lundi 8 août 2022

3529 lecteurs en ligne -

fraren

Lutte contre la migration irrégulière au Niger : la Police met la main sur 4 passeurs armés et 102 migrants à Tessaoua (Maradi)

Arrestation passeurs de migrants Tessaoua

La Police Nationale du Niger, à travers la Division des Investigations Spéciales (DIS) de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST), en collaboration avec l’Equipe de Projet ECI-Niger, a démantelé un réseau de migration irrégulière dans les régions de Zinder, Maradi et Tahoua, a appris l’ANP de source policière. Selon cette source, c’est en début du mois de juin 2022 que des renseignements ont conduit les agents de la DIS et de l’Equipe de Projet ECI-Niger à mettre la main sur les malfrats lors d’une opération minutieusement menée le 06 juin 2022 dans le Village de Kalatchin Biri (Tessaoua-Région de Maradi).

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

L’opération, préparée et coordonnée avec le soutien de l’Equipe de Projet ECI-Niger, a permis à la Police Nationale du Niger de saisir un (1) véhicule avec au bord 102 migrants dont 4 enfants, tous sans documents de voyages.

Au cours de la même opération, 2 autres véhicules de marque TOYOTA type petit Pick-up ont été saisis, avec à l’arrière une vingtaine de jerricanes (25 litres chacun) remplis d’essence et sur lesquels devraient s’assoir ces migrants d’origine nigériane, à destination de la Lybie. Le prix du transport varie de 300 000 à 900.000 Naira, apprend-on.

La fouille des véhicules a, en outre, permis à la Police Nationale du Niger de saisir 2 armes d’assaut de type AK47 et AK103, 5 chargeurs dont 4 garnis de 115 cartouches, 1 arme de poing automatique de marque MAKAROV de calibre 9 mm avec chargeur garni d’une seule cartouche.

Une enquête est en cours pour déterminer tous les contours de ce crime organisé, selon la source policière.

Ce résultat est le fruit de la collaboration efficace entre l’Equipe Conjointe d’Investigation (ECI-Niger) et la DST à travers la Division des Investigations Spéciales (DIS), qui est l’ancrage opérationnel de l’ECI-Niger auprès de la DST.

Cette coopération dans le cadre de la lutte contre la criminalité et la migration irrégulière n’est pas la première du genre, apprend-on. En effet, en février 2022, elle a déjà permis de démanteler un grand réseau de fraude documentaire.

L’opération conjointement conduite a notamment permis de saisir 108 cachets humides, une trousse de démontage et de remontage de documents, des titres et documents de voyages et de séjours nigériens et étrangers, plusieurs actes de cession d’immeubles, plusieurs chéquiers et carnets d’épargne, des fiches de rendu du résultat du diagnostic de la Covid-19 vierges, des relevés de comptes bancaires, plusieurs pièces de mise en circulation de véhicules, divers matériels informatiques de dernière génération, des pièces d’état civil, des téléphones portables de marques diverses, quatre (4) véhicules dont un portant une fausse plaque d’immatriculation "Député National" et soixante-sept (67) numéros de fausses plaques d’immatriculation.

Le projet ECI-Niger, note-t-on, est financé par l’Union Européenne et vise à renforcer la lutte contre les réseaux criminels liés à l’immigration irrégulière, la traite des êtres humains et le trafic illicite de migrants. Des officiers de la Police Nationale du Niger, de l’Espagne et de la France participent à ce projet, qui est coordonné par la Fondation internationale et ibéro américaine pour l’administration et les politiques publiques (FIIAPP) basée à Madrid (Espagne).

Le Projet ECI-Niger soutient les antennes de la DIS de Niamey, d’Agadez, de Tahoua, de Maradi et de Zinder. Il intervient également à Birni N’Konni et Arlit.

La Division des Investigation Spéciales (DIS), unité spécialisée dans les enquêtes sur les faits de traite des personnes, de trafic illicite de migrants et de fraude documentaires, a été créée en 2016 au sein de la Direction de la Surveillance du territoire et constitue l’ancrage opérationnel du projet ECI-Niger, qui l’appuie avec six (6) experts (03 policiers espagnols et 03 policiers français), qui travaillent avec 36 policiers nigériens.

ANP

 



Commentaires  

+2 #1 Hermano 14-07-2022 12:04
Il n'y a pas de migration irreguliere. Les gens partent pour une vie meilleure qu'ils n'ont pas dans leur bled et ils doivent se sentir partout chez eux sur cette terre dont nous partageons tous un seul et meme destin.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com