lundi 5 décembre 2022

2880 lecteurs en ligne -

fraren

Journée « Marché mort » à Niamey: les commerçants en colère contre la hausse des charges fiscales

Grand marche Niamey

Les activités économiques ont tourné au ralenti ce mercredi 02 mars 2022 à Niamey suite au mot d'ordre de Journée "marché mort" initié par les principaux syndicats de commerçants importateurs, exportateurs, grossistes ainsi que des transitaires et des délégués des commerçants des marchés de la capitale. A travers ce mort d'ordre, le Collectif entend protester contre la hausse des charges fiscales avec l'imposition de la nouvelle facture certifiée ou le rehaussement de la taxe professionnelle.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Les principaux marchés de la capitale à l'image du Grand marché, du Petit marché ou les marchés secondaires comme Habou Tagui, Karam-Karam ou le marché de Haro banda ainsi que certaines grandes enseignes commerciales ont baissé rideaux ce mercredi 02 mars 2022. Les boutiques n'ont pour la plus part pas ouvert suite au mot d'ordre de Journée "marché mort" initié par un Collectif de syndicats et d'associations du secteur. Il s'agit notamment du Syndicat des commerçants importateurs, exportateurs et grossistes du Niger ( SCIEDN), du Syndicat national des agents de transit ( SYNAT), du Syndicat des Commerçants de la Région de Niamey ( SCRN), et de l' Association des délégués des commerçants des marchés du Niger(ADCMN).

magasins Niamey en greve BIS

A travers cette journée d'action, le Collectif entend protester contre la hausse des charges fiscales qu'ils tiennent à dénoncer suite, entre autres, à l'imposition de la facture certifiée par la Direction générale des impôts (DGI) et le rehaussement de la taxe professionnelle (patente synthétique).

Selon les initiateurs du mouvement, le mot d'ordre a été bien suivi par leurs membres malgré des actions de tentative de sabotage. La veille, en effet, dans un communiqué publié sur les médias publics, le Président du Syndicat national des commerçants du Niger, branche de Niamey, Elhaj Samaila Hatimi dit Illa Mai Aya, s'est fendu d'un communiqué de presse dans lequel il a annoncé que la structure qu'il dirige se démarque de cette initiative à laquelle, d'ailleurs, "elle n'a pas été associée". Il a fait savoir que des négociations sont en bonne voie avec les autorités sur l'essentiel des revendications qui font l'objet de pomme de discorde entre les deux parties.

En l'absence de véritable statistique, il est impossible d'apprécier la réussite de cette action qui a été accompagnée par une manifestation de protestation. Cependant, le Collectif se dit satisfait de la mobilisation de ses membres pour cette journée et compte poursuivre son mouvement dans les prochains jours.

Il faut noter que dans les autres quartiers de la capitale, les activités économiques se sont poursuivies normalement d'autant que là bas, c'est le règne de l'informel et beaucoup de boutiquiers que nous avons approché, ont dit ne pas être pas au courant du mot d'ordre. Cependant, tous se plaignent de la hausse des charges et surtout de l'absence de réaction des autorités, ce qui explique la hausse des prix des produits de première nécessité constatée ces derniers temps sur les principaux marchés du pays.

Depuis quelques mois, certains commerçants se plaignent de l'imposition par la DGI de la facture certifiée. Les responsables de la DGI soutiennent pourtant qu'il ne s'agit point d'une nouvelle charge fiscale pour les opérateurs économiques mais un moyen d'optimiser les recettes fiscales notamment le recouvrement de la TVA due à l'Etat. Les commerçants ont même rencontré le Chef de l'Etat pour faire part de leurs préoccupations et l'impact de cette mesure sur leurs activités mais jusque-là, les négociations n'ont pas permis d'aboutir à un consensus d'où le mot d'ordre du Collectif.

magasins Niamey en grevemagasins Niamey en greve BIS1

Ikali Dan Hadiza (actuniger.com)

.

Commentaires  

-4 #1 Badamassi 02-03-2022 19:47
Quand c'est leur porte monnaie qui est en jeu, ils sont prets a fermer boutique mais quand il s'agit de defendre des causes plus nobles comme la liberte, l'etat de droit ils sont absents a l'appel. Pauvres crapules
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 Talaka 03-03-2022 07:26
Citation en provenance du commentaire précédent de Badamassi :
Quand c'est leur porte monnaie qui est en jeu, ils sont prets a fermer boutique mais quand il s'agit de defendre des causes plus nobles comme la liberte, l'etat de droit ils sont absents a l'appel. Pauvres crapules


Tu te trompes ! Ces gens sont mille fois plus chaleureux que toi . Eux au moins ont agis contre cette injustice. Toi tu as fais quoi de ton côté pour cet état de droit que tu réclame ? Vas dormir sombre idiot!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Talaka 03-03-2022 07:27
Lire valeureux !
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #4 Badamassi 03-03-2022 13:32
#2 Talaka 03-03-2022 06:26

Le rat crasseux des égouts du Guri system n'est pas content apparemment. Take it easy
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 TOTO A DIT 03-03-2022 15:07
Quand un pays déjà enclavé et principalement consommateur , veut enclavé , asphyxié, et surmené sa population déjà meurtrie par des taxes .....du vu ailleurs ou les industries font pignon dans l'économie.....

N'est ce pas du pathétiquement KOUMGNATOIRE et HAWATOIRE....en panne et perte de vitesse et de vision....
Au lieu de subventionner les produits pour alléger la souffrance du peuple , il est décidé de l'asphixier , lui faire vivre l'enfer sur terre : SAI NIGER !
Le premier pays du monde en commençant par la queue.'
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com