays n’en est pas épargné avec 1138 cas enregistrés au 1er août 2020 dont 69 décès. Cependant, du fait des mesures prises par le gouvernement, le coefficient de contamination est très faible : il faut plus de quatre malades pour contaminer une personne saine. Le taux de guérison est appréciable au point où notre pays est cité en exemple. La preuve est désormais faite que nous pouvons réussir là où les pays les plus développés échouent.

La pandémie est donc sous contrôle grâce à l’anticipation du gouvernement et à la mise en œuvre courageuse des mesures barrières. Néanmoins nous devons rester vigilants. Nous ne devons pas crier trop vite victoire, surtout que l'OMS prévoit que la pandémie peut durer longtemps. Pour convaincre les plus sceptiques sur sa gravité, il suffit de rappeler que l’un des cinq piliers de l’islam, le pèlerinage à la Mecque, n’a pu être observé cette année. Dans l’histoire, il y a eu quarante annulations du Hadj depuis la première en 929. La dernière annulation a eu lieu il y a environ deux siècles. Cela prouve bien la gravité de la situation. Soyons en conscients et continuons à respecter les mesures barrières définies par le gouvernement qui s’attèle par ailleurs à minimiser les conséquences socio-économiques de cette grave pandémie.
Les prévisions de croissance économique de notre pays sont revues à la baisse avec un taux de croissance qui chute de 5,9% à 1% en 2020. Plusieurs entreprises du secteur formel et de l’informel sont affectées avec pour conséquences des pertes d’emplois et de revenus pour plusieurs travailleurs et leurs familles.
Je félicite le gouvernement pour le succès dans la prévention et la prise en charge de la COVID 19 et ses conséquences. En particulier il faut se réjouir des dispositions prises pour sauver l’année scolaire et académique 2019-2020.

Pour mieux atténuer les impacts économique et financier, le gouvernement a conçu un plan de riposte évalué à plus de 1400 milliards de FCFA. Il a notamment adopté des mesures fiscales dérogatoires et mis en place auprès des banques de la place, un fonds de garantie pour faciliter le financement des entreprises affectées à hauteur de 150 milliards de francs CFA à un taux concessionnel. Au niveau de l'UEMOA, nous avons dû suspendre le Pacte de Convergence. En effet, il n'est pas judicieux de figer les critères budgétaires face à une crise aussi grave.

L’impact de la COVID 19 sur le secteur rural est également au centre des préoccupations du gouvernement, résolument engagé dans la mise en œuvre de l’initiative 3 N. Pour atténuer cet impact, comme il est de tradition à l’approche de la saison hivernale, le gouvernement a mis en œuvre un plan de soutien renforcé, d’un montant de plus de 300 milliards de FCFA, en faveur des populations vulnérables pour leur permettre de mieux aborder la campagne agricole. Les ressources financières mises à disposition ont permis de financer les opérations de vente à prix modéré de céréales, de cash for work, de transfert inconditionnel d’argent en faveur des plus démunis, de distribution gratuite de vivres et la vente d’aliment pour bétail à prix modéré. Ce plan de soutien a également pris en compte les besoins de la campagne agricole 2020-2021 des cultures pluviales et irriguées notamment l’approvisionnement des producteurs en semences, en engrais et en produits phytosanitaires.

Des missions ministérielles sont dépêchées dans les différentes régions pour faire le point de l’installation de la campagne hivernale. Il en ressort que malgré l’arrivée tardive des pluies, la plupart des villages agricoles ont semé. Les perspectives de la campagne agricole sont bonnes. Du reste les experts météorologues annoncent une saison pluviale au-dessus de la normale.

Face à la pandémie et à la crise socioéconomique qu’elle provoque permettez-moi de saluer et de remercier les partenaires pour le soutien inestimable qu’ils nous apportent. Notre pays a besoin de leur soutien pour relancer plus rapidement son économie. Ils savent que l’humanité a un destin commun qui nécessite plus de solidarité, cette valeur cardinale de notre société, plus d’égalité, plus de justice et plus de liberté. Ces valeurs doivent être à la base de nos actions pour une meilleure gouvernance politique et économique de notre pays.
Mes Chers Concitoyens,

A l’instar de la fête du 18 décembre, celle du 03 août est aussi tournante dans les chefs-lieux de régions. Cette année, l’honneur revient à Agadez d’abriter les cérémonies commémoratives de la fête de l’indépendance. Agadez est l’un des poumons économiques de notre pays. Agadez a bénéficié d’importantes réalisations du programme de renaissance dans tous les domaines. En particulier le Programme Agadez Sokni a permis de renforcer les équipements de la ville d’Agadez et de lui donner un nouveau visage. Un vaste programme de réalisation et de réhabilitation des infrastructures routières pour désenclaver la région est en cours. Ainsi les travaux de construction de la route Arlit-Assamaka-Frontière Algérienne et de réhabilitation du tronçon Agadez-Embranchement Ingall de la RTA seront bientôt achevés. Les tronçons restants de la RTA, dont les études sont terminées et le financement acquis, sont au stade d’appel d’offres et les travaux seront incessamment lancés. Le tronçon Zinder-Tanout est en cours de réalisation tandis que les études d’impact environnemental du tronçon Tanout-Tiguidit viennent d’être terminées.
La réalisation de toutes ces infrastructures sera un pas important dans la concrétisation de la route Transsaharienne qui traversera notre pays du nord au sud avec une branche en direction du Nigeria via Zinder et une branche en direction du Bénin via Tahoua.
Mes Chers Concitoyens,
On a coutume de dire que « nous n’héritons pas la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants ». C’est conscient de cela que le Gouvernement attache une grande importance à la fête de l’arbre qui coïncide avec la fête de l’indépendance et dont le thème retenu pour cette année est : « Investir dans la restauration du patrimoine forestier, c’est investir dans l’avenir ». Ce thème est un aspect central de l’initiative 3N, cette révolution verte que nous mettons en œuvre depuis bientôt 10 ans, afin de protéger notre capital naturel. Ce thème est aussi au centre de notre contribution déterminée au niveau national (CDN) qui est notre contribution à l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris sur le climat. Le Gouvernement attache une grande attention à la préservation et à la restauration du patrimoine forestier. C’est dans cette perspective qu’il cherche à promouvoir des énergies alternatives au bois, qu’il intensifie la plantation des arbres, qu’il mène des travaux de restauration des terres dégradées notamment à travers la Régénération Naturelle Assistée (RNA) qui a fait récemment l’objet d’un décret qui en réglemente la pratique. La préservation et le développement du patrimoine forestier exige des actions hardies en matière de lutte contre le changement climatique, et de gestion durable des terres. Cette incitation à planter les arbres et à les entretenir est conforme aux recommandations du Prophète (paix et salue sur lui) rapportées dans un hadith qui en substance dit que tout homme qui plante un arbre aura une rétribution ici-bas et dans l’au-delà.
Continuons donc à planter des arbres et à les entretenir. Continuons à développer des initiatives individuelles et collectives de reboisement notamment promouvons la régénération naturelle assistée sur l’ensemble du pays pour faire échec aux effets négatifs du changement climatique sur notre présent et notre avenir.
Permettez-moi de vous présenter mes meilleurs vœux à l’occasion de la fête de l’Aid El Kebir et de vous souhaiter joyeuse fête de l’indépendance.

Que Dieu bénisse le Niger et nous gratifie d’un hivernage fécond.

Je vous remercie.

 

Commentaires  

+4 #1 TOTO A DIT 02-08-2020 23:46
Si c'est pour dire des mots pompeux et creux , il est fort ce Charlie ......
TOTO A DIT tellement paresseux ne sait même pas par ou commencer avec cette sempiternelle blablalogie .....
Bien vrai , TOTO A DIT n'a pas tout lu parce qu'il n'en a pas envie ..... Mais famiwoo, une question et une seule..... Le Nigérien ou la Nigérienne du fin fond du Niger dans un hameau de Zinder ou Diffa , qui n'a pas mangé à sa faim idem pour sa famille ou ne sait pas d'où le prochain repas viendra se fout il de ces bla bla autoglorifant à dormir debout ?

Et TOTO A DIT se refuse à rentrer dans le détail..

Sous une autre note , de quelle indépendance parle t 'on quand même votre souveraineté vous ne pouvez l'assumer, l'exploitation de vos ressources une autre souveraineté decide pour vous , de votre devise vous n'avez aucun contrôle, votre énergie une autre souveraineté vous fournit....le tissu industriel même pas à l'etape embryonnaire,
Ce qui est certain cette trouvaille de 3 N ne Nourrit pas les Nigériens: c'est la Communauté Internationale qui Nourrit les Nigériens ....en cas de pépin et c'est pathétique..
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 TOTO A DIT 03-08-2020 00:34
À la différence de l'Ethiopie et l'Algerie qui se sont battus comme des lions pour leur Indépendance au sens digne et respectueux du terme .... Beaucoup d'autres se sont vu octroyé un semblant d'indépendance.. en beni oui oui .... Et malheureusement le Niger figure parmi ce contingent

Pour autrement souligner .... Le Doyen Me Robert Dossou a t il tort quand il affirmait récemment

"Nous ne pouvons pas dire que l’Afrique n’a pas profité de son indépendance, mais nous n’avons pas su assurer cette indépendance comme il faut. Les interférences de tous ordres ont joué " ?

Et en effet , Me Dossou ....vous avez bien raison de dire ... L’Afrique indépendante n’a pas su assurer son autodétermination......

Et faudrait il aux Africains de changer de fusil d'épaule pour leur devenir en responsables... .... Le plus tôt possible ...: 60 ans n'est pas 6 jours !!!! Même si 60 ans , l'on avait affaire à un bébé , aujourd'hui à 60 ans ce bébé est devenu un vieil adulte aux cheveux grisonnant et que ce vieux n'arrive pas à s'épanouir de lui même , à décider de lui , il y'a drahhhh gros gros problème...
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Coupe-coupe colle-colle 03-08-2020 11:08
Bonjour,
Vous avez copié collé le même discours deux fois...
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #4 Bombinou 03-08-2020 11:31
Pathétique !!!
Quelle obsession sur les 3N!
Selon la banque mondiale et ceci est relayé par les médias crédibles, 40℅ de nigériens vivent dans l'extrême pauvreté. Selon une enquête dans l'UEMOA, le Niger détient le plus grand nombre de pauvres soit75,5℅ de la population.
En queue de peloton au plan du classement du PNUD selon l'indice de développement humain (IDH) depuis 10 ans. De quelle autre prouesse nous parle-t-on? Du taux de guérison du Covid-19! Hum! Dire que nous avons réussi là où les pays les plus développés échouent, il y a
franchement de quoi se faire scruter au scanner. Notre armée fait parti des meilleures sur le continent au moment où un audit révèle un scandale terrifiant de détournement de fonds, d'achat d'armes inopérantes, d'achat bouclé d'équipements non livrés. Certes, vous aimez entendre des prouesses mais il n'y a pas de prouesse dans une gouvernance catastrophique.
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #5 Kouliboul 03-08-2020 12:08
"Le peuple nigérien rejette les archaïsmes politiques notamment les replis identitaires" "rattaché à son unité"
De quoi faites-vous allusion dans ce discours creux?
Des nigériens n'ont jamais été discriminés que sous votre gouvernance. Des travailleurs au service public n'ont jamais été mis à l'écart pour le simple fait qu'ils ne sont pas de votre coloration. Le service public existait avant la naissance du parti rose et donc avant le gurisme et il vivra toujours alors que le gurisme moura. Regardez vos réalisations ciblées vers Illela. Aucun président n'a fait pareil. Des investissements sans valeur ajoutée à l'économie nationale. Le régionalisme,vous l'avez inculqué dans les esprits dans la région de Tahoua mais c'est la fin comme vous pouvez le constater de vous-même. L'exclusion des nigériens dans votre gouvernenance a été d'une ampleur sans précédent. Ne soyez pas surpris d'être au dernier rang pendant 10 ans. C'est uni au travail comme un seul homme qu'on peut soulever des montagnard. Tout ne peut pas être rose. S'il y'a du rose, c'est parce que le bleu, le vert, le jaune, l'orange, le blanc existent et vous le saviez mais vous aviez préféré être dans le déni.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #6 Alfaga 03-08-2020 12:08
Il aurait du laisser son PM lire ce discours creux aux antipodes des realites du pays et de sa population.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #7 Annibal 03-08-2020 12:29
Issoufou Mahamadou a été un gâchis humain, de temps et de ressources pour le pays. Un recul dans tous les sens du terme pour un peuple qui n'avait que trop souffert des errements de ses fils et de ses filles. Issoufou aura été tout ce qu'il y'a de pire qui nous soit arrives depuis ce 3 aout 1960 et je reste confiant qu'il n'y aura pas pire que lui dans l'avenir du Niger. Tous ces morts inutiles, toutes ces souffrances injustifiees, tous ces milliards volatises, tous ces enfants prives a jamais d'un avenir meilleur faute d'ecole, tous ces justiciables qui ont perdu toute confiance en leur justice, tous ces malades condamnes a mourir de maladies soignables faute de medicaments, ces chefs de famille qui erent dans les rues reduits a mendier pour bouillir la marmite faute de travail, de protection sociale ou victimes d'injustices, ... Pourtant nous avions tous cru en issoufou, son patriotisme, son courage a apporter le changement, sa bonne lecture des problemes du Niger qu'il disait mal gere, ... helas, il n'en etait rien, acheee c'etait juste une ruse pour parvenir au sommet pour manger et faire manger les siens seulement. Vivement la faim de cette malheureuse parenthèse.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #8 Tournons la page issoufou 03-08-2020 12:33
Bonne fete d'independance a tous les nigeriens.
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #9 Hury 03-08-2020 13:42
Un président cynique. Toujours dans un fantasme de renaissance, de 3N. Toujours dans le déni de la réalité. Il vit dans un Niger imaginaire. Pendant que les nigériens scrutent le ciel pour espérer une bonne saison, il parle de 3N. Pendant qu'il parle de 3N, il parle d'assistance humanitaire, de vente à prix modéré, d'ppui de partenaires. Qu'est-ce que le COVID-19 a à avoir avec notre indépendance pour occuper une large place dans ce discours. Un événement circonstancielle dont la plupart des pays africains semblent être épargnés de sa virulence non pas du fait de nos actions mais par des facteurs non encore déterminés.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #10 Kathey 03-08-2020 13:52
Monsieur le président, l'heure n'est plus au discours creux, le temps est contre vous, commencez à faire vos valises. Votre gouvernance catastrophique a été une malédiction pour le Niger. Vous avez dit la 10eme fois alors le décompte s'arrête là. Bye bye.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #11 Jarjano 03-08-2020 14:07
Bye recordman des présidents voyageurs. Vous voyagez même quand le pays pleure ses morts ce n'est pas maintenant qu'il faille verser des larmes de crocodiles.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #12 Guebano 03-08-2020 14:20
Notre indépendance n'a jamais été mise à mal que durant les 10 dernières années. l'homme des occidentaux! Vous avez laisser s'installer des bases étrangères au Niger. Où est notre souveraineté, notre indépendance. Un discours creux. Si le taux de croissance peut chuter de 5℅ à 1℅ à cause du Covid-19, alors dès le départ, les 5℅ seraient une fausse projection. Les 1000 cas de COVID-19 au Niger, ailleurs ce sont des dizaines de milliers par jour.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #13 Guebano 03-08-2020 14:21
Notre indépendance n'a jamais été mise à mal que durant les 10 dernières années. l'homme des occidentaux! Vous avez laisser s'installer des bases étrangères au Niger. Où est notre souveraineté, notre indépendance. Un discours creux. Si le taux de croissance peut chuter de 5℅ à 1℅ à cause du Covid-19, alors dès le départ, les 5℅ seraient une fausse projection. Les 1000 cas de COVID-19 au Niger, ailleurs ce sont des dizaines de milliers par jour.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #14 Kabirou Amadou 03-08-2020 18:41
Ce message n'est aucunement un message à la nation, mais plutôt un message aux occidentaux, que Mr Issouf considére comme des DIEU...
Mr le président, nous implorons le seigneur, pour qu'il te fasse payé la trahison dont notre pays à été victime à cause de votre incompétence,et votre esprit de PAC (parents, amis et connaissance...
Que Dieu vous punisse pour votre mal, depuis ce bas monde jusqu'à l'au delà..Amin
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #15 Blackmarket 04-08-2020 14:04
:D :lol:
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #16 Maidan 04-08-2020 17:11
Arrêtez de prendre l'opposition comme un mal pour le Niger. Nous devons plutôt nous lamenter sur notre rang des habitants en mal-être de la planète chaque année depuis 10 ans. C'est pathétique. Avec cela, un mental viendra nous chanter l'esprit au ciel d'une croissance à 2 chiffres puis revenant sur terre d'une croissance à 6℅. Nous devons jouer à pile ou face. 10 ans de catastrophe de chaos et comme résultats notre pays égrène le même rang chaque année à l'ère du pétrole s'il vous plait. Si nous avons jouer pile avec ce gurisme, jouons face avec l'opposition c'est cela le sens de l'espoir sinon ce sera du chaos au gouffre.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 29/09/2020, 14:13
societe-civile-apres-6-mois-de-detention-mounkaila-halidou-maikoul-zodi-et-moudi-moussa-libres-en-attendant-le-delibere-de-leur-proces-en-appel Les 3 acteurs de la société civile Mounkaila Halidou, Maikoul Zodi et Moudi Moussa ont été libérés...Lire plus...
Publier le 29/09/2020, 10:07
journee-de-solidarite-coris-day-2020-coris-bank-niger-offre-des-vivres-et-du-materiel-a-plus-de-300-sinistres-de-harobanda-et-de-saga L’édition 2020 de la Journée de solidarité, « CORIS DAY », de Coris Bank International a été...Lire plus...
Publier le 29/09/2020, 08:48
communique-du-conseil-des-ministres-du-lundi-28-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, lundi 28 septembre 2020, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 28/09/2020, 14:47
togo-le-president-faure-nomme-victoire-tomegah-dogbe-a-la-tete-du-gouvernement Le président togolais, Faure Gnassingbé, a nommé ce lundi 28 septembre, Mme Victoire Tomegah-Dogbé,...Lire plus...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...Lire plus...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...
Publier le 27/09/2020, 21:31
fenifoot-le-francais-jean-michel-cavalli-va-s-engager-avec-le-mena-national Le technicien français Jean-Michel Cavalli vient d’arriver à Niamey où il va s’engager avec la...
Publier le 27/09/2020, 16:24
niger-des-partis-politiques-comme-s-il-en-pleuvait Niger, 147 partis politiques légalement reconnus, 21 en instance de l’être ; Côte d’Ivoire 130...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 27/09/2020, 16:24
niger-des-partis-politiques-comme-s-il-en-pleuvait Niger, 147 partis politiques légalement reconnus, 21 en instance de l’être ; Côte d’Ivoire 130...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...
Publier le 29/09/2020, 08:48
communique-du-conseil-des-ministres-du-lundi-28-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, lundi 28 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...

Dans la même Rubrique

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU LUNDI 28 SEPTEMBRE 2020

29 septembre 2020
COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU LUNDI 28 SEPTEMBRE 2020

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, lundi 28 septembre 2020, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République,...

Présidentielles: Alma Oumarou investi candidat du RPP Farilla

28 septembre 2020
Présidentielles: Alma Oumarou investi candidat du RPP Farilla

Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey, son premier congrès constitutif. Par la même occasion, son président Alma Oumarou a...

NIGER : Des partis politiques comme s’il en pleuvait… !

27 septembre 2020
NIGER : Des partis politiques comme s’il en pleuvait… !

Niger, 147 partis politiques légalement reconnus, 21 en instance de l’être ; Côte d’Ivoire 130 partis politiques, Burkina Faso 103, Mali 94, Sénégal 77, Togo 68, Guinée 46, Nigéria 41, Benin...

Présidentielles : le journaliste Salou Gobi investi candidat du CNR Gayya

27 septembre 2020
Présidentielles : le journaliste Salou Gobi investi candidat du CNR Gayya

La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des Sports de Niamey, son premier congrès statutaire qui a été couplé à la...

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 25 SEPTEMBRE 2020

25 septembre 2020
COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 25 SEPTEMBRE 2020

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la...

Assemblée nationale : discours du PAN à l’ouverture de la 2e session ordinaire au titre de l’année 2020

25 septembre 2020
Assemblée nationale : discours du PAN à l’ouverture de la 2e session ordinaire au titre de l’année 2020

La 2ème session ordinaire de l’Assemblée nationale au titre de l’année 2020, dite Session budgétaire, s’est ouverte ce vendredi 25 septembre  2020 à l’hémicycle, Place de la concertation. A cette occasion,...