lundi 3 octobre 2022

2704 lecteurs en ligne -

fraren

ENSOA d'Agadez : la 14e promotion des Sous-Officiers d'Active prête à servir et défendre la patrie

14e promotion ENSOA Agadez

Baptisée « Colonel Aboubacar Algoumarett », la 14 ème promotion des Sous-Officiers d'Active de l’Ecole nationale de sous-officiers d’active (ENSOA) a effectué sa sortie de fin de formation après deux années d’initiation, ce jeudi 25 Août 2022 à Agadez. Cette promotion de deux cents (200) Élèves est composée de Sous-Officiers originaires du Burkina Faso, du Cameroun, du Congo Brazzaville, de la Côte d'Ivoire, de la Guinée, du Mali, du Niger, du Sénégal, du Tchad et du Togo.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

La cérémonie de remise de galons à la 14ème promotion sortante des Elèves Sous-Officiers d’Active s’est déroulée à l'École Nationale des Sous-Officiers d'Active (ENSOA) d'Agadez en presence du ministre de la défense nationale Alkassoum INDATTOU, du Général de Division, Chef d'Etat Major des Armées, Salifou Mody, des responsables des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et de plusieurs autres invités.

Après la remise des galons aux recipiendaires, les 200 sous-officiers ont prêté serment devant le Ministre de la Défense Nationale Alkassoum INDATTOU avant de lui présenter son premier salut.

A cette occasion, le Commandant de l'Ecole Nationale des Sous-Officiers d'Active (ENSOA), le Lieutenant- Colonel Habibou, a rappelé aux récipiendaires, les nombreuses tâches et obligations qui les attendent.  Leurs Pays respectifs comptent sur eux selon le garant de leur formation. C'est pourquoi, il leur a précisé que les populations les regardent avec amour et fierté. Ils ne doivent donc en aucune manière les décevoir. Ils sont donc appelés à donner le meilleur dans une carrière qu'ils commencent avec turbulences au vu de la situation sécuritaire du Niger et de la sous-région. Il a également notifié qu'ils doivent adopter un comportement juste et exemplaire envers leurs subordonnées. Il attend alors les échos positifs de leurs prestations sur le terrain pour avoir la satisfaction d'un devoir accompli a t'il conclut.

Dans son adresse, le Ministre de la Défense Nationale Alkassoum INDATTOU a transmis au Commandant de l'ENSOA et à l'ensemble du personnel d'encadrement et de soutien, les félicitations de SEM Mohamed BAZOUM, Président de la République, Chef de l'Etat, Chef Suprême des Armées pour l'investissement et l'enthousiasme dont ils font montre dans la formation des Sous-Officiers des Forces Armées Nigériennes.

Il a également prodigué des conseils à cette promotion qui sera bientôt déployée sur les différents théâtres d'opérations. Selon le Ministre, dans l'exercice de leurs fonctions, ils auront la responsabilité de la réussite ou de l'échec de la mission. Compétence et discipline doivent guider leurs actions.

Ces Élèves Sous-Officiers d'Active ont suivi pendant deux ans des formations physiques, intellectuelles, techniques et tactiques. C'est ainsi qu'ils ont été soumis aux exercices physiques intenses, instruits aux techniques de tir au combat, formés à l'exercice du commandement et initiés au droit international humanitaire. Des formations qui les rendent aptes à défendre leur patrie.

.

Commentaires  

+2 #1 Loozap 28-08-2022 13:14
Cette vague est très engagée et ils protégeront le pays de la plus bonne des façons
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 TOTO A DIT 29-08-2022 00:04
8) :-* Parlant justement de la grande muette , TOTO A DIT dit face a une conjoncture ou situation , le VRAI militaire quand il parle ou agit ne passe pas par quatre chemins ,il dit la vérité telle quelle quitte à déplaire aux valets locaux en déphasage avec les populations auxquelles ,ces cons de tas disent agir....

Soit dit en partageant ,l'on peut ne pas aimer le lièvre , faudrait il au moins reconnaître la longueur de ses oreilles....

Si ce n'est un militaire , laquelle de ces bêtes de tas francocon, peut être un message à l'international ?.
Et aller à la ligne n'est ce pas un choix ?

Discours historique du Colonel Sadio Camara Ministre de la Défense et des Anciens Combattants en Russie.

LES ENJEUX STRATEGIQUES EN AFRIQUE DE L’OUEST ET AU SAHEL DANS UN MONDE EN MUTATION : QUELLE PLACE POUR LE MALI ?

Au nom de Son Excellence, Le Colonel Assimi GOÏTA, Président de la Transition, Chef de l’État du Mali, je remercie Son Excellence Vladimir POUTINE, Président de la Fédération de Russie, pour avoir autorisé mon homologue, Sergei SHOIGOU, Ministre de la Défense de la Fédération de Russie, à m’adresser une invitation à participer à cette dixième Conférence pour la Sécurité Internationale dans cette belle ville de Moscou.

Je remercie le Gouvernement et le Peuple russes pour l’accueil chaleureux qui a été réservé à la délégation malienne, et pour l’occasion qui m’est donnée ici,
A suivre
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 TOTO A DIT 29-08-2022 00:06
Suite 1
de présenter la vision du gouvernement malien sur les enjeux stratégiques de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel.

Notre sous-région vit aujourd’hui sous une forte pression sécuritaire, liée à l’expansion des groupes terroristes, à la criminalité transnationale organisée, et aux tentations sécessionnistes de certains groupes, sur fonds de crises de coexistence communautaire. Cette situation constitue un frein à l’émergence économique des pays concernés, car on le sait bien, il ne peut y avoir de développement sans sécurité.

Je profiterai de cette auguste audience pour présenter ici, notre analyse des facteurs stratégiques majeurs qui affectent la sécurité de notre région, avant d’illustrer cette analyse avec la situation particulière du Mali.

La sous-région ouest-africaine et sahélienne est confrontée à de grands défis qui s’entremêlent et se développent sur trois dimensions : internationale, régionale et locale.

Sur le plan international, notre sous-région subit négativement les effets des incertitudes liées à la mutation en cours de l’ordre international, qui résulte du constat de la défaillance, voire de l’échec du système de gouvernance mondiale, issu de la deuxième guerre mondiale et réadapté après la fin de la guerre froide. Les rapports de force qui ont permis la consolidation de cet ordre apparaissent aujourd’hui dépassés.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #4 TOTO A DIT 29-08-2022 00:14
Suite 2
Les leçons des conflits de la fin du 20e siècle et du début du 21e siècle ont montré l’impuissance d’une certaine vision de la force, comme moyen de structurer l’environnement mondial.

En réaction à cette perte relative d’influence sur la scène globale, nous constatons la volonté de certaines grandes puissances de reconstituer une architecture géopolitique en blocs homogènes, schéma qui leur est certainement plus familier et plus rassurant.

Les répercussions de cette tendance sont déjà visibles dans le monde, y compris en Afrique, continent relégué comme d’habitude au rang d’objet de convoitise. La crise sanitaire liée à la pandémie COVID-19, la gestion brutale et égoïste des phénomènes migratoires, le traitement encore plus égocentrique des défis climatiques et environnementaux mondiaux, dans un contexte de crise énergétique, indiquent clairement la teneur des règles qui seront mises en place dans ce monde en recomposition.

Ce constat est renforcé par le ton infantilisant et autoritaire des injonctions faites aux pays africains, visant à influencer leur gouvernance interne et canaliser les aspirations démocratiques légitimes de leurs peuples. Des postures universalistes sont utilisées pour justifier les ingérences aux relents colonialistes qui ont accablé l’Afrique depuis plusieurs siècles.
On veut nous convaincre que nous devons devenir stériles pour éviter de rajouter à la misère du monde.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 TOTO A DIT 29-08-2022 00:19
Suite 3
Dans ce contexte géopolitique mondial marqué par la montée des tensions, l’un des premiers défis pour les pays d’Afrique est de préserver une certaine autonomie et résister à la forte pression qui veut les forcer à choisir un camp et s’aligner derrière un protagoniste.

Malheureusement, les signes de la division et de la polarisation sont déjà bien visibles, et le rêve d’unité africaine des pères de l’indépendance est désormais un bien lointain souvenir.

Les dynamiques régionales en Afrique sont très sensibles aux évolutions du contexte international, alors que les pays africains n’ont que peu de capacité d’influer sur les grandes décisions. L’instrumentalisation, voire la manipulation des institutions sous-régionales pour servir les intérêts de puissances extrarégionales constituent un défi stratégique majeur pour la construction de l’unité africaine.

Les institutions africaines de gouvernance régionale sont alourdies par l’imposition de systèmes politiques importés, calqués sans effort d’adaptation à la culture, aux réalités et aux besoins des populations.

Elles cherchent donc bien souvent à s’attirer la sympathie des grandes puissances au lieu de dépenser leurs ressources pour la préservation des intérêts des peuples africains.

Le Mali est bien placé pour dénoncer ces pratiques, car notre pays sort à peine d’un régime de sanctions injustes, illégales, illégitimes et inhumaines imposées
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #6 TOTO A DIT 29-08-2022 00:22
Suite 4
par les Chefs d’État de la Communauté Économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Tous les peuples de la Communauté ont souffert de ces sanctions qui ne servaient que des agendas étrangers.

Nous assistons donc à une crise de confiance entre gouvernants et gouvernés, marquée par l’incohérence entre les politiques publiques et les aspirations des populations, dans un contexte de reproduction des rivalités par procuration. L’Afrique redevient, malgré elle, un terrain d’affrontement.

Dans un environnement sécuritaire complexe et volatile marqué par des insurrections fréquentes et la montée du terrorisme, cette crise de confiance est accentuée par la défaillance des instruments et mécanismes de sécurité collective. L’architecture paix et sécurité de l’Union Africaine peine à produire des résultats. La Force en Attente de la CEDEAO, saluée comme la composante régionale la plus élaborée, n’a pas eu d’impact significatif sur la situation au Sahel, notamment au Mali.

Malgré la multiplication des coalitions permanentes ou circonstancielles, cette incapacité à trouver des solutions africaines aux problèmes africains, s’est soldée par une ingérence continue d’acteurs extérieurs bilatéraux ou multinationaux, qui imposent leurs agendas au détriment des intérêts des peuples africains.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #7 TOTO A DIT 29-08-2022 00:28
Suite 5
Au niveau local, les populations l’ont bien compris, et n’hésitent plus à se faire entendre avec force. Malgré les gains apparents de la période démocratique dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest, l’instabilité politique qui en a résulté est une manifestation de la réaction au décalage entre les peuples et les pouvoirs en place. Les citoyens expriment leur frustration de voir leurs immenses richesses naturelles exploitées au bénéfice d’autres acteurs. Ils expriment leur colère et s’indignent quand leurs dirigeants sont convoqués, sermonnés, humiliés en public pour n’avoir pas assez défendu chez eux les intérêts des supposées puissances amies.

Sur fond d’accroissement des inégalités, d’injustice et de mauvaise gouvernance économique, le démantèlement programmé des outils de sécurité et des structures étatiques initié par les plans d’ajustement structurel, ainsi que la déconstruction progressive des tissus sociaux sous l’influence de modèles importés, poussent les individus à chercher des alternatives en dehors de la protection offerte par les États.

Des modes d’action terroristes, particulièrement barbares, et longtemps considérés comme inimaginables pour les paisibles populations africaines, ont ainsi été importés d’autres théâtres et occasionnent des souffrances terribles dans notre sous-région.

Pour illustrer cette analyse et montrer les perspectives de résolution des problèmes sahéliens
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #8 TOTO A DIT 29-08-2022 00:31
Suite 6
et ouest-africains, je ferai maintenant un rapide récapitulatif de la situation particulière du Mali, qui n’a cessé de dégénérer depuis le milieu des années 2000, jusqu’à atteindre le fonds en 2012, avec la prise du contrôle des deux tiers du territoire malien par une coalition de rebelles séparatistes et jihadistes nouant des liens avec des parrains puissants, dans l’enchainement logique de la destruction de la Libye du Colonel Kadhafi.

L’intervention militaire internationale déclenchée en réaction à cette invasion, s’est soldée par un échec. L’opération française SERVAL de 2013 a certes réussi en quelques semaines à briser la dynamique terroriste. Cependant la multiplication des missions qui lui ont succédé, avec la force française BARKHANE, la MINUSMA, la Force Conjointe du G5 Sahel, les missions européennes EUTM, EUCAP Sahel et la Task Force TAKUBA, censées soutenir l’État malien et les Forces de Défense et de Sécurité du Mali, ont créé un embouteillage sécuritaire dont l’une des conséquences a été de maintenir une sorte de statu quo malgré la signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger. Les populations maliennes n’ont pas tiré les bénéfices de ce déploiement massif.

Initialement cantonnée au nord du pays, l’insécurité s’est propagée au Centre puis au Sud du pays avant de déborder les frontières,
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #9 TOTO A DIT 29-08-2022 00:34
Suite 7
menaçant d’embraser toute la sous-région jusqu’à la façade atlantique. Pendant ce temps, les partenaires du Mali ignorent largement la volonté des autorités maliennes et utilisent le droit international ainsi que les restrictions financières et commerciales pour brider la capacité de l’État à faire face aux menaces.

Face à ce diagnostic inquiétant, devant le risque de voir la Nation malienne se désintégrer, les autorités de la Transition issue de l’insurrection populaire de 2020, ont décidé de réorienter leur stratégie en diversifiant leurs partenariats, pour briser la dépendance sécuritaire dans laquelle le Mali était entretenue.

Déterminé et décomplexé, le Mali estime qu’aucune puissance ne peut prétendre à une quelconque exclusivité de la coopération malienne.

Le Mali veut nouer des partenariats gagnant-gagnant avec tous ceux qui ont la capacité et surtout la volonté de coopérer avec lui dans le respect de sa souveraineté et la préservation des intérêts mutuels.

Dans cet esprit, notre pays a souhaité redynamiser les liens historiques et solides tissés avec l’Union soviétique, qui a accompagné la République du Mali depuis les premières heures de son indépendance au plus fort de la guerre froide.

C’est encore le lieu de féliciter le Peuple russe et lui témoigner la reconnaissance du Peuple malien, car la Fédération de Russie a une nouvelle fois démontré sa fiabilité et sa sincérité envers le Mali.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #10 TOTO A DIT 29-08-2022 00:38
Suite 8
Le Gouvernement malien met l’accent sur la sécurité humaine, et dispose du soutien du Peuple qu’il s’efforce de protéger.

Fortes du soutien technique et matériel de la Russie, qui ne dissimule aucune arrière-pensée coloniale, les autorités de la Transition ont impulsé une dynamique totalement nouvelle, s’appuyant sur des succès militaires qui ont surpris beaucoup d’observateurs, pour créer les conditions du retour progressif de l’administration et des services sociaux de base au plus près des citoyens. Le premier semestre de l’année 2022 a ainsi vu une avancée spectaculaire sur le plan sécuritaire.

Sous l’impulsion de la France, frustrée par son absence de résultats, ce qu’il convient d’appeler la Communauté Internationale a imposé des sanctions absurdes au Peuple malien, dans un effort délibéré d’aggraver les effets de la crise, avec l’espoir de pousser en quelques semaines les populations à se révolter contre les autorités de la Transition.

Ceux-là sous-estimaient la résilience et le courage patriotique du malien. Pour montrer sa volonté d’émancipation notre peuple s’est levé comme un seul homme, pour s’unir autour de l’essentiel, la survie de la Nation.

Les soutiens populaires se sont manifestés partout en Afrique, motivés par la flagrante injustice faite au peuple malien. Le Mali est resté debout, et le partenaire russe est resté à ses côtés.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #11 TOTO A DIT 29-08-2022 00:43
Suite 9
Le bilan du partenariat renforcé russo-malien est éloquent. Malgré l’embargo, le Mali a acquis, en quelques mois, davantage de moyens militaires que pendant les 30 dernières années, grâce aux sacrifices économiques consentis par le peuple, et à la coopération avec des pays comme la Russie, la Chine, et d’autres.

Les groupes terroristes, qui réussissaient hier à décimer des garnisons entières, sont désormais en débandade sur tout le territoire. Leurs sanctuaires sont détruits, leurs bases logistiques sont démantelées, leurs chefs sont neutralisés.

Désorganisés et progressivement coupés de leurs soutiens, ils en sont réduits à s’attaquer aux cibles molles, aux populations sans armes. Le Sud et le Centre du pays sont largement pacifiés. Malgré quelques actions d’éclat terroristes largement relayées par des médias pressés de montrer le Mali en difficulté, l’espoir est revenu dans les villages.

Ainsi, près de 100.000 réfugiés et personnes déplacées sont retournés dans leurs villages. La liberté de circulation des personnes et des biens redevient une réalité, l’agriculture reprend, l’activité commerciale se développe, l’administration se redéploie.

Pour amorcer une profonde refondation du système de gouvernance du Mali, le Gouvernement de Transition lance des réformes politiques, institutionnelles et sécuritaires sans précédent, afin de doter le Peuple malien des outils durables
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #12 TOTO A DIT 29-08-2022 01:06
Suite 10 et fin
indispensables à son développement harmonieux.

Jugé inquiétant pour une certaine classe dirigeante mondiale, le combat du Mali pour sa dignité et sa liberté est pris en exemple par tous les peuples du Sahel, d’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique entière.

Cela nous rend optimistes, car nous savons que le chemin reste long et tortueux, mais l’ambition de redressement et de refondation du Mali dépasse toute autre considération.

Je vous remercie de votre aimable attention.

Colonel Sadio Camara, Ministre de la Défense et des Anciens Combattants

:-) ;-) Et aux Administrateurs d'Actuniger, TOTO A DIT dit PARDON OOOOO et compte sur leur compréhension.....
Et
FAMIWOOO ...une question et une seule pour vous ....
Dites !!!!
Lequel parmi le syndicat de Buldog de Macron , ses sous préfets locaux , peut oser aller tenir un tel discours à l'international sans courir chez leur papa Macron pour le quitus ????

Lequel a les couilles costaudes pour faire un tel discours ?

C'est pour cela que TOTO A DIT disait en prélude ,l'on peut ne pas aimer l'éléphant , quand bien , il faut reconnaître qu'il a une longue trombe .... Ou bien ??

TOTO A DIT dit , en tout cas : MERCI COLONEL SADIO CAMARA..... : Tu es une fierté africaine à la génération consciente et consciencieuse .

Et dire que Sadio Camara n'a que 43 ans : le grand âge ne fait pas l'homme.!
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #13 TOTO A DIT 29-08-2022 11:45
:D lire plutôt
Trompe d'éléphant...au post #10 8) ;-)
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com