lundi 8 août 2022

3797 lecteurs en ligne -

fraren

Santé publique : déclaration de l'Assemblée nationale suite à l'interpellation du ministre Mainassara sur la prise en charge des patients dans les hôpitaux publics

an declaration sante 10 2019

« Conformément aux articles 98 de la Constitution du 25 Novembre 2010 et 117 du Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale, le député ABDOU MAGAWATA a interpellé Monsieur le Ministre de la Santé Publique pour éclairer la représentation nationale et l’opinion publique sur « les calvaires sans fin d’une faible prise en charge des patients dans les hôpitaux publics ».

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Les préoccupations du député ont été suscitées par les problèmes que rencontrent les patients dans les hôpitaux publics et sont exprimées à travers les questions ci-après :

1) A quand les réformes dans nos hôpitaux publics pour corriger toutes  les insuffisances et disfonctionnements constatés ?

2) Quand est-ce qu’un traitement équitable, transparent, d’ordre et de discipline doit être mis à la disposition des patients dans nos centres de santé ?

3) L’hôpital général de référence est-il opérationnel à 100% à la date d’aujourd’hui ?

4) Quelles mesures comptez-vous prendre afin de rendre opérationnels tous les blocs de l’hôpital de référence ?

5) Quels sont les impacts pour les campagnes privées ou humanitaires qu’organise l’hôpital de référence ?

6) Y a-t-il une bonne collaboration de service en matière d’utilisation d’infrastructures et matériels entre nos hôpitaux publics ?

7) Les travaux de la construction de l’hôpital de district de Bagaroua viennent d’être réceptionnés,  quelles mesures comptez-vous  prendre  pour  l’inauguration  de   ce  dernier dans les meilleurs délais ?

8)  A quand l’inauguration du centre de Radiothérapie (traitement de cancer) ?

9) Pourquoi l’existence de l’Institut de Radio Isotope (IRI) est-elle méconnue du  grand  public, alors qu’il dispose des matériels et équipements biomédicaux de pointe où même les examens de scintigraphie sont effectués ?

L’Assemblée nationale a débattu du sujet en sa séance plénière du samedi 26 octobre 2019. Après les réponses apportées par le ministre et les débats qui en ont suivi, l’Assemblée nationale relève qu’en dépit de tous les efforts déployés par l’Etat et ses partenaires dans le secteur de la santé, des problèmes quasi récurrents entravent le fonctionnement des hôpitaux publics.

A l’issue des débats forts enrichissants, l’Assemblée nationale fait la déclaration dont la teneur suit :

Convaincue que la question de la santé est une question nationale;

Convaincue que la santé reste l’un des facteurs incontournables pour tout développement socio-économique d’un pays;

Fortement préoccupée par les difficultés récurrentes rencontrées dans les hôpitaux publics;

Considérant la lenteur dans le remboursement de la gratuité des soins;

Considérant l’impérieuse nécessité de la mise en œuvre des réformes dans le secteur hospitalier;

Considérant l’insuffisance des plateaux techniques;

Vu les importants investissements réalisés dans le cadre de la santé.

L’Assemblée nationale recommande au Gouvernement de :

  • prendre les dispositions idoines pour pallier les difficultés récurrentes relatives à la prise en charge des malades dans les hôpitaux publics;
  • accélérer le remboursement des arriérés de la gratuité des soins;
  • accélérer la mise en œuvre des réformes dans le secteur hospitalier en associant tous les acteurs concernés ;
  • rehausser le plateau technique des hôpitaux notamment en améliorant la dotation en personnel qualifié et en équipements adéquats;
  • veiller au respect du code d’éthique et de déontologie;
  • renforcer le suivi /évaluation et le contrôle des activités effectuées dans le milieu hospitalier;
  • veiller au respect de la pyramide sanitaire ;
  • rendre opérationnels les blocs des hôpitaux.

Enfin, l’Assemblée nationale se propose d’assurer le suivi des recommandations.



Commentaires  

-1 #1 Zoom 01-11-2019 19:12
Chers députés vos propositions sont très pertinentes et même vs ne dites pas cela vs avez compris jusqu'où votre effectif qui ne vaut rien pèse sur le développement de notre pays avec les différents généraux récompensent par Issoufou l histoire vs a rattrapé déjà il reste ma part
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 Zakari 01-11-2019 23:41
L un des problème majeur de la santé au Niger c est les agents.
Les infirmier(e) décharge toute leur misère (vécue au travail ou pas) sur les pauvres malades qui ont surtout plus de besoin de soutiens moral.
Si votre travail vous fait tant chier céder le a ceux qui ont l amour d aider.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 kaka 02-11-2019 12:27
Si vous employez le mot référence vous me faites rire car vous avez oublié les parents des enfants drépanocytaires dont le centre a été détruit pour faire place au a qui vous savez
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #4 Oumarou 02-11-2019 16:08
La Santé, l'Education, les Infrastructures, on se pose toujours les mêmes questions, on fait toujours les mêmes commissions d'enquête, on va même créer des machins choses pour coiffer ces entités moribondes pour les mêmes résultats, à savoir RIEN...
Nous sommes tous responsables, tous à la fois victimes et coupables. Alors, soit on se remue, mais de façon véritable, soit nous arrêtons tous et toutes de nous plaindre...
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com