mercredi, 27 octobre 2021
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


CM Issoufou Brigi 2020

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 22 mai 2020, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République, Président du Conseil des Ministres.

Zeyna transfert argent bis

Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes:

  1. SITUATION DE LA PANDÉMIE DU COVID-19 AU NIGER.

Le Conseil des Ministres a fait la situation de la Pandémie du
COVID-19.

A la date du 21 mai 2020, la situation au Niger se présente comme suit:

  1. Par rapport au confinement environ 11.296 personnes ont été confinées, 10.284 sont sorties DE CONFINEMENT et 1012 sont en cours DE CONFINEMENT.
  1. Situation des tests de confirmation:
  • nombre total de personnes testées :                       4243;
  • nombre total de personnes positives :                   924;
  • nombre total de personnes sous traitement :       111;
  • nombre total de personnes guéries :                      753;
  • nombre total de personnes décédées :
  1. Evolution des cas et des décès du 19 mars au 20 mai 2020.

Depuis l’apparition du premier cas (19 mars 2020), on a constaté une augmentation des cas positifs dont le pic de 69 cas était atteint le 12 avril 2020. Actuellement, la tendance est à la baisse avec pour la journée du jeudi 21 mai 2020 seulement, 4 cas COVID 19 positifs enregistrés sur un total de 213 tests réalisés ; sur ces 4 cas, 3 cas sont de Zinder et 1 cas de Maradi.

Le RO (coefficient de transmission) du Niger a passé en 2 semaines de 0,60 à 0,25 ; ce qui témoigne de l’évolution favorable de cette Pandémie, mais la vigilance doit être de mise par le respect strict des mesures de barrière ainsi que toutes les autres mesures en vigueur.

  1. PREVENTION ET CONTRÔLE DES INFECTIONS

Pour réduire la circulation du virus et arrêter la propagation de la Pandémie, des mesures de prévention sont indispensables et sont actuellement entreprises, notamment :

  • la désinfection des lieux des contacts ;
  • le contrôle des dispositifs de prévention des infections ;
  • la gestion des déchets issus des lieux de confinement ;
  • la gestion des dépouilles mortuaires ;
  • la désinfection régulière des ambulances et véhicules de riposte;
  • le briefing du personnel de santé sur le port et le retrait des équipements de protection ;
  • la formation des agents de santé sur la gestion des enterrements dignes et sécurisées ;
  • la désinfection des lieux de culte ;
  • la formation de 2700 agents de santé environ.
  1. L’approvisionnement en médicaments, consommables et autres matériels techniques.
  2. La mission de supervision et d’appui en compagnie des experts dans la Région de Zinder. Cette mission a fait les recommandations suivantes :
  • A la coordination régionale :
  • identifier et rendre fonctionnel sans délai des sites de confinement en respectant les normes sanitaires ;
  • rendre pleinement fonctionnel les postes de contrôle sanitaire aux portes d’entrée de la Ville de Zinder ;
  • sensibiliser les structures privées sur l’identification et la notification des cas suspects et les impliquer dans la lutte contre le COVID-19.
  • faire un redéploiement régional du personnel soignant selon les besoins du terrain.
  • A l’hôpital national de Zinder :
  • isoler certaines unités de soins pour augmenter la capacité d’hospitalisation des patients COVID-19.
  • mettre à contribution tous les agents de santé pour le nursing des patients COVID-19 et interdire aux accompagnants l’accès.
  • prendre des dispositions pour la reprise rapide des activités des soins de routine.
  • A la Direction Régionale de la Santé Publique (DRSP) de ZINDER :
  • mettre en place un SAMU régional ;
  • respecter les mesures appropriées lors des funérailles.
  • Pour les sites de prise en charge :
  • renforcer la sécurité et la surveillance l’entrée des sites de prise en charge.
  • briefer et sensibiliser les agents de sécurité, les gardiens, les techniciens de surface sur les précautions à prendre vis-à-vis des patients COVID-19 hospitalises ainsi que l’impact de la stigmatisation sur la propagation de cette maladie.
  • prévoir la désinfection des habits du malade en cas de rechange avant de les remettre à sa famille.

Au vu de la tendance qui se dessine, le Conseil des Ministres a décidé :

  • de la suspension de la mesure de l’interdiction des ateliers et séminaires sur toute l’étendue du territoire, à compter du 25 mai 2020 ;
  • du rétablissement des horaires habituels de travail, à savoir de 08 heures à 17 heures 30 du lundi au jeudi et de 08 heures à 13 heures le vendredi et la levée de la réduction du personnel au strict minimum, à compter du 25 mai 2020.
  1. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ACTION HUMANITAIRE ET DE LA GESTION DES CATASTROPHES.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant adoption du Plan de Contingence Inondations dans le contexte du COVID-19.

Le Plan de contingence est un outil de gestion destiné à anticiper dans la préparation et la réponse aux catastrophes. Il est itératif et prend en compte les crises potentielles qui nécessitent la mise en place de stratégies, des dispositifs et des procédures pour fournir l’aide humanitaire nécessaire aux personnes affectées. Il décrit les objectifs, les approches et les procédures devant permettre de faire face à des événements susceptibles de se produire pour y répondre de manière efficace. C’est un processus de planification d’urgence, dans un contexte d’incertitude, au cours duquel divers scénario et objectifs seront fixés.

Le Plan de contingence inondations de l’année 2020 intervient dans une période où sévit la maladie à coronavirus (COVID-19).

Pour faire face à cette situation, le Gouvernement prend les dispositions pour mieux prévenir et préparer les populations à faire face à ces inondations en améliorant leur capacité à se relever le plus rapidement possible. Bien que l’augmentation de la pluviométrie annuelle moyenne ait été généralement favorable à la production végétale, depuis la moitié des années quatre-vingt, elle donne lieu à une fréquence accrue des inondations.

Avec la Pandémie à Coronavirus, les populations prédisposées aux inondations en 2020 pourraient être affectées. En effet, en cas d’inondations, les populations qui auront perdu leurs habitats se retrouveront dans des classes ou dans d’autres sites aménagés par l’Etat et ses partenaires. La forte concentration des populations dans ces circonstances, les exposerait aux risques de contracter la maladie à coronavirus. Cela pourrait également avoir des conséquences négatives sur la production agricole car la personne malade sera indisponible pour participer aux activités champêtres et pastorales. De même, les membres de sa famille seraient aussi confinés pendant au moins deux (2) semaines.

En outre, le risque d’autres maladies hydriques telles que le paludisme et les maladies diarrhéiques n’est pas écarté surtout pour les personnes les plus vulnérables.

Le Gouvernement et ses partenaires mènent des actions en termes de préparation, d’alerte et de riposte aux impacts négatifs de ces inondations sur les populations dans le but de réduire leur vulnérabilité et de manière globale, contribuer à les rendre plus résilientes face aux catastrophes. Ainsi, comme la Pandémie à coronavirus peut modifier significativement les stratégies habituelles de gestion des inondations, des mesures spécifiques seront prises dont entre autres l’ouverture des centres d’accueil par ville et autres centres exposés aux inondations, la prévision des services de désinfection, d’hygiène et d’assainissement et le renforcement des capacités des systèmes nationaux de santé et des plateformes de réduction de risques de catastrophes.

  • MESURES NOMINATIVES.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les mesures individuelles suivantes :

AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE.

  • Colonel Amirou Abdoulkader, est nommé chef d’état-major de l’Armée de l’Air, au Ministère de la Défense Nationale.
  • Colonel Salifou Maïnassara, est nommé chef d’état-major Adjoint de l’Armée de l’Air, au Ministère de la Défense Nationale.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA POPULATION.

  • Monsieur Ousmane Amadou, démographe, Mle 77826/D, est nommé inspecteur des services, au Ministère de la Population.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’INDUSTRIE.

  • Madame MahamaneFati Lankondé, cadre supérieur de l’ORTN, est nommée secrétaire générale adjointe du Ministère de l’Industrie.
  1. COMMUNICATION:

Le Conseil des Ministres a entendu une (1) communication du Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage sur le programme cultures irriguées 2020-2021

Pour résorber le déficit céréalier récurrent le Gouvernement initie chaque année un programme des cultures irriguées conformément à la vision du Président de la République, Chef de l’Etat.

Cette vision déclinée dans «l’Initiative 3N» est une véritable alternative permettant de prévenir les crises alimentaires et nutritionnelles cycliques que connaît le Niger.

Le programme permet de résorber un éventuel déficit céréalier de la campagne agropastorale d’hivernage précédente d’une part, et de soutenir la population pendant la période de soudure d’autre part.

Il est indépendant de l’issue de la campagne pluviale 2020 à venir et couvre toute l’année du fait de la Pandémie du coviD-19.

Le programme d’un montant de 56 902 568 875 FCFA est financé à hauteur de 49,63 %, par l’Etat et ses partenaires. Le gap de financement de 50,37 % sera recherché sur les fonds mobilisés dans le cadre du Plan Global de Riposte à la Pandémie du
COVID-19.

L’ordre du jour étant épuisé, Son Excellence Monsieur le Président de la République a levé la séance.

Fait à Niamey, le 22 mai 2020

Le Secrétaire Général du Gouvernement

ABDOU DANGALADIMA

Commentaires  

+3 #1 Jaf 25-05-2020 11:59
Il ne reste que les frontières et aéroports pour que tout redevienne comme avant
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 Pauvre niger 25-05-2020 15:44
Quelle administration ....ya rien du tout
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 TOTO A DIT 26-05-2020 00:41
Le passage ou changement de nom du F CFA à l'ECO ..... est il du saupoudrage , une trouvaille ....... du pareil au même pour enfariner , tromper encore les Africains ?
reste le questionnement de TOTO A DIT .... le novice qui veut comprendre.....

Pour dire..... les Africains ne veulent pas JUSTE d'un changement de nom mais d'une véritable indépendance monétaire ....pas d'un simulacre de truc ... NON MERCI !!! 8) :-*

Quand TOTO A DIT partage .... et aller à ligne reste un choix...

"Le CFA EST MORT , VIVE l’AFRICOR"....

Telle a été, mercredi 20 mai 2020, la réaction de l’ancien Président Abdoulaye Wade lorsqu’il a appris que le Président Macron avait soustrait la garantie de convertibilité au franc CFA et mis fin au système du compte d’opération auprès du Trésor Français, étendu au Système Européen.

Dans les heures qui viennent le Président Wade s’expliquera...

En attendant les explications du Doyen Wade ...que dit ou pense l'Economiste Séraphin Prao, enseignant chercheur spécialisé en Théorie Monétaire ? :roll:
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #4 TOTO A DIT 26-05-2020 00:53
LA FRANCE MAINTIENT L'UEMOA DANS LA SERVITUDE

Sous l’ère Macron, la France est décidée à maintenir ses positions sans toutefois apparaître impérialiste. L’adoption du projet de loi entérinant la transformation du franc CFA en ECO est un coup de maître du gouvernement français..... D'après SÉRAPHIN PRAO ...

... "Le grand Sun Tzu disait que «la meilleure stratégie est celle qui permet d’atteindre ses objectifs sans avoir à se battre». En tout cas, tout porte à croire que sous l’ère Macron, la France est décidée à maintenir ses positions sans toutefois apparaître impérialiste. L’adoption du projet de loi entérinant la transformation du franc CFA en ECO est un coup de maitre du gouvernement français.

En réalité, c’est la suite logique de l’accord signé le 21 décembre 2019, entre le président Alassane Ouattara, au nom des pays de l’UEMOA et le président français, Emmanuel Macron, à Abidjan. Les ‘’ennemis du développement’’ du continent africain veulent faire croire qu’il s’agit d’une révolution copernicienne alors que dans les faits. À suivre.....
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 TOTO A DIT 26-05-2020 00:58
Suite 1
c’est une simple stratégie pour contrôler indirectement les économies de l’UEMOA sans paraître impérialiste. Nous montrons à travers ces quelques lignes, que le nouvel accord est purement symbolique puisque la France continuera de contrôler les économies africaines au profit de ses entreprises. Le projet de loi du 20 mai 2020 est purement symbolique

Depuis 1945, la France pille les fabuleuses ressources des Pays africains de la Zone Franc (PAZF), par le truchement de plusieurs canaux, dont le canal monétaire de l’accord de coopération monétaire. Avec l’accord du 21 décembre 2019, rien ne change sinon un aménagement de l’ancien accord pour briser l’élan patriotique des Africains quant à la reconquête de leur souveraineté monétaire. Pour ce faire, Macron n’a pas oublié la célèbre pensée de Léopold Sédar Senghor, qui disait que « l’émotion est nègre mais la raison est hellène ».

Changer le nom et quelques dispositions marginales suffiront par calmer ces pauvres africains, telle était l’idée qui a milité en faveur de la signature de l’accord du 21 décembre 2019, du côté de la France.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #6 TOTO A DIT 26-05-2020 01:01
Suite 2
D’ailleurs, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye sur le perron de l’Elysée, est précise sur le sujet : « cette fin symbolique devait s’inscrire dans un renouvellement de la relation entre la France et l’Afrique et écrire une nouvelle page de notre histoire ». Pour celui qui a un minimum d’ingrédient intellectuel comprend sans effort, qu’il s’agit d’une arnaque monétaire de la France.
Dans les faits, les trois changements dans cette réforme sont : le nom de FCFA qui devient ECO, l’arrêt des dépôts de la moitié de nos réserves de change auprès du Trésor français et le retrait des instances de gouvernance, des fonctionnaires français. En quoi est-ce que la décision de retrait d’un intrus de votre maison, doit constituer une prouesse de sa part ? Bien au contraire, de façon honteuse, la France reconnait qu’elle s’est immiscée dans les affaires monétaires des pays africains sans invitation. De même, avec la pression des pays africains et mêmes occidentaux (l’Italie et la Russie), la France est obligée de mettre fin à ce honteux pillage de nos réserves de change,
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #7 TOTO A DIT 26-05-2020 01:04
Suite 3
à travers le dépôt de la moitié de nos réserves de change auprès du Trésor français. Cependant, la France va toujours contrôler les économies des pays de l’UEMOA avec l’accord du 21 décembre 2019.
Le contrôle indirect des économies de la zone UEMOA par la France La France se retire des instances de gouvernance de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) sans retirer son influence sur les économies des pays Africains. Rappelons que jusqu’à présent, le ministre des Finances et le gouverneur de la Banque de France participaient aux deux réunions annuelles, dont l’une se déroulait à Paris. Comme pour interdire aux Africains, tout excès d’enthousiasme, le ministre des Affaires étrangères, de la France, Jean-Yves Le Drian, rappelle ceci : « le rôle de la France évolue pour devenir celui d’un strict garant financier de la zone ».
Qui peut nous convaincre de ce qu’un pays tiers peut apporter sa garantie à un autre sans contrepartie. C’est donc une façon subtile pour la France de contrôler les économies africaines. D’ailleurs, le concept de « garantie » de convertibilité employée....
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #8 TOTO A DIT 26-05-2020 01:11
Suite 4
par les officiels français et les partisans de la relique coloniale est d’autant plus absurde que nous vivons depuis les années 1970 une ère post Etalon or, où la monnaie émise par les États est de nature essentiellement fiduciaire. La valeur de la monnaie dépend du dynamisme de son économie et de l’acceptabilité des agents économiques. La France est supposée fournir toutes les devises nécessaires aux pays de la zone franc, pour leurs importations.
Or, le fonctionnement de la BCEAO (et de la BEAC) est paramétré pour qu’une situation de manque de devises arrive le plus rarement possible, voire jamais. Dès que ses réserves de change atteignent un niveau critique, la banque centrale prend des mesures restrictives, comme la limitation des possibilités de financement des économies de la zone – pour reconstituer ses avoirs extérieurs. Grâce à ce mode de gestion, la garantie a été rarement activée pour les pays de l’UEMOA entre 1960 et aujourd’hui.

En dehors de cette supposée garantie, la parité fixe pose encore un problème car la France continuera de jouer son rôle de garant
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #9 TOTO A DIT 26-05-2020 01:16
Suite 5
pour cette monnaie qui maintiendra également une parité fixe avec l’euro (1 euro = 655,96 francs CFA). Cette parité fixe permet aux entreprises françaises en zone franc, d’éviter un risque de change, c’est-à-dire, une perte liée à une variation du taux de change.

Etant donné que les pays africains constituent un déversoir de produits manufacturés et un réservoir de matières premières, il faut créer les arrangements monétaires qui sécurisent les investissements français en Afrique. C’est donc l’objet du maintien de la parité fixe.

Du moment que la parité fixe avec l’euro est maintenue, les réserves de change, serviront d’abord et avant tout à la défense de cette parité. Ces réformes ne rendent donc pas la BCEAO plus autonome : elle demeure une annexe de la Banque de France, rivée à la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Par-dessus tout, le projet de loi du 20 mai, en France, vise à saboter le projet monétaire souverainiste des pays de la CEDEAO. La vérité est que la France a peur de ce vaste projet des pays de la CEDEAO.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #10 TOTO A DIT 26-05-2020 01:20
Suite 6
On sait que le Nigeria, un pays anglophone est la première économie de la zone et le succès du projet est synonyme de la perte du pré carré français en Afrique de l’Ouest. En court-circuitant le projet d’intégration monétaire des pays de la CEDEAO,

La France sait que les pays anglophones n’accepteront jamais cette vassalisation monétaire. Du coup, les pays de l’UEMOA resteront les seuls pays à utiliser l’ECO tout en restant dans une servitude monétaire sous le joug français. La preuve est que le franc CFA ne disparaît pas complètement : les six pays d’Afrique centrale (Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad), qui forment une zone monétaire distincte, continueront à l’utiliser.

En définitive, le projet de loi français est un épiphénomène et une reconnaissance honteuse du pillage des économies africaines par la France. La crise du Covid-19 a montré la fragilité des Etats qui n’ont pas adopté une vision stratégique de l’industrialisation. Or, les pays africains ne sont même pas au stade de l’industrialisation.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #11 TOTO A DIT 26-05-2020 01:31
Suite 7
Il est urgent que ces pays utilisent pleinement tous les instruments à leur disposition pour aller très vite à l’industrialisation.

La monnaie a sans aucun doute, un rôle primordial à jouer dans tout processus de développement. Les pays de l’UEMOA n’ont rien compris à ce niveau et c’est dommage.

Entre le franc CFA et l’ECO version Macron, la différence n’est pas nette car, entre le cochon et le sanglier, la seule différence notable est que le premier est au village et le second en brousse.

D’ailleurs, lorsqu’on a un litige avec le cochon, il ne faut pas appeler le sanglier comme témoin» ......

Tel se résume le partage..... tellement expansible que ... :-) que TOTO A DIT dit ....à l'Administrateur ...... PARDON ooooooo!! ;-) :-* :lol:

Et depuis quand partager devient un problème?

Véritable indépendance se révèle la donne ...... pas du kame kame ou dabara dabara pour essayer d'endormir .....
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #12 TOTO A DIT 26-05-2020 08:21
8) :-* Pour se demander aussi comme le FCFA a toujours été imprimé en France à chamalieres OÙ l'ECO SERA t il imprimé en Afrique??? 8) :roll: :-*
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

BOOSTER SEPT 2021 ACTU NIGER 800 800 pixels Plan de travail 1

Top de la semaine

Publier le 26/10/2021, 22:33
diplomatie-le-niger-est-un-exemple-de-democratie-selon-l-ambassadrice-des-etats-unis-aupres-des-nations-unies En visite de travail au Niger, l’Ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations Unies, Mme Linda...Lire plus...
Publier le 26/10/2021, 22:18
en-visite-au-niger-le-conseil-de-securite-a-discute-avec-les-autorites-des-defis-securitaires-et-humanitaires Lors d’une visite au Niger qui s’est achevée lundi soir, une délégation du Conseil de sécurité des...Lire plus...
Publier le 26/10/2021, 18:44
session-budgetaire-de-l-assemblee-nationale-l-opposition-parlementaire-deboutee-par-la-cour-constitutionnelle La Cour constitutionnelle a, par arrêt 03/CC/MC du 25 octobre 2021, débouté les députés de...Lire plus...
Publier le 26/10/2021, 12:52
droit-a-l-alimentation-la-proposition-de-loi-cadre-d-ibrahim-yacouba-sur-la-table-du-gouvernement-conseil-des-ministres En application de l'article 73 de la Constitution, le Premier ministre a reçu du Président de la...Lire plus...
Publier le 25/10/2021, 17:54
des-produits-locaux-fortifies-dans-une-alimentation-equilibree-et-variee-pour-notre-sante-et-celle-de-nos-familles-consommons-ce-que-nous-produisons Au Niger, la prévalence de la malnutrition aigüe chez les enfants de 6 à 59 mois [1] se situe...Lire plus...
Publier le 26/10/2021, 22:33
diplomatie-le-niger-est-un-exemple-de-democratie-selon-l-ambassadrice-des-etats-unis-aupres-des-nations-unies En visite de travail au Niger, l’Ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations Unies, Mme Linda...
Publier le 21/10/2021, 18:45
communique-du-conseil-des-ministres-du-jeudi-21-octobre-2021        Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, jeudi 21...
Publier le 22/10/2021, 20:34
niger-guinee-une-delegation-de-l-ancienne-opposition-du-fndc-chez-les-presidents-bazoum-et-issoufou En tournée sous-régionale, une délégation de la société civile guinéenne du Front National pour la...
Publier le 23/10/2021, 12:26
attaque-de-koure-11-suspects-en-detention-afp Onze (11) personnes soupçonnées d'avoir participé à l'assassinat de six humanitaires français des ONG...
Publier le 21/10/2021, 19:49
defense-une-quarantaine-de-terroristes-tues-par-les-soldats-nigeriens-apres-l-attaque-d-un-village-pres-de-banibangou-tillaberi Une quarantaine de présumés terroristes ont été mis hors d’état de nuire par une patrouille des Forces...
Publier le 21/10/2021, 19:49
defense-une-quarantaine-de-terroristes-tues-par-les-soldats-nigeriens-apres-l-attaque-d-un-village-pres-de-banibangou-tillaberi Une quarantaine de présumés terroristes ont été mis hors d’état de nuire par une patrouille des Forces...
Publier le 21/10/2021, 18:45
communique-du-conseil-des-ministres-du-jeudi-21-octobre-2021        Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, jeudi 21...
Publier le 21/10/2021, 15:20
insecurite-11-soldats-tues-suite-a-l-attaque-du-convoi-du-prefet-de-bankilare-nouveau-bilan Le bilan de l'attaque ayant visée, hier mercredi dans l’après-midi, le convoi du Préfet de Bankilaré...
Publier le 22/10/2021, 20:23
declaration-de-l-opposition-politique-du-22-octobre-2021 Déclaration du 22 octobre 2021 de la Coalition pour une Alternance Politique (CAP 20-21), l’Alliance...
Publier le 23/10/2021, 12:26
attaque-de-koure-11-suspects-en-detention-afp Onze (11) personnes soupçonnées d'avoir participé à l'assassinat de six humanitaires français des ONG...

Dans la même Rubrique

Diplomatie : « le Niger est un exemple de démocratie », selon l’Ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations unies

26 octobre 2021
Diplomatie : « le Niger est un exemple de démocratie », selon l’Ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations unies

En visite de travail au Niger, l’Ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations Unies, Mme Linda Thomas-Greenfield, a été reçu en audience ce mardi 26 octobre 2021 par le Président de...

En visite au Niger, le Conseil de sécurité a discuté avec les autorités des défis sécuritaires et humanitaires

26 octobre 2021
En visite au Niger, le Conseil de sécurité a discuté avec les autorités des défis sécuritaires et humanitaires

Lors d’une visite au Niger qui s’est achevée lundi soir, une délégation du Conseil de sécurité des Nations Unies a discuté avec les autorités des défis sécuritaires et humanitaires auxquels...

Session budgétaire de l’Assemblée nationale : l’opposition parlementaire déboutée par la Cour constitutionnelle

26 octobre 2021
Session budgétaire de l’Assemblée nationale : l’opposition parlementaire déboutée par la Cour constitutionnelle

La Cour constitutionnelle a, par arrêt 03/CC/MC du 25 octobre 2021, débouté les députés de l’opposition qui l’ont saisi sur la régularité de la session budgétaire qui se poursuit actuellement...

Droit à l’alimentation : la proposition de loi-cadre d’Ibrahim Yacouba sur la table du gouvernement (Conseil des ministres)

26 octobre 2021
Droit à l’alimentation : la proposition de loi-cadre d’Ibrahim Yacouba sur la table du gouvernement (Conseil des ministres)

En application de l'article 73 de la Constitution, le Premier ministre a reçu du Président de la République, une délégation de pouvoirs pour la présidence d'un Conseil des ministres, le...

Niger-Guinée : une délégation de l’ancienne opposition du FNDC chez les Présidents Bazoum et Issoufou 

22 octobre 2021
Niger-Guinée : une délégation de l’ancienne opposition du FNDC chez les Présidents Bazoum et Issoufou 

En tournée sous-régionale, une délégation de la société civile guinéenne du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), a été reçu, jeudi 21 octobre 2021, par le Président...

Déclaration de l’opposition politique du 22 octobre 2021

22 octobre 2021
Déclaration de l’opposition politique du 22 octobre 2021

Déclaration du 22 octobre 2021 de la Coalition pour une Alternance Politique (CAP 20-21), l’Alliance des Candidats pour le Changement (ACC), le Front pour la République et le Changement (FRC)...