NITA Fond Site Web 675 x 240

Sibusio Moyo

Des officiers de l'armée ont fait irruption dans la nuit à la télévision nationale. Ils ont expliqué viser des «criminels» dans l'entourage du président Robert Mugabe, affirmant que ce dernier est sain et sauf. Ce matin, des blindés contrôlent les accès au Parlement et aux bureaux où se réunit le gouvernement.

Zeyna commission0

Des blindés de l'armée du Zimbabwe contrôlent ce mercredi matin, dans la capitale Harare, les accès au Parlement, au siège du parti au pouvoir et aux bureaux où le président Robert Mugabe réunit son gouvernement.

Dans la nuit, des officiers de l'armée ont annoncé être intervenus pour éliminer des «criminels» proches du président mais ont démenti toute tentative de coup d'État contre le maître absolu du pays depuis 1980. «Dès que notre mission sera accomplie, a affirmé le général Sibusiso Moyo à la télévision nationale, nous nous attendons à ce que la situation retourne à la normale». «Nous assurons à la Nation que son Excellence le président (...) et sa famille sont sains et saufs et que leur sécurité est garantie», a-t-il ajouté.

Mercredi matin, des soldats empêchaient les véhicules de passer devant le Parlement. Des échanges de tirs nourris ont été entendus dans la nuit près de la résidence privée de Robert Mugabe, a rapporté un témoin à l'Agence France-Presse. Mardi, un convoi de blindés avait été observé en mouvement près de la capitale, nourrissant les rumeurs d'un coup d'État militaire en préparation contre le président, qui règne sans partage sur le pays depuis son indépendance. Dans un communiqué publié tard mardi soir, l'ambassade des États-Unis au Zimbabwe avait recommandé à ses ressortissants de rester chez eux «à l'abri» en raison des «incertitudes politiques».

Robert Mugabe, 93 ans, est engagé dans un bras de fer sans précédent avec le chef de l'armée qui a dénoncé lundi sa décision de limoger le vice-président Mnangagwa. L'armée pourrait «intervenir» si cette «purge» ne cessait pas au sein du parti présidentiel, avait mis en garde devant la presse le chef d'état-major, le général Constantino Chiwenga.

Le parti du président Mugabe, la Zanu-PF, a accusé en retour mardi le chef de l'armée de «conduite relevant de la trahison» et dénoncé sa volonté de «perturber la paix nationale» et «encourager au soulèvement».

L'ancien vice-président Mnangagwa a été démis de ses fonctions et a fui le pays, après un bras de fer avec la Première dame, Grace Mugabe. Figure controversée connue pour ses accès de colère, Grace Mugabe compte de nombreux opposants au sein du parti et du gouvernement. Avec le limogeage de Mnangagwa, Grace Mugabe se retrouve en position idéale pour succéder à son époux. Le sort du chef d'état-major de l'armée restait inconnu tôt mercredi matin.

Zeyna commission0

Le Figaro



Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
2615 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
570 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
362 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
509 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
400 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
386 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2287 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages