samedi, 26 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


pape Francois s entretien avec Roi du Maroc BIS

Le souverain pontife s’est dit satisfait de la visite de deux jours qu’il a effectuée au Maroc, le samedi 30 et dimanche 31 mars, à l’invitation du roi Mohammed VI. A Rabat, le pape François a mené plusieurs activités qui lui ont permis d’apprécier l’islam tolérant qui permet la coexistence pacifique entre les religions ainsi que le dialogue, des acquis qui font du royaume un modèle pour la « construction des ponts au service de l’humanité ».

Zeyna transfert argent bis

C’est sur un sentiment de satisfaction que le Pape François a quitté le Maroc, dans la soirée du dimanche 31 mars, au terme d’une visite officielle de deux jours, à l’invitation du roi Mohammed VI. Dans l’avion qui le ramenait à Rome, le souverain pontife a souligné, en parlant de son séjour marocain, que ce voyage lui a donné l’image d’une « belle fleur de coexistence ». Il a en ce sens appelé à « persévérer sur cette voie et à transcender les difficultés qui existent malheureusement parce qu’il y a des groupes intransigeants ». « Dans notre religion, il y a toujours un groupe intégriste qui ne veut pas aller de l’avant, qui vit des souvenirs amers des luttes passées et qui cherche plus la guerre et sème la peur », a confié le Pape François aux médias, avant de se féliciter des vertus du dialogue et de l’ouverture envers l’Autre qu’il a constatées dans le Royaume. « Nous avons vu dans le dialogue avec vous au Maroc qu’il faut des ponts. Nous ressentons de la douleur quand nous voyons les personnes qui préfèrent construire les murs. Ceux qui construisent les murs finiront prisonniers des murs qu’ils construisent. Ceux qui construisent les ponts vont de l’avant », a estimé le chef de l’Eglise catholique, qui a conclu sa conférence de presse en rappelant que « le pont est pour la communication humaine. C’est très beau et je l’ai vu ici au Maroc ».

Arrivée dans l’après-midi du samedi 30 sous une pluie battante, le souverain pontife a été accueilli en grande pompe à l’aéroport de Rabat- Salé par les officiels mais aussi des milliers de marocains qui se sont massés sur le parcours de son cortège pour l’acclamer. Le chef de l’église catholique et le roi Mohammed VI se sont aussitôt rendus sur l’esplanade Hassan, située près du mausolée Mohammed V, où des milliers d’invités ont été réunis pour la circonstance. Ils ont à cette occasion chacun livré un message dans lequel ils ont contextualisé le sens de cette visite, la première d’un pape au Maroc depuis celle de Jean-Paul II en 1985 à Casablanca. « Je suis heureux de fouler le sol de ce pays riche de beautés naturelles multiformes, gardien de vestiges de civilisations antiques et témoin d’une histoire fascinante », a déclaré le souverain pontife, qui a tenu à exprimer « sa sincère et cordiale gratitude à Sa Majesté Mohammed VI, pour son aimable invitation et pour le chaleureux accueil qu’au nom de tout le peuple marocain, il m’a réservé tout à l’heure ». Le Pape François a rappelé la rencontre historique au Maroc il y a 800 ans entre saint François d’Assise et le Sultan al-Malik al-Kamil, ajoutant que sa gratitude se transforme en une importante opportunité pour promouvoir le dialogue interreligieux et la connaissance réciproque entre les fidèles des deux religions. « Ici sur cette terre, pont naturel entre l’Afrique et l’Europe, je souhaite redire la nécessité d’unir nos efforts, pour donner une nouvelle impulsion à la construction d’un monde plus solidaire, plus engagé dans l’effort honnête, courageux et indispensable d’un dialogue respectueux des richesses et des spécificités de chaque peuple et de chaque personne », a poursuivi le Pape pour qui, « c’est là un défi que nous sommes tous appelés à relever, surtout en ce temps où on risque de faire des différences et de la méconnaissance réciproque des motifs de rivalité et de désagrégation ».

Le Maroc, terre d’islam mais aussi de liberté des cultes

Le roi Mohammed VI a de son côté souligné que la visite papale s’inscrit d’abord dans la continuité des relations établies depuis longtemps entre le Maroc et le Vatican. « La visite de votre sainteté au Maroc intervient dans un contexte de défis pour la communauté des Nations, la communauté de tous les croyants », a déclaré le souverain marocain qui a insisté sur la nécessité de « combattre des maux d’un autre âge qui se nourrissent de la trahison et de l’instrumentalisation du Message divin en prônant le déni de l’Autre et autres théories scélérates ». Dans son discours, Mohammed VI a réitéré que dans ce monde en quête de repères, « le Royaume du Maroc n’a jamais cessé de clamer, d’enseigner et de vivre au quotidien la Fraternité des fils d’Abraham, pilier fondateur de la très riche diversité de la civilisation marocaine ». Le roi Mohammed VI a souligné par la suite que l’union de tous les Marocains, par-delà les confessions, en est un exemple éloquent, et « cette symbiose est notre réalité », citant comme exemple les mosquées, les églises et des synagogues qui, depuis toujours, se côtoient dans les villes du Royaume. « En tant que Commandeur des Croyants, Je ne peux parler de Terre d’Islam, comme si n’y vivaient que des musulmans. Je veille, effectivement, au libre exercice des religions du Livre et Je le garantis. Je protège les juifs marocains et les chrétiens d’autres pays qui vivent au Maroc », a assuré le roi du Maroc devant son hôte du jour.

L’appel d’Al Qods, un appel à la fraternité religieuse

L’un des faits marquants de cette visite, c’est la déclaration commune et historique que les deux souverains ont signé en faveur de Jérusalem et qui a été un plaidoyer pour la coexistence pacifique entre les trois religions monothéistes. Dans « l’Appel d’Al Qods », le pape François et Mohammed VI appelé à la préservation du caractère multi-religieux de la ville sainte de Jérusalem. «Nous pensons important de préserver la Ville sainte de Jérusalem / Al Qods Acharif comme patrimoine commun de l'humanité et, par-dessus tout pour les fidèles des trois religions monothéistes, comme lieu de rencontre et symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque et le dialogue», met en avant la déclaration qui été par la suite lue en arabe et en italien.

Le souverain pontife, accompagné du roi Mohammed VI avec qui il s’est entretenu en tête à tête au Palais Royal de Rabat, s’est par la suite rendu à l’Institut Mohammed VI de formation des Imams, prédicateurs et prédicatrices de Rabat, un établissement créé en 2015 et qui accueille et forme près de 1.300 pensionnaires venus des pays d’Afrique et d’Europe. L’occasion pour les deux souverains d’apprécier cette initiative royale qui s’inscrit dans le cadre des engagements de Mohammed VI à protéger la religion. Dans la présentation qu’il a faite à cette occasion, le ministre marocain des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a souligné que depuis son accession au Trône, le roi Mohammed VI a procédé à des réformes structurantes et introduit une dynamique de concordance entre les cadres institutionnels de gestion moderne et les finalités de la religion sous différents aspects. La visite a été couronnée par une prestation de l’Orchestre philarmonique du Maroc (OPM), qui ont interprété un riche répertoire composé de mélange de musiques religieuses à travers les influences culturelles et les différents courants religieux, et prônant un appel au dialogue, au vivre-ensemble et à l'entente mutuelle, pour que les conflits qui assaillent l’humanité, cèdent la place à l'union et à la concorde.

Mohammed VI et le Pape François pour une immigration sûre et contrôlée

Peu après, le chef de l’église catholique s’est rendu, toujours dans la soirée du samedi, dans un centre de la Caritas (Secours catholique) où il a rencontré des migrants en faveur de qui il a plaidé pour « une immigration sûre, ordonnée et régulière ». Plaidant pour la mise en œuvre concrète et efficiente du Pacte de Marrakech sur la migration, signée en décembre dernier, le Pape François a estimé que « les sociétés d'accueil seront enrichies si elles savent valoriser au mieux la contribution des migrants en prévenant tout type de discrimination et tout sentiment xénophobe ». Pour le pape, «la promotion humaine des migrants et de leurs familles commence aussi par les communautés d'origine, là où doit être garanti, avec le droit d'émigrer, celui de ne pas être contraints à émigrer, c'est-à-dire le droit de trouver dans sa patrie des conditions qui permettent une vie digne ». Des propos qui viennent en écho à ceux tenus par le roi Mohammed VI qui, dans son discours de bienvenu a dit partagé avec le Pape, « la conviction d’une spiritualité agissante, au service du bien commun ». « La spiritualité n’est pas une fin en soi. Notre foi se traduit en actions concrètes. Elle nous apprend à aimer notre prochain. Elle nous apprend à l’aider », a insisté le roi qui a souligné que c’est pour cette raison, qu’il fait de son règne « un témoignage de proximité, au chevet des plus pauvres et des plus vulnérables ». Le souverain marocain à expliquer que c’est là l’esprit de l’Initiative Nationale de Développement Humain (INDH) lancée il y a 14 ans, afin d’améliorer la vie des personnes vulnérables, mais aussi, « c’est là également la philosophie de la politique d’immigration et d’asile que Nous avons mise en place, et que nous voulons, avant tout, solidaire ».

Une messe devant 10.000 personnes à Rabat

Au second jour de sa visite, le Pape François s’est rendu à Témara, à la périphérie de la capitale, où il rencontré des bénévoles du centre des œuvres sociales gérés par des religieuses espagnoles avant de s’entretenir avec les prêtres, les consacrés et les membres du Conseil œcuménique des Eglises à la Cathédral Saint Pierre de Rabat. Durant une cérémonie solennelle empreinte d’émotion le Pape François s’est entretenu avec Jean-Pierre Schumacher, le dernier survivant de la communauté des moines de Tibhirine en Algérie, et qui à 94 ans, réside actuellement au monastère Notre-Dame de l'Atlas, à Midelt, dans le nord du Maroc. Dans la soirée et avant de prendre son avion pour Rome, le chef du Vatican a présidé une gigantesque messe au Complexe Moulay Abdelallah de Rabat, où devant près de 10.000 personnes, il a prononcé une homélie dans laquelle il a fustigé « les divisions, les affrontements, l'agressivité, les conflits et les conditions inhumaines », que vivent des peuples et des communautés partout dans le monde.  « Les situations qui peuvent nous conduire à nous affronter et à nous diviser sont indiscutables. Nous ne pouvons pas le nier. La tentation de croire en la haine et en la vengeance comme moyens légitimes d’assurer la justice de manière rapide et efficace, nous menace toujours », a professé le pape François, qui a également plaidé pour la « fraternité et la dignité humaine ».

Durant cette cérémonie religieuse, le pape François a également eu des échanges avec des associations de jeunes marocains, des musulmans pour l’essentiel, qui ont tenu à lui transmettre des messages d’amour et de paix confortant par-là, la tolérance religieuse qui constitue une des caractéristiques du Maroc. Le royaume, grâce à la promotion d’un « islam tolérant » prônée par le roi Mohammed VI consolide ainsi son expérience en matière d’ouverture au dialogue interreligieux et civilisationnelle. Comme l’a mis en avant le souverain chérifien, dans un monde en quête de repères, c’est une nécessité de redonner la religion la place qui est la sienne c’est-à-dire au sein de l’Education.  « Mon plaidoyer pour l’éducation est un réquisitoire contre l’ignorance : ce sont les conceptions binaires et la méconnaissance qui menacent nos civilisations. Jamais la religion. », a insisté Mohammed VI pour qui « ce que tous les terroristes ont en commun n’est pas la religion, c’est précisément l’ignorance de la religion ». Selon Mohammed VI, « pour faire face aux radicalismes, la réponse n’est ni militaire ni budgétaire ; elle a un seul nom : Education ».

A.Y. Barma (Actuniger.com)

 

Commentaires  

0 #1 AZARO 08-04-2019 19:31
Paroles Paroles Que Des Paroles :-*
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 25/09/2020, 13:49
assemblee-nationale-discours-du-pan-a-l-ouverture-de-la-2e-session-ordinaire-au-titre-de-l-annee-2020 La 2ème session ordinaire de l’Assemblée nationale au titre de l’année 2020, dite Session...Lire plus...
Publier le 25/09/2020, 13:36
elections-2020-2021-l-union-europeenne-lance-son-programme-de-soutien-pour-un-processus-electoral-credible-inclusif-et-transparent Dans le cadre de sa coopération avec le Niger, l'Union européenne (UE) a signé une convention de...Lire plus...
Publier le 24/09/2020, 11:53
lutte-contre-la-covid-19-le-groupe-orano-renforce-les-capacites-operationnelles-du-cermes Dans le cadre du soutien aux autorités dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, le groupe Orano...Lire plus...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...Lire plus...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...
Publier le 23/09/2020, 06:45
ethique-et-bonne-gouvernance-les-douanes-nigeriennes-a-l-ecole-du-programme-anti-corruption-et-de-promotion-de-l-integrite-de-l-organisation-mondiale-des-douanes-a-cpi-omd Niamey abrite, du 22 au 23 septembre 2020, la première réunion des contributeurs internes et externes...
Publier le 20/09/2020, 12:05
presidentielles-l-opposant-hama-amadou-investi-candidat-par-le-moden-fa-lumana L’ancien président de l’Assemblée nationale a été de nouveau investi candidat du MODEN/FA LUMANA ce...
Publier le 21/09/2020, 14:45
elections-presidentielles-investi-candidat-du-mpr-jamhuriya-albade-abouba-annonce-ses-ambitions Le Mouvement Patriotique pour la République (MPR Jamhuriya) a investi son président Albadé Abouba...
Publier le 22/09/2020, 06:24
elections-presidentielles-pour-une-confrontation-loyale-et-equitable-gage-d-une-certaine-intelligence-politique-au-service-du-pays L’investiture, comme candidats aux prochaines élections présidentielles, de deux autres poids lourds...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...
Publier le 20/09/2020, 12:05
presidentielles-l-opposant-hama-amadou-investi-candidat-par-le-moden-fa-lumana L’ancien président de l’Assemblée nationale a été de nouveau investi candidat du MODEN/FA LUMANA ce...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 21/09/2020, 14:45
elections-presidentielles-investi-candidat-du-mpr-jamhuriya-albade-abouba-annonce-ses-ambitions Le Mouvement Patriotique pour la République (MPR Jamhuriya) a investi son président Albadé Abouba...
Publier le 21/09/2020, 22:15
mali-un-ancien-militaire-comme-chef-d-etat-et-l-essentiel-du-pouvoir-dans-les-mains-de-la-junte-militaire Les premières autorités de la transition politique sont connues depuis ce lundi 21 septembre 2020,...

Dans la même Rubrique

Mali : un ancien militaire comme chef d’Etat et l’essentiel du pouvoir dans les mains de la junte militaire

21 septembre 2020
Mali : un ancien militaire comme chef d’Etat et l’essentiel du pouvoir dans les mains de la junte militaire

Les premières autorités de la transition politique sont connues depuis ce lundi 21 septembre 2020, veille de la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance du pays. Il s’agit du colonel-major...

Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

16 septembre 2020
Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte militaire lors du mini-sommet sur la crise malienne qu’ils ont tenu le lundi 15...

Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

15 septembre 2020
Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

L’ancien président malien, le général à la retraite Moussa Traoré,  est décédé ce mardi 15 septembre 2020 à 83 ans, selon des sources familiales citées par plusieurs médias maliens. Au...

Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

7 septembre 2020
Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de la CEDEAO qui se sont réunis ce lundi en sommet ordinaire à Niamey, ont exigé la nomination d'un président de...

CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

3 septembre 2020
CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

Les Etats-Unis sont passés des menaces aux actes en imposant des sanctions à Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI). La gambienne est désormais inscrite sur la...

Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

2 septembre 2020
Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

Le président Alpha Condé s'est enfin exprimé ce mercredi sur sa candidature à la prochaine présidentielle du 18 octobre. A l’adresse de ses partisans réunis au Palais du peuple de...