mercredi 10 août 2022

3730 lecteurs en ligne -

fraren

Situation sécuritaire et sociale: déclaration du  Bureau exécutif national de la CDTN (BEN/CDTN)

CDTN Niger

Le Bureau Exécutif National de la Confédération Démocratique des Travailleurs du Niger (BEN/CDTN), réuni en session extraordinaire ce jour samedi 5 mars 2022 afin d’examiner la situation sécuritaire et sociale dans notre pays, rend la déclaration dont la teneur suit:

Sur le plan sécuritaire

Considérant que la situation sécuritaire demeure encore très préoccupante dans plusieurs régions de notre pays malgré les différents efforts de nos Forces de Défense et de Sécurité (FDS) en terme de sacrifices ;

Constatant la persistance des attaques meurtrières contre nos FDS suivies d’exécutions sommaires des populations civiles surtout dans les régions de Tillabéri, Tahoua, Diffa et Maradi ;

Relevant que l’aggravation de la situation sécuritaire est d’autant plus inquiétante qu’elle pose la problématique de la présence des forces étrangères, particulièrement le redéploiement de la force Takouba et de Barkhane du Mali vers notre pays ;

Prenant en compte les différentes informations données par le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef suprême des armées, lors de sa Conférence de Cadres tenue le 25 février 2022 ;

Considérant les doléances de la CDTN soumises à l’occasion du 1er mai 2021, notamment celle relative aux agents de l’Etat travaillant dans les zones d’insécurité ;

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Le Bureau Exécutif National de la Confédération Démocratique des Travailleurs du Niger (BEN/CDTN) :

-Réaffirme sa position datée du 1er décembre 2021 à l’endroit du Gouvernement à savoir redéfinir et clarifier la présence des forces étrangères sur notre territoire dans le respect de notre souveraineté nationale, tel que stipulé dans le préambule de notre Constitution et les lois et règlements de notre pays.

-Estime que la question de la sécurité requière l’organisation d’un forum national avec l’ensemble des forces vives de la nation et les populations qui vivent au quotidien les exactions des groupes armés pour dégager une stratégie nationale de riposte appropriée à cette insécurité.

-Exige l’octroi d’une indemnité pour les agents de l’Etat travaillant dans les zones d’insécurité.

Sur le plan social

Constatant la flambée généralisée des prix des denrées alimentaires sur toute l’étendue du territoire national ;

Soulignant que cette situation s’apparente à une diminution des salaires des travailleurs et des revenus des ménages en général ;

Le Bureau Exécutif National de la Confédération Démocratique des Travailleurs du Niger (BEN/CDTN) :

-Demande au Gouvernement de prendre des mesures urgentes afin d’accompagner les populations d’une manière générale et en particulier les travailleurs en ce moment difficile consécutif à la mauvaise campagne agricole et au blocage des importations de certains produits alimentaires par des pays voisins.

-Enfin, lance un appel pressant à l’ensemble de la classe politique, aux différents regroupements de la société civile et aux différentes associations religieuses au dialogue constructif, à la tolérance et à la retenue pour qu’ensemble nous trouvions des réponses aux défis sécuritaires et au développement social et économique auxquels notre pays est confronté. 

Vive le Niger uni et prospère !

Vive le Mouvement syndical nigérien !

Vive la CDTN toujours forte et combative !

La lutte continue !

Je vous remercie.

Fait à Niamey, le 05 mars 2022

Le Secrétaire Général

Idrissa DJIBRILLA

 

 



Commentaires  

-6 #1 Sadio 07-03-2022 15:05
Apres avoir donne carte blanche au satanique et odieux systeme de issoufou mahamadou veritable ennemi du Niger et de son peuple, les rats collabos de la CDTN reviennent vers leur nouveau maitre bazoum avec de soit disantes revendications qui ne trompent plus personne.
Citer | Signaler à l’administrateur
-5 #2 TOTO A DIT 08-03-2022 00:37
8) :-* Que foutent es forces européennes au SAHELISTAN, qui en dehors leurs yeux rivés sur les pannes et autres ressources minières africaines , qui nonobstant la substance ou raison de leur présence à juguler le terrorisme ne fait que l'étendre,propager vers d'autres parties de l'Afrique où le terrorisme ,se révéler inconnues?

8) Que font les Européens au Sahel, s'avère le questionnement du cousin de TOTO A DIT, Grégoire Cyrille Dongobada, un Observateur militaire, chercheur en études politiques.

Quand TOTO A DIT partage , est ce forcé d'aller à la ligne ?

La région du Sahel fait face à de nombreux défis, parmi lesquels la menace croissante du terrorisme et du crime organisé se distingue.
Сes facteurs rendent la région plus vulnérable.
En août 2014, la France a lancé l’opération Barkhane pour combattre les groupes djihadistes au Mali, au Burkina Faso, en Mauritanie, au Niger et au Tchad ;
En 2020, la Task Force Takuba a été créée composée principalement d’unités des forces spéciales de plusieurs pays d’Europe.

La France et ses alliés européens estiment que leurs actions visent à soutenir les pays de cette région. Mais, la présence militaire occidentale est souvent critiquée.
Ainsi, le Premier Ministre du Mali, Choguel Kokalla Maïga, a déclaré le 4 février dans une interview , que ce sont les partenaires occidentaux du Mali qui ont provoqué le chaos qui a frappé la République.
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #3 TOTO A DIT 08-03-2022 00:42
Suite 1
L’homme politique a également noté que « la France exerce un terrorisme politique, médiatique et diplomatique contre notre gouvernement », commentant à la fois la présence militaire et la pression de la France et de la CEDEAO sur le Mali par le biais de sanctions. Le Premier ministre a aussi remarqué que les États européens font pression sur le Mali parce que son gouvernement veut mener une politique indépendante, ce qui va à l’encontre des intérêts de l’ancienne métropole.

Il convient de noter que divers experts s’accordent à reconnaître que l’opération militaire de la France et de ses partenaires n’a fait qu’aggraver la situation sécuritaire dans la région.

Les contingents militaires étrangers sont accusés de ne pas protéger les civils et de lutter efficacement contre le terrorisme.

Selon les rapports d’organisations internationales, le nombre de victimes civiles a atteint 900 pour l’année 2020, avec environ 185 terroristes neutralisés. Cela soulève la question : que font les forces étrangères au Sahel ?

Les experts des ONG déclarent que les lignes de front changent constamment, forçant les gens à chercher le refuge. Ainsi, selon  l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), « le nombre de personnes déracinées a été multiplié par dix depuis 2013, passant de 217.000 à un niveau alarmant de 2,1 millions fin 2021».
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #4 TOTO A DIT 08-03-2022 00:46
Suite 2
Il est à noter que ces dates coïncident avec le début de l’opération militaire française. En outre,  durant des années d’existence de l’opération, le nombre de cas de violations des droits de l’homme a fortement augmenté dans les régions où les forces de la MINUSMA, de Takuba et Barkhane étaient présentes, atteignant 13 000  en 2021.

Ces facteurs indiquent l’inefficacité de la présence européenne dans la région, le président français Macron refuse de reconnaître l’échec de Barkhane et a même déclaré qu’il était « choqué » par les propos de Choguel Maïga selon lesquels Paris avait abandonné le Mali à son sort.

Malgré le fait que les Français n’ont pas réussi à atteindre leurs objectifs dans la lutte contre le terrorisme, la France n’est pas pressée de retirer son contingent militaire de la région.

Cette réticence peut être associée à l’extraction illégale de ressources sur le territoire des pays du Sahel.

Selon des estimations approximatives, plus de 15 tonnes d’or sont illégalement exportées du Mali par an, с’est environ 860 000 000 de dollars américains. Paris a été accusé à plusieurs reprises d’exploitation minière illégale dans la ville de Boni et la région de Mopti.

Une situation similaire a été observée en République centrafricaine, où les soldats portugais se livraient à la vente illégale de diamant.
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #5 TOTO A DIT 08-03-2022 00:49
Suite 3 et fin
De plus, selon le rapport de Legno insanguinato, la société française IFB a financé les militants et exporté illégalement du bois vers l’Europe. Сes facteurs jettent un doute sur les bonnes intentions des Européens en Afrique.

Pour conclure, les Européens n’ont pas réussi à résoudre les problèmes pressants de la région du Sahel. Par ailleurs, la montée des sentiments « anti-français et anti-occidentaux » dans les pays d’Afrique de l’Ouest permet de parler d’une diminution de l’influence occidentale et de supposer un retrait imminent des troupes européennes du Sahel.
Citer | Signaler à l’administrateur
-7 #6 Credo 08-03-2022 08:00
Le syndicalisme est mort avec Ibrahim Mayaki.
Que des policiens, des opportunistes, des mercenaires,déguisés en syndicalistes, collabos pour gruger ceux qui croient au militantisme syndical.
Mêmes ceux qui y croyaient au sérieux de leur camarade ont été trahis par des adeptes de la secte rose des voleurs. Qu'avez vous eu avec le jeu trouble que vous avez mené avec le Charlie dit nigérien si ce n'est l'aider à conduire le pays 10 années de suite au dernier rang de la planète au plan du développement humain. Quel recul malgré les richesses dont regorge le Niger. Votre responsabilité y est dans la conduite de cette gouvernance catastrophique, mafieuse et maléfique.
Citer | Signaler à l’administrateur
-8 #7 Credo 08-03-2022 08:01
Lire Ibrahim Mayaki, paix à son âme.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #8 Boole 08-03-2022 18:54
Bazoum en etait un……
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #9 Bani 09-03-2022 19:46
Bazoum et son Messoudou veulent opposer 2 peuples frère, Malien et Nigérien. Les hommes politiques s'en iront, les peuples restent frères pour l'éternité.
Sous le dictat de la France, Bazoum libéré des terroristes dont deux sont identifiés parmi les morts à Mondoro, des armes français en main. C'est Bazoum, ce n'est pas le peuple Nigérien.
Le p
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com