lundi, 15 octobre 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

NITA Actu Niger 1 min

Idrissa seck marche

Les leaders de l'opposition Idrissa Seck et Malick Gakou ont été interpellés ce matin par les forces de l'ordre. Ils se rendaient à un rassemblement interdit devant l'Assemblée nationale, où les députés devaient examiner jeudi le projet de loi controversé imposant aux futurs candidats à la présidentielle d’obtenir le parrainage d’au moins 1 % du corps électoral.

Le leader du Grand Parti, Malick Gakou, a été appréhendé par les forces de l’ordre aux alentours de 9 h, jeudi 20 avril au matin, au niveau du Conseil économique et social. Il a ensuite été emmené au commissariat central de Dakar. « Il avait l’intention de se rendre à l’Assemblée nationale pour suivre le vote du projet de loi sur les parrainages, explique Mariama Dianké Diedhiou, attachée de presse de Malick Gakou. Depuis son arrestation, son téléphone sonne dans le vide. »

Au même moment, le chef du parti Rewmi, Idrissa Seck, a été arrêté dans le quartier de la Médina. Lui aussi se rendait à l’Assemblée, afin de protester contre le projet de loi présenté par le gouvernement.

« Le commissaire du 4e arrondissement de la Médina nous a intimés l’ordre de rebrousser chemin, indique Diattara Yankhoba, l’un des lieutenants d’Idrissa Seck. Ce que nous avons refusé de faire, au nom de notre droit constitutionnel à marcher pacifiquement. Les forces de l’ordre ont alors procédé à l’arrestation d’Idrissa Seck, avant de lancer du gaz lacrymogène sur les militants. »

Débats tendus à l’Assemblée

Thierno Bocoum, ancien numéro deux de Rewmi et désormais président du parti politique Agir, a également été arrêté aux abords de l’Assemblée nationale. « Des policiers l’ont embarqué en lui disant qu’il n’avait pas le droit d’être là », précise à Jeune Afrique son porte-parole Souleymane Soumare.

Par ailleurs, l’activiste Kilifeu, membre fondateur du mouvement citoyen « Y’en a marre », a également été arrêté. Le rappeur a été conduit au commissariat central de Dakar, a confirmé à Jeune AfriqueThiat, l’autre moitié du duo rap Keur Gui.

Plusieurs témoignages font état d’un impressionnant dispositif policier dans la capitale sénégalaise. Des heurts entre manifestants et forces de l’ordre ont notamment éclaté dans les quartiers de Sandaga et de la Médina.

À l’Assemblée nationale, les débats ont été suspendus pendant une durée de trente minutes, suite à des échanges de coups de poing entre députés de la majorité et de l’opposition.

Depuis sa présentation il y a quelques semaines par le gouvernement, le projet de loi sur les parrainages fait l’objet de vives critiques au sein de l’opposition. Le texte prévoit notamment l’obligation pour tous les candidats à la présidentielle d’obtenir le parrainage d’au moins 1 % du corps électoral – soit l’équivalent d’environ 65 000 personnes. Pour les députés, l’ensemble des candidats aux législatives devront réunir les signatures d’au moins 0,5 % des électeurs.

Le gouvernement explique que ces nouvelles dispositions vont permettre de réduire l’inflation des prétendants aux législatives et municipales. « Pour les législatives de 2017, on a vu s’opposer 47 listes. Or, seulement trois d’entre elles ont dépassé les 5 % [le seuil minimal pour pouvoir être remboursé de la caution électorale, ndlr]. On ne peut pas se permettre d’avoir 60 ou 70 listes l’an prochain. Ce serait ingérable », expliquait il y a quelques jours à Jeune Afrique El Hadj Hamidou Kassé, ministre conseiller en charge de la Communication du chef de l’État.

L’opposition, elle, dénonce un « funeste projet de parrainage-disqualification concernant les partis politiques ou l’élection présidentielle » qui vise à « empêcher les candidats de l’opposition », selon les termes du Front patriotique pour la défense de la République. Idrissa Seck, pour sa part, accuse le projet de loi d’être une « tentative de violation de la Constitution ».

dakar manif du 19 avril

manif du 19 avril a Dakar

AVEC Jeune Afrique

Commentaires   

+1 #1 Histoire 21-04-2018 18:35
Ça commence au Sénégal, Les gouvernants ont le devoir d'améliorer les textes tel que les procédures sur les élections, le code électoral, ... et partout ou ça se passe, l'opposition déclenche l'impasse pour embourber la basse classe du peuple cela même si c'est logique
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

EXE-promo-decodeur-internet-265x285 (2).jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Burkina Faso: raid de la force Barkhane après l'attaque d'une gendarmerie

4 octobre 2018
Burkina Faso: raid de la force Barkhane après l'attaque d'une gendarmerie

Selon un communiqué de l'état-major français, la force Barkhane a mené un raid aérien dans la nuit du 3 au 4 octobre dans le nord du Burkina Faso. L'opération faisait...

Recrudescence des attaques de Boko Haram au Tchad

30 septembre 2018
Recrudescence des attaques de Boko Haram au Tchad

  Une attaque d'éléments de Boko Haram dans la nuit de vendredi 28 à samedi 29 septembre a fait six morts sur la rive nord du lac Tchad, et dix-sept...

Migrations : la mission militaire italienne au Niger débute finalement

27 septembre 2018
Migrations : la mission militaire italienne au Niger débute finalement

La mission militaire italienne au Niger, visant à aider les autorités locales à contrôler les flux migratoires, va finalement débuter, huit mois après avoir été votée par le Parlement italien,...

Brésil: le fils du président de Guinée équatoriale bloqué à la douane avec plus de 16 millions de dollars dans les valises

17 septembre 2018
Brésil: le fils du président de Guinée équatoriale bloqué à la douane avec plus de 16 millions de dollars dans les valises

Les policiers brésiliens ont saisi ce vendredi un impressionnant magot dans les bagages de la délégation qui accompagnait Teodorin Obiang Mangue Nguema… La saisie est d’importance. Plus de 16 millions de dollars...

Mali: assassinat d’un commandant du MOC à Tombouctou

11 septembre 2018
Mali: assassinat d’un commandant du MOC à Tombouctou

Au Mali, un commandant du MOC a été assassiné à Tombouctou dimanche soir, le 9 septembre. Le MOC, Mécanisme opérationnel de coordination, a été prévu par l'accord de paix de...

Libye: spectaculaire évasion de 400 détenus dans une prison de Tripoli

3 septembre 2018
Libye: spectaculaire évasion de 400 détenus dans une prison de Tripoli

Grande évasion en Libye où 400 détenus ont pu fuir d'une prison du sud de la capitale libyenne, Tripoli. Une zone où des milices rivales s'opposent depuis plusieurs jours. Tous...