lundi 8 août 2022

2761 lecteurs en ligne -

fraren

Assemblée Nationale: adoption des modifications apportées au statut autonome des enseignants-chercheurs du Niger

yahouza sadissou 30 06 2020

Les députés réunis en séance plénière ont approuvé, ce mardi 30juin 2020, les modifications apportées au statut autonome du personnel des enseignants-chercheurs et chercheurs des universités publiques du Niger.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Ce projet de loi vise à modifier et compléter la loi du 18 mai 2012, portant statut autonome du personnel des Enseignants-Chercheurs  et Chercheur des Universités Publiques du Niger (UPN).
Après huit ans de mise en œuvre, il est constaté que cette loi présente des insuffisances. C'est pourquoi sa modification s'avère nécessaire pour répondre aux exigences du moment.
Ainsi, ce texte vise spécifiquement la clarification des fautes passibles de sanction, des degrés de sanction, de l'exercice du pouvoir disciplinaire et la procédure à suivre pour sanctionner tout enseignant chercheur ou chercheur manquant à ses devoirs et obligations professionnels, le rehaussement de l'âge de la retraite de l'assistant et du chargé de recherche des UPN de 60 à 65ans.
Il vise également à clarifier la réglementation des cours dans les institutions d'enseignement supérieur privées par les enseignants chercheurs et chercheurs des UPN, la procédure de recrutement des enseignants chercheurs et chercheurs, le renforcement des liens de tutelle entre les UPN et le ministère en charge de l'enseignement supérieur.
A l'issue du vote d'ensemble le commissaire du gouvernement le Ministre en charge des enseignants supérieurs, M. Yahouza  Sadissou s’est réjoui de l'adoption de cette loi qui se présente comme ‘’ une révolution dans la gouvernance universitaire au Niger’’. Le Ministre Yahouza a, enfin, tenu à remercier tous ceux qui ont concouru pour l'aboutissement de la présente loi.
Le Niger compte huit (8) universités publiques reparties dans les huit régions du pays, rappelle-t-on.

ANP



Commentaires  

+1 #1 Mani 30-06-2020 19:13
Au lieu de dissoudre la chefferie traditionnelle pour renforcer et assainir l'administration locale les voila qui saignent le tresor public pour graisser les pattes des chefs traditionnelles qui ont deja tout. Le PNDS au service du seul PNDS. Comme quoi on n'est jamais mieux servi que par soi meme.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Hamissou Mahaman Kadaafi 07-07-2020 11:10
Je pense jusqu'à présent beaucoup reste à faire tant que le gouvernement n'a pas le privilège sur la nomination des recteurs car ces derniers ont le dernier mot sur la gestion universitaire.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com