dimanche, 20 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Messi et Bongo

Au lendemain de la visite controversée de la star argentine de football et au regard de la tournure prise par les événements, le débat sur le rôle du président de la République, ses implications et responsabilités se fait plus pesant que jamais.

Si l’actualité du week-end écoulé n’a pas été avare, l’attention du commun des mortels a été retenue par un fait curieux. Au lendemain de la visite controversée de Lionel Messi au Gabon, la capacité de nos dirigeants à habiter leurs fonctions est sujette à débat. Pourquoi ? En dépit des arguments développés par les zélateurs du pouvoir en place pour banaliser ou minimiser les faits, l’accoutrement de la vedette argentine du football et le comportement du président de la République sont passés au peigne fin.

Un gamin de 28 ans, vêtu d’un bermuda en jean’s dans le pur style grunge et d’un tee-shirt à tête de mort, accueilli au bas de la passerelle d’un jet privé par des ministres en costumes et cravates. Le même gamin, dans le même accoutrement, marchant sur le tapis rouge à côté d’un président de République en veston. Plus éloquent, on le retrouve aussi, assis sur le siège du mort ou à l’arrière d’un véhicule conduit par… un président de République. Il n’en fallait pas plus pour déchaîner les réseaux sociaux ou susciter la polémique. Le président de la République est une institution. Il est même la clef de voûte de tout le système institutionnel. Il représente la continuité et la légitimité de l’Etat. Chacun le sait : il assure la représentation extérieure du pays, détermine la politique nationale, promulgue les lois, nomme aux hautes fonctions publiques, assume les fonctions de président du Conseil supérieur de la magistrature et de chef suprême des armées, dispose du pouvoir de grâce et peut déclarer la guerre. Pourtant, un président de République a bel et bien servi de guide touristique et de chauffeur à une star dont le seul mérite est de bien jouer au football.

La controverse Messi

Y-a-t-il faute ? Si oui, où en situer la responsabilité ? A la fois être humain et institution, le président de la République dispose d’un cabinet et d’une administration censés le conseiller et l’aider dans la prise de décision et la conduite des affaires publiques. Dans un contexte où son statut juridictionnel lui confère une irresponsabilité pénale, civile et administrative, l’argument de la vie privée est difficilement soutenable. Dans bien des cas – et plus encore dans celui du Gabon – une confusion est savamment entretenue entre vie publique et vie privée, affaires publiques et affaires privées. Ainsi des agents publics se retrouvent-ils affectés à des tâches relevant de la vie privée. Sans prendre la précaution d’établir une différence entre affaires publiques et affaires privées, les deniers publics servent, tout naturellement, au financement de la vie de tous les jours.

Au lendemain de la controverse Messi, on doit bien pouvoir interroger le statut du président de la République. On est même en droit d’analyser les répercussions des agissements d’Ali Bongo sur l’autorité et la respectabilité de l’Etat. Naturellement, les arguments sont tranchés et contradictoires. Ils se fondent sur les avantages escomptés par les uns et les autres mais aussi sur leurs visions du monde respectives. Les militants PDG et plus largement les tenants de la politique d’Ali Bongo dénoncent une tempête dans un verre d’eau, évoquant une éventuelle reconnaissance du pays et de prétendues retombées au plan touristique. Les autres s’arc-boutent contre les règles de bienséance, le code vestimentaire édicté dans l’administration publique, le coût du déplacement de Messi et les tensions actuelles de trésorerie pour fustiger cette visite. Dans cette controverse, une réalité submerge : l’incapacité des citoyens à aller au-delà des intérêts particuliers et à s’accorder sur une lecture politique, juridique et institutionnelle.

Quel respect pour les institutions ?

Pourtant, il faut bien revenir aux fondamentaux. Le président de la République ne sera jamais un citoyen lambda. Ses pouvoirs exorbitants lui confèrent des droits particuliers, des protections exclusives, des avantages spécifiques. En revanche, ils lui donnent des devoirs sui generis, le soumettent à des expositions distinctives et lui imposent un comportement caractéristique. Pour lui, le quotidien se résume aux responsabilités et pas aux loisirs. Sa vie relève du sacerdoce et non du dîner de gala. Ses avantages en font une personnalité surveillée de près, dans tous les sens du terme. De ce fait, il doit avoir, en tout temps et tout lieu, une tenue exemplaire, digne de son rang. Pour toutes ces raisons, on ne peut tenir son attitude face à un footballeur, fut-il talentueux et de notoriété mondiale, pour une simple péripétie. On n’a pas le droit de considérer le comportement du footballeur concerné comme un vulgaire incident. Il suffit, pour s’en convaincre, de considérer son port vestimentaire face à la présidente d’Argentine – son pays d’origine -, Cristina Fernandes de Kirchner, ou au pape François. Qu’on le veuille ou non, une pointe d’insolence, d’arrogance voire de mépris suinte de l’attitude affichée par Lionel Messi. Qu’on l’approuve ou pas, Ali Bongo aurait gagné à ne pas se prêter à cette plaisanterie de mauvais goût. Pour le respect dû à son rang et au nom de la République, il pouvait, à bon droit, refuser de recevoir une star jouant les divas ou enfants capricieux.

Désormais, il appartient aux autres institutions, notamment la Cour constitutionnelle, et au cabinet du président de la République, particulièrement la direction générale du protocole d’Etat, et non aux militants zélés de se pencher sur cette question : l’existence éventuelle d’une ligne de démarcation claire entre l’institution président de la République et l’être humain président de la République. Pour le commun des mortels, cette distinction semble difficile à établir, à convenir et à acter. Le citoyen Ali Bongo étant président de la République 24h/24, 365 jours/365, on ne peut défendre les privilèges d’une fonction sans en accepter les servitudes. Au mépris de la prééminence du président de la République sur l’édifice institutionnel, il s’en trouve encore pour se poser en défenseurs d’une république du strass et des paillettes, d’une présidence de République à la portée voire à la hauteur de la première célébrité venue. Si ces citoyens-là ont une certaine idée de la République, on en vient à se demander quel respect ont-ils pour les institutions et ceux qui les incarnent ou les dirigent…

 Gabonreview.com

{jathumbnail off}

Commentaires  

+1 #1 Le juste milieu 24-07-2015 09:55
Article tres pertinen et plein de bon sens.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 Tanout 24-07-2015 13:39
Nous avons vu la même chose à Niamey avec Bolloré
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 N. E. R 24-07-2015 19:24
;-0 ;-0 la honte, c'est vraiment une banalisation de la fonction présidentielle :((
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 18/09/2020, 20:33
marathon-day-du-groupe-bollore-au-niger-l-edition-2020-en-solidarite-avec-les-victimes-des-inondations Comme chaque année depuis 2016, les collaborateurs du groupe Bolloré ont répondu présent au...Lire plus...
Publier le 18/09/2020, 12:17
unicef-niger-en-fin-de-mission-la-representante-dr-felicite-tchibindat-felicitee-par-les-autorites-pour-son-travail-au-service-des-enfants Le Premier Ministre, M. Brigi Rafini, a exprimé au nom du Gouvernement du Niger, jeudi 17 septembre au...Lire plus...
Publier le 17/09/2020, 06:28
lutte-contre-le-chomage-des-jeunes-lancement-de-la-formation-de-reconversion-professionnelle-des-jeunes-diplomes-par-l-anpe-sur-financement-du-prodec Le Centre de Perfectionnement des Travaux Publics (CPTP) de Niamey a servi de cadre, mardi 15...Lire plus...
Publier le 16/09/2020, 20:17
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-16-septembre-2020  Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mercredi 16 septembre 2020, dans la salle...Lire plus...
Publier le 14/09/2020, 08:14
fichier-electoral-biometrique-les-coalitions-politiques-cap-20-21-et-gayya-zabbe-rejettent-en-bloc-les-resultats-de-l-audit-communique Communiqué des coalitions politiques CAP 20-21 et GAYYA ZABBE relatif a l’audit du fichier électoral...
Publier le 15/09/2020, 21:10
barkhane-dans-la-region-de-tillaberi-deux-lieutenants-francais-et-nigerien-dirigent-conjointement-une-operation-militaire Fin juillet 2020, sur une base opérationnelle avancée temporaire (BOAT) au cœur de la région de...
Publier le 16/09/2020, 11:19
mali-les-chefs-d-etat-de-la-cedeao-exigent-une-transition-civile-et-la-dissolution-du-cnsp-pour-lever-les-sanctions-communique-final-du-sommet-d-accra Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte...
Publier le 14/09/2020, 08:29
insecurite-2-soldats-de-la-garde-nationale-tues-dans-une-attaque-non-revendiquee-a-assamaka-region-d-agadez Deux (2) éléments de la Garde nationale du Niger (GNN) ont été tués samedi dernier suite à une attaque...
Publier le 16/09/2020, 20:17
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-16-septembre-2020  Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mercredi 16 septembre 2020, dans la salle...
Publier le 15/09/2020, 21:10
barkhane-dans-la-region-de-tillaberi-deux-lieutenants-francais-et-nigerien-dirigent-conjointement-une-operation-militaire Fin juillet 2020, sur une base opérationnelle avancée temporaire (BOAT) au cœur de la région de...
Publier le 14/09/2020, 08:14
fichier-electoral-biometrique-les-coalitions-politiques-cap-20-21-et-gayya-zabbe-rejettent-en-bloc-les-resultats-de-l-audit-communique Communiqué des coalitions politiques CAP 20-21 et GAYYA ZABBE relatif a l’audit du fichier électoral...

Dans la même Rubrique

Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

16 septembre 2020
Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte militaire lors du mini-sommet sur la crise malienne qu’ils ont tenu le lundi 15...

Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

15 septembre 2020
Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

L’ancien président malien, le général à la retraite Moussa Traoré,  est décédé ce mardi 15 septembre 2020 à 83 ans, selon des sources familiales citées par plusieurs médias maliens. Au...

Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

7 septembre 2020
Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de la CEDEAO qui se sont réunis ce lundi en sommet ordinaire à Niamey, ont exigé la nomination d'un président de...

CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

3 septembre 2020
CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

Les Etats-Unis sont passés des menaces aux actes en imposant des sanctions à Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI). La gambienne est désormais inscrite sur la...

Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

2 septembre 2020
Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

Le président Alpha Condé s'est enfin exprimé ce mercredi sur sa candidature à la prochaine présidentielle du 18 octobre. A l’adresse de ses partisans réunis au Palais du peuple de...

Sommet de la CEDEAO sur le Mali : la levée des sanctions conditionnée à une transition civile de 12 mois

28 août 2020
Sommet de la CEDEAO sur le Mali : la levée des sanctions conditionnée à une transition civile de 12 mois

A l’issue de leur second sommet extraordinaire sur la situation sociopolitique au Mali, qui s’est tenu par visioconférence ce vendredi 28 août, les chefs d’Etat de la CEDEAO ont pris...