vendredi, 18 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


blaise compaore afp 512x288

C'est désormais officiel : Blaise Compaoré, l'ancien président burkinabè, est Ivoirien. Son décret de naturalisation, signé de la main du président Alassane Ouattara, est daté de novembre 2014, soit seulement un mois après la chute de l'ancien président. Ce décret a été publié au Journal officiel en janvier 2016.

Zeyna transfert argent bis

L'ancien président du Burkina Faso est exilé en Côte d'Ivoire depuis qu'il a été chassé du pouvoir. Blaise Compaoré fait l'objet d'un mandat d'arrêt international pour son implication présumée dans la mort de l'ancien chef d'Etat Thomas Sankara. Il devrait donc devrait échapper à la justice car il ne peut pas être extradé.

Le décret numéro 2014-701 ne fait qu'une vingtaine de lignes. Signé d'Alassane Ouattara, il annonce sobrement, que suite à sa demande, Blaise Compaoré, né en 1951 à Ouagadougou, est naturalisé ivoirien. Le décret suivant annonce, lui, la naturalisation de François Compaoré, le frère de l'ancien président burkinabè.

Les textes sont datés du 17 novembre 2014, soit à peine plus de quinze jours après la chute de l'ex-chef d'Etat et son exil à Abidjan. Mais ils sont entrés en vigueur au lendemain de leur publication, le 18 janvier 2016.

Ces naturalisations interviennent donc un mois seulement après l'émission d'un mandat d'arrêt international par la justice du Burkina Faso contre l'ancien président du pays. Celui-ci est inculpé pour son rôle présumé dans l'assassinat de l'ancien président du Burkina Faso Thomas Sankara en 1987 lors d'un coup d'Etat qui porta Blaise Compaoré au pouvoir. De plus, il est impliqué d'attentat contre la sûreté de l'Etat, complicité d'assassinat et complicité de recel de cadavre. 

Les autorités ivoiriennes ne souhaitent pas commenter ces informations. « C'est une affaire strictement personnelle », réagit ainsi une source.

Blaise Compaoré devrait donc devrait échapper à la justice du pays qu'il a dirigé pendant de longues années. Etant donné les liens d'amitié entre Blaise Compaoré et Alassane Ouattara, une extradition semblait peu probable, après cette naturalisation, elle l'est encore moins.

« Lamentable »

En tout cas, la nouvelle fait débat à Ouagadougou. Si certains partisans de l’ancien président n’y voient aucun inconvénient, d’autres par contre, ses adversaires, qualifient d’acte « honteux » de celui qui a dirigé le Burkina Faso pendant 27 ans.

Pour Pascal Zaida, secrétaire exécutif du mouvement populaire des jeunes, un mouvement qui avait soutenu le projet de référendum défendu par les partisans de l’ancien président, il sera difficile pour Blaise Compaoré de se présenter devant une justice à deux vitesses. «Nous estimons que d'un point de vue légal, c'est normal, il peut avoir la nationalité, ce n'est pas interdit. Maintenant, vous savez que nous sommes dans un pays où sous la transition, il y avait la justice des vainqueurs, et c'est cette même justice qui prévaut aujourd'hui. Si les autorités actuelles peuvent lui garantir une justice impartiale et équitable, je ne vois pas pourquoi il ne viendra pas y répondre. Mais par contre, si c'est pour faire encore la justice des vainqueurs, il a bien entendu raison de prendre la nationalité ivoirienne. »

La stabilité du pays reste la priorité

De l’autre côté, les mouvements qui ont mené la lutte contre le régime de Blaise Compaoré, se disent affligés par cette décision de l’ancien président burkinabè de se réfugier sous une autre nationalité. « En un mot comme en mille, c'est tout simplement lamentable. Il l'a fait pour échapper à la justice de son pays, parce qu'il sait que la Côte d'Ivoire n'extrade pas ses ressortissants. Mais ceci est terriblement honteux. Il jette l'opprobre sur lui-même et sur tous ceux qui sont liés à lui », déplore Ismaël Diallo, coordonnateur du Front de renforcement de la citoyenneté.

A moins de renoncer à la nationalité burkinabè, poursuit Ismaël Diallo, Blaise Compaoré « n’échappera pas éternellement à la justice de son pays ».

Mais, à Ouagadougou, on estime, presque résigné, que l'urgence est ailleurs. L'important pour la stabilité du pays, c'est surtout de neutraliser les anciens membres de l'ex-régiment de sécurité présidentielle, déclarait ainsi Alpha Barry lundi lors de sa visite à Abidjan. Après l'extradition de Moussa Niébé, considéré comme un des fidèles de Blaise Compaoré. Le ministre burkinabè des Affaires étrangères assurait qu'Alassane Ouattara s'était engagé à aider le Burkina Faso à arrêter les ex-soldats du RSP.

Guy Hervé Kam : Quand on regarde les conditions de naturalisation en droit ivoirien, on se rend compte qu'il y a quand même une condition de durée que ni Blaise Compaoré, ni son frère, ne remplissent

 

RFI

Zeyna transfert argent bis

Commentaires  

0 #1 dosso-ize 24-02-2016 15:58
Il y a un proverbe africain qui dit que >.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 GASKYA RABAGARDAMA 24-02-2016 16:58
Avec de tel décret, c'est la fin de la Justice dans nos pays. Il est clair que tout ça, n'est qu'un début d'application du Programme de Domination Mondial par Satan qui instaurera l'injustice partout sur la planète où les plus riches et puissants s'appuient sur les pauvres pour se lever et écrasent les plus faibles et en font leur passage pour avancer. Nous l'avions toujours dit que le fuyard de chez nous ne s'est entourés que par des individus préfabriqués à base de faux documents, faux diplômes pour occuper les hautes fonctions au sein de notre administration. H+ eut voulu ça en fuyant chez l'ex-burkinabé qui, aujourd'hui, se voit naturalisé ivoirien pour échapper aux griffes de la Justice du pays où il fut l'incontestable incontesté Président. Quelle duperie sur cet intègre peuple! Il est urgent que l'UA revoie ses textes de relation internationale car, juridiquement, aucun pays membre, ne naturaliserait, Blaise Campaoré soit-il, avant d'y avoir vécu pendant un certain temps.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 dame justice 24-02-2016 22:22
Qu'est ce la CPI attend pour s'occuper du cas de ce tyran sanguinaire, il faut q'il paye pour tous ces crimes qui ont jalonné son "règne" au Burkina Faso et c'est toujours comme ça les grands criminels sont les plus peureux face à la justice
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #4 GUIWA 24-02-2016 23:42
Ou est la dignité? pourquoi les hommes n'aime pas mourir dans dignité? Allahhou akbar!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #5 observateur 25-02-2016 12:55
L'Afrique à toujours eux des articles au qu'elle nos "Dirigeants" s' appuis pour nous faire comprendre le faux. Pourquoi refuser l'appareil de contrôle des dossiers que Kadhafi à voulu faire pour L'Afrique ses nos "Dirigeants" qui on refuser et cela démontre leurs lâchetés et leurs mal gouvernance.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 17/09/2020, 06:28
lutte-contre-le-chomage-des-jeunes-lancement-de-la-formation-de-reconversion-professionnelle-des-jeunes-diplomes-par-l-anpe-sur-financement-du-prodec Le Centre de Perfectionnement des Travaux Publics (CPTP) de Niamey a servi de cadre, mardi 15...Lire plus...
Publier le 16/09/2020, 20:17
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-16-septembre-2020  Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mercredi 16 septembre 2020, dans la salle...Lire plus...
Publier le 16/09/2020, 11:19
mali-les-chefs-d-etat-de-la-cedeao-exigent-une-transition-civile-et-la-dissolution-du-cnsp-pour-lever-les-sanctions-communique-final-du-sommet-d-accra Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte...Lire plus...
Publier le 16/09/2020, 11:07
communique-de-presse-conjoint-trois-defenseurs-des-droits-humains-injustement-detenus-entament-leur-sixieme-mois-en-prison ● Moudi Moussa, Halidou Mounkaila et Maikoul Zodi sont des prisonniers de conscience qui doivent...Lire plus...
Publier le 14/09/2020, 08:14
fichier-electoral-biometrique-les-coalitions-politiques-cap-20-21-et-gayya-zabbe-rejettent-en-bloc-les-resultats-de-l-audit-communique Communiqué des coalitions politiques CAP 20-21 et GAYYA ZABBE relatif a l’audit du fichier électoral...
Publier le 15/09/2020, 21:10
barkhane-dans-la-region-de-tillaberi-deux-lieutenants-francais-et-nigerien-dirigent-conjointement-une-operation-militaire Fin juillet 2020, sur une base opérationnelle avancée temporaire (BOAT) au cœur de la région de...
Publier le 16/09/2020, 11:19
mali-les-chefs-d-etat-de-la-cedeao-exigent-une-transition-civile-et-la-dissolution-du-cnsp-pour-lever-les-sanctions-communique-final-du-sommet-d-accra Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte...
Publier le 14/09/2020, 08:29
insecurite-2-soldats-de-la-garde-nationale-tues-dans-une-attaque-non-revendiquee-a-assamaka-region-d-agadez Deux (2) éléments de la Garde nationale du Niger (GNN) ont été tués samedi dernier suite à une attaque...
Publier le 16/09/2020, 20:17
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-16-septembre-2020  Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mercredi 16 septembre 2020, dans la salle...
Publier le 14/09/2020, 08:14
fichier-electoral-biometrique-les-coalitions-politiques-cap-20-21-et-gayya-zabbe-rejettent-en-bloc-les-resultats-de-l-audit-communique Communiqué des coalitions politiques CAP 20-21 et GAYYA ZABBE relatif a l’audit du fichier électoral...
Publier le 15/09/2020, 21:10
barkhane-dans-la-region-de-tillaberi-deux-lieutenants-francais-et-nigerien-dirigent-conjointement-une-operation-militaire Fin juillet 2020, sur une base opérationnelle avancée temporaire (BOAT) au cœur de la région de...

Dans la même Rubrique

Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

16 septembre 2020
Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte militaire lors du mini-sommet sur la crise malienne qu’ils ont tenu le lundi 15...

Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

15 septembre 2020
Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

L’ancien président malien, le général à la retraite Moussa Traoré,  est décédé ce mardi 15 septembre 2020 à 83 ans, selon des sources familiales citées par plusieurs médias maliens. Au...

Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

7 septembre 2020
Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de la CEDEAO qui se sont réunis ce lundi en sommet ordinaire à Niamey, ont exigé la nomination d'un président de...

CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

3 septembre 2020
CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

Les Etats-Unis sont passés des menaces aux actes en imposant des sanctions à Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI). La gambienne est désormais inscrite sur la...

Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

2 septembre 2020
Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

Le président Alpha Condé s'est enfin exprimé ce mercredi sur sa candidature à la prochaine présidentielle du 18 octobre. A l’adresse de ses partisans réunis au Palais du peuple de...

Sommet de la CEDEAO sur le Mali : la levée des sanctions conditionnée à une transition civile de 12 mois

28 août 2020
Sommet de la CEDEAO sur le Mali : la levée des sanctions conditionnée à une transition civile de 12 mois

A l’issue de leur second sommet extraordinaire sur la situation sociopolitique au Mali, qui s’est tenu par visioconférence ce vendredi 28 août, les chefs d’Etat de la CEDEAO ont pris...