vendredi, 18 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Arabie-saoudite

Riyad tente de convaincre les Etats africains de rompre leurs relations diplomatiques avec Doha. Sept pays ont déjà cédé, explique le chercheur Benjamin Augé.

Zeyna transfert argent bis

La violente crise diplomatique survenue le lundi 5 juin entre l’Arabie saoudite et le Qatar – ce dernier étant accusé de soutenir le terrorisme – a des répercussions jusqu’en Afrique. De fait, Riyad se démène pour obtenir le soutien du plus grand nombre d’Etats africains, sommés de prendre position.

Lire aussi :   Le Qatar juge « sans fondement » la liste de « terroristes » publiée par l’Arabie saoudite

Six pays du continent (NigerMauritanieSénégalTchadEgypte et les Comores) ont déjà fait le choix de rappeler leur ambassadeur en poste à Doha. De son côté, Djibouti a préféré réduire le personnel de son ambassade pour ne pas insulter l’avenir, le Qatar faisant office de médiateur sur le différend frontalier qui oppose le pays à l’Erythrée.

Deux moyens de pression

Les présidents des Etats africains dans lesquels la population est à dominante musulmane – et où de nombreux lieux de prière sont construits et contrôlés par les intérêts saoudiens via des organismes de charité – subissent une forte pression depuis le déclenchement de la crise qui a conduit l’Arabie saoudite, mais aussi les Emirats arabes unis, Bahreïn, le Yémen et l’Egypte, à couper les relations diplomatiques avec le Qatar et à organiser un blocus terrestre et aérien à son encontre.

L’Arabie saoudite a utilisé ses ambassadeurs dans les capitales africaines ou des émissaires spécialement envoyés depuis Riyad afin de convaincre les présidents de prendre l’unique décision qui s’impose à ses yeux : le rappel des ambassadeurs en poste à Doha et la rupture des relations diplomatiques. Pour ce faire, deux moyens de pression ont été utilisés par ses émissaires : l’arrêt potentiel d’une manne financière pourtant jusqu’alors très modeste – en dehors des projets financés par le Fonds arabe pour le développement économique et social (Fades) – et des menaces à peine voilées de complications dans l’obtention de visas pour le pèlerinage à La Mecque.

Ces deux arguments ont souvent payé dès les premières prises de contacts, notamment dans les Etats se trouvant dans une position difficile au niveau économique et politique. Certains pays ayant des rapports difficiles avec le Qatar, comme la Mauritanie, n’ont même pas eu besoin d’une quelconque pression pour prendre le parti de l’Arabie saoudite. La décision de rappel des ambassadeurs a souvent été prise par les seuls présidents africains, sans l’avis de leurs gouvernements ni des ministres des affaires étrangères.

Le Nigeria fait de la résistance

Pourtant, certains Etats africains où la population musulmane est importante n’ont pas souhaité prendre position dans ce conflit. Les pays du Maghreb – MarocAlgérieTunisie –, mais aussi le Soudan et la Somalie, ont appelé au dialogue sans prendre parti, considérant qu’ils n’ont pas à choisir entre les deux principaux protagonistes, avec lesquels ils ont des liens diplomatiques et économiques forts.

Le cas le plus singulier reste le Nigeria, où le nombre de citoyens musulmans est probablement le plus élevé du continent africain, avec l’Egypte. L’ancien président nigérian Goodluck Jonathan a ouvert en 2013 une représentation diplomatique à Doha et les deux pays se côtoient depuis longtemps dans le cadre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de son pendant gazier, le Gas Exporting Countries Forum, dont le siège est au Qatar.

Les relations sont également bonnes avec l’Arabie saoudite, où l’actuel président nigérian, Muhammadu Buhari, s’est rendu en février 2016, avant de passer par Doha. Cependant, M. Buhari, général nationaliste, accepte très difficilement la pression extérieure. Lors du sommet de Riyad où se sont réunis fin mai une cinquantaine d’Etats sunnites ainsi que le président américain Donald Trump, le Nigeria n’a envoyé que des ministres, alors que la plupart des pays étaient représentés par leur président ou leur premier ministre.

M. Buhari – tout comme son vice-président, Yemi Osinbajo, actuellement président par intérim – ne souhaite pas qu’on lui dicte ce qu’il doit faire dans son pays, pas plus qu’il ne veut être l’otage de quiconque sur le plan international. Il a, enfin, le devoir de ne pas exacerber les tensions religieuses dans la fédération qu’il dirige : une grande partie de la population est chrétienne et n’accepte pas que le Nigeria soit considéré comme un pays musulman.

Manque de diplomates

Si le Qatar n’a pas su éviter les ruptures avec certains pays africains, c’est en partie par manque de diplomates, sachant qu’une partie des ambassadeurs qataris sont depuis deux semaines à Doha pour le ramadan. En outre, les ministres ou émissaires spéciaux de l’émir Tamim Ben Hamad Al-Thani ont concentré leurs efforts sur les grandes puissances occidentales et arabes.

Ces dix dernières années, le Qatar a pourtant dégagé d’importants moyens pour que les pays africains, y compris les plus vulnérables économiquement, puissent ouvrir une ambassade à Doha, mettant gracieusement à leur disposition des locaux et des véhicules. L’émirat est conscient que sa générosité supposée saura faire revenir, à moyen terme, la plupart des Etats partis sous la menace saoudienne. Cette crise souligne cependant cruellement combien la puissance géopolitique du Qatar, en constante ascension depuis le milieu des années 1990, demeure sans comparaison avec son grand voisin… qui souhaite aujourd’hui le lui rappeler.

 

Benjamin Augé

Le Monde

Zeyna transfert argent bis

 

Commentaires  

0 #1 moi mm 13-06-2017 14:35
pauvre de nous. on les suit les yeux fermés. j'aurais aimé que notre IM soit courageux comme GMB
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Vision 13-06-2017 14:55
Kaitcho!!!! Mon pauvre pays.... Suivisme a l'aveuglette...MI, qui es tu en fait?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Maidamissa 14-06-2017 07:31
Ils sont tous les mêmes ces pays arabes du golf n'ont pas de considération pour les noirs que tu sois musulman ou non.
MI a pris une bonne décision car si demain lArabie refuse le visa à vos pauvres pèlerins vous seriez les premiers à le qualifier de Charlie car notre population ne fait jamais bloque pour l'intérêt de notre pays.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #4 baraka 14-06-2017 08:22
Citation en provenance du commentaire précédent de Maidamissa :
Ils sont tous les mêmes ces pays arabes ....
MI a pris une bonne décision car si demain lArabie refuse le visa à vos pauvres pèlerins vous seriez les premiers à le qualifier de Charlie car notre population ne fait jamais bloque pour l'intérêt de notre pays.

Ni le Mali, le Burkina, le Nigeria, le Cameroun, etc. n´ont pas rappele leur ambassadeur et pourtant leurs citoyens musulmans feront le pelerinage dans les memes conditions que les notres. Par ailleurs, si l´arabie saoudite est vraiment un pays respectueux de l´islam et son roi merite le titre de gardien des lieux saints, alors il se garderait de diviser les pays musulmans et utiliser les visas de pelerinage comme moyen de chantage. La decision du Niger est malheureuse et n´obeit a aucune logique car aucun interet national n´est en jeu, par contre la fiabilite du niger en tant que partenaire est compromise par cette diplomatie qui navigue a vue.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 MAHMOUD IZAEDI 14-06-2017 09:48
Le Niger devrait choisi une neutralité en cette affaire et d'appeler au dialogue comme se que Maroc à fais. Le Qatar n'a attend rien au niger il n'a même pas une Ambassade à Niamey il fais des grands investissements au niger avec des millions de dollars attravert ses ONG comme QATAR CHARITE dommage mon gouvernement
#soutien-Qatar
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Darsharieh 14-06-2017 14:02
Et qu'est-ce que fait le gouvernement nigérien pour les nigériens qui travaillent au Qatar?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 Blackmarket 14-06-2017 14:28
La faim et l’avidité nous empêcheront toujours d’être souverains...
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 17/09/2020, 06:28
lutte-contre-le-chomage-des-jeunes-lancement-de-la-formation-de-reconversion-professionnelle-des-jeunes-diplomes-par-l-anpe-sur-financement-du-prodec Le Centre de Perfectionnement des Travaux Publics (CPTP) de Niamey a servi de cadre, mardi 15...Lire plus...
Publier le 16/09/2020, 20:17
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-16-septembre-2020  Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mercredi 16 septembre 2020, dans la salle...Lire plus...
Publier le 16/09/2020, 11:19
mali-les-chefs-d-etat-de-la-cedeao-exigent-une-transition-civile-et-la-dissolution-du-cnsp-pour-lever-les-sanctions-communique-final-du-sommet-d-accra Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte...Lire plus...
Publier le 16/09/2020, 11:07
communique-de-presse-conjoint-trois-defenseurs-des-droits-humains-injustement-detenus-entament-leur-sixieme-mois-en-prison ● Moudi Moussa, Halidou Mounkaila et Maikoul Zodi sont des prisonniers de conscience qui doivent...Lire plus...
Publier le 14/09/2020, 08:14
fichier-electoral-biometrique-les-coalitions-politiques-cap-20-21-et-gayya-zabbe-rejettent-en-bloc-les-resultats-de-l-audit-communique Communiqué des coalitions politiques CAP 20-21 et GAYYA ZABBE relatif a l’audit du fichier électoral...
Publier le 15/09/2020, 21:10
barkhane-dans-la-region-de-tillaberi-deux-lieutenants-francais-et-nigerien-dirigent-conjointement-une-operation-militaire Fin juillet 2020, sur une base opérationnelle avancée temporaire (BOAT) au cœur de la région de...
Publier le 16/09/2020, 11:19
mali-les-chefs-d-etat-de-la-cedeao-exigent-une-transition-civile-et-la-dissolution-du-cnsp-pour-lever-les-sanctions-communique-final-du-sommet-d-accra Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte...
Publier le 14/09/2020, 08:29
insecurite-2-soldats-de-la-garde-nationale-tues-dans-une-attaque-non-revendiquee-a-assamaka-region-d-agadez Deux (2) éléments de la Garde nationale du Niger (GNN) ont été tués samedi dernier suite à une attaque...
Publier le 16/09/2020, 20:17
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-16-septembre-2020  Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mercredi 16 septembre 2020, dans la salle...
Publier le 14/09/2020, 08:14
fichier-electoral-biometrique-les-coalitions-politiques-cap-20-21-et-gayya-zabbe-rejettent-en-bloc-les-resultats-de-l-audit-communique Communiqué des coalitions politiques CAP 20-21 et GAYYA ZABBE relatif a l’audit du fichier électoral...
Publier le 15/09/2020, 21:10
barkhane-dans-la-region-de-tillaberi-deux-lieutenants-francais-et-nigerien-dirigent-conjointement-une-operation-militaire Fin juillet 2020, sur une base opérationnelle avancée temporaire (BOAT) au cœur de la région de...

Dans la même Rubrique

Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

16 septembre 2020
Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte militaire lors du mini-sommet sur la crise malienne qu’ils ont tenu le lundi 15...

Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

15 septembre 2020
Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

L’ancien président malien, le général à la retraite Moussa Traoré,  est décédé ce mardi 15 septembre 2020 à 83 ans, selon des sources familiales citées par plusieurs médias maliens. Au...

Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

7 septembre 2020
Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de la CEDEAO qui se sont réunis ce lundi en sommet ordinaire à Niamey, ont exigé la nomination d'un président de...

CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

3 septembre 2020
CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

Les Etats-Unis sont passés des menaces aux actes en imposant des sanctions à Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI). La gambienne est désormais inscrite sur la...

Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

2 septembre 2020
Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

Le président Alpha Condé s'est enfin exprimé ce mercredi sur sa candidature à la prochaine présidentielle du 18 octobre. A l’adresse de ses partisans réunis au Palais du peuple de...

Sommet de la CEDEAO sur le Mali : la levée des sanctions conditionnée à une transition civile de 12 mois

28 août 2020
Sommet de la CEDEAO sur le Mali : la levée des sanctions conditionnée à une transition civile de 12 mois

A l’issue de leur second sommet extraordinaire sur la situation sociopolitique au Mali, qui s’est tenu par visioconférence ce vendredi 28 août, les chefs d’Etat de la CEDEAO ont pris...