mardi, 29 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Dr Diallo Abdoulaye

    Nous  venons  de vivre  un  évènement  inédit  au  Niger : la  célébration  du  centenaire du   Président  , de notre  Premier Président de  la  Première  République  SE    Elhadj   DIORI   Hamani   né le 16  Juin 1916  à  Soudouré.      Ce  fut un  évènement  exceptionnel  auquel, nous  qui sommes  ces  jours-  ci  à l’Extérieur,  avions  aussi  associé  nos  joies et  nos pensées collectives. Pour fêter  comme  au pays,  cet  anniversaire  que  la Nation  a  voulu  marquer d’une  pierre  blanche. 

Zeyna transfert argent bis

  Le  Président  DIORI   avait  en  effet  conduit  notre cher Niger à l’Indépendance  le  3 Août 1960  père  de  la République  (  18 Décembre 1958 ),  il fut aussi le  premier père fondateur de notre  espace  francophone l’ACCT, le 20 Mars 1970. Cette  idée de la  Renaissance Culturelle  est   censée   inscrire   des  pages de  l’histoire   de  nos  grands hommes,  de nos  devanciers et  surtout de ceux  qui ont   occupé le  célèbre fauteuil  Présidentiel.   Une  idée  géniale  mais la  question  que l’on  se  pose est celle-ci : Et  maintenant à qui le tour ?   Une  question à  laquelle il  faut  apporter une  réponse  claire et  précise parce que  chacun  des  dirigeants,  civil  ou  militaire,  a  eu  droit   à  tous  les  honneurs  que la  Nation   lui a  rendus   et  rend  encore  aujourd’hui,  l’Etat étant une continuité.   

A  QUI  LE TOUR   ?

   Nous  pensons  que chaque  Président  Nigérien  a  joué  un  rôle  déterminant  lors de son  passage  au  pouvoir, tant soit peu. C’est  pourquoi même   si   cette  belle idée  de  la  Renaissance   Culturelle  fixe  notre mémoire  sur la  glorieuse  histoire des dirigeants de notre pays  ,  il en va  de  soi que nous  devons  rendre à  tous,  un  hommage  mérité.   Je  pense que  de la même  manière  que le  Président  DIORI avait  initié  le  prix   d’Excellence  dans  les  Ecoles et  en    son  temps, en  invitant  les  meilleurs   élèves  et   lycéens,  à  sa   Résidence . le  Président  TANDJA ,  avait  aussi  mis  en place  la  fête  tournante  du  18  Décembre,  celle  de la  République .  Ce  qui avait  permis  à  toutes  les capitales des  8 Régions  de notre pays,  de  tirer profit  des  richesses  de nos   ressources . Et  Dieu  merci,  quoi   qu’on   dise,  le  résultat  est  là  et  les  citoyens  en  tirent effectivement,  grand  profit . Le  Président   KOUNTCHE,  Lt  Colonel   de   son  Etat, Chef  d’Etat Major  en  son  temps,  avait   un  15 Avril  1974,  d’un  revers de la  main balayé   ces  15  années  de  DIORI,  considérés   comme « oligarchiques, de  corruptions,  de  népotismes etc...Mais,  les 13  années  de  Régime  « Militaire »  du Conseil  Militaire  Suprême  n’ont   pas  fait  que  des malheureux  parce qu’ ils avaient  crédibilisé  notre  pays  grâce à  une  diplomatie  mondialement  reconnue   offensive. Toutes  ces  belles bâtisses    avec  ascenseur appelées  «   éléphants  blancs »  sont  l’œuvre  magnanimes  du  Général  Président   KOUNTCHE  qui  disait  « qu’ ‘aucun  nigérien  ne  mourra  de faim »  Et  c’était  vrai .   Comme  son  prédécesseur  DIORI , il  avait  réhabilité  la  culture  nigérienne , symbole de  nos  valeurs  traditionnelles :  la  Samaria,  cette  jeunesse  homogène  et  d’entre –aide  avec  des  semaines  animées  de  danses  et  de  chansons  de    ballets  de  notre   Niger  profond.  On  mangeait  à  sa  faim ,  on  travaillait, on  avait  son  salaire  et  sa  bourse  et l’on  s’amusait  bien.   Nos  greniers  étaient  pleins  et l’on  se  lamentait  moins.   Et ceci  aussi  était  vrai ! 

UNE   CONFERENCE   NATIONALE     SOUVERAINE

Tout  ceci  s’arrêtera  un  10  Novembre  1987  avec  la  mort  brutale  du  Président KOUNTCHE  à  Paris  à   l’Hôpital   de La  Pitié  Salpêtrière,  entre  les  mains  de  ses  médecins, dont   le  Professeur  Gentyllini  ,  son  médecin  traitant.  La  Nation  en  deuil   et orpheline  , les  fils  du pays  se  tournaient  vers un  nouvel  avenir   avec  inquiétude .   La  grande  muette  va  se  réunir  pour  lui  désigner  un  successeur  en la  personne  de  son  Chef d’Etat  Major  le  Colonel  Ali  CHAIBOU ,  fidèle  parmi  les  fidèles qui   reprendra les  rennes  du  pouvoir,  mais  pas  pour très  longtemps.  Parce  que  la  rue,  les manifestions,  les grèves, les marches  auront raison  d’un  Etat  Républicain  et  stable.

LA  RUPTURE

           A  peine  ayant   porté  ses  nouveaux  habits  de  Chef  Suprême  d’un  Conseil    National  de  Développement  pour  préparer,  une  transition,  Ali  CHAIBOU,  aura   à  croiser le  fer  avec  les  étudiants , les  syndicats  et  la  nouvelle  Société  Civile  qui  occuperont  la  rue. C’est  l’affrontement  des étudiants contre  les  forces  de l’ordre  sur  le pont  qui  feront  déborder le  vase.  Des  étudiants  y   trouveront  la  mort tandis que  d’autres  seront  blessés. Le  Président  Ali  qui n’aura  que le  temps  de mettre  en  place  des  textes  Constitutionnels  et  d’effectuer un  mandat  qui  n’aboutira  pas,  va  écouter  et  prendre  en  compte  les doléances  de  ceux  qui crient  à  hu  et à  dia.            

DU  REGIME  DE  LAISSE  GUIDON  A  UN  ETAT  DE  DROIT

     Ainsi  va  débuter  le  vrai  combat  pour  aboutir  à  un  futur  Etat  de  Droit  après  3  mois  et  3 jours  de  rencontre   entre  les   forces  Progressistes  du pays  représentées par  des  groupes dont  la  Diaspora  nigérienne.   Le  Général  Ali,  acceptera  la  tenue  de  cette  Conférence  Nationale  qui  permettra  d’aboutir à  la libre  expression, à  un  bilan  exhaustif   des  actions  des  divers  pouvoirs et surtout à la remise  en cause  du  Parti Etat .  Un  parti  Etat  le MNSD,   né  d’un Régime  d’Exception  et  Militaire. C’est  la fin  de la pensée unique et du monopole  du syndicalisme  étatique. C’est  surtout   la floraison  des  Formations Politiques, de la multiplication  des  Associations  et des ONG.   La  Conférence  s’achèvera  sur  des  diverses   recommandations   et  surtout    avec  la  mise en  place d’un  pouvoir  bicéphale . Un pouvoir   bicéphale où  le  Chef de l’Etat n’était  que  figurant,  inaugurant les  chrysanthèmes   alors qu’un  Haut Conseil  de  la  République dirigé  par  le  Professeur André  SALIFOU  avec  un  Premier  Ministre élu  en  la  personne  de  CHEFFOU  Amadou , auront  en  charge le destin  du pays. Ces  structures  seront  chargées  de l’organisation   des  élections     démocratiques,  transparentes  ,  libres  et  pluraliste  dans  un  délai  de  9 mois à  un  an.  Pour mettre  fin  à   un  Etat  en  déliquescence  et  de  doter le  pays  des  Instituions    Républicaines  Solides  à  travers une Constitution  consensuelle.   

LA LONGUE MARCHE  DU PAYS EN DENTS DE SCIE

    De  la  première République gérée par  un  Parti  Etat,  en  passant par  le  Régime  Militaire d’Etat  d’exception  et  les divers  pouvoirs  civils,  notre cher  Niger,  a  traversé  un  long  et  difficile chemin. En  effet,   nous avons  connu  des régimes  des  Alliances  contre  nature,  des  cohabitations  éphémères qui   ont  conduit  à  4 coups  d’Etats  et  à   la  7è  République  qui a  enterré  bien  d’autres  avec  9  Chefs  d’Etats  usés  depuis l’Indépendance  en  1960. Et  que  dire  de  tous  ces  régimes  qui , de la  première  à   celle  d’aujourd’hui  qui ont  aussi à  leur  actif  bien  d’ombres qui ont déchiré  beaucoup  de  familles .  Aucun  des  dirigeants et  aucun  de nos  régimes   n’a  seulement  édifié  que de  bonnes  choses à l’endroit  des  citoyens.   En effet chaque  régime  ou  pouvoir  a  eu ses prisonniers,  ses  morts,  ses  détracteurs  et  naturellement   ses supporteurs  bien  sûr. En  mode  de gouvernement  ou  de  gouvernance,  tous  nos  pouvoirs  et  régimes  rivalisent  aussi  d’injustices  même   s’ils tentent  de  bien  faire. On  peut  pardonner mais on  n’oublie  pas.  Heureusement pour  nous  nigériens   qui sommes tout  de  même  souvent humains,  solidaires  et au  nom de  notre  religion  et  de  notre  nature,  savons mettre  nos   dérives  souvent au  compte  du  destin . Nous  ne  sommes pas  agressifs  et  avons  un  sens  beaucoup  humanitaire  dans  notre  vie de chaque jour .  Nous  sommes  un  peuple  tolérant.  Dieu  merci.

          Je  reviens  sur  le  sujet  qui  me  préoccupe  ici :  celui  de l’équité, de la  solidarité et  du  devoir  de  mémoire  qui  nous  anime. C’est   pourquoi   j’adhère à  cette  idée  de la  Renaissance  Culturelle  qui  consacre  nos  dirigeants . C’est  pour  cela  et  pour  aller  dans  cette  direction  que j’avais  dans une  contribution  pour  souhaiter  que  la  7è  République  remette  l’histoire à l’endroit  en  réhabilitant  les  noms  de ceux  à  qui le  Régime  RDA,  celui  de  DIORI  avait donné  à  des rues,  des places et  des établissements. Ceux  que le régime  d’Exception  Militaire  de  KOUNTCHE  avait  balayés  et  que  nos  divers  pouvoirs  dits démocratiques  ont  aussi  emboité le  pas. C’est l’occasion  où  jamais    de  remettre  chaque  nigérien dans  ses  droits en  rendant  hommage  à  nos  anciens  Présidents . En leur  dédiant  une  Institution  à  défaut  de  fêter  leurs  centenaires . Si  nous  tenons,  voulons  et  souhaitons  que  la  Renaissance  Culturelle, qui s’édifie  au  nom  de  nous  tous,  survive  à  l’épreuve  du  temps.   Et  si  seulement,  la  génération  actuelle  qui l’ a  initiée  laisse  des  traces  dans  l’Histoire   oh   combien  glorieuse  de  notre  beau  et  vaste pays,  le  Niger.  Nous  pouvons  le  faire, nous  en  avons  les  moyens  la  volonté et  la  force  pendant  qu’il  est temps.  Nous  avons  toujours  su  dominer  nos  passions,  transcender  nos  différences,  taires  nos  querelles  pour  faire  face  à l’intérêt  national.  Nous  en  tirerons  tous  un  bénéfice. J’en  suis  sûr  car  la  liste est  longue  lorsque  nous  pensons  aussi à  un  certain  DJIBO  Bakary,  (  Paix  à  son  âme) qui  fût un  digne  fils  de  son  pays,  combattant  de première heure , syndicaliste d’abord,  puis  homme  politique  qui  avait  avec  courage   combattu  l’administration  coloniale   pour  décoloniser notre  peuple. Oui,  il  mérite un  hommage,  je  vais  dire celui  qui  avait  comme  Sékou  TOURE  de  la  Guinée  affronté  la  puissance  coloniale à  travers  le  Général  De  Gaulle à qui  il  avait dit  en  face « NON » à  la soumission et l’embrigadement et  oui à l’indépendance  totale et  immédiate  du  Niger  le  28 Septembre  1958 .  Comme  beaucoup d’autres  compatriotes,  il avait  payé  cet  acte durant  toute  sa vie.  Une  vie  qu’il avait  été  contraint   de  monnayer  en  vie  d’exilé  hors  de  son  pays.  II  était  le  cousin  du  Président  DIORI   dont  nous  venons  de  célébrer  avec  faste  le  Centenaire  il y a  deux  jours  Et  comme  le  Président  DIORI  ,  sa   dépouille  mortelle  repose à  SOUDOURE,  dans le  caveau familial .  Deux cousins,  deux hommes d’Etat,  deux  idéologies  politiques opposées ;  mais  deux  bons,  braves  et  courageux  nigériens qui ont  tous  en  commun  le  sens  de  la  République,  de la  Nation,  de l’Etat enfin  de la  République .  Nous  n’avons  pas  le  droit  d’oublier  et  de  marginaliser  les  dignes  fils  de la  Nation  au  nom d’une  idéologie  politique  que  nous  ne  partageons  pas alors  que nous  appartenons à  la  même  Nation. Le  Professeur André  SALIFOU,  qui avait  brillamment  conduit  les  travaux  de la  Conférence  Nationale   Souveraine,  ancien  Président  du  Haut  Conseil de la  République, Mr  CHEFOU  Amadou,  pourraient  aussi  et  tant  d’autres  citoyens  porteurs  de  tenue ou   non   être  honorés  ,  pourquoi  pas ?  Parce que  le  Niger  est  Un  et  Indivisible  et  parce qu’il n’y a pas  des  bons  d’un côtés  et les  méchants  de l’autre . Ceci aussi   c’est  pour l’Histoire.                                          

                                  

Abdoulaye  HASSANE  DIALLO  Dr  en  Sciences  Politiques, 

Fondateur  et  Directeur  de  Publication  du  journal  La  Liberté, 

Fondateur  et Président  de la  Ligue  Nigérienne  de  Solidarité Humaine  LN SH  BANI  LAHIA,   

Ecrivain,  Grand  Officier .                                                     

     

 

Commentaires  

0 #1 dan dawra 15-06-2016 06:18
il faut dire que diori était collaborateur de blancs et Bakary Djibo un nationaliste,voila d'abord la grande difference,lol
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Mamoudou Illiassou 15-06-2016 06:42
Simple griot :sigh:
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 DroitDebout 15-06-2016 07:42
Pourquoi pas aux auteurs de la tentative du coup d'Etat de 1963, dont l'écrivain de cette littérature (à laquelle j'adhère pleinement) était un des auteurs avec le grade de Sarzan? Histoire-Histoire, les choses ne sont jamais aussi SMOOTH comme on veut nous leur faire croire...Mais tout homme, grand ou petit, est le fruit d'un contexte ou d'un confluents de contextes...
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #4 Dan Tahoua 15-06-2016 07:47
C'est qui est sur il n 'y aura pas des festivités pour célébrer Kountché. Et pour cause son régime de collaboration avec la France n'a aucune plus-value. Tous les maux qui minent aujourd'hui le Niger viennent de ce régime: népotisme , régionalisme; ethnicisme, gabegie ; irresponsabilité et le sentiment que certains nigériens ont que ce pays est leur propriété.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 evènement 15-06-2016 09:22
pardon y faut te ranger;tu es un vrai tazarchiste
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 c est pas possible 15-06-2016 09:27
le regime de diori hamani a laissè 55 societès d etats qui ont toutes disparus au temps du regime d exception
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 Banguis 15-06-2016 09:30
Ce centenaire, n'est qu'une perte de sou, surtout en ce temps de disette. C'est l'occasion pour ces organiseurs de garnir leurs poches avec l'argent du contribuable. Et ce Mr politologue qui veut manger dans toutes les sauces, doit aussi savoir, Mahamane Ousamne même s'il n'a rien fait, il à la base de de la fête du concorde 24 Avril. Il faut lui reconnaitre ça quand même.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #8 lyonnais 15-06-2016 09:44
il te manque la flute seulement ali farka
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #9 ABC 15-06-2016 13:07
Citation en provenance du commentaire précédent de Dan Tahoua :
C'est qui est sur il n 'y aura pas des festivités pour célébrer Kountché. Et pour cause son régime de collaboration avec la France n'a aucune plus-value. Tous les maux qui minent aujourd'hui le Niger viennent de ce régime: népotisme , régionalisme; ethnicisme, gabegie ; irresponsabilité et le sentiment que certains nigériens ont que ce pays est leur propriété.

Toi, tu as vraiment un probleme
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 ABC 15-06-2016 13:14
Citation en provenance du commentaire précédent de dan dawra :
il faut dire que diori était collaborateur de blancs et Bakary Djibo un nationaliste,voila d'abord la grande difference,lol

Dis toi seulement qu'en leur temps, et meme peut etre jusqu'a aujourdhui, tu collabores ou tu disparais. Il n y a peut etre que Sekou Touré qui a survecu.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #11 Dan Lélé 15-06-2016 13:58
Je cite "Nous pensons que chaque Président Nigérien a joué un rôle déterminant lors de son passage au pouvoir, tant soit peu.",

sauf deux (2), Feu Daouda Malam Wanké et le Général Salou Djibo.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #12 Yacouba Aliou 18-06-2016 11:44
Citation en provenance du commentaire précédent de dan dawra :
il faut dire que diori était collaborateur de blancs et Bakary Djibo un nationaliste,voila d'abord la grande difference,lol

Merci bien "dan dawra" car vous venez de dire la vérité.L'internaute qui a parlé du coup d'état de 1963 a oublier que c'était sur des hécatombes que le colonialisme gfrançais avait asseoir le régime de M.Diori Hamani, de Boubou Hama et autres en septembre 1958.Ce qui s'était passé le 28 septembre 1958, le Niger vit les conséquences aujourd'hui.
M.Diori Hamani n'est rien qu'un domestique au service de la France et quand il avait voulu lever la tête pour dire non à son maître français (qui l'avait installé au pouvoir)concernant le prix de l'uranium, il a été chassé du pouvoir.
Le Niger a perdu depuis le 28 septembre 1958. Il lui faut d'autres nationalistes comme M.Bakary Djibo et son équipe pour relever le défis.C'est la seule alternative.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 29/09/2020, 10:07
journee-de-solidarite-coris-day-2020-coris-bank-niger-offre-des-vivres-et-du-materiel-a-plus-de-300-sinistres-de-harobanda-et-de-saga L’édition 2020 de la Journée de solidarité, « CORIS DAY », de Coris Bank International a été...Lire plus...
Publier le 29/09/2020, 08:48
communique-du-conseil-des-ministres-du-lundi-28-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, lundi 28 septembre 2020, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 28/09/2020, 14:47
togo-le-president-faure-nomme-victoire-tomegah-dogbe-a-la-tete-du-gouvernement Le président togolais, Faure Gnassingbé, a nommé ce lundi 28 septembre, Mme Victoire Tomegah-Dogbé,...Lire plus...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...Lire plus...
Publier le 27/09/2020, 21:31
fenifoot-le-francais-jean-michel-cavalli-va-s-engager-avec-le-mena-national Le technicien français Jean-Michel Cavalli vient d’arriver à Niamey où il va s’engager avec la...Lire plus...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...
Publier le 23/09/2020, 06:45
ethique-et-bonne-gouvernance-les-douanes-nigeriennes-a-l-ecole-du-programme-anti-corruption-et-de-promotion-de-l-integrite-de-l-organisation-mondiale-des-douanes-a-cpi-omd Niamey abrite, du 22 au 23 septembre 2020, la première réunion des contributeurs internes et externes...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 27/09/2020, 16:24
niger-des-partis-politiques-comme-s-il-en-pleuvait Niger, 147 partis politiques légalement reconnus, 21 en instance de l’être ; Côte d’Ivoire 130...
Publier le 23/09/2020, 06:45
ethique-et-bonne-gouvernance-les-douanes-nigeriennes-a-l-ecole-du-programme-anti-corruption-et-de-promotion-de-l-integrite-de-l-organisation-mondiale-des-douanes-a-cpi-omd Niamey abrite, du 22 au 23 septembre 2020, la première réunion des contributeurs internes et externes...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...

Dans la même Rubrique

Élections présidentielles : pour une confrontation loyale et équitable, gage d'une certaine intelligence politique au service du pays

22 septembre 2020
Élections présidentielles : pour une confrontation loyale et équitable, gage d'une certaine intelligence politique au service du pays

L’investiture, comme candidats aux prochaines élections présidentielles, de deux autres poids lourds de la politique nigérienne, constitue à n’en point douter un évènement qui constitue un tournant majeur dans la...

L’éligibilité à l’épreuve de la condamnation pénale au Niger (Par Adamou Issoufou)

6 septembre 2020
L’éligibilité à l’épreuve de la condamnation pénale au Niger (Par Adamou Issoufou)

De la vision positive et égalitariste de l’homme, il se dégage une présomption d’aptitude à l’exercice du pouvoir par tous les hommes. Le style impersonnel introduit, illustré par l’emploi de...

Lettre ouverte citoyenne de félicitations au président Tchadien Idriss Déby pour son élévation à la Dignité de Maréchal par la Représentation nationale (Par Djibrilla Mainassara Baré)

28 août 2020
Lettre ouverte citoyenne de félicitations au président Tchadien Idriss Déby pour son élévation à la Dignité de Maréchal par la Représentation nationale (Par Djibrilla Mainassara Baré)

M. le président de la République, L’actualité brûlante dans notre sous-région, m’autorise à revenir sur votre élévation, le 11 Août 2020 à N’Djaména, à la dignité de Maréchal du Tchad,...

Il ne faut pas être naïf, la Russie ne viendra pas sauver le Mali (Par Gado Alzouma)

26 août 2020
Il ne faut pas être naïf, la Russie ne viendra pas sauver le Mali (Par Gado Alzouma)

En voici les raisons: Tout d’abord, certains Africains ont parfois pour habitude d’adopter des comportements et des attitudes que nous croyons acceptables, comme allant de soi, mais que les autres...

Mali : un coup d’Etat citoyen…(Par Dr Cheikh DIALLO)

19 août 2020
Mali : un coup d’Etat citoyen…(Par Dr Cheikh DIALLO)

  Hier le président Ibrahim Boubacar Keïta (2013-2020) était tout ; aujourd’hui, il n’est plus rien. En effet, le huitième chef d’État malien a eu faiblesse de croire que la...

Médiations de la CEDEAO et de Dr Anasser Ag Rhissa au Mali, leur rapprochement pour un consensus entre IBK, Mahmoud Dicko et M5 RFP à travers un réel dialogue participatif pour débloquer, décrisper la crise et sortir de l’impasse

10 août 2020
Médiations de la CEDEAO et de Dr Anasser Ag Rhissa au Mali, leur rapprochement pour un consensus entre IBK, Mahmoud Dicko et M5 RFP à travers un réel dialogue participatif pour débloquer, décrisper la crise et sortir de l’impasse

Suite à la réussite mitigée de la médiation de la CEDEAO au Mali, malgré la recommandation de la CEDEAO pour la démission d’une trentaine de députés après leur élection contestée...