dimanche 4 décembre 2022

2503 lecteurs en ligne -

fraren

Attaque terroriste de Tamou : les personnes décédées sont des orpailleurs (Communiqué de presse du Mouvement M62)

Decalaration M62 29 10 2022 BIS

Après avoir dépêché le 27 Octobre 2022, une mission d’enquête rapide conduite par son Coordonnateur National sur le terrain notamment à Tamou, Say et à l’Hôpital National, le Mouvement M62 réuni ce jour, samedi 29 octobre 2022, a rendu public une déclaration dans laquelle, il affirme que les personnes décédées suite aux opérations de ratissage et de recherche aérienne engagées par les forces de défense et de sécurité dans la localité de Tamou sont des orpailleurs. Le Coordonnateur National du Mouvement, SEYDOU ABDOULAYE recommande également l’ouverture urgente d’une véritable mission d’investigation indépendante composée de la CNDH, du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme et de la Société Civile experte en la matière afin de déterminer les circonstances dans lesquelles est intervenu ce triste évènement et situer les responsabilités.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Déclaration de Presse

Dans communiqué qu’il a rendu public le samedi 26 Octobre 2022, le Ministère de la Défense Nationale, informa l’opinion publique nationale et internationale de deux attaques terroristes intervenues le samedi 22 et le lundi 24 octobre 2022 contre respectivement le poste de contrôle mixte Eaux et Forêts et Police et le deuxième poste de Police de Tamou. Ces attaques terroristes ont occasionné la mort deux policiers et l’enlèvement de matériels militaires selon toujours le communiqué du Ministère de la Défense Nationale. Ça serait donc en réaction à ces attaques terroristes notamment celle du 24 Octobre perpétrée contre le poste de police de Tamou, que les forces de défense et de sécurité ont engagé des opérations de ratissage et de recherche aérienne ayant conduit vers des éléments ennemis qui se seraient exfiltrés vers un site aurifère situé à l’Est de la localité de Tamou selon toujours le communiqué du Ministère de la Défense. Au niveau dudit site, l’ennemi fut repéré entrain de transporter dans des hangars des matériels pris lors des attaques précédentes selon le même communiqué. C’est ainsi que ces opérations auraient entrainé la destruction des cibles, la mort de sept (7) personnes et vingt-quatre (24) blessés évacués au CSI de Tamou, à l’hôpital de Say, puis à l’hôpital national de Niamey et à l’hôpital de référence.

Ce communiqué du Ministère de la Défense Nationale a suscité sur les réseaux sociaux de nombreuses réactions d’indignation des citoyens rapportant qu’il y’aurait plus d’une centaine de morts parmi les personnes civiles exerçant paisiblement leurs activités d’orpaillage sur le site situé à un peu moins de 10 kilomètres de Tamou.

Ces tristes évènements interviennent dans un contexte de dégradation continue de la situation sécuritaire dans la zone des trois frontières et plus particulièrement dans les zones frontalières entre le Burkina Faso et le Niger depuis que les groupes terroristes ont investi le Parc du W et y installé plusieurs bases à partir desquelles elles planifient et mettent en exécution les différentes attaques contre les populations civiles et les forces de défense et sécurité des deux Pays.

Ainsi malgré la présence des bases militaires étrangères notamment l’opération barkhane et l’équipement en matériels militaires aériens, ces bases terroristes implantées dans le parc du W et plusieurs autres localités de part et d’autre de la frontière entre nos deux Pays, ne sont pas détruites et constituent des lieux de refuges pour les groupes terroristes après chaque attaque. 

En organisation responsable soucieuse de la vérité, le Mouvement M62 a dépêché le 27 Octobre 2022, une mission d’enquête rapide conduite par son Coordonnateur National sur le terrain notamment à Tamou, Say et à l’Hôpital National où la mission s’est entretenue avec plusieurs blessés et témoins de la scène, des parents des victimes décédées, d’autorités coutumières, d’orpailleurs, d’agents administratifs et de personnel de santé, et une visite au cimetière de Tamou.

Constats :

1.        Qu’est ce qui explique l’inertie des forces étrangères et nos FDS à détruire les bases terroristes identifiées comme celles du Parc du W ?

2.        L’attaque contre le poste de police de Tamou a eu lieu tôt le matin aux environs de 7 heures et s’en est aussitôt suivie une réaction des FDS basées à Tamou avec des tirs vers la direction de l’ennemi (à l’ouest du poste de police) jusqu’aux environs de 9heures.

3.        L’intervention aérienne et les opérations de ratissage sont intervenues sur le site artisanal situé à l’est de Tamou peu avant 16 heures, une heure à laquelle le site est en activité intense autrement dit que beaucoup de personnes pouvaient se trouver dans les puits de recherche d’or en train de travailler.

4.        Plusieurs milliers de personnes travaillent sur le site d’orpaillage avec plus d’un millier de puits de recherche d’or avec chacun une capacité d’accueil de 6 à 20 personnes.

5.        Le site a continué à être exploité par les orpailleurs à la connaissance des autorités administratives de Say et locales de Tamou malgré la fermeture officielle du site avec même des paiements de taxes sans reçu à raison de 2000F pour la police et 2000F pour les eaux et forêts par jour pour chaque véhicule qui va sur le site.

6.        La mission a dénombré neuf (9) tombes au niveau du cimetière de la ville de Tamou dont les sept (7) seraient ceux des corps mentionnés dans le communiqué du Ministère de la Défense et les deux autres seraient ceux d’autres personnes ayant été retrouvées par leurs parents après le communiqué du Ministère.

7.        Trois autres corps auraient été extraits d’un puits par des parents proches hier dans l’après-midi. Les populations locales parlent de plusieurs personnes qui seraient encore dans d’autres puits et dans la forêt où plusieurs touchées par balles se sont enfuies.

8.        Les opérations de ratissage menées par la force spéciale GARCI mise en place avec l’appui de l’Union Européenne ont entrainé beaucoup de blessés par balle et l’essentiel des personnes tuées dont les corps ont été identifiés et inhumés au niveau du cimetière de Tamou.

9.        Selon certains témoignages, plusieurs autres corps seraient inhumés dans d’autres endroits hors de la ville.

Enseignements

10.      Les personnes décédées sont des orpailleurs ayant succombées à la suite de l’intervention aérienne et surtout des opérations de ratissage.

11.      Il est impossible à l’heure actuelle de dire le nombre exact de personnes décédées avant une mission d’investigation indépendante avec des équipes de médecins légistes permettant de vérifier l’existence de cadavres dans les puits et la brousse comme le rapporte certains témoignages.

12.      Le communiqué du Ministère de la Défense a beaucoup de similitude avec son communiqué d’avril 2020 dans lequel il démentait les allégations relatives à la disparition de 102 personnes dans la zone d’Inates, qui finira par être confirmée par une mission d’investigation de la commission nationale des droits humains avec la découverte de 6 fosses communes reparties dans les localités d’Ayorou, Inates et Anzourou contenant au moins 71 corps de personnes civiles selon les conclusions de ladite enquête.

 Recommandations

-          L’ouverture urgente d’une véritable mission d’investigation indépendante composée de la CNDH, du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme et de la Société Civile experte en la matière afin de déterminer les circonstances dans lesquelles est intervenu ce triste évènement et situer les responsabilités.

-          Dédommager toutes les victimes et prendre les sanctions appropriées contre toute personne qu’elle soit civile ou militaire qui a une part de responsabilité dans ce drame ;

Résolutions :

Le Mouvement M62 :

          Décide de poursuivre ses investigations et mettre en place un mécanisme d’identification des victimes à travers :

          L’outil en ligne d’alerte, de dénonciation et de plainte du REPPAD sur les cas de violation des droits de l’homme (https://reppad.org/plainte/) ;

          La réception des plaintes ou informations au niveau du Département Droits Humains en charge de l’assistance juridique et judicaire aux victimes de violations des droits humains du REPPAD ;

          Des numéros de téléphones ci-après :

-          Airtel : 89 18 27 96

-          Moov : 75 01 85 80

-          Niger Telecom : 93 77 30 98

-          Zamani Telecom : 70 03 35 53

          Décide d’apporter une assistance juridique et judiciaire aux victimes et lance un appel à tous les avocats pour un soutien volontaire à ce processus.

-          Interpelle les partenaires, notamment l’Union Européenne et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme quant à leur responsabilité morale dans la manifestation de la vérité.

Fait à Niamey, le 29 Octobre 2022

Pour le Comité Exécutif

Le Coordonnateur National

SEYDOU ABDOULAYE

.

Commentaires  

+3 #1 Matt 29-10-2022 19:21
Excellent. Bon courage. Action noble et louable qui mérite le soutien de chaque citoyen nigérien.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #2 Emile 29-10-2022 20:26
Et ?
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 Beausey 30-10-2022 13:08
Certes une investigation s'avère nécessaire mais pas du genre CNDH, Nations-Unies, Humains Rigght financée par qui vous savez.
L'heure n'est pas au dédommagement ou aux sanctions. Chaque fois qu'un incident survient si nous cherchons à savoir véritablement ce qui s'est passé nous aurions beaucoup appris et nous aurions eu une bibliothèque de jurisprudence pour proagir et agir pour avancer.
Que de marchés et d'institutions brûlés sans suite. Que de tuerie de civils et de militaires sans suite. Que de dossiers de malversations dormants ou classés dans suite. C'est ainsi nous consolidons nos incidents et événements malheureux pour avancer on ne sait vers où si ce n'est vers la déconfiture intellectuelle et le fatalisme.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Qui vivra verra 30-10-2022 14:26
Citation en provenance du commentaire précédent de Beausey :
Certes une investigation s'avère nécessaire mais pas du genre CNDH, Nations-Unies, Humains Rigght financée par qui vous savez.
L'heure n'est pas au dédommagement ou aux sanctions. Chaque fois qu'un incident survient si nous cherchons à savoir véritablement ce qui s'est passé nous aurions beaucoup appris et nous aurions eu une bibliothèque de jurisprudence pour proagir et agir pour avancer.
Que de marchés et d'institutions brûlés sans suite. Que de tuerie de civils et de militaires sans suite. Que de dossiers de malversations dormants ou classés dans suite. C'est ainsi nous consolidons nos incidents et événements malheureux pour avancer on ne sait vers où si ce n'est vers la déconfiture intellectuelle et le fatalisme.


Le Capitaine Ibrahim Traore nigérien viendra tout remettre a plat et lumière et justice seront faites pour chaque dossier quelqu'il soit.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Amagara 31-10-2022 12:47
Bonjour frères du Niger;
La lutte contre le terrorisme pose un problème sérieux à nos états. Hier c'était le Mali, le ventre mou de la lutte contre le terrorisme. Tout a été dit sur le Mali, un état en faillite, une armée corrompue justifiant l'intervention française de 2013. Les soi-disant spécialistes français d’alors disaient qu'il s'agissait juste de quelques centaines de combattants venus de Lybie. Sachant que le Mali n’a pas de frontières avec la Lybie, sachant que les Français étaient présents en Lybie, il fallait peut être les croire. Après 9 ans, nous avons vu les résultats. La grande armée française n’est pas parvenue à combattre quelques centaines de djihadistes?
Le piège serait que la lutte serait interminable et nous allons continuer à acheter des armes car nous n’en fabriquons pas. Nous allons continuer à enterrer nos morts.
Parlons du Niger, en principe une armée solide, une démocratie, un état stable... sur lequel Barkhane s'est grevé depuis quelques moments et surtout au niveau des 3 frontières.
Pourquoi le terrorisme continue à ce niveau? Barkhane intervient actuellement au Niger et au Burkina. Est-ce la faute de la junte malienne ou Barkhane ne joue pas franc jeu. Sans accuser qui que ce soit, il est temps de faire une évaluation sans complaisance de toutes ces coopérations et activités.
Ils vont commencer à reprocher au Niger ce qu’ils reprochaient au Mali, peut être en diminuant un peu leur arrogance.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Balla Mohamed 11-11-2022 10:22
Les crimes ne resteront pas impunis par la grâce de Dieu.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com