lundi 15 août 2022

2597 lecteurs en ligne -

fraren

Visite du SG de l'ONU à Niamey : Antonio Guterres appelle la communauté internationale à appuyer les efforts de développement du Niger

Conference presse Bazoum Guterres

Dans le cadre de la visite qu'il effectue du, 02 au 03 mai au Niger, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Antonio Guterres, s'est entretenu lundi après-midi au Palais de la Présidence, avec le Chef de l'Etat Bazoum Mohamed. L'occasion pour les deux personnalités d'échanger sur les défis auxquels fait face le Niger et le Sahel. A cette occasion, le SG de l'ONU a lancé un vibrant appel à la communauté internationale pour appuyer le Niger à faire face aux menaces sécuritaires et humanitaires mais également à accompagner les efforts de développement du pays qu'il a qualifié d'exemple pour l'Afrique et le monde entier.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Le SG de l'ONU qui effectue une mini-tournée africaine qui l'a déjà conduite au Sénégal et qu'il bouclera par le Nigeria, est arrivé lundi au Niger où après un entretien en tête-à-tête, il a codirigé avec le Président de la République Bazoum Mohamed, une rencontre élargie aux membres des délégations du Niger et des Nations unies.

Lors du point de presse qu'ils ont animé conjointement à l'issue de ces entretiens, les deux personnalités ont évoqué la situation sécuritaire et humanitaire au Niger mais aussi au Sahel. « Je suis très heureux de vous accueillir ici. Je voudrais vous remercier très vivement pour cette visite qui est le témoignage éloquent de votre attachement au Sahel et votre perception du caractère, spécifique certes, mais tout à fait mondial des défis auxquels nous, nous sommes confrontés : terrorisme, violences, changement climatique, détresse humaine…» a déclaré le Chef de l'Etat à l'endroit de son hôte. Le Président Bazoum a ainsi saisi l'occasion pour mettre en exergue tous les efforts déployés pour « promouvoir l’unité du Niger, la convivialité entre ses communautés.» Il a aussi rappelé les avancées enregistrées par le pays en matière de promotion de la bonne gouvernance, ce qui a notamment  permis entre autres, la première alternance démocratique du Niger en 2021 ainsi que des progrès en matière de lutte contre la corruption et l’impunité ou le renforcement des droits humains.

Dans son adresse, le Chef de l'Etat s'est largement épanché sur les défis prioritaires auxquels fait face actuellement le pays notamment sur le plan sécuritaire et humanitaire et qui imposent au Niger de consentir d'énormes sacrifices qui impactent sévèrement les efforts du pays en matière de développement. « Le terrorisme, nous impose le défi de recruter davantage de soldats, de mieux les former et mieux les équiper, ce qui demande beaucoup de ressources » a par exemple indiqué le Chef de l'Etat qui n'a pas aussi manqué de rappeler les effets du changement climatique notamment les sécheresses récurrentes comme celle que vivent les populations en ce moment, les coûts du transport maritime qui ont connu une inflation "jamais vue",  ainsi qu'un déficit alimentaire « très fort » qui a besoin d’une grande solidarité dont « vous seul pouvez être vraiment aujourd’hui le porte-voix pour un appel à la solidarité pour les pays du Sahel », a-t-il indiqué à l’endroit du Secrétaire général de l’ONU. « Et puis, nous avons besoin de lutter efficacement contre le terrorisme et de continuer à ramener les populations ayant fui les zones des combats dans leurs villages, de leur assurer les conditions d’une vie qui leur permettra, à la faveur du prochain hivernage, de cultiver leurs champs sur les sites de leurs propres villages. Là également nous avons besoin de votre accompagnement », a poursuivi le Chef de l'Etat qui a réitéré au SG de l'ONU, l'engagement du Niger à maintenir le cap malgré ces multiples défis..

 « Nous, Niger, nous allons maintenir ce cap de l’approfondissement de la démocratie, de l’approfondissement de la bonne gouvernance. Parce que nous ne croyons pas aux autres solutions, pas plus pour nous que pour nos voisins. C’est pourquoi, dans le cadre de la CEDEAO, nous sommes engagés à lutter contre les coups d’Etat militaires…, à lutter pour que les régimes de transition soient les plus courts possibles, de façon que ces pays se retrouvent dans une situation normale qui leur permette de bénéficier des concours indispensables de la communauté internationale et d’un contexte de cohésion nationale encore plus fort pour faire face justement au défi du terrorisme ». SEM Mohamed Bazoum.

Bazoum et Guterres Presidence Niger BIS

Plaidoyer pour accompagner le Niger dans ses efforts de développement

Dans son intervention, le SG des Nations Unies a tenu à faire part de toute sa satisfaction de cette visite au Niger avant de rendre hommage aux autorités nigériennes pour leur engagement à relever les défis multiples auxquels est confronté le pays. "Je salue la vie démocratique au Niger et elle représente un exemple pour la région et le continent entier", a estimé Antonio Guterres qui a assuré le Chef de l'Etat de son  soutien pour continuer sur la voie du renforcement des institutions et de la cohésion sociale entre communautés diverses mais unies par un objectif national commun.

"La paix, la stabilité et la prospérité du Niger et de l’ensemble du Sahel représentent une priorité absolue pour les Nations Unies", a déclaré le patron des Nations Unies qui a aussi tenu à rendre hommage "au courage de vos services de sécurité dans leur lutte quotidienne contre le terrorisme et l’extrémisme violent et exprimer mes plus sincères condoléances pour les pertes de vies humaines subies".  Estimant que rien ne peut justifier la violence, M. Guterres a rappelé que très souvent, les populations civiles en sont les premières victimes. C'est pourquoi d'ailleurs, il a tenu à saluer la politique de retour des populations déplacés chez eux qu'il a estimé " extrêmement sage". "Votre politique, Monsieur le Président, est extrêmement sage et nous ferons de notre mieux pour l’appuyer à fond", a adressé le SG des Nations au Président Bazoum.

Abordant les autres défis auxquels fait face le pays, M. Antonio Guterres a indiqué que "le Niger ne peut relever tous ces défis seuls". Il a en ce sens estimé que l’Union Africaine, le G5 Sahel et la CEDEAO sont des acteurs essentiels pour la paix, la stabilité et le développement de la région, même si aujourd’hui le G5 Sahel a été affaibli par les coups d’état qui se sont déroulés chez quelques-uns de vos voisins. "L'ONU reste engagée à leurs côtés et auprès de tous les partenaires du Niger et du Sahel", a réaffirmé le SG de l'ONU pour qui, "alors que les attaques terroristes continuent d’augmenter dans le Sahel et s’étendent vers les États du golfe de Guinée, la communauté internationale doit réaliser que ce n’est plus seulement une question régionale ou africaine, mais bien une menace globale".

"Je continuerai de plaider,  comme je l’ai fait depuis le début de ma fonction, pour la mobilisation de ressources supplémentaires pour relever ces défis", a assuré le SG des Nations Unies qui a saisi l'occasion pour faire part de son regret d'avoir perdu la bataille pour que le G5 Sahel puisse être, à son origine, basé sur le chapitre VII de la charte des Nations Unies et avoir un financement par des crédits obligatoires.

"Aujourd’hui, je vois qu’en regardant la performance remarquable de l’armée du Niger, la communauté internationale doit investir à fond dans le renforcement des capacités de l’armée du Niger du point de vue financier, du point de vue des équipements et du point de vue des aspects d’entraînement. Et vous pouvez compter sur moi, Monsieur le Président pour faire ce plaidoyer.  Mais au-delà de la dimension sécuritaire, la région fait face à une crise multidimensionnelle d’une ampleur rare, et seule une grande mobilisation internationale, urgente et coordonnée permettra d’y répondre. Nous devons lutter contre les causes profondes – pauvreté, exclusion, impunité, insécurité alimentaire, crise climatique – qui exacerbent les tensions intercommunautaires et continuent d'alimenter l'extrémisme violent et le terrorisme dans beaucoup de pays partout dans le monde mais aussi ici au Sahel. Cela passe par une approche globale qui s'attaque simultanément au sous-développement, tout en renforçant le lien paix-humanitaire-et développement". SEM. Antonio Guterres, SG de l'ONU.

Dans son adresse, le SG de l'ONU a saisi l'occasion pour déplorer le fait qu'aujourd'hui, face à une situation qui évolue rapidement, force est de constater que la communauté internationale n’est pas à la hauteur. "Nous voyons un niveau de financement des activités humanitaires et de stabilisation à la baisse", a indiqué M. Guterres qui a par exemple regretter que le Plan de réponse humanitaire pour le Niger pour l’année 2022 n’est actuellement financé qu’à 8,7%. "C’est absolument inconcevable. J’appelle tous les partenaires à veiller à ce que notre attention et notre engagement dans la région soient maintenus malgré les nouvelles crises qui frappent notre monde", a plaidé le patron de l'ONU qui n'a pas manqué de souligner que "ceci est particulièrement urgent sur le front climatique".

Selon M. Guterres, les pays africains, qui ne sont pourtant pas responsables du problème, voient leurs vies bouleversées par les sécheresses, les inondations et autres phénomènes extrêmes de plus en plus fréquents. "Les pays développés doivent tenir leur promesse d’allouer 100 milliards de dollars par an à la lutte contre le dérèglement climatique dans les pays en développement", a indiqué le patron des Nations Unies pour qui, il est essentiel que la moitié des financements climat dans le monde soit consacrée aux programmes d’adaptation et de résilience afin de venir en aide aux communautés vulnérables et de prévenir de nouvelles catastrophes.

"Au-delà, la communauté internationale doit se mobiliser davantage pour permettre la réalisation du Programme 2030 et de l’Agenda 2063 au Niger", a-t-il ajouté, tout en exhortant  les bâilleurs de fonds à soutenir le Niger, notamment dans un contexte de grande incertitude autour de la prochaine saison agricole, car, a rappelé le SG de l'ONU, "toute la région du Sahel est particulièrement vulnérable face au dérèglement climatique, qui a un impact dévastateur sur la sécurité alimentaire". M. Guterres a, d'ailleurs saisi l'occasion pour saluer "la réactivité du gouvernement sur ce sujet, mais je suis préoccupé par la crise alimentaire qui menace près de 20% de la population et qui est le produit simultané de la faible pluviométrie et de l’insécurité".

"Le Niger fait face à de nombreux défis qu'il ne peut seul relever. Mais il suscite également beaucoup d’espoirs.  Nous devons nous montrer à la hauteur de ces espoirs. Ensemble avec tous les partenaires, nous devons saisir cette opportunité, offrir des perspectives d’avenir à la jeunesse nigérienne, y compris aux jeunes filles – et je sais que c’est un agenda qui tient à cœur au Président Mohamed Bazoum. Un élan positif au Niger peut entraîner un cercle vertueux dans toute la région. Les Nations Unies sont et resteront à vos côtés. Ensemble, nous pouvons construire un avenir meilleur pour le Sahel et pour l’Afrique".

Bazoum et Guterres Presidence Niger BIS1

Il convient de noter que ce mardi, au second jour de sa visite, le SG des Nations Unies s'est rendue sur le site des déplacés de Ouallam qui accueille les personnes ayant fuit leurs villages mais aussi des refugiés maliens  à cause du terrorisme. L'occasion pour Antonnio Guturres, qui est accompagné pour la circonstance des membres du gouvernement, des responsables du Système des Nations Unies au Niger, des autorités locales et des partenaires au développement, d'exprimer  la solidarité de la communauté internationale à leur endroit et de plaider pour un appui conséquent en faveur du Niger notamment en matière sécuritaire et humanitaire.

‘’Un élan positif au Niger peut entraîner un cercle vertueux dans toute la région.’’, conclut le Secrétaire Général de l’ONU.

Bazoum et Guterres Presidence Niger BIS2

Bazoum et Guterres Presidence Niger BIS3

A.K.M (actuniger.com)



Commentaires  

-6 #1 Dogon Loma 03-05-2022 22:12
Il parait qu'il a aussi rencontre le parrain de l'insecurite et des trafics de tout genre dans la sous region.
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #2 Zulum 03-05-2022 22:23
Citation en provenance du commentaire précédent de Dogon Loma :
Il parait qu'il a aussi rencontre le parrain de l'insecurite et des trafics de tout genre dans la sous region.


Crains Dieu stp.
Citer | Signaler à l’administrateur
-5 #3 Dogon Loma 03-05-2022 22:35
#2 Zulum 03-05-2022 21:23

Mon Dieu, meme pas besoin de nommer quelqu'un pour que tous sachent exactement de qui il s'agit. Le parrain est vraiment le vrai parrain.
Citer | Signaler à l’administrateur
-7 #4 Lilwayne 04-05-2022 00:36
Le Niger a remplacé le Gabon, dans la traîtrise, le lechulisme ...c'est vraiment super grave. Maudit soit le jour où vous avez laissez des fils de folle et de boucher vous dirigez....vos arrières petits enfants vivront dans l'esclavage adnam eternam
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Nostradamus 04-05-2022 16:22
Bazoum est une lamentable deception. Le boubou de president est decidemment trop large pour lui si bien qu'il est oblige de le partager avec macron et zaki pour faire. Il est donc plus facile de comploter que de gouverner.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Bougama 04-05-2022 21:44
Tu as parfaitement raison, Bazoum aurait mieux fait de rester dans son rôle de “comploteur”. Je n’ai jamais pensé qu’il serait capable de tenir tête à son parrain MI.
Bazoum n’a jamais eu l’intention de régler le problème de la corruption au Niger. Seuls les naïfs l’ont crû sur ce point. Car, cela équivaut pour lui à un hara-kiri. Donc, le wasso wasso va se poursuivre. Seule l’union des nigériens peut l’arrêter.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com