dimanche 4 décembre 2022

2637 lecteurs en ligne -

fraren

Inclusion financière numérique: le Projet Villages Intelligents lance la compétition de plan d’affaires pour start-up et fintech

Lancement start up et fintech BIS3

Le Projet Villages Intelligents pour la Croissance Rurale et l’Inclusion numérique a procedé hier samedi 22 octobre 2022, au centre International de Conférence Mahatma Gandhi, au lancement officiel de la première édition de la Compétition des Plans d’affaires pour le développement de nouveaux produit et services financiers numériques au Niger, dénommée « STAR-UP & FINTECH CHALLENGE (SFC) ». Initié par l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI), à travers le Projet Villages Intelligents pour la Croissance Rurale et l'Inclusion Numérique (PVI) financé par la Banque Mondiale à hauteur de 100 millions de dollars, l’objectif de cette compétition est de promouvoir la création de nouveaux produits numériques visant à catalyser l’inclusion financière numérique au Niger.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Avec des subventions allant de 5 millions pour les Start-up et Fintech en amorce à des subventions pouvant aller jusqu’à 145 millions pour les structures matures ou encore 5 à 30 millions pour celles en phase de développement, ce concours qui s’étendra jusqu’au 21 novembre 2022, se veut ainsi un cadre de détection de talents et d’accompagnement de la croissance de ces nouvelles entreprises dans le contexte spécifique du Niger. « STAR-UP & FINTECH CHALLENGE » est ouverte à toutes les startups et Fintechs nationales et internationales œuvrant dans le domaine de l’inclusion financière, opérant au Niger ou souhaitant le faire.

C’est le Ministre des Finances M. Ahmat Jidoud qui a présidé cette cérémonie officielle marquant le coup d’envoi de la première Édition cette compétition de plan d’affaires dénommée « STAR-UP & FINTECH CHALLENGE », en présence du Secrétaire Général du Ministère du Pan, de la représentante résidente par intérim de la Banque Mondiale au Niger, M. Aissatou Dicko, du représentant du Directeur National de la BCEAO, du Directeur Général de l'Agence Nationale Pour la Société de l'Information (ANSI), M. Ibrahima Guimba Saidou,  du coordonnateur du Projet Villages Intelligents  (PVI), M. Abdou Kané, des représentants des Banques et établissements financiers, ainsi que de plusieurs invités.

Lancement start up et fintech BIS3

Un instrument important pour la réalisation de la stratégie Niger 2.0

Le coordonnateur du Projet Villages Intelligents, M. Abdou Kané a dans son mot de bienvenue, souligné que le projet dont découle cette compétition de plan d’affaires destinée aux Start-up et Fintech nationales est un élément majeur de la stratégie Niger 2.0, plus particulièrement l'axe « Programme Villages Intelligents » de cette institution.

« Comme le disait hier (vendredi 21 octobre), SEM Monsieur le Président de la République, Chef de l'État, Mohamed BAZOUM, à l'issue de sa visite de la technopole de Sadoré, nous devons absolument miser sur le Numérique et ses applications, notamment l'accès au haut débit, pour sortir du sous-développement » a-t-il déclaré.

Selon le coordonnateur du PVI, cela est d'autant plus justifié qu'il est démonté qu'une hausse de 10% de la pénétration du haut débit mobile en Afrique entraînerait une augmentation de 2,5 % du PIB par habitant.

Entré officiellement en vigueur le 21 Octobre 2020, « les objectifs de développement du Projet Villages Intelligents (PVI), sont l'amélioration de l'accès aux services de téléphonie mobile haut débit et le développement des services financiers numériques. Les activités du projet sont réparties en 5 composantes » a-t-il précisé.

M.Abdou Kané a assuré que « ce concours, le premier du genre, mais certainement pas le dernier, donnera une exposition internationale à nos startups, qui ont besoin de fonds pour l'idéation, la création, l'amorçage ou l'expansion, et si nécessaire, apportera un accompagnement en incubateur de haut niveau aux Fintech lauréat du concours ».

En prenant la parole à son tour, le Directeur Général de l’ANSI, a pour sa part tenu à rappeler le rôle central du numérique dans tous les secteurs d'activité de l'économie. « En effet, que ce soit l'Entreprenariat, l'amélioration de la productivité, l'accès aux bien et service et enfin l'inclusion financière, l'impact des technologies numériques n'est plus à démontrer. Pour les pays africains, et en particulier le Niger, qui doivent faire face à de nombreux défis, l'accès du plus grand nombre des citoyens et citoyennes, aux technologies de l'information et à l'Internet est une réelle opportunité pour l'amélioration des conditions de vie des populations » a souligné M. Ibrahima Guimba Saidou

Le Directeur Général de l’ANSI, M. Ibrahima Guimba Saidou a justifié le lancement de cette première Édition de ‘’Start-up et Fintech Challenge’’ par le fait que c'est « fondamentalement par le développement de produits et services financiers digitaux qui apportent des solutions concrètes et adaptées aux besoins des nigériens que leurs services arriveront à moderniser la préférence pour la manipulation de la monnaie fiduciaire et à changer les habitudes ».

Une école pour les Start-up et Fintech nigériens

En poursuivant son allocution, le Directeur Général de ANSI a indiqué que cette compétition aura un large écho international et représente une opportunité pour nos Fintechs nationales d'améliorer leurs compétences techniques en collaborant avec les leaders du secteur.

« Une étude récente du Cabinet McKinsey a révélé que le marché des services financiers en Afrique pourrait croitre de 10% par an, pour atteindre 80 Milliards USD en 2025. La même source confirme que le succès des Fintechs est porté par plusieurs facteurs, entre autres, le taux de possession des smartphones, la baisse des couts de transaction et des connexions Internet, l'expansion des réseaux mobiles et la croissance d'une population jeune, urbanisée et ouverte sur les nouvelles technologies. En ce qui concerne la CEDEAO, en 2021, 202 Fintechs ont levé plus de 1,06 Milliards USD de financement. Pour ne citer que le Sénégal, Wave, un acteur du Mobile Money en Afrique de l'Ouest, est devenu la première licorne (Fintech valorisé à plus de 1 Milliard USD, soit 670 Milliards CFA) en levant 200 Millions USD en Septembre 2021 », M. Ibrahim Guimba, Directeur Général de l’ANSI.

M. Ibrahim Guimba a ajouté qu’il a la conviction que les startups du Niger peuvent valablement faire partie de ce mouvement auquel le SFC souhaite y contribuer pleinement. « L'importance des subventions que le PVI entend accorder annuellement le démontre à plus d'un titre », a-t-il poursuivi.

Booster l'écosystème de la finance numérique au Niger

En s’adressant pour sa part à l’assistance, la représentante résidente par intérim de la Banque Mondiale au Niger, M. Aissatou Dicko a d’entrée souligné que durant ces quatre (4) dernières années, l'accès aux services financiers s'est fortement accru en Afrique subsaharienne et particulièrement dans la région de l'Union Économique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

En 2022, a-t-elle indiqué, 55.1% de la population adulte en Afrique subsaharienne a désormais accès aux services financiers comparé à 42.6% en 2021. Ces chiffres sont encore plus importants dans la zone UEMOA où en 2022, plus de 65% de la population de pays comme le Burkina Faso, le Mali, le Benin, le Sénégal et la Côte d'Ivoire a accès aux services financiers.

Selon la représente de la Banque Mondiale, l'amélioration de l'accès aux services financiers dans la majeure partie de ces pays était liée à 2 facteurs clés : l'adoption de la monnaie électronique « communément appelé mobile money » et l'émergence des Fintechs. Nous entendons par Fintech « l'utilisation des nouvelles technologies pour la provision de services financiers aux populations et aux entreprises ».

Entre 2020 et 2021, a-t-elle fait savoir, l'Afrique a assisté à une forte émergence des Fintechs. En effet, la firme Mc Kinsey estimait, en 2021, à environ 2.600 le nombre total de startups et entreprises « FinTech » offrant des produits financiers numériques en Afrique. Au Niger, a déploré Mme Dicko, le développement des Fintechs reste cependant encore très timide. « L'adoption du mobile money également reste très faible malgré les efforts consentis par le Gouvernement. En effet, moins de 9% de la population adulte nigérienne a un compte de mobile money » a-t-elle ajouté avant de préciser que « l'inclusion financière numérique des populations nigériennes est un défi important que le Gouvernement, avec le support de la Banque Mondiale a dressé à travers le Projet Villages Intelligents pour la Croissance Rurale et l'inclusion financière ».

Après avoir fait le point sur plusieurs travaux en cours afin d'accroître l'adoption et l'usage des services financiers numériques, Mme Aissatou Dicko a relevé avec satisfaction que ce challenge Fintech lancé avec l'appui de la Banque Mondiale permettra de booster l'écosystème de la finance numérique au Niger et d'offrir à la population nigérienne une certaine résilience financière.

Une initiative en phase avec la vision des plus hautes autorités du Niger

En lançant officiellement ce concours, le ministre des Finances M. Ahmat Jidoud, a tenu à rappeler, que le Programme de Renaissance Acte III ambitionne de réduire significativement la pauvreté et permettre la création d'emplois, notamment pour les jeunes et les femmes. Cela, a souligné le Ministre, « ne saurait être possible sans une transformation numérique profonde de notre économie ».

M. Ahmat Djidoud a en outre rappelé quelques initiatives que met en œuvre son département ministériel dont entre autres le programme de digitalisation des services publics, la mise à niveau du cadre réglementaire et législatif pour favoriser la promotion des paiements électroniques.

Pour le Ministre des Finances, les entités qui se définissent comme des PME ou des entreprises déjà établies en phase de croissance et de recherche de financements, tournées vers l'innovation technologique pour créer de nouveaux produits et services financiers à moindre cout, doivent être encouragées et soutenues.

« Bien encadrées, et bénéficiant de l'appui financier nécessaire à leur expansion, ces nouveaux acteurs pourraient offrir une formidable opportunité de visibilité pour notre pays sur le plan mondial. Par ailleurs, le Niger se caractérise par une population jeune, très apte à s'approprier de nouveaux usages. Il en est de même pour les populations rurales, dès lors qu'elles sont convaincues de l'utilité des nouvelles applications qui leur sont proposées avec des canaux adaptés à leurs spécificités » a ajouté le Ministre avant de laisser entendre que le Niger a résolument décidé de mettre en place le cadre institutionnel pour relever le niveau de l'inclusion financière. C'est ainsi, a précisé M. Djidoud, que le SE-SNFI a été mis en place, avec l'ambition d'atteindre un taux d'inclusion financière de 38 % à fin 2023 contre 23% en 2016. Pour y arriver, a-t-il poursuivi, les technologies numériques, à savoir le Mobile Money, le commerce électronique, les portemonnaies électroniques et toutes les applications développées par les FinTech doivent être mises en œuvre.

« Compte tenu des objectifs et des moyens que le PVI compte mettre en œuvre pour cette compétition, je suis persuadé que nous aurons la contribution des meilleurs talents et que les lauréats vont bénéficier de l'encadrement adéquat pour créer des produits et services permettant une meilleure inclusion financière numérique » s’est félicité le Ministre des Finances qui a pour finir appelé à une synergie d'actions et de moyens au niveau de toutes les structures pour accélérer l’inclusion financière au Niger.

Cette première Édition du ‘’ Start-up et Fintech Challenge’’ officiellement lancée à travers cette cérémonie, ce samedi 22 octobre, s’étendra jusqu’au 21 novembre prochain. Durant un mois, les Start-up et Fintech nationales en amorce, en phase de développement et matures auront la chance, sur la base de la pertinence des solutions numériques proposées dans l’optique de catalyser l’inclusion financière du pays, de bénéficier de subventions allant de 5 à 145 millions pour la concrétisation de leurs idées.

La soumission des candidatures se fait en ligne via l’adresse : www.pvi.com.

Abdoul Wahab Issaka (actuniger.com)

Lancement start up et fintech BIS3Lancement start up et fintech BIS3Lancement start up et fintech BIS3

.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com