lundi 8 août 2022

3288 lecteurs en ligne -

fraren

BAD-Niger : l’amélioration de la performance du portefeuille au centre de l’atelier ministériel de revue conjointe

revue anuelle Bad Aichatou Kane Boulama et Directeur Pays Bad0

L’hôtel Bravia de Niamey a abrité, le lundi 23 décembre, les travaux de l’atelier de revue annuelle conjointe 2019 du portefeuille de la Banque africaine de développement (BAD) au Niger. Durant une journée, les participants représentant le gouvernement, la BAD ainsi que les partenaires, ont passé en revue les projets financés par la banque panafricaine au Niger ainsi que les voies et moyens permettant d’améliorer leur performance afin d’atteindre les objectifs attendus de leur mise en œuvre.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

C’est par une cérémonie officielle que se sont ouverts les travaux de l’atelier, en présence de la ministre du Plan et gouverneure de la BAD pour le Niger, Mme Aichatou Boulama Kane, du responsable de la BAD au Niger, M. Nouridine Kane Diades représentants du gouvernement et des institutions nationales, ceux des partenaires techniques et financiers, ainsi que les directeurs et coordonnateurs des projets financés par la banque au Niger. On notait également à la rencontre, les représentants du secteur privé et de la société civile.

Dans l’allocution qu’il a prononcé à cette occasion, le Représentant résident, a tenu tout d’abord à souhaiter, au nom du Groupe, la bienvenue a cette revue annuelle conjointe 2019 de la performance du portefeuille de la BAD au Niger. M. Nouridine Kane Dia a également adressé ses sincères remerciements au gouvernement, et particulièrement à la ministre et gouverneure de la BAD au Niger,  pour avoir bien voulu organiser et faciliter la tenue de cet important atelier, ainsi qu’à la ministre et gouverneure de la BAD au Niger.

Une performance du portefeuille globalement satisfaisante

Evoquant les activités de la BAD au Niger, il a souligné que la réalisation des objectifs de développement des Projets et de réduction de la pauvreté est un souci permanent du gouvernement du Niger et de la haute direction de la Banque. « C'est donc tout naturellement que les Autorités nigériennes et la Banque accordent une attention particulière à la mise en œuvre satisfaisante de leurs projets conjoints et à l'amélioration constante de la performance globale du portefeuille », a poursuivi le représentant de la BAD au Niger, ajoutant que c ’est dans ce contexte que s’inscrit la tenue du présent atelier ministériel de revue conjointe du portefeuille des projets financés par la Banque au Niger et qui , « traduit l'engagement commun de la Banque et du Gouvernement d'intensifier leurs efforts pour assurer une exécution efficace et efficiente des projets ». Cependant, a-t-il mis en avant, I ‘édition 2019 revêt un cachet tout particulier. Il s’agit, en effet, de la première édition organisée après l’ouverture du bureau national de la Banque, ce qui marque un changement d’étape dans l'engagement du Groupe de la Banque avec le Niger. Selon M. Dia, « l’opérationnalisation du bureau national de la BAD lui offre, en effet, une réelle opportunité d’intensifier et d’approfondir son  partenariat avec le Niger mais aussi d’assurer un suivi plus efficace de ses  interventions dans le pays.

Poursuivant son intervention, le représentant de la BAD au Niger a aussi rappelé que cette revue constitue également le premier exercice réalisé dans le cadre de la mise en œuvre du Document de stratégie pays (DSP) pour la période  2018 à 2022. « Elle nous donne donc l'occasion d’apprécier les progrès réalisés vers I ‘atteinte des objectifs de développement du DSP appuyé par les opérations du portefeuille », a indiqué M. Dia, qui n’a pas manqué de souligner que cette revue se tient  seulement quelques semaines après l’augmentation historique du capital de la BAD et la reconstitution importante des ressources du 15e Fonds africain de développement (FAD-15). « C'est ici l'occasion de saluer en particulier le formidable soutien et engagement personnel actif de S.E. le Président de la République et le votre, Madame la Gouverneure, qui ont contribué à ces deux éclatants succès pour la BAD. Nous vous réitérions la profonde gratitude du Président du Groupe de la BAD », a déclaré M. Nouridine Kane Dia, qui a expliqué que la 7éme augmentation générale du capital de la Banque et la 15éme reconstitution du FAD se traduiront par une hausse significative des capacités de financement de la Banque et fourniront une base solide à expansion de l’engagement de la Banque avec ses partenaires (PMR) et en particulier des opportunités uniques pour fa transformation du partenariat du Groupe de la BAD avec le Niger pour un impact de développement renforcé. « La transformation de l ‘engagement de la Banque au Niger se traduira par un élargissement substantiel du portefeuille à moyen terme qui exigera des améliorations substantielles dans |'exécution des opérations et le suivi du portefeuille », a-t-il souligné, estimant qu’à cet égard, « nous espérons que la présente  revue qui fous réunit aujourd'hui prendra en compte cette évolution majeure ».

Tout en rappelant le partenariat « historique » et « privilégié », qui lie la BAD et Le Niger depuis des décennies, M. Nouredinne Kane Dia a abordé les conclusions  de la revue sectorielle détaillée des opérations en cours, qui a précédé cet atelier et qui a passé en revue leur état d’avancement. Selon le représentant de la BAD au Niger, cette revue  a montré que « la performance du portefeuille pouvait être jugée globalement satisfaisante ». Elle a également, selon ses explications, relevé que le portefeuille ne comporte aucun Projet à problème (PP) ni projet potentiellement problématique (PPP). « Cette performance, en nette progression par rapport à la dernière revue conduite dans le cadre de la préparation du DSP 2018-2022 qui avait jugé la performance du portefeuille globalement insatisfaisante, est attribuée aux efforts menés par le Gouvernement et la Banque en vue de l'amélioration du portefeuille », a souligné M. Dia, qui a particulièrement mis en exergue l’avantage de l'opérationnalisation du Bureau national de la Banque au Niger, qui permet d’assurer un suivi rapproché des projets et de mener un dialogue permanent avec les autorités. Cependant, a-t-il reconnu dans son intervention, la revue sectorielle a aussi mis en lumière la persistance d'importants problèmes et contraintes qui continuent d’affecter la bonne exécution des projets et l'atteinte des résultats. Pour illustration, relevé M. Dia,  la proportion élevée de projets épinglés (42%) dans le rapport mensuel « Flagship » de novembre 2019, même si elle a été réduite depuis la dernière revue de 2018, met en lumière  « la nécessité de redoubler d’efforts pour remédier notamment a la faiblesse du taux de décaissement dont les causes ont essentiellement trait aux insuffisances constatées dans les acquisitions et la gestion des contrats mais aussi aux déficiences en matière de gestion financière ». Enfin, a-t-il souligné,  la revue sectorielle a identifié des questions stratégiques et opérationnelles urgentes portant notamment l’affectation d'économies anticipées sur certains projets, l'exécution difficile de certaines opérations, l’application des mécanismes de sanction prévus à l'endroit des entreprises défaillantes qui demandent des décisions de la part des Autorités nigériennes compétentes. « Nous demeurons convaincus que les principales conclusions de la revue  sectorielle ainsi que les recommandations proposées pour l'amélioration de la performance du portefeuille actif des opérations de la BAD au Niger et consignées dans le PAPP 2019 bénéficieront de toute votre  attention », a adressé M. Nouredine Kane Dia qui a tenu, au terme de son allocution, à émettre le vœu particulier, qu’au terme de l’atelier ministériel, « les questions urgentes qui seront soumises à l’appréciation  du Gouvernement auront trouvé les réponses idoines et que nous disposerons des orientations et de mesures concrètes pour assurer une  exécution satisfaisante des projets de la Banque au Niger et améliorer significativement et durablement la  performance de notre portefeuille conjoint ».

Une stratégie pays alignée sur les priorités du gouvernement

En procédant à l’ouverture solennelle de l’atelier de revue, la ministre du Plan et gouverneure de la BAD pour le Niger, a tenu à saluer également  les participants pour leur présence massive, et à remercier particulièrement les équipes techniques du Gouvernement et de la Banque qui ont, en amont, tenu conjointement, une revue sectorielle détaillée des opérations en cours et assuré la préparation technique de la revue ministérielle. Mme Aichatou Boulama Kane a ensuite rappelé que la Revue annuelle conjointe Gouvernement du Niger-Banque africaine de développement sur la performance du portefeuille des opérations s’inscrit dans le cadre du suivi de la mise en œuvre du Document de Stratégie Pays de la Banque pour le Niger, aligné sur les priorités du Gouvernement définies dans le Plan de Développement Economique et Social (PDES) 2017-2021. « Cet exercice procède de la volonté des Autorités nigériennes et de la  Haute Direction de la Banque de renforcer le dialogue politique et l’efficacité dans la mise en œuvre des interventions de la BAD au Niger, en vue d’un meilleur impact sur les conditions de vie des populations », a indiqué la ministre, qui a aussi mis en avant le fait que cette Revue annuelle 2019 intervienne dans un contexte spécifique marqué par la présence effective de la Banque au Niger, avec l’ouverture en 2018 du Bureau Pays, qui actuellement opérationnel. A cet égard, a poursuivi Mme Aichatou Boulama, «  je voudrais réitérer notre haute appréciation de l’action du Bureau dans le suivi du portefeuille des opérations, en relation étroite avec les services  gouvernementaux et les unités de gestion des projets. Je souhaite vivement que ce partenariat se renforce davantage pour une mise en œuvre accélérée et efficace des opérations sur le terrain ». Selon la ministre du Plan, l’atelier  constitue l’étape décisionnelle de l’édition 2019 de la revue  conjointe annuelle articulée principalement autour du segment relatif à la revue sectorielle détaillée, réalisée du 04 au 08 novembre 2019 à Niamey. Rappelant que cette  revue a porté sur toutes les opérations financées par la Banque dans plusieurs’ secteurs prioritaires tels que la gouvernance ; l’agriculture ; l’environnement ; l'éducation ; l’énergie et le transport, elle a appelé au sens de responsabilité  de tous pour la bonne exécution des projets et le renforcement de la coopération entre le Niger  et la BAD,

« Je voudrais, dans le cadre de cet atelier ministériel, vous en appeler à la prise de décisions fortes visant à renouer avec un portefeuille pays de projets sains et efficacement exécutés. En effet, la récurrence de la contre-performance particulièrement en ce qui concerne l’indicateur relatif au nombre de projets à problèmes dits projets épinglés/flashés pour diverses raisons conformément aux nouvelles directives de la Banque exige des mesures d’ordre opérationnel pour améliorer la performance de notre portefeuille et faciliter la mobilisation de nouvelles ressources auprès de la BAD. Pour ma part, en ma qualité de Gouverneure de la Banque, je puis vous assurer que toutes les dispositions idoines seront prises pour assurer la mise en œuvre des décisions et recommandations issues de notre rencontre ». Mme Aichatou Boulama Kane, ministre du Plan et gouverneur de la BAD pour le Niger.

La BAD, un partenaire historique et privilégié du Niger

Les travaux se sont par la suite poursuivis avec la présentation du portefeuille de la Banque au Niger par le Directeur du Suivi des Investissements, M. Qumarou Ousmane, ainsi que la Chargée Principale des Opérations BAD,  Mme Hadja Aminata Tine. Les participants ont également suivi une présentation des projets et programmes par les différents coordinateurs, notamment celui du programme  transversal de Kandadji ainsi que des autres secteurs prioritaires à savoir le développement Rural ; les infrastructures de transport et de communication, le social, l’énergie et l’appui au secteur privé.  Au cours de l’atelier, il a été également présenté le « Plan d’Amélioration du Portefeuille Pays 2019 » et l’atelier a pris fin avec des échanges et discussions ainsi qu’une synthèse de la Revue.

Partenaire historique stratégique du Niger, le Groupe de la BAD a fourni, depuis 1970, un appui soutenu et diversifié au programme de développement du Gouvernement. A ce jour, la Banque panafricaine  a financé prés d'une centaine de projets pour un montant total de plus de 1,5 milliards de dollars EU. Partenaire privilégiée, la Banque a été choisie par le Gouvernement nigérien pour assurer le leadership dans des secteurs clé et des domaines essentiels pour le développement durable du Niger et dans d'importants projets phare, porteurs de transformation à l’échelle nationale et régionale, notamment le Programme Kandadji et le projet intégrateur de la route transsaharienne (RTS). Les interventions passées et actuelles de la Banque ont conforté sa position de partenaire de choix du Niger avec des engagements en cours s’élevant a 476 millions d’'UC (soit 390 milliards de FCFA) contre 315 millions d’UC en 2015 soit une hausse de plus de 50%. Sur seulement l'année 2019, les engagements de la Banque se sont élevés à 130 millions d’UC, soit 27% du portefeuille actif. Les engagements actuels de la Banque financent un portefeuille composé de quinze (15) opérations. En cohérence avec les piliers du DSP 2018-2022, la répartition sectorielle du portefeuille traduit la prédominance du secteur du développement rural qui représente environ 33% des engagements, de l'énergie (26%) et des transports (23%).

La coopération entre la BAD et le Niger a récemment atteint une étape cruciale avec l’ouverture en 2018 à Niamey d‘un bureau national de la Banque. L’opérationnalisation du bureau de Niamey offre pour la BAD une réelle opportunité d’intensifier et d'approfondir son partenariat avec le Niger mais aussi d’assurer un suivi plus efficace de ses interventions dans le pays. Actuellement, la coopération entre le Niger et la BAD est guidée par le Document de stratégie pays (DSP) 2018-2022 approuvé par le Conseil d’administration de la Banque en novembre 2018. Son objectif principal est d‘appuyer les efforts du Gouvernement visant à renforcer la résilience et à accélérer la croissance de l‘économie nigérienne en vue d’atteindre les objectifs de croissance économique durable et inclusive fixés dans le PDES 2017-2021. Pour atteindre cet objectif primordial, les interventions de la Banque visent à produire un impact positif sur l’enchainement « pauvreté-fragilité-sécurité-démographie-changement climatique-développement », en ciblant les domaines où elle possède un avantage comparatif, à savoir : le secteur agricole, les infrastructures, la gouvernance des secteurs public et privé. Aussi, le DSP est articulé autour des deux principaux piliers suivants qui sont la promotion de la compétitivité de l’économie pour libérer son potentiel et favoriser la création d’emplois ; et la promotion du développement d’une agriculture résiliente pour une forte croissance durable et inclusive. Le DSP prévoit d’apporter un financement d’environ 600 millions de dollars des E.U. (environ 356,85 milliards de FCFA) sur la période 2018-2022 afin de soutenir les ambitions du Niger en faveur de sa transformation économique et sociale. Cet appui permettra ainsi de consolider et d’accélérer les progrès accomplis par le pays dans la mise en œuvre de son PDES, en particulier dans les cinq domaines de priorité (High 5) de la Banque.

revue anuelle Bad BIS1

revue anuelle Bad BIS

A.K Moumouni (actuniger.com)



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com