lundi 8 août 2022

3094 lecteurs en ligne -

fraren

Elections : la suspension de l’enrôlement dans certaines localités fait craindre un chamboulement du calendrier pour raison sécuritaire

Phase pilote enrolement biometrique waifu2x photo noise1 scale tta 1

Par décision du président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Me Issaka Sounna, les opérations d’enrôlement biométrique pour le fichier électoral, ont été suspendues depuis le 14 janvier dans certaines localités des régions de Tahoua et Tillabéri, à la frontière avec le Mali. Il s’agit de la commune de Tillia, dans la région de Tahoua et de 8 autres communes de la région de Tillabéri (Abala, Tondikiwindi, Makalondi, Torodi, Gouroual, Diagourou, Inates et Banibangou). Selon la CENI, cette suspension a été motivée par « des circonstances sécuritaires », et les opérations vont reprendre dès que les conditions le permettront. Pour le moment, le matériel ainsi que le personnel d’enrôlement ont été acheminés à Niamey, en attendant donc l’amélioration de la situation.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Cette  suspension des opérations d’enrôlement biométrique dans ces zones à risques, dont la plupart sont placées en état d’urgence, s’explique donc par le contexte sécuritaire qui ne se cesse de se dégrader avec la multiplication des attaques terroristes qui ont déjà visé plusieurs localités concernées par la mesure de la CENI.  Le 25 décembre dernier, un convoi composé d’éléments de la gendarmerie nationale et de la garde nationale du Niger escortant des équipes chargées de l’enrôlement électoral dans la commune de Sanam, dans le département d'Abala (Région de Tillabéri) a été victime  d'une embuscade tendue par des terroristes lourdement armés qui s’est soldée par la mort de 14 soldats nigériens. Depuis la CENI et le gouvernement ont annoncé avoir renforcé les mesures de sécurité avec notamment l’interdiction de circulation des véhicules des deux roues dans ces zones. Cependant, malgré ces mesures, la situation sécuritaire n’a cessé de se dégrader et l’enrôlement s’est avéré pratiquement impossible dans certaines localités en raison de la persistance des menaces suite aux dernières attaques meurtrières d’Inatès et de Chinagoder.

Incertitudes sur le calendrier électoral

L’annonce de cette décision de la CENI a été diversement appréciée au sein de l’opinion. Si pour certains, ces mesures se justifient au regard du contexte sécuritaire, d’autres s’interrogent sur les conséquences de cette suspension sur la suite du processus électoral. La seule certitude au stade actuel des opérations, c’est que cela va engendrer, dans les meilleurs cas, un léger réaménagement du calendrier électoral. D’autant qu’il est impossible quand est ce que les opérations pourront reprendre dans ces zones au regard de l’incertitude qui prévaut toujours sur la situation sécuritaire. C’est une nouvelle donne à prendre en compte dans ce processus électoral qui est déjà sévèrement critiqué par certains partis de l’opposition politique et même de la majorité. Si l’on tient compte du fait que d’autres zones comme Madarounfa dans la région de Maradi et la région de Diffa, sont également concernés par ce climat d’insécurité ambiant, les prochaines élections générales, dont le début est prévu pour novembre prochain, ne s’annoncent pas sous de bons auspices. Le fichier biométrique électoral, le premier du genre au Niger, devrait en principe être prêt en juillet prochain, et depuis le début des opérations, plusieurs couacs ont été enregistrés.

A.Y.B (actuniger.com)



Commentaires  

-12 #1 Gado 22-01-2020 00:27
Faut rallonger le mandat de Issoufou de quelques années supplémentaires pour qu'il puisse ramener la paix. Si on est honnete, faut reconnaitre quand meme l'homme fait du bon boulot sur la question de sécurité vu les défis terroristes: au Nord les terroristes en Lybie, à l'Est les terroristes des Boko Haram , à l'Ouest les terroristes de Daech. Personne ne sait ce qui va arriver après son départ. Etant donner qu'il maitrise le dossier, je suggère vivement un réamenagement constitutionnel vu l'état d'urgence dans lequel se trouve le pays.
Citer | Signaler à l’administrateur
-6 #2 idrissa iro magagi Moctar 22-01-2020 01:47
vive commission électorale nationale indépendante( Ceni) vraiment la ceni Niger à bien réfléchi d'avoir suspendu aire 5 ,à cause de l'insécurité qui sévi un peu partout au Niger surtout dans la région de tillabery ,et d'après moi s'il on forcé au opérateur d'enrôlement biométrique d'y aller enrôlé dans l'insécurité cela va provoquer beaucoup de dégâts a savoir pertes des envies humaines et des matériaux félicitations!! Maître Issaka Souna tu connais vraiment ton devoir et tu est un homme exemplaires
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Future génération 22-01-2020 06:30
Moi je suis pas surpris, de la manière dont on a réussi à bonborde l'arme nigerienne et les états d'urgence par tout c'est bien normal.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #4 gaulois 22-01-2020 08:47
Citation en provenance du commentaire précédent de Gado :
Faut rallonger le mandat de Issoufou de quelques années supplémentaires pour qu'il puisse ramener la paix. Si on est honnete, faut reconnaitre quand meme l'homme fait du bon boulot sur la question de sécurité vu les défis terroristes: au Nord les terroristes en Lybie, à l'Est les terroristes des Boko Haram , à l'Ouest les terroristes de Daech. Personne ne sait ce qui va arriver après son départ. Etant donner qu'il maitrise le dossier, je suggère vivement un réamenagement constitutionnel vu l'état d'urgence dans lequel se trouve le pays.


Les rats du systeme sont deja deployes dans les reseaux sociaux pour vendre aux nigeriens le projet funeste du tazartche de issoufou. Cet individu et son funeste systeme ont eu 5 ans pour preparer des elections, mais conscients qu'ils sont vomis par les nigeriens, ils ne sont pas prets a aller a leur rencontre dans les urnes. La securite, faute de la gerer dans l'interet du Niger, ils essaient de l'instrumentaliser dans leur seul et unique interet. Issoufou ne veut pas partir, mais il faut qu'il parte de gre ou de force car il est le mal absolu de ce pays.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #5 Niger Oye 22-01-2020 11:13
Tazartché Kuma? Donc c´est cela l´agenda caché derrière tant de morts .
GURI Kenan.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Gringo 23-01-2020 10:29
Il n'y aura pas de tazartché incha Allah. Toute velléité dans ce sens est morte dans l’œuf. Point de bonus pour un régime bienfaiteur encore moins pour un régime associé aux malheurs, à un lourd tribut payé par les nigériens avec tant de sang versé et de vies perdues sans compter la corruption à outrance, les détournements sans précédent.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com