lundi, 19 octobre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Soumaila ABDOU SADOU ENAM

Un Etat ne vaut que ce que vaut son éducation dit-on, il est facile de constater que  le Niger n’échappe pas à cette  vérité qui semble immuable. Ainsi, en observant de très près on se rend aisément compte du degré de putréfaction  avancé qui caractérise l’école publique nigérienne correspond exactement  à l’image de l’état actuel de notre pays. 

Zeyna transfert argent bis

Aucun responsable de notre pays n’inscrit son enfant à l’école publique aujourd’hui du Président de la République aux Directeurs Centraux en passant par les Ministres, les Députés et Directeurs Généraux. Chose inouïe surtout qu’ils doivent leur réussite grâce à cette école qui avait fait d’eux des grands responsables de leur pays et durant leurs scolarités ils étaient avec les enfants des autorités d’antan dans les mêmes classes et sur les mêmes bancs. Comment  avoir de l’ambition pour une école publique alors qu’on déteste l’idée d’inscrire ses enfants dans cette école ? Il est incompréhensible que ceux qui sont très bien rémunérés  et pris en charge sur le dos du contribuable pour améliorer la situation de l’école publique à savoir   les ministres en charge de l’éducation ainsi que les directeurs centraux et autres inspecteurs et conseillers pédagogique ne puissent pas  inscrire leurs enfants  à l’école publique alors que ce sont eux qui sont chargés de concevoir, de mettre en œuvre et le suivi  de nos politiques nationales  éducatives. Le cas du Niger doit être unique dans le monde, Un pays où l’école publique est réservée exclusivement au fils du pauvre qui se voit encadrer par n’importe qui et dans n’importe quelle condition. En effet, dans ces écoles des enfants du pauvre, la qualité des enseignants, ni les conditions d’enseignement  et de vie des enseignants ne constituent pas un souci pour ceux qui sont en charge de  l’éducation du moment où ils n’ont leurs  enfants dans ces écoles. L’état de L’école publique pousse les autres citoyens à sacrifier leurs maigres ressources à l’éducation de leurs enfants au niveau des écoles privées où les conditions sont meilleures parce que c’est de leur devoir de bien éduquer les enfants qui constituent par ailleurs le plus grand des trésors.

C’est dans ce contexte que le Ministre de l’éducation a pris un arrêté dont la gravité est énorme pour transférer la gestion des enseignants contractuels qui sont les plus nombreux dans l’enseignement à ce jour, pour le compte des Collectivités Territoriales.  L’idée semble à première vue excellente  dans la mesure où dans un contexte de décentralisation  le transfert des compétences  concomitamment avec les ressources est toujours encouragé du fait que cela  responsabilise les populations dans la prise en charge de leur destin en même temps cela induirait la participation des populations    dans la mise en œuvre des politiques publiques locales. Cependant, la situation moribonde dans laquelle végète l’école publique cette décision est hâtive et très dangereuse pour un certains nombres de raisons :

L’état de déliquescence de l’école publique exige  davantage une mobilisation générale par un plan  d’urgence  de sauvetage de la part des hautes autorités à commencer par le Président de la République,  qui doivent faire revenir leurs enfants à l’école publique  pour rétablir la confiance qui a disparu envers cette école. L’Etat doit davantage axer ses interventions sur la qualité des enseignants, des conditions d’étude et l’amélioration significative des conditions de vie des enseignants contractuels grâce auxquels on peut parler d’école publique aujourd’hui. L’école se porte déjà très mal alors  l’heure n’est donc au transfèrement hâtif et précoce de la gestion enseignants   contractuels aux Collectivités Territoriales.

Pourquoi au Niger les pouvoirs publics ont tendance à généraliser une reforme dès son initiation surtout dans le cas de l’école publique ? Une telle réforme devrait être expérimentée d’abord sur un ensemble de Collectivités Territoriales sélectionnées dans les quatre coins de notre très vaste pays en collaboration avec les différents acteurs de l’enseignement. Après plusieurs années d’expérimentation si l’expérience est concluante après évaluation, l’Etat pourrait  l’étendre à l’échelle nationale selon la nécessité. Au vue de l’impact de cette réforme sur la vie de nos enfants avec les d’enjeux énormes pour notre pays, l’Etat ne doit pas prendre à la légère cette celle-ci. Dans certains pays où l’éducation est d’une priorité absolue au point où la situation de l’éducation de l’école publique est le premier des soucis du Président de la République à son réveil le matin et avant de s’endormir la nuit, cette réforme vaudrait bien un référendum populaire car il y’ a tellement ‘d’enjeux et  surtout qu’elle risquerait d’être irréversible.

La politisation à outrance des Mairies n’est pas favorable à une telle démarche même si c’est l’Etat qui versera  les pécules des enseignants contractuels aux Mairies afin que ces dernières s’en charge des payements. Il est évident que ce transfert donnera droit à tous excès et abus dans la gestion et  avec le recrutement  politiqueplus que probable des jeunes militants pour contenir leur frustration. C’est donc une porte qui vient d’être ouverte à tous les abus. La gestion des enseignants contractuels créera une situation de rente pour beaucoup de Maires sans aucun doute. Le laisser aller, la négligence, la complaisance et le manque d’objectivité seront les critères de recrutement des enseignants contractuels dans l’avenir. Déjà l’Etat avait montré ses faiblesses en étant incapable de mettre en prison certains Maires malgré la gravité de leurs fautes pour des raisons politiques sont maintenus à leurs postes. L’Etat sera incapable une fois encore de mettre hors d’état de nuire ces Maires qui se sentent au-dessus des lois de la République.

D’un point de vue juridique alors qu’il n’existe pas encore au Niger une fonction publique territoriale avec un statut, comment l’Etat même si il possède la compétence de ses compétences pourra-t-il prendre tout un bloc de personnel régit par le statut général de la fonction publique pour afin d’être géré par des Collectivités Territoriales ? Le transfert de compétences impose normalement des reformes structurelles profondes préalables  pour légitimer ladite réforme.

Si la gestion de l’essentiels des enseignants du public par les Collectivités Territoriales donnerait à l’école nigérienne ses lettres de noblesse à la rentrée prochaine  d’octobre  le Ministre de L’Education doit  être le premier à inscrire ses enfants au publique ainsi que ses directeurs centraux. Chose qu’ils ne feront jamais certainement. Ce qui signifie cette réforme n’est pas nécessaire et inopportune à l’heure actuelle.

L’Etat ne doit jamais laisser les pauvres croire qu’ils ont été abandonné car en laissant la gestion des enseignants contractuels aux collectivités l’Etat donne cette impression et surtout que ce sont les enfants des pauvres seulement qui fréquentent cette école.

Le déficit énorme d’appui conseil et d’encadrement dont souffrent les mairies par l’absence à la tête des circonscriptions administratives de personnes qualifiées pour assurer ces responsabilités et pire ces gouverneurs et Préfets  laisseront passer des abus par méconnaissance dans le recrutement des enseignants contractuels.

Les collectivités Territoriales dans leur grande majorité sont très mal gérées par des Maires qui doivent davantage leur maintien à la tête des mairies à leurs engagements politiques que par la qualité du travail abattu. Les collectivités Territoriales ont déjà  du mal à gérer un nombre restreint de personnel par la désorganisation des services des Mairies.

Les mairies ne disposent pas de personnel de qualité pour la gestion des enseignants contractuels. La gestion des ressources humaines assez importantes comme les enseignants nécessite un personnel assez expérimenté au niveau des Mairies qui malheureusement n’en disposent pas.  Par ailleurs, les mairies n’étant pas modernisées, la gestion des enseignants contractuels  ne sera pas facile pour la mairie car on ne peut pas gérer et suivre l’évolution des effectifs des enseignants sur un simple registre.

Le Ministre doit instamment annuler son arrêté et s’il mesure l’immensité de la gravité de l’acte soit  née d’une méconnaissance de la situation réelle de l’école publique ou par manque d’ambition pour notre bien commun le plus précieux qu’est cette école publique bien que agonisante. En outre, il doit tirer toutes les conséquences.

 

Soumaila ABDOU SADOU                                   

Administrateur Civil

Diplômé du 3ème cycle de l’ENAM

Diplômé de l’Université Djillali Liabes

Zeyna transfert argent bis

Commentaires  

+2 #1 louispascal 06-08-2016 17:02
C'est très simple les mairies versent leurs recettes au trésor, comment se fera alors le transfert de gestion? Ceux-là qui nous gouvernent ne savent pas quoi faire que Dieu nous en préserve.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 maygani 06-08-2016 17:34
Citation en provenance du commentaire précédent de louispascal :
C'est très simple les mairies versent leurs recettes au trésor, comment se fera alors le transfert de gestion? Ceux-là qui nous gouvernent ne savent pas quoi faire que Dieu nous en préserve.

C est simple pourtant. Les mouvements d'argent enrichissent les financiers de l'État. Entrée comme sortie
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #3 Ousseini 06-08-2016 18:35
Si les enseignant sont optes pour leopays il devraient fair un rencontre avec les autorités pour trouvé une solution a ce problème
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #4 Gaskiya 06-08-2016 22:51
C'est très choquant. Luttons ensemble dans le sens qu'ils inscrivent tous leurs enfants à l'école publique. Au Nigeria let gouverneur de Kano Rabiou Konkosso avait envoy in millier d'étudiants pour former des pilotes et des ingénieurs aux USA. It a e-cig à ceux que seuls les étudiants ayant fréquenté le publique soumissionnent. Dès qu'il y a une formation du privé dans votre cursus vous êtes éliminés de la bourse. Voila un bel example à suivre. Et si vous ne le faites pas Allah vous changeras un jour, IL vous remplacera par des hommes plus soucieux du pauvre. Vous êtes le produit de cette école que vous avez abandonnée, c'est regrettable.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 Salatikoue 07-08-2016 05:41
Du point de vue juridique cette mesure doit être annuler purement et simplement en vertu du principe de la hiérarchie des normes. Comment un arrêter peut il contredire la loi. En effet le texte régissant la fonction pu publique au Niger est une loi, comme telle elle est juridiquement supérieure à un arrêté qui doit lui être être conforme . Donc si le ministre vient de prendre un arrêté, dont les mesures sont contraire à un texte législatif, eh bien il encoure annulation par le juge administratif.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #6 Albora 07-08-2016 09:35
Les vrais responsables de la débâcle de l'école nigérienne se sont les parents d'éléve car ils devraient pas laisser la gestion totale de l'éducation de leur enfants à des fauves
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 DONGO 07-08-2016 16:55
Certes les conditions de travail ne sont pas meilleurs pour ces contractuels cela est vrai il faut le reconnaître car vous savez un employé donne son effort physique ou mental et en contrepartie reçoit son salaire,alors tant que ce dernier est bafoué le premier aussi emboîtera le pas.je voudrais souligner un passage dans cet article :avoir la confiance pour l'école publique ne relève pas seulement de la présence des contractuels dans ces écoles,mais plutôt un défi que tout le corps enseignant doit relever ,ils doivent montrer aux nigériens que l'enseignement de qualité se trouve dans l'école publique.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #8 ABC 08-08-2016 14:06
Mr Sadou, ne dit pas "aucun responsable de ce pays" dit plutot "aucun richard". Nous sommes tous des responsables et nos peres aussi pauvres soient-ils sont des responsables. Ils auraient eux aussi aimé envoyer leurs enfants ailleurs pour étudier. Les écoles que tu exhibes dans ta signature ne nous montre t'il pas quelque chose? Es-tu fils de riche (ou responsable selon ton terme) ou fils de pauvre? Maintenant sur un tout autre plan, tu parles de mauvaise gérance des CT, CA et des Mairies, ne penses tu pas qu'en tant qu'Administrateur Civil tu fais parti de la débacle? Tu sais tres bien et tout le monde le sais que cette affaire de Contractuels est un vrai imbroglio, cette affaire de baisse du niveau de l'éducation en est un autre. Maintenant comme tu dis non au transfert, j'ai une seule question pour toi en tant qu'AC: La décentralisation est elle bonne ou mauvaise? Salam.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 GAZZA 08-08-2016 14:41
Merci Soumaila pour le travail bien fait. Ce sont les résultats et fruits de la politiques. Un idiot au fauteuil d'un technicien. C'est très malheureux.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 Dan-Aïr 09-08-2016 14:50
ça c'est vérité!
Aucun responsable de notre pays n’inscrit son enfant à l’école publique aujourd’hui du Président de la République aux Directeurs Centraux en passant par les Ministres, les Députés et Directeurs Généraux. Chose inouïe surtout qu’ils doivent leur réussite grâce à cette école qui avait fait d’eux des grands responsables de leur pays et durant leurs scolarités ils étaient avec les enfants des autorités d’antan dans les mêmes classes et sur les mêmes bancs. Comment avoir de l’ambition pour une école publique alors qu’on déteste l’idée d’inscrire ses enfants dans cette école ?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 bata 20-08-2016 05:36
[quote name="ABC"]Mr Sadou, ne dit pas "aucun responsable de ce pays" dit plutot "aucun richard". Nous sommes tous des responsables et nos peres aussi pauvres soient-ils sont des responsables. Ils auraient eux aussi aimé envoyer leurs enfants ailleurs pour étudier. Les écoles que tu exhibes dans ta signature ne nous montre t'il pas quelque chose? Es-tu fils de riche (ou responsable selon ton terme) ou fils de pauvre? Maintenant sur un tout autre plan, tu parles de mauvaise gérance des CT, CA et des Mairies, ne penses tu pas qu'en tant qu'Administrateur Civil tu fais parti de la débacl....
on fait son eloge ... en tant que A.Civil et il refuse q'on cede cette gestion a son entite' du fait des personnels non competents...manque de ressources et autres.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

campagne nouvelles chaines ACTU NIGER 800 800 pixels

Top de la semaine

Publier le 19/10/2020, 19:16
guinee-l-opposant-cellou-dalein-diallo-proclame-sa-victoire-des-le-premier-tour-a-la-presidentielle-du-18-octobre Au lendemain de l’élection présidentielle du dimanche 18 octobre, l’opposant guinéen Cellou Dalein...Lire plus...
Publier le 18/10/2020, 05:56
appel-de-save-the-children-une-rentree-scolaire-securisee-pour-tous-les-enfants-au-niger Au cours de cette année 2020, Save the Children a lancé à travers le monde une campagne globale...Lire plus...
Publier le 17/10/2020, 12:38
haroun-printing-les-raisons-de-la-plainte-contre-l-activiste-bana-ibrahim-pour-chantage-et-tentative-d-extorsion-de-fonds Le Directeur général par intérim de la société Haroun Printing, Mahamadou Siradji Issa, a animé la...Lire plus...
Publier le 16/10/2020, 20:13
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-16-octobre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 16 octobre 2020, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 16/10/2020, 19:44
inauguration-officielle-de-l-hotel-des-finances-une-infrastructure-ultramoderne-et-multifonctionnelle-au-coeur-de-la-capitale Le Président de la République a inauguré jeudi 15 octobre 2020, l’Hôtel des Finances,  le nouvel...Lire plus...
Publier le 16/10/2020, 19:44
inauguration-officielle-de-l-hotel-des-finances-une-infrastructure-ultramoderne-et-multifonctionnelle-au-coeur-de-la-capitale Le Président de la République a inauguré jeudi 15 octobre 2020, l’Hôtel des Finances,  le nouvel...
Publier le 14/10/2020, 13:50
defense-et-securite-lancement-officiel-de-la-construction-d-un-memorial-en-hommage-aux-soldats-tombes-sur-le-front Le Président de la République, Chef Suprême des Armées, SEM Issoufou Mahamadou, a présidé mercredi, 14...
Publier le 13/10/2020, 08:29
le-parlement-approuve-la-2eme-rectification-a-la-loi-de-finances-2020 Les parlementaires nigériens ont approuvé, ce lundi 12 octobre, la deuxième rectification de la...
Publier le 14/10/2020, 10:44
appui-a-la-societe-civile-2-milliards-fcfa-de-subventions-de-l-ue-pour-10-organisations-nigeriennes-a-travers-le-pasoc3 L’Union Européenne (UE) poursuit son appui au  renforcement des capacités des Organisations de la...
Publier le 13/10/2020, 08:40
paludisme-le-niger-enregistre-2449-deces-a-la-date-du-07-octobre-2020-gouvernement Le Niger a enregistré, du 1er Janvier au 07 octobre 2020, au total 2.449.858 cas de paludisme...
Publier le 16/10/2020, 20:13
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-16-octobre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 16 octobre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 16/10/2020, 19:44
inauguration-officielle-de-l-hotel-des-finances-une-infrastructure-ultramoderne-et-multifonctionnelle-au-coeur-de-la-capitale Le Président de la République a inauguré jeudi 15 octobre 2020, l’Hôtel des Finances,  le nouvel...
Publier le 13/10/2020, 08:40
paludisme-le-niger-enregistre-2449-deces-a-la-date-du-07-octobre-2020-gouvernement Le Niger a enregistré, du 1er Janvier au 07 octobre 2020, au total 2.449.858 cas de paludisme...
Publier le 14/10/2020, 10:44
appui-a-la-societe-civile-2-milliards-fcfa-de-subventions-de-l-ue-pour-10-organisations-nigeriennes-a-travers-le-pasoc3 L’Union Européenne (UE) poursuit son appui au  renforcement des capacités des Organisations de la...
Publier le 13/10/2020, 08:29
le-parlement-approuve-la-2eme-rectification-a-la-loi-de-finances-2020 Les parlementaires nigériens ont approuvé, ce lundi 12 octobre, la deuxième rectification de la...

Dans la même Rubrique

Élections présidentielles : pour une confrontation loyale et équitable, gage d'une certaine intelligence politique au service du pays

22 septembre 2020
Élections présidentielles : pour une confrontation loyale et équitable, gage d'une certaine intelligence politique au service du pays

L’investiture, comme candidats aux prochaines élections présidentielles, de deux autres poids lourds de la politique nigérienne, constitue à n’en point douter un évènement qui constitue un tournant majeur dans la...

L’éligibilité à l’épreuve de la condamnation pénale au Niger (Par Adamou Issoufou)

6 septembre 2020
L’éligibilité à l’épreuve de la condamnation pénale au Niger (Par Adamou Issoufou)

De la vision positive et égalitariste de l’homme, il se dégage une présomption d’aptitude à l’exercice du pouvoir par tous les hommes. Le style impersonnel introduit, illustré par l’emploi de...

Lettre ouverte citoyenne de félicitations au président Tchadien Idriss Déby pour son élévation à la Dignité de Maréchal par la Représentation nationale (Par Djibrilla Mainassara Baré)

28 août 2020
Lettre ouverte citoyenne de félicitations au président Tchadien Idriss Déby pour son élévation à la Dignité de Maréchal par la Représentation nationale (Par Djibrilla Mainassara Baré)

M. le président de la République, L’actualité brûlante dans notre sous-région, m’autorise à revenir sur votre élévation, le 11 Août 2020 à N’Djaména, à la dignité de Maréchal du Tchad,...

Il ne faut pas être naïf, la Russie ne viendra pas sauver le Mali (Par Gado Alzouma)

26 août 2020
Il ne faut pas être naïf, la Russie ne viendra pas sauver le Mali (Par Gado Alzouma)

En voici les raisons: Tout d’abord, certains Africains ont parfois pour habitude d’adopter des comportements et des attitudes que nous croyons acceptables, comme allant de soi, mais que les autres...

Mali : un coup d’Etat citoyen…(Par Dr Cheikh DIALLO)

19 août 2020
Mali : un coup d’Etat citoyen…(Par Dr Cheikh DIALLO)

  Hier le président Ibrahim Boubacar Keïta (2013-2020) était tout ; aujourd’hui, il n’est plus rien. En effet, le huitième chef d’État malien a eu faiblesse de croire que la...

Médiations de la CEDEAO et de Dr Anasser Ag Rhissa au Mali, leur rapprochement pour un consensus entre IBK, Mahmoud Dicko et M5 RFP à travers un réel dialogue participatif pour débloquer, décrisper la crise et sortir de l’impasse

10 août 2020
Médiations de la CEDEAO et de Dr Anasser Ag Rhissa au Mali, leur rapprochement pour un consensus entre IBK, Mahmoud Dicko et M5 RFP à travers un réel dialogue participatif pour débloquer, décrisper la crise et sortir de l’impasse

Suite à la réussite mitigée de la médiation de la CEDEAO au Mali, malgré la recommandation de la CEDEAO pour la démission d’une trentaine de députés après leur élection contestée...