jeudi 9 février 2023

3407 lecteurs en ligne -

fraren

Principe de redevabilité : la CAPEG outille les administrateurs des régions d’Agadez et de Tahoua

Atelier Capeg Tahoua BIS1 

Après les régions de Dosso, Niamey et Tillabéri, c’est au tour des responsables administratifs des régions d’Agadez et Tahoua d’être à l’école de la redevabilité à l'occasion d'une session de formation et de renforcement des capacités qui s'est tenue les 20 et 21 janvier 2023 dans la capitale de l'Ader. Cette formation rentre dans le cadre des ateliers régionaux d’appropriation des outils initiés par la Cellule d’Analyse des Politiques Publiques et d’Evaluation de l’Action Gouvernementale (CAPEG), avec l'appui de l'UNICEF.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

La cérémonie d’ouverture de l'atelier a été présidée par le Gouverneur de la région de Tahoua, M. Issa Moussa, en présence des conseillers à la Présidence de la République et au cabinet du Premier ministre ainsi que des Secrétaire généraux des des ministères de l'Intérieur M. Saidou Halidou, du Plan M. Saadou Bakoye et du Développement communautaire M.Abdou Bacharou Souleymane. On notait également la présence à l'évènement, les secrétaires généraux des deux (2) régions et leurs collègues au niveau des départements, des responsables des Forces de Défense et de Sécurité (FDS), le Chef de Canton de Tahoua et plusieurs autres invités.

Atelier Capeg Tahoua BIS1

En ouvrant les travaux, le gouverneur Issa Moussa a souligné l’importance d’une telle formation qui rentre dans le cadre des activités de routine que font les responsables des services déconcentrés et décentralisés de l’Etat. « La reddition des comptes est une valeur fondamentale de la culture d’un système démocratique. De manière concrète, elle renvoie au devoir des responsables investis de la gestion publique de rendre compte aux citoyens des actions et interventions qu’ils réalisent à tous les niveaux » a rappelé Issa Moussa qui a saisi l'occasion pour mettre en évidence l’importance des actions publiques en matière de gouvernance. "Elles permettent notamment de rendre visibles les interventions publiques du niveau local, leurs effets sur les conditions de vie de la population et surtout de déceler les éventuelles disparités intra et interrégionales", a poursuivi le premier responsable de la région de Tahoua qui n'a pas manqué de saluer cette initiative de la CAPEG qui s'inscrit dans la droite ligne des orientations des plus hautes autorités de l'Etat en ce sens qu'elles participent à crédibiliser et légitimer l'action publique auprès des populations et des partenaires.

S’exprimant pour la circonstance, le Coordonnateur de la CAPEG M. Abdoulaye Garba a rappelé la mission de l'institution qu'il dirige, celle de produire des rapports semestriels et annuels sur la base des données produits par les différents ministères. Des données qui doivent être désagrégées au nom du principe de redevabilité a martelé le Coordonnateur de la CAPEG.

C'est ainsi que dans le cadre de ce travail qui est attendu des agents de l’Etat au niveau des communes, des départements et des régions, la CAPEG a élaboré des outils qui sont constitués de 105 indicateurs parmi lesquels, cinq (5) sont qualitatifs dans quinze (15) domaines regroupant l’ensemble des produits et services que l’Etat et ses partenaires livrent aux populations dans le but d’améliorer leurs conditions de vie.

Pour sa part, le chef de la mission, le Secrétaire général du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, M. Saidou Halidou, a d’entrée de jeu procédé à un cadrage de l’activité pour une meilleure compréhension et appréciation par les participants. « Le Niger a fait l’option d’être un Etat de droit où les dirigeants sont au service des citoyens, citoyens électeurs et citoyens contribuables, vis-à-vis du service public. Et c’est dans cette obligation à rendre service aux citoyens et ils sont soumis à un exercice de redevabilité de l’action publique. Les citoyens sont capables de faire face à leurs obligations vis-à-vis de l’Etat », a appuyé le SG du ministère de l’intérieur.

Il a par la suite abordé les défis et enjeux des dispositifs de la CAPEG qui sont surtout la satisfaction des plus hautes autorités par rapport à comment amener les services déconcentrés de renseigner les réalisations que font l’Etat et les services déconcentrés.

Le Secrétaire général du Ministère du Plan M. Saâdou Bakoye, s’est de son coté appesanti sur la mise en œuvre efficace du Plan de Développement Economique et Social (PDES 2022-2026). A ce niveau, il a évoqué les quatre (4) dispositifs de coordination et la question des choix des indicateurs ainsi que la formulation des projets. « Sur les 370 projets, onze (11) ont déjà bénéficiés des études de faisabilité », a annoncé le SG du Ministère du Plan.

Son collègue du Ministre de Développement Communautaire et de l’Aménagement du Territoire M. Abdou Bacharou Souleymane, a expliqué de long en large à l’assistance la mission de son département ministériel qui va de la coordination des activités de développement en passant par les différents appuis, l’élaboration et le suivi des outils de mise en œuvre. Les questions de maillage territorial, les aspects de la planification, le suivi-évaluation et l’accompagnement dans la conception des PDR, PDC et les plans annuels d’investissements, ont été aussi largement abordés par M. Abdou Bacharou Souleymane. Il a clos son propos en attirant l’attention des participants sur l’attention dont fait le Niger de la part des partenaires techniques et financiers avant d’informer l’assistance que ces partenaires ont un regard sur la question de la redevabilité.

Tout comme ces prédécesseurs qui ont pris la parole, le Secrétaire Général du Ministère du Développement Communautaire et de l’Aménagement du territoire a tenu à remercier l’Unicef qui a bien voulu financer ces ateliers.

Il convient noter qu'à l’issue des 48 heures des travaux, les participants ont exprimé toute leur satisfaction tout en affirmant qu’ils sont désormais bien outillés pour faire le travail qui est attendu d’eux.  « Grâce à cette formation, le problème de coordination que nous avons par le passé sera désormais réglé et cela va nous permettre de renseigner les fiches qui nous ont été transmises dans le délai imparti et avec la qualité ainsi que la fiabilité requise », a laissé entendre Mme Adiza Abdou Garba, Directrice Départementale du Développement Communautaire d’Illéla.  

Atelier Capeg Tahoua BIS1

Ibrahim Moussa, Envoyé spécial (actuniger.com)

.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Paroles d'enfants : Roumaissa

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com