NITA Fond Site Web 675 x 240

Point presse M62 BIS

Dans un point de presse animé ce samedi 08 septembre 2022, au siège de REPPAD-Niger, le Mouvement M62-Moutouncthi Bourtchintarey, « Union Sacrée pour la Sauvegarde de la Souveraineté et de la Dignité du Peuple », a exprimé son indignation face à l’interdiction de la marche dite pour la consolidation de la dignité et de la souveraineté nationale prévue ce 09 Octobre 2022 à Niamey, mais également à l’intérieur du Pays. En effet, même la manifestation autorisée dans un premier temps  à Tillaberi pour ce 08 septembre, a finalement été interdite.

 

Zeyna commission0

À travers cette sortie médiatique, le M62 par la voix de son coordonnateur national, M. Seydou Abdoulalaye, tenu à éclairer l’opinion nationale et internationale sur les contours de ces interdictions des manifestations, pourtant annoncées pacifiques, du mouvement à Niamey comme à l’intérieur du pays et réitérer sa ferme détermination à ne pas fléchir dans son combat pour « la Sauvegarde de la Souveraineté et de la Dignité du Peuple ».

 

Zeyna commission0

Point de Presse du 8 Octobre 2022

Mesdames, Messieurs les Journalistes, chers camarades,

Bienvenus à ce point de presse du mouvement M62-Moutouncthi Bourtchintarey « Union Sacrée pour la Sauvegarde de la Souveraineté et de la Dignité du Peuple » consécutif à l’interdiction honteuse et provocatrice de la marche pour la consolidation de la dignité et de la souveraineté nationale du 9 Octobre 2022 à Niamey, mais également à l’intérieur du Pays.

Pour rappel, conformément à la loi n°2004-45 du 08 Juin 2004 régissant les manifestations sur la voie publique, nous avons à travers le Réseau Panafricain pour la Paix, la Démocratie et le Développement (REPPAD) déposé au niveau de la ville de Niamey depuis le mardi 27 Septembre et  à Dosso et Tillaberi respectivement le vendredi 30 Septembre et le lundi 3 Octobre notre déclaration de manifestation dans laquelle nous avons clairement défini l’itinéraire, le caractère pacifique et les objectifs de notre manifestation qui sont au nombre de quatre points à savoir :

1. Dénoncer la mesure d’augmentation du prix à la pompe du gasoil de 538FCFA à 668FCFA et exiger du gouvernement l’annulation de cette mesure ;

2. Exiger du gouvernement des mesures concrètes contre la vie chère notamment sur l’électricité, l’eau, le loyer, le riz, le mil, le maïs, le sucre, le lait, la farine de blé ainsi que l’augmentation du revenu des travailleurs y compris le salaire minimum interprofessionnel (SMIG).

3. Exiger le départ de la force française Barkhane du territoire nigérien pour l’atteinte à la souveraineté et son mépris envers le peuple nigérien illustré par des tueries multiples des populations civiles ; ainsi que ses velléités de déstabilisation du Sahel et l’obstacle que constitue sa présence à l’indispensable collaboration entre le Niger et le Mali dans la lutte contre le terrorisme ;

4. Exprimer notre soutien et notre solidarité au peuple malien ; Dénoncer l’instrumentalisation de la CEDEAO par la France et Exiger du Conseil de Sécurité des Nations Unies une réponse favorable et rapide au traitement de la plainte du Mali contre la France sur son soutien au terrorisme au Sahel.

Ces marches devraient être soutenues par d’autres actions de mobilisation citoyenne telles que des conférences débats et des déclarations publiques dans les autres régions à savoir Agadez, Tahoua, Zinder, Maradi et Diffa dont les coordinations seront mises en place dans les prochaines semaines.

Malheureusement dans un dessein machiavélique de freiner l’élan du mouvement, de nous pousser à sortir du cadre légal qui ne les arrange pas, et nous dévier de notre vision ainsi que de nos valeurs d’organisations de promotion de la paix, désemparées et paniquées de la mobilisation patriotique et populaire des citoyens autour des revendications du M62, les plus hautes autorités du Pays, ont instruit les autorités locales et administratives à interdire à la dernière minute les marches pacifiques du mouvement dans toutes les localités afin de nous empêcher d’accéder à la justice.

C’est ainsi que le 5 Octobre 2022, le maire de la commune urbaine de Dosso Mr ABDOU MADOUGOU prend l’arrêté N°027/CU/DO portant interdiction de la marche sous prétexte de risque de trouble à l’ordre publique et l’insuffisance des agents de sécurité pour l’encadrement de la manifestation. Il prend cette interdiction sur instruction du pouvoir de Niamey et de son parti après avoir vainement tenter de convaincre nos camarades de la coordination régionale de Dosso de surseoir sur la marche en avançant deux arguments incongrus de bas étage. Le premier consistant à dire qu’il ne peut pas autoriser une marche de soutien au Mali sous prétexte que ce Pays frère est ennemi du Niger et le second argument inadmissible dans un contexte démocratique par lequel il affirme ne pas pouvoir autoriser une marche à Dosso à la veille de la visite du Président de la République dans ladite région au risque de perdre son poste.

Chers camarades, chers journalistes, conformément à l’article 5 de la loi régissant les manifestations sur la voie publique, si l’autorité investie des pouvoirs publics estime que la manifestation projetée est de nature à troubler gravement l’ordre public, elle l’interdit par un arrêté motivé qu’elle notifie immédiatement aux signataires de la déclaration au domicile élu. Toutefois, si afin de prévenir tout trouble grave à l’ordre public, les signataires de la déclaration consentent un changement des conditions de la manifestation portant notamment sur le jour, l’itinéraire et ou lieu envisagé, l’autorité administrative saisie peut s’abstenir de l’interdire. 

Cependant dans le cas de notre manifestation prévue pour le 09 Octobre 2022 à Niamey, en lieu et place des 72heures prévues à l’article 6, les autorités ont pris allégrement et en toute violation de la légalité, 264heures soit 11 jours après le dépôt de la déclaration de manifestation pour interdire la marche pacifique suive de meeting de demain pour les mêmes prétextes fallacieux de raisons sécuritaires, risque d’infiltrations et de risque de troubles à l’ordre public.

Pis, notification nous a été faite le vendredi 07 Octobre 2022 à 11h13 pour nous empêcher toute possibilité des voies légales de recours et de facto créer des sentiments de frustration voire de révolte chez les citoyennes et les citoyens acquis à la cause juste et légitime de notre combat républicain et pacifique.

Malgré le caractère très tardif de cette notification, nous avons introduit un recours gracieux adressé au Président du Conseil de Ville de Niamey, mais le responsable du service d’ordre a catégoriquement refusé de décharger la lettre objet de recours après avoir pris connaissance de son contenu. Ce pauvre agent a agi sur instruction et s’il ne s’exécute pas, il met son poste en jeu.

En effet, cette stratégie dangereuse et liberticide, pensée et mise en place par les autorités de la 7ème République, puis appropriée par les nouvelles autorités élues de Niamey, majoritairement issues de l’opposition politique est suicidaire et ne résistera pas aux actions diverses et variées de résilience développées par notre mouvement pour une lutte contextualisée, permanente et efficace.

Ainsi, avec la fermeture de l’administration rendant impossible l’obtention d’un référé devant le conseil d’État, nous avons dans un élan de course contre la montre, introduit un recours en référé devant le juge civil.  A ce niveau aussi, bien que la justice ait la charge de garantir la liberté, le juge de référé se déclare incompétent d’apprécier le bien-fondé des motifs invoqués par l’administration pour restreindre une liberté publique, confirmant ainsi l’interdiction de la manifestation du 09 Octobre 2022.

Par ailleurs, pendant que nous nous préparons à prendre part à la manifestation prévue ce matin à Tillabéri préalablement autorisée par le maire de ladite commune, nous apprenons de la part de nos camarades d’un arrêté pris par le gouverneur de Tillabéri aux environs de 20heures pour interdire la marche après une multitude de pression exercée toute la journée sur le maire afin de revenir sur l’autorisation de la manifestation.

Après concertation avec nos avocats et une analyse approfondie de la situation, le Mouvement M62 opte de rester fidèle à sa ligne de conduite d’inscrire son action dans le cadre de la légalité qui demeure notre force et décide de prendre acte de cette décision du juge de référé près du tribunal de grande instance hors classe de Niamey tout comme des interdictions aberrantes et illégales de Dosso et Tillabéri.

Cependant il y a vraiment lieu de se demander de quoi est-ce que le pouvoir de Niamey a peur si le Président de la République en personne estime que M62 ne peut pas mobiliser ?

Nous prenons certes acte, mais nous rassurons le gouvernement qu’il regrettera à jamais cette décision qui ne fait que renforcer l’engagement du peuple sur la nécessité absolue de prendre son destin en main face à l’incapacité des autorités à répondre à ses aspirations légitimes. 

Cette panique du régime fantoche et moribond de la 7e République montre en vérité, que les autorités nigériennes, conscientes de l’impopularité de leur gouvernance sont des tigres en papier.

Ce qui est sûr, le peuple nigérien prendra ses responsabilités et veillera à ce que le pouvoir reste au peuple, seul souverain. Il n’y a pas d’échappatoire, soit, le gouvernement se comporte en gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ou ce qui le hante se réalisera et ça de façon démocratique et sans qu’un seul pétard explose.

Chers camarades, il est important de rappeler qu’au niveau du mouvement M62 : Union Sacrée pour la Sauvegarde de la Souveraineté et de la Dignité du Peuple, nous rêvons d’un Niger Sûr, Uni et Souverain où le Peuple exerce pleinement sa Souveraineté dans un Etat de droit fondé sur le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Ainsi notre mouvement, qui est un mouvement pacifique et républicain n’a pas pour ambition de faire chuter le régime, mais de se battre pour que le dirigeant d’aujourd’hui et de demain, qui qu’il soit puisse respecter la dignité et la souveraineté du peuple.

Mesdames, Messieurs les journalistes, certes une action est interdite mais le combat ne fait que commencer et nous n’avons aucune raison de baisser la garde. De ce fait, le M62 :

1. Poursuivra dans les prochains jours la caravane de mise en place de ses organes dans les régions, départements, communes et quartiers et appelle les citoyens à se mobiliser en conséquence en prenant les cartes de membres.

2. Organisera des assemblées générales communautaires de protestation dans tous les quartiers, communes, départements et régions autour des thématiques d’intérêts en lien avec nos revendications.

3. Organisera dans les quartiers, communes, départements et régions des caravanes de sensibilisations, d’informations et de mobilisations citoyennes autour des revendications du mouvement.

4. Appelle les citoyens à multiplier les prières et les jeunes chaque lundi et jeudi dans toutes les régions.

La lutte continue

La Patrie ou la mort, nous vaincrons.

Pour le M62

                                                                         Le Coordonnateur National

                                                                              SEYDOU ABDOULAYE

Point presse M62 BIS



Commentaires

3
Marwan
1 année ya
Ils interdisent parce que leurs interdictions abusives qui n
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
Marwan
1 année ya
5. Mettra en place sans tarder une plateforme numerique pour passer ses messages, consulter les citoyens et recueillir leurs avis sur toutes les questions d'interet national.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
Maiga
1 année ya
On ne parle que Dosso, Tillabery et Niamey et pourtant on parle de la soci
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Yeldo
1 année ya
"l'
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
3
Lagoulam
1 année ya
@#1Marwan
Effectivement un changement de paradigme s'impose. Ce r
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
3
Paf
1 année ya
[quote name="Maiga"]On ne parle que Dosso, Tillabery et Niamey et pourtant on parle de la soci
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
3
Hermano
1 année ya
Tenez bon Messieurs et Dames. Bient
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
TOTO A DIT
1 année ya
[quote name="Yeldo"]"l'
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
TOTO A DIT
1 année ya
:D :-) TOTO A DIT se demande et vous demande .....
Cabri d
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
TOTO A DIT
1 année ya
:D :-) TOTO A DIT se demande et vous demande .....
Cabri d
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
BAGOBIRI
1 année ya
La marche de l'histoire comme celle des peuples pour leur
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
1995 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
525 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
322 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
471 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
357 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
361 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2283 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages