lundi 8 août 2022

4006 lecteurs en ligne -

fraren

Mali : une vingtaine de civils encore tués lors d’une attaque dans la région de Ménaka

MENAKA 280118

Dans un communiqué qu’il a rendu public ce mercredi 16 janvier, le Mouvement pour le Salut de l’Azawad (MSA) a annoncé que des hommes armés ont attaqué le 15 janvier 2019, les villages de Taghatert et Inekar-Ouest, situés respectivement à 40 et 45km de Menaka, où se trouve également « un léger poste de sécurité du MSA ».

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

A l'issu des affrontements, « les assaillants ont procédé à l’exécution sommaire d'une vingtaine de personnes civiles dont des personnes âgées, en plus des quelques éléments du poste de sécurité du MSA morts au combat », a annoncé la même source qui ajouté que du côté des assaillants, plusieurs morts sont aussi à signaler. « Le MSA tout en condamnant ces crimes d’une horreur inexplicable, appelle la division des droits de l’homme de la MINUSMA, les organisations des droits de l’homme ainsi que toutes les autorités compétentes à diligenter une enquête pour traduire les auteurs de ces crimes devant les juridictions compétentes », souligne le communiqué dans lequel le MSA a réitéré, «  son appel au gouvernement du Mali ainsi qu'à toutes les personnes physiques et morales concernées et particulièrement aux mouvements signataires à tout mettre en œuvre pour endiguer cette vague de crimes de masse ».

La région de Ménaka est voisine de la région de Tillabéry au Niger mais également proche du Burkina dans une sorte de zone de non-droit où malgré la présence de la MINUSMA, de la force française Barkhane ainsi que des forces et autres supplétifs des armées des trois pays (GATIA, MSA), les attaques sont devenues persistantes. Des attaques de groupes armés qui dégénèrent parfois en conflits inter-communautaires. Récemment d’ailleurs, le MSA a fait cas d’une autre attaque meurtrière par d’individus armés qui se sont par la suite repliés au Niger alors que dans ce pays également, des assaillants mènent des opérations meurtrières avant de se replier soit au Mali ou au Burkina, amplifiant les menaces sécuritaires alors que la force conjointe du G5 Sahel se fait toujours attendre.

Ikali (Actuniger.com)



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com