dimanche, 20 juin 2021
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


SAMI Youssoufou opinion

Les projets de développement constituent le principal instrument de mise en œuvre des politiques et stratégies de développement économique et social des Etats.

 

Zeyna transfert argent bis

Ainsi, il est judicieux de se fixer des objectifs à atteindre dans un horizon temporel bien défini, mais il est tout aussi bon de se doter des moyens notamment financiers pour les atteindre. Avec les objectifs de développement durable (ODD) et les 2500 milliards de dollars de financement nécessaire chaque année pour leurs réalisations, des pays comme le Niger ont du pain sur la planche car, ils se doivent de trouver l’argent nécessaire, et/ou  additionnel pour financer leur développement. Ainsi, suite au cuisant échec des OMD dont l’échéance était fixée à 2015, les Etats du monde entier se sont mis d’accord sur un nouveau et ambitieux programme : l’agenda 2030. Il s’agit maintenant d’atteindre 17 objectifs de développement durable pour une prospérité partagée et un mieux être pour tous à l’horizon 2030. L’atteinte de ces objectifs nécessite des financements importants. Pour certains experts du développement il faudra 2500 milliards de dollars par an. En clair, il faudra mobiliser et dépenser dans les quinze prochaines années qui nous séparent de 2030, la rondelette somme de 37 500 milliards de dollars. (N’osez même pas faire la conversion en CFA tellement que le chiffre sera énorme.)   La question qu’on est en droit de se poser est de savoir où, et comment faudra t-il faire pour mobiliser tout cet argent ? Faut-il compter sur l’aide publique au développement qui, malgré tout, montre des limites (Dan Bissa MOYO, l’aide publique au développement) où bien sur les recettes fiscales des Etats avec les contraintes liées à l’évasion fiscale entre autres ou encore sur le financement des marchés financiers ?

‘’LES RECETTES INTERNES ET L’AIDE PUBLIQUE AU DEVELOPPEMENT…’’

Le Niger comme un certain nombre de pays africains a choisi d’exécuter les grands projets qui doivent lui permettre d’atteindre ses objectifs de développement dans un cadre précis : Le Plan de Développement Economique et Social (PDES). Pour trouver les financements nécessaires, le Niger fait appel aussi bien aux recettes internes qu’aux financements extérieurs. Ce choix s’explique et c’est aussi le cas pour les autres pays africains par le fait que les recettes internes essentiellement constituées des recettes fiscales et douanières sont insuffisantes de nos jours pour le financement des projets de développement. Les réformes visant à élargir l’assiette fiscale, à réduire les exonérations et à renforcer le maillage fiscal territorial par la création de nouveaux bureaux des douanes (quatre nouveaux bureaux de plein exercice et deux directions régionales ont ainsi été créés). L’application intégrale des dispositions de la loi minière de 2006 a permis d’accroître les recettes fiscales, notamment celles liées à la TVA. Malgré ces efforts, le taux de collecte des revenues se situe seulement à 15.3 % du PIB en 2014, une légère baisse par rapport à 2013. Les difficultés pour notre administration fiscale de toucher toutes les personnes physiques et morales assujetties au paiement de l’impôt font que malgré toutes les réformes, et tous les efforts fournis au Niger, le taux de pression fiscale flirte avec les 14%. Ces recettes collectées ne suffisent pas pour financer les projets de développements. La modernisation des services fiscaux ainsi que l’élargissement de l’assiette fiscale ne feront sans doute pas évoluer grandement la situation. Pourtant, la contribution du fisc au budget national est très intéressante. La  direction générale des impôts a, par exemple pour l’année 2015, collectée à peu près 600 milliards de cfa. Si on remontait 20 années en arrières, avec cet argent, l’Etat aurait pu financer son budget, ce qui n’est pas possible aujourd’hui. Pour pallier à ces insuffisances, d’autres voies s’offrent à notre pays. Il ya, comme abordé plus haut, l’aide publique au développement. Toutefois, il faut noter que les pays donateurs n’ont jamais pu à l’exception notable de quelques-uns (Luxemburg, Norvège, Suède, Royaume Uni) tenir la promesse de consacrer 0.7% de leur revenu national brut (RNB) à l’aide publique au développement. A titre d’exemple, en 2014 les Etats-Unis avait consacré 0.19% de leur revenu national brut, soit 32.7 milliards de dollars à l’APD, l’Allemagne 0.41%, soit 16.2 milliards de dollars, la France 0.36%, soit 10.4 milliards de dollars et le Japon 0.19 %, soit 9.2 milliards de dollars. Au cours de cette année 2014, seul le Royaume Uni a pu respecter l’engagement de consacrer 0.7 de son revenu national brut à l’aide publique au développement. Ce pays a, en effet, consacré 0.71% de son RNB, soit 19.3 milliards de dollars à l’APD. IL faut toutefois le reconnaître, cette aide publique au développement connaît et connaîtra des évolutions.  Malheureusement, dans la plupart des cas, entre pays donateurs et le pays qui reçoit l’APD, les relations se transforment en relations entre mentors et superviseurs. Ce qui provoque un certain ressentiment chez les pays qui reçoivent l’aide. Une situation qu’a eu a déploré le ministre des finances du Malawi à l’occasion de la conférence d’Adis Abéba, sur le financement du développement, en juillet 2015. Parce que de telles attitudes peuvent jouer sur l’efficacité de cette aide. Au Niger, l’APD qui compte pour 10% de notre PIB fait intervenir plus de 500 partenaires bilatéraux, multilatéraux et non gouvernementaux, et chacun avec ses modalités propres et ses règles et procédures. Ce qui conduit souvent à la dispersion des moyens et aux retards considérables dans l’exécution des projets comme en est le cas de Kandadji où interviennent onze (11) partenaires techniques et financiers dont chacun à ses propres procédures et règles.  Si l’aide publique au développement montre ses limites, les pays devraient pouvoir se tourner vers d’autres types de financements.

‘’LE FINANCEMENT BANCAIRE…’’

Il faut le préciser, pour bénéficier de ces financements, c’est la croix et la bannière. En effet, pour le financement de certains projets de développements, ce sont des ressources longues qui sont recommandées. Alors qu’au niveau des banques commerciales, on constate l’absence de ce type de ressources. Cela constitue un handicap majeur pour les entreprises qui doivent dans le cadre de l’exécution des marchés qu’elles gagnent soit auprès de l’Etat ou ailleurs de pouvoir correctement les exécuter. Elles sont d’office exclues de l’accès au financement bancaire. Pour pallier à ce problème, l’Etat doit mettre en place une banque de développement qui doit s’occuper du financement des entreprises. A côté de cette banque, l’Etat doit créer une structure qui aura pour mission principale d’apporter la garantie aux entreprises au niveau des banques pour leur faciliter l’accès au financement. Ce système peut donner de bons résultats si les moyens sont mis à la disposition de ces différents acteurs. 

‘’LE MARCHE FINANCIER ET LA FINANCE ISLAMIQUE…’’

Au niveau sous régional, plusieurs pays se rendent souvent sur les marchés financiers internationaux pour y lever des sommes importantes pour le financement de leurs projets de développement. Le Niger, avec l’appui de Fonds UEMOA-titres  « instrument technique destiné à accompagner les Etats dans leurs interventions sur les marchés » se doit par le biais d’appel public à épargne de levé d’importantes sommes d’argent destinées à financer son projet de développement.   Aussi, comme l’ont déjà expérimenté la côte d’Ivoire et le Sénégal, le Niger se  doit de se tourner vers la finance islamique via une levée de SUKUK dans le marché régional pour y diversifier les sources de financement de son PDES tome 2.

Mais pour que tout cela puisse donner des bons résultats il faut de la transparence, et du sérieux dans le management de ces fonds. Nous nous devons de changer de mentalité pour avancer sans quoi le Niger, comme à la belotte, aura des atouts (Aide publique au développement), des as (Le financement bancaire, Marché financier, Finance Islamique) et des valets (croissance à deux chiffres), mais risquera de ne pas détenir les bonnes cartes, parce que jouant hors jeu. Cet hors jeu là c’est l’intégrité.                                               Il n’est pas encore tard si l’on y prend conscience pour rattraper ce train de développement qui est déjà à très grande vitesse.

 

SAMI Youssoufou, étudiant en master 2 en Gestion de Projets à BEM Dakar, et en Politiques Publiques, Développement Régional et Local à l’UCAD.

Commentaires  

+1 #1 Gnala 25-07-2016 03:43
Tres bien vu amico
tu as raison
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #2 Point of view 25-07-2016 07:55
Sami moi je pense qu'il faudrait changer la nature des aides au développent que les PTF nous donnent. Ca fait des années qu'on donne de l'argent à ce pays sans résultat concret . Il faut donc changer de manière pour être efficace. Si on utilise ses fonds d'aide pour financer, les projets d'électrification, les PME et d’équiper les agricultures de moyens de production j'en suis convaincu que tout pays qui a de l’énergie, des entreprises, et une autosuffisance alimentaire ne fera que se développer. Pourvui qu'il y ait de la transparence dans tt xa.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 MANSOUR BAKO 25-07-2016 08:05
Une très bonne analyse et surtout accompagnée dune panoplie de recommandations. Mes respects le grand SAMI.
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #4 MANSOUR BAKO 25-07-2016 08:23
A mon humble avis les véritables problèmes du Niger sont de manière générale:
--MAUVAISE AFFECTATION DES RESSOURCES (pas de priorités)
--MANQUE DE TRANSPARENCE DANS L'UTILISATION DE RESSOURCES(on assiste le plus souvent à un "WASSOSSO"de biens de l'État)
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #5 Hama 25-07-2016 09:26
Même si les bailleurs de fonds décident de venir planter la Banque Mondiale au Niger en nous accordant toutes les priorités (en disant par exemple que le Niger est prioritaire dans le financement des Projets de développement, sans aucun taux d'intérêt) étant le dernier pays de la planète; il n'y aurait pas beaucoup de changement, je vous le dis. ce n'est pas le fait de créer les banques qui va booster le développement, mais notre façon de gérer. Vous l'avez bien dit: l'intégrité, la transparence...(ou est la Banque Régionale de Solidarité (BRS), elle a disparu, et rachetée par un autre groupe (ORABANK), Pourquoi ? Mauvaise Gestion...où est la Banque Agricole (BAGRI) presque au plat...pourtant, toutes ces banques ont été créées pour financer les micro projets des paysans et autres catégories des clients...vous voyez bien!!!! c'est très dommage...
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #6 seynos 25-07-2016 09:28
Le PDES tome 2 est en cours d'élaboration. Comme le tome 1, il fera certainement l'objet d'une table ronde de financement et toutes les sources de financement que vous aviez cité seront certainement conviées.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #7 Hama 25-07-2016 09:47
Le bailleur de fonds ne va pas accepter de jeter son argent par la fenêtre c'est à dire dans les mains des plus de 40 ministres dans l'un des pays les "plus pauvres" du monde. d'ailleurs il ne l'est pas vue les énormes ressources dont regorge son sous sol. 40 Ministres un petit calcul: si chaq minit coute minimum 1million/mois ça fera 40millions/mois, alors qu'il peut couter maximum 3 à 5millions/mois maxi avec les prises en charges par ci par là et maintenant faite le calcul... Donc la table ronde, c'est pour financer les ministres pris individuellement et leurs consors ou le développement du pays en général? Malgré la crise qui secoue la finance internationale. Finalemt l'Etat sera obligé de sacrifier et d'abondonner certains projets qui ferons le bonheur de tous au détriment de 40 ministres et 171 députés... Craignez Dieu...
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #8 Hassane LAOUEL 25-07-2016 16:17
Merci pour la précieuse contribution.
Si autre une personne indiquée ou bien informée pouvait nous part du bilan du PDES 1, dans ses dimensions financières et les résultats atteints, les nigériens gagneraient certainement en moyens appréciation de l'aide publique au développement et des marchés financiers. cela aiderait à prendre des décisions plus stratégiques et largement consensuelles en matière.
Pour ma part, je propose que l'on concentre la majorité de nos efforts , à court et moyens termes, à une indépendance énergétique durable au propre comme au figuré en construisant, entre autres , une centrale nucléaire dans les meilleurs délais. A mon avis, tout partenariat de développement sincère pour notre pays doit soutenir ce projet. .
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #9 Hassane LAOUEL 25-07-2016 16:21
(SUITE )Le reste suivra rapidement. Il faut donc trouver de l'argent pour l’énergie nucléaire. C'est peut etre trop ambitieux, si nous refleurissons comme un pays sous tutelle, mais pragmatique si nous pensons à nous mêmes par nous mêmes. Il faut oser souvent se départir des craintes mal fondées et des carcans erronés et inadaptés du capitalisme mondial.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #10 Gnala 26-07-2016 09:50
Je suis de retour, car au début je n'ai pas lit l'intégralité de l'article.
En effet, je suppose ou suggère deux solution pour notre problème, primo, il faut que l'état utilise la GAR (gestion axée sur les résultats) dans chaque ministère, c'est à dire chaque ministère aurait un fond proportionnel a ses activités.
secundo, il faut redresser le fisc, mettre du sérieux.
En fin, notre barrage de kandagi doit âtre la priorité des priorités, car il a deux avantages: il régle le problème enérgique et résout souverenété alimentaire à jamais
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #11 Salut 26-07-2016 11:35
Alors la jeunesse, ca roule?
Ca prêche encore? Je vois.

C'est bien, il faut bien que vous vous occupiez. En plus, ce que vous racontez ici n'engage que vous. Tant qu'il s'agit d'écrire des textes et des commentaires, nous ca ne nous gêne pas.

Mais si vous sortez faire du bruit et des réclamations, là ... ah là, on ne va pas s'entendre, car nous allons devoir vous gazer. Donc restez tranquilles et écrivez vos textes ici. Point. Ainsi, tout le monde sera en paix.

D'accord?
Allez, salut la jeunesse!!
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

ACTU NIGER EURO 2020 CANAL

Top de la semaine

Publier le 18/06/2021, 19:03
bepc-2021-la-fuite-des-epreuves-a-la-base-du-report-des-epreuves-ecrites Le ministre de l’Education nationale a décidé, par arrêté signé ce vendredi 18 juin 2021, du report du...Lire plus...
Publier le 18/06/2021, 18:12
commemoration-de-la-journee-de-l-enfant-africain-2021-a-l-assemblee-nationale-les-enfants-plaident-en-faveur-de-la-protection-et-de-la-promotion-de-leurs-droits Dans le cadre des activités de commémoration de la 30e  édition de la Journée de l’Enfant...Lire plus...
Publier le 18/06/2021, 17:24
medias-les-etudiants-de-l-institut-cesame-de-niamey-a-la-decouverte-du-journal-en-ligne-actuniger Dans leur quête du savoir par rapport au fonctionnement  des nouveaux médias, (Presse digitale ou...Lire plus...
Publier le 18/06/2021, 13:57
insecurite-humanitaire-fermeture-du-camp-des-refugies-d-intikane-l-un-des-plus-grands-du-niger-situe-a-la-frontiere-malienne Les autorités nigériennes ont annoncé cette semaine, la fermeture immédiate et irrévocable du camp des...Lire plus...
Publier le 18/06/2021, 10:20
ministere-des-finances-m-mal-ousmane-mahamane-nouveau-directeur-general-des-impots-dgi La Direction Général des Impôts (DGI) a un nouveau patron. Il s’agit de M. Mal Ousmane Mahamane, cadre...Lire plus...
Publier le 18/06/2021, 19:03
bepc-2021-la-fuite-des-epreuves-a-la-base-du-report-des-epreuves-ecrites Le ministre de l’Education nationale a décidé, par arrêté signé ce vendredi 18 juin 2021, du report du...
Publier le 18/06/2021, 10:20
ministere-des-finances-m-mal-ousmane-mahamane-nouveau-directeur-general-des-impots-dgi La Direction Général des Impôts (DGI) a un nouveau patron. Il s’agit de M. Mal Ousmane Mahamane, cadre...
Publier le 16/06/2021, 12:18
mali-un-soldat-nigerien-tue-dans-une-embuscade-dans-la-zone-de-menaka Au moins un (1) soldat nigérien a été tué et plusieurs autres blessés dans une embuscade, hier mardi...
Publier le 15/06/2021, 07:14
direction-generale-des-impots-dgi-avec-e-sisic-declarez-et-payez-desormais-vos-impots-et-taxes-en-ligne-et-en-quelques-clics Le ministre des Finances, M. Ahmed Jidoud, a présidé ce lundi 14 juin 2021 à Niamey, la cérémonie de...
Publier le 17/06/2021, 19:49
transport-les-frontieres-terrestres-enfin-ouvertes Le gouvernement nigérien a décidé, à l’issue du Conseil des ministres qui s’est tenu ce jeudi 17 juin...
Publier le 18/06/2021, 19:03
bepc-2021-la-fuite-des-epreuves-a-la-base-du-report-des-epreuves-ecrites Le ministre de l’Education nationale a décidé, par arrêté signé ce vendredi 18 juin 2021, du report du...
Publier le 17/06/2021, 19:01
communique-du-conseil-des-ministres-du-jeudi-17-juin-2021 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, jeudi 17 juin 2021, dans la salle habituelle des...
Publier le 16/06/2021, 12:18
mali-un-soldat-nigerien-tue-dans-une-embuscade-dans-la-zone-de-menaka Au moins un (1) soldat nigérien a été tué et plusieurs autres blessés dans une embuscade, hier mardi...
Publier le 17/06/2021, 19:49
transport-les-frontieres-terrestres-enfin-ouvertes Le gouvernement nigérien a décidé, à l’issue du Conseil des ministres qui s’est tenu ce jeudi 17 juin...
Publier le 15/06/2021, 07:14
direction-generale-des-impots-dgi-avec-e-sisic-declarez-et-payez-desormais-vos-impots-et-taxes-en-ligne-et-en-quelques-clics Le ministre des Finances, M. Ahmed Jidoud, a présidé ce lundi 14 juin 2021 à Niamey, la cérémonie de...

Dans la même Rubrique

Élections présidentielles 2e tour : décryptage des résultats proclamés par la CENI pour mieux comprendre (par NSC/ICON)

17 mars 2021
Élections présidentielles 2e tour : décryptage des résultats proclamés par la CENI pour mieux comprendre (par NSC/ICON)

Le 21 Février 2021, quatre millions six-cent quatre-vingt-quatre mille cinq cent soixante-douze (4 684 572) nigériens ont voté au second tour des élections présidentielles qui ont opposé SEM Bazoum Mohamed à...

NATION : Quel bilan pour issoufou ? (Par Kaougé Mahamane Lawaly)

3 février 2021
NATION : Quel bilan pour issoufou ? (Par Kaougé Mahamane Lawaly)

Arrivé au pouvoir en 2011, Issoufou Mahamadou, après deux mandats successifs, s’apprête à passer le flambeau à un « successeur démocratiquement élu ». Nul doute qu’il tiendra parole ! A quelques mois de...

Lettre interpellative à Mohamed Bazoum, candidat à l’élection présidentielle 2020-2021 relative à son intervention sur Africa 24 (Par Djibrilla Mainassara Baré)

29 janvier 2021
Lettre interpellative à Mohamed  Bazoum, candidat à l’élection présidentielle 2020-2021 relative à son intervention sur Africa 24 (Par Djibrilla Mainassara Baré)

  M.Mohamed Bazoum, J’ai suivi avec intérêt votre passage dans l’émission « L’Invité du jour», de la chaîne internationale Africa 24, notamment vos propos relatifs aux dispositions de la constitution relatives à...

LA POLITIQUE EN PHASE CRITIQUE AU NIGER (Par Moustapha Liman Tinguiri)

15 janvier 2021
LA POLITIQUE EN PHASE CRITIQUE AU NIGER (Par Moustapha Liman Tinguiri)

Une fois n’est pas coutume, je veux partager quelques réflexions dans un domaine où je ne suis point spécialiste mais où chaque citoyen peut dire son mot. Il s’agit bien...

Il était une fois, Alpha Condé prédisait la mort de l’opposition politique (Par Moussa Diabate)

6 janvier 2021
Il était une fois, Alpha Condé prédisait la mort de l’opposition politique (Par Moussa Diabate)

Élu en 2010 avec des conditions criardes, une crise née du fait de l’inexpérience des commis de l’État remodelés en politiciens du jour. Alpha Condé a souffert de l’environnement politique...

20 Novembre 2020 - Journée Mondiale de l’Enfance : Réinventons l’avenir pour chaque enfant (Par Ilaria Carnevali, Représentante a.i. de l’UNICEF au Niger)

20 novembre 2020
20 Novembre 2020 - Journée Mondiale de l’Enfance : Réinventons l’avenir pour chaque enfant (Par Ilaria Carnevali, Représentante a.i. de l’UNICEF au Niger)

Le 20 novembre de chaque année marque la journée mondiale de l’enfance. Cette journée vise à rappeler l’importance de garantir et faire respecter les droits de chaque enfant, aujourd’hui plus...